Insee
Insee Flash Mayotte · Septembre 2021 · n° 124
Insee Flash MayotteLa baisse des naissances se conjugue à la hausse de la mortalitéBilan démographique 2020 à Mayotte, premiers éléments sur 2021

Claude Touzet (Insee)

En 2020, 9 180 enfants sont nés à Mayotte, soit 580 bébés de moins qu’en 2019 (- 6 %). La fécondité reste néanmoins élevée et continue d’être portée par les mères de nationalité étrangère, comorienne pour la plupart. Celles-ci donnent naissance aux trois quarts des bébés nés en 2020, comme les quatre années précédentes. Un nouveau-né sur deux a un père de nationalité étrangère, et un peu plus d’un sur deux a au moins un de ses parents Français. De janvier à juillet 2021, 6 550 enfants sont nés de mères domiciliées à Mayotte, soit 9 % de plus par rapport à la même période de 2020.

La pandémie de Covid-19 a un net effet sur la hausse du nombre de décès à Mayotte. Ainsi, en 2020, le nombre de décès augmente davantage à Mayotte (+ 25 % par rapport à 2019) qu’en France métropolitaine (+ 9 %) ; une épidémie de dengue a également touché l’île début 2020. Sur les six premiers mois de 2021, 610 personnes sont décédées, soit une hausse de 53 % par rapport à la même période de 2019, en lien avec le pic de la pandémie de Covid-19 intervenu en février 2021.

Insee Flash Mayotte
No 124
Paru le : Paru le 16/09/2021

En 2020, 9 180 enfants sont nés de mères domiciliées à Mayotte, soit 580 bébés de moins qu’en 2019 (figure 1). La baisse des naissances est sensible (- 6 %). Le nombre de naissances est le plus faible depuis 2015, mais demeure à un niveau nettement plus élevé qu’à la fin des années 2000 et qu’au début des années 2010 (7 100 en moyenne entre 2007 et 2012). Ce nombre s’était stabilisé jusqu’au début des années 2010 sous l’impulsion des politiques de maîtrise de la fécondité type « 1,2,3 ». La baisse des naissances en 2020 est concentrée sur le second semestre de l’année.

En 2020, 970 personnes domiciliées à Mayotte sont décédées. Ce sont 190 décès de plus qu’en 2019 (+ 25 %) et 210 de plus qu’en 2018.

Le solde naturel, différence entre les naissances et les décès, s’élève à + 8 210 en 2020. C’est le niveau le plus faible depuis 2014.

Figure 1Évolution des naissances, des décès et du solde naturel à Mayotte entre 2014 et 2020

Évolution des naissances, des décès et du solde naturel à Mayotte entre 2014 et 2020
2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Naissances nombre 7 310 9 000 9 500 9 760 9 590 9 770 9 180
évolution (en %) // 23,1 5,5 2,8 - 1,8 1,9 - 6,0
Décès (nombre) 590 640 710 740 760 780 970
Solde naturel (nombre) 6 720 8 360 8 790 9 030 8 830 8 990 8 210
  • Note : nombres arrondis à la dizaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

La baisse des naissances davantage portée par les mères comoriennes, mais la fécondité reste élevée

En 2020, la baisse des naissances est davantage marquée pour les mères de nationalité comorienne. Celles-ci donnent naissance à 6 300 enfants, soit 515 de moins que le niveau record de 2019 (- 8 %). C’est un niveau comparable à celui de 2015. Les naissances de mères de nationalité française baissent également, mais dans une moindre mesure (- 80 naissances, soit - 3 %). Quant aux naissances de mères malgaches, elles sont stables. Pour autant, en 2020 comme chaque année depuis 2016, les trois quarts des femmes ayant eu un enfant sont de nationalité étrangère (69 % de naissances de mères comoriennes et 5 % de mères malgaches). Celles-ci portent la forte fécondité à Mayotte : avec 4,2 enfants par femme, elle reste nettement plus élevée à Mayotte qu’en métropole (1,8, figure 2) et même qu’en Guyane (3,6). Mayotte est ainsi le département français où la fécondité est la plus élevée.

La moitié des enfants sont nés d’un père de nationalité étrangère, principalement comorienne. Au final, 56 % des nouveau-nés de 2020 ont au moins un parent français et naissent ainsi Français (figure 3). C’est autant qu’en 2019 et en 2018 (55 %), un peu moins qu’en 2016 et 2017 (58 %) et surtout qu’en 2014 (72 %). En effet, depuis 2012, la population étrangère augmente fortement .

