Insee
Insee Flash Pays de la Loire · Juin 2021 · n° 114
Insee Flash Pays de la LoireEn 50 ans, le nombre de logements a plus que doublé

Sébastien Demont, Amandine Rodrigues (Insee)

Entre 1968 et 2018, le nombre total de logements a plus que doublé dans les Pays de la Loire, avec 2,027 millions de logements au 1er janvier 2018. Avec la réduction de la taille des ménages, le nombre de résidences principales a augmenté deux fois plus vite que la population. L’effet décohabitation porte 60 % de la croissance des résidences principales et l’effet démographique les 40 % restants. La dynamique est plus forte en Vendée et en Loire-Atlantique. Très attractives, notamment lors des deux vagues de périurbanisation, les couronnes connaissent les plus fortes augmentations. Un nouveau logement sur trois se situe dans l’aire d’attraction de Nantes.

Insee Flash Pays de la Loire
No 114
Paru le : Paru le 30/06/2021

Hausse de 125 % des logements en 50 ans

Au 1er janvier 2018 les Pays de la Loire comptent 2,027 millions de logements dont 1,679 million de résidences principales, 132 000 logements vacants et 216 000 résidences secondaires ou occasionnelles. En cinquante ans, le nombre total de logements des Pays de la Loire a plus que doublé en augmentant de 22 500 logements par an en moyenne entre 1968 et 2018, l’équivalent chaque année du parc de logements de La Baule-Escoublac. Avec une croissance annuelle moyenne de + 1,6 % par an contre + 1,3 % en France métropolitaine, les Pays de la Loire se classent au 4e rang des régions pour le rythme de croissance de son parc de logements derrière la Corse, Paca et Occitanie.

Les résidences principales portent l’essentiel de la croissance du parc de logements. Entre 1968 et 2018, leur rythme de croissance est plus ou moins marqué selon les départements : + 1,9 % en Vendée, + 1,8 % en Loire-Atlantique, + 1,5 % en Maine-et-Loire et + 1,1 % dans la Sarthe et en Mayenne (figure 1).

Figure 1 Taux de variation annuel moyen du nombre de résidences principales entre 1968 et 2018

en %
Taux de variation annuel moyen du nombre de résidences principales entre 1968 et 2018 (en %) - Lecture : entre 1968 et 2018, le nombre de résidences principales en Vendée a augmenté de + 1,9 % en moyenne chaque année. L’effet démographique explique 40 % de cette augmentation et l’effet décohabitation explique les 60 % restants.
Zone géographique Taux de variation annuel moyen des résidences principales 1968-2018 Effet démographique Effet décohabitation
Pays de la Loire 1,6 40 60
Vendée 1,9 40 60
Loire-Atlantique 1,8 45 55
Maine-et-Loire 1,5 37 63
Sarthe 1,1 30 70
Mayenne 1,1 31 69
  • Lecture : entre 1968 et 2018, le nombre de résidences principales en Vendée a augmenté de + 1,9 % en moyenne chaque année. L’effet démographique explique 40 % de cette augmentation et l’effet décohabitation explique les 60 % restants.
  • Source : Insee, Recensements de la population (RP) de 1968 et 2018

Figure 1 Taux de variation annuel moyen du nombre de résidences principales entre 1968 et 2018

  • Lecture : entre 1968 et 2018, le nombre de résidences principales en Vendée a augmenté de + 1,9 % en moyenne chaque année. L’effet démographique explique 40 % de cette augmentation et l’effet décohabitation explique les 60 % restants.
  • Source : Insee, Recensements de la population (RP) de 1968 et 2018

La hausse de la population et la décohabitation expliquent la hausse du nombre de logements

Le nombre de résidences principales augmente sous l’effet de deux moteurs : la croissance démographique d’une part, et la diminution de la taille des ménages d’autre part. Avec 3,692 millions d’habitants dans les résidences principales au 1er janvier 2018, les Pays de la Loire ont connu une hausse de 23 600 habitants par an entre 1968 et 2018, soit + 0,8 % par an contre + 0,5 % en France métropolitaine. Ainsi la population a augmenté deux fois moins vite que les logements.

En parallèle, dans les Pays de la Loire, comme en France métropolitaine, la décohabitation a pris de l’ampleur. L’allongement de la durée des études entraînant des mises en couple plus tardives, les ruptures d’union plus fréquentes, le vieillissement de la population et l’augmentation de l’espérance de vie sont les principales causes de la diminution de la taille des ménages. Dans les Pays de la Loire le nombre moyen de personnes par ménage passe de 3,3 en 1968 à 2,2 en 2018.