Figure 2Naissances vivantes domiciliées à Mayotte en 2020, selon la nationalité de la mère

Naissances vivantes domiciliées à Mayotte en 2020, selon la nationalité de la mère
Ensemble Comorienne Française Malgache Autres nationalités
2014 7 310 4 330 2 730 200 60
2015 9 000 6 270 2 430 260 40
2016 9 500 6 590 2 430 440 50
2017 9 760 6 740 2 560 420 40
2018 9 590 6 690 2 460 390 50
2019 9 770 6 810 2 450 440 70
2020 9 180 6 300 2 370 440 80
  • Note : les nombres de naissances par nationalité sont arrondies à la dizaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

Figure 2Naissances vivantes domiciliées à Mayotte en 2020, selon la nationalité de la mère

  • Note : les nombres de naissances par nationalité sont arrondies à la dizaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

Figure 3Naissances vivantes domiciliées à Mayotte, selon la nationalité des parents

en %
Naissances vivantes domiciliées à Mayotte, selon la nationalité des parents (en %)
Père et mère étrangers Père français et mère étrangère Mère française et père étranger Père et mère français Total
2014 28,2 34,5 9,4 27,9 100
2015 39,3 33,7 7,3 19,7 100
2016 42,1 32,4 6,9 18,6 100
2017 41,6 32,2 7,2 19,0 100
2018 44,6 29,7 7,5 18,1 100
2019 45,0 30,0 7,2 17,8 100
2020 43,8 30,5 7,6 18,2 100
  • Note : les nombres de naissances par nationalité sont arrondies à la dizaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

Figure 3Naissances vivantes domiciliées à Mayotte, selon la nationalité des parents

  • Note : les nombres de naissances par nationalité sont arrondies à la dizaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

Toujours beaucoup de mères mineures

En 2020, 415 enfants sont nés de mères mineures : c’est un peu moins qu’en 2019 (430) et qu’en 2018 (470). Ces naissances représentent 4,5 % des naissances, une part moindre qu’en Guyane (4,8 %), mais plus élevée qu’à La Réunion (2 %) et qu’en métropole (0,4 %). En particulier, 91 enfants sont nés de mères de 15 ans ou moins. La plupart des mères mineures ont accouché dans une maternité (94 %). La part de mères étrangères est la même parmi les mères mineures que parmi les majeures (trois quarts).

Les accouchements hors de Mayotte en net recul

En 2020, en raison de la crise sanitaire et des difficultés de déplacements, le nombre de mères domiciliées à Mayotte qui accouchent hors du département diminue nettement : 236 en 2020, contre 300 en 2019. La moitié d’entre elles ont accouché à La Réunion et l’autre moitié en métropole. Ces mères sont plus âgées que celles qui ont accouché à Mayotte (32 ans en moyenne contre 29 ans). Elles sont en grande majorité de nationalité française (86 %) : parmi elles, six sur dix sont nées à Mayotte (64 %), deux sur dix en métropole (17 %) et une sur dix à La Réunion (12 %). Les naissances hors du département restent un phénomène marginal (3 % des naissances en 2020), mais sont plus fréquentes parmi les mères françaises domiciliées à Mayotte (9 % des naissances).

Forte hausse du nombre de décès en 2020

Le nombre de décès domiciliés augmente plus fortement à Mayotte en 2020 (+ 25 % par rapport à 2019) qu’en métropole (+ 9 %). La pandémie de Covid-19 influe ainsi fortement sur les décès, même si les causes de décès ne sont pas disponibles et qu’il n’est donc pas encore possible de mesurer précisément l’impact de cette pandémie. Le début d'année 2020 notamment a aussi été marqué par l'épidémie de dengue.

La surmortalité est plus marquée entre février et mai, ainsi qu’au mois de décembre (figure 4). Elle concerne le plus fortement les personnes âgées de 75 ans ou plus (+ 37 % par rapport à 2019). Seuls les moins de 25 ans ne sont pas affectés par ce surcroît de mortalité en 2020.

Sous l’effet de l’épidémie de dengue et de la pandémie de Covid-19, l’espérance de vie à la naissance recule nettement à Mayotte en 2020 : - 3 ans. Celle-ci s’établit à 74 ans pour les femmes et à 72 ans pour les hommes.

La population de Mayotte étant nettement plus jeune que celle de métropole, le nombre de décès rapportés à l’ensemble de la population reste bien plus faible. Ainsi, le taux de mortalité est trois fois plus faible à Mayotte qu’en métropole (3,4 contre 10,0 pour 1 000 habitants).

La mortalité infantile reste élevée à Mayotte : en 2020, sur 1 000 enfants nés vivants, 9,5 n’atteignent pas l’âge d’un an, soit un taux de mortalité infantile bien plus élevé qu’en métropole (3,5 pour mille).

Figure 4Évolution entre 2019 et 2020 du nombre de décès par région et contribution des différentes périodes de l'année

en %
Évolution entre 2019 et 2020 du nombre de décès par région et contribution des différentes périodes de l'année (en %) - Lecture : le nombre de décès toutes causes confondues domiciliés à Mayotte augmente de 25 % entre 2019 et 2020. Le surplus de décès survenus de février à mai 2020 contribue à hauteur de 15 points à cette hausse.
Janvier Février-Mai Juin-Septembre Octobre Novembre-Décembre Évolution 2019-2020
Métropole -0,5 3,8 0,7 1,3 4,0 9,3
Guadeloupe -0,9 2,7 2,5 3,0 0,5 7,9
Martinique -1,0 -0,2 0,8 0,7 0,5 0,8
Guyane -1,8 -7,6 5,0 2,4 -1,2 -3,2
La Réunion -0,8 0,5 2,4 -0,9 0,6 1,7
Mayotte 0,0 14,7 7,1 -3,1 5,9 24,6
  • Lecture : le nombre de décès toutes causes confondues domiciliés à Mayotte augmente de 25 % entre 2019 et 2020. Le surplus de décès survenus de février à mai 2020 contribue à hauteur de 15 points à cette hausse.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

Figure 4Évolution entre 2019 et 2020 du nombre de décès par région et contribution des différentes périodes de l'année

  • Lecture : le nombre de décès toutes causes confondues domiciliés à Mayotte augmente de 25 % entre 2019 et 2020. Le surplus de décès survenus de février à mai 2020 contribue à hauteur de 15 points à cette hausse.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

Encadré - Rebond des naissances et forte surmortalité en début d’année 2021

Au cours des sept premiers mois de l’année 2021, 6 550 enfants sont nés de mères domiciliées à Mayotte, soit 550 naissances de plus que sur la même période de 2020 (+ 9,1 %). Cette hausse s’est concentrée sur les mois de février à juillet (+ 12 %). En janvier 2021, les naissances sont en baisse à Mayotte ; dans les autres régions françaises, le phénomène est similaire. En effet, les enfants nés en janvier 2021 ont été conçus en avril 2020, au début d’un confinement qui a pu décourager les couples de procréer et les inciter à reporter de plusieurs mois leurs projets de parentalité.

De janvier à juin 2021, 610 personnes domiciliées à Mayotte sont décédées. Ce sont 210 décès de plus qu’en 2019, soit une hausse de 53 %. En lien avec le pic de contaminations de Covid-19 intervenu au 1er trimestre, la surmortalité a été très forte en début d’année 2021 : le nombre de décès a été deux fois plus élevé au 1er trimestre 2021 qu’en 2019. Au 2e trimestre 2021, l’excédent de décès n’est plus que de 8 % par rapport à 2019, soit une hausse liée essentiellement à la croissance tendancielle de la population.

Les hommes ont davantage été concernés par cette surmortalité de début d’année : 230 hommes sont décédés au 1er trimestre 2021 contre 170 femmes, alors que 100 hommes et autant de femmes étaient décédés au 1er trimestre 2019.

Sur l’ensemble du 1er semestre 2021, l’excédent de mortalité est particulièrement important parmi les personnes âgées de 75 à 84 ans (91 % de décès en plus par rapport à 2019). Mais dès 50 ans, l’accroissement du nombre de décès est sensible : + 65 % parmi les 50-64 ans.

Publication rédigée par : Claude Touzet (Insee)

Sources

Les statistiques d’état civil sur les naissances sont issues d’une exploitation des informations que les mairies transmettent à l’Insee. L'Insee s’assure de l'exhaustivité et de la qualité des données avant de produire les fichiers statistiques d'état civil.

Sont présentées ici les naissances domiciliées à Mayotte, c’est-à-dire les naissances de mères qui résident à Mayotte. Ce nombre diffère légèrement des naissances enregistrées (qui ont eu lieu sur l’île). Ainsi, 13 bébés sont nés à Mayotte alors que les mères n’y vivent pas ; à l’inverse, 236 naissances sont domiciliées à Mayotte alors qu’elles ont eu lieu en dehors de l’île.

Les naissances domiciliées sont privilégiées aux naissances enregistrées, car elles permettent une meilleure appréhension des évolutions démographiques d’un territoire. En effet, la plupart des bébés qui ne naissent pas à Mayotte alors que la mère y réside, devraient très vite venir vivre à Mayotte.

Pour en savoir plus

Chaussy C., Genay V., Merceron S., « À Mayotte, près d’un habitant sur deux est de nationalité étrangère », Insee Première n° 1737, février 2019.

Papon S., Beaumel C., « Bilan démographique 2020 révisé - Avec la pandémie de Covid-19, nette baisse de l’espérance de vie et chute du nombre de mariages », Insee Première n° 1846, mars 2021.

Le Minez S., Roux V., « 2020 : une hausse des décès inédite depuis 70 ans », Insee Première n° 1847, mars 2021.

Touzet C., « Bilan démographique 2019 à Mayotte - Les naissances au plus haut comme en 2017 », Insee Flash Mayotte n° 108, août 2020.

Balichi J., Chaussy C., Merceron S., « Les décès à Mayotte en 2016 – Surmortalité des enfants et des femmes de 60 ans ou plus », Insee Flash Mayotte n° 68, mai 2018.

Le compte Twitter de l’Insee La Réunion-Mayotte : @InseeOI.