Entre 1968 et 2018, dans les Pays de la Loire, l’effet décohabitation explique 60 % de l’évolution du nombre de résidences principales. L’effet démographique, quant à lui, explique les 40 % restants. Cette répartition est proche de celle de la France métropolitaine (respectivement 63 % et 37 %). Ce double effet démographique – décohabitation agit de la même façon en Vendée et en Maine-et-Loire que dans la région. En revanche, l’effet décohabitation est plus faible en Loire-Atlantique (55 %) et plus élevé dans la Sarthe (70 %) et en Mayenne (69 %).

Forte progression du nombre de résidences principales dans les couronnes

Dans les Pays de la Loire, l’évolution du nombre de résidences principales varie selon les territoires et les périodes (figure 2). Entre 1968 et 2018, l’augmentation est bien plus élevée dans les couronnes, (+ 1,8 %) que dans les pôles (+ 1,5 %) ou encore les communes hors attraction des villes (+ 0,9 %).

Au cours des 50 dernières années, la région a connu deux vagues de périurbanisation. Durant la première, entre 1975 et 1982, le nombre de résidences principales augmente de 2,5 % par an en moyenne dans les couronnes. La deuxième vague, entre 1999 et 2008, touche non seulement les couronnes mais aussi les communes hors attraction des villes avec une croissance des logements respective de + 2,2 % et + 1,6 % par an en moyenne.

La périurbanisation s’accompagne d’une forte appétence pour la maison individuelle dans la région. En 2018, dans les Pays de la Loire, 72 % des résidences principales sont des maisons, contre 56 % au niveau national.

La période plus récente de 2013 à 2018 est marquée par un regain de dynamisme dans les pôles avec une croissance des logements de + 1,0 % par an en moyenne.

Figure 2Évolution annuelle moyenne du nombre de résidences principales entre 1968 et 2018 selon le zonage en aires d’attraction des villes

en %
Évolution annuelle moyenne du nombre de résidences principales entre 1968 et 2018 selon le zonage en aires d’attraction des villes (en %)
Périodes Pôles Couronnes Communes hors attraction des villes
1968-1975 2,6 1,5 0,3
1975-1982 1,6 2,5 1,1
1982-1990 1,3 1,6 0,8
1990-1999 1,6 1,6 1,0
1999-2008 1,1 2,2 1,6
2008-2013 0,9 1,6 1,1
2013-2018 1,0 1,3 0,7
1968-2018 1,5 1,8 0,9
  • Source : Insee, RP de 1968 à 2018

Figure 2Évolution annuelle moyenne du nombre de résidences principales entre 1968 et 2018 selon le zonage en aires d’attraction des villes

  • Source : Insee, RP de 1968 à 2018

Une augmentation très forte du nombre de résidences principales à l’ouest de la région

Les aires d’attraction des villes situées à l’ouest de la région connaissent la plus forte hausse du nombre de résidences principales (figure 3). Dans les Pays de la Loire, un nouveau logement sur trois se situe dans l’aire d’attraction de Nantes. Pôle et couronne ont une contribution assez équilibrée. L’aire d’attraction d’Angers est la 2e aire la plus contributrice à l’accroissement du nombre de logements : elle représente 12 % des nouveaux logements de la région, avec là aussi, un poids équivalent entre la couronne et le pôle.

Le nombre de résidences principales croît le plus fortement dans les aires vendéennes. Ainsi, il est multiplié par quatre dans la couronne de Saint-Hilaire-de-Riez, par 3,8 dans le pôle de Challans, par 3,7 dans la couronne des Sables-d’Olonne et par 3,5 dans le pôle de Montaigu-Vendée.

Figure 3Évolution du nombre de résidences principales entre 1968 et 2018 dans les aires d’attraction des villes des Pays de la Loire

Évolution du nombre de résidences principales entre 1968 et 2018 dans les aires d’attraction des villes des Pays de la Loire - Lecture : le nombre de résidences principales augmente de 2,3 fois dans le pôle de l’aire d’attraction de Nantes entre 1968 et 2018. Dans sa couronne, ce nombre est multiplié par 3,2.
Code AAV Libellé aire d’attraction des villes (AAV) Catégorie AAV Libellé catégorie AAV Nombre de résidences principales en 2018 Nombre de résidences principales en 1968 Coefficient multiplicateur
116 Alençon 20 Couronnes de Alençon 24 231 12 545 1,9
155 Ancenis-Saint-Géréon 11 Pôle de Ancenis-Saint-Géréon 5 023 2 146 2,3
155 Ancenis-Saint-Géréon 20 Couronnes de Ancenis-Saint-Géréon 18 805 8 774 2,1
026 Angers 20 Couronnes de Angers 90 977 34 426 2,6
026 Angers 11 Pôle de Angers 104 415 47 808 2,2
433 Baugé-en-Anjou 11 Pôle de Baugé-en-Anjou 4 972 3 363 1,5
180 Challans 20 Couronnes de Challans 9 983 3 710 2,7
180 Challans 11 Pôle de Challans 11 845 3 142 3,8
337 Chantonnay 20 Couronnes de Chantonnay 2 478 1 502 1,6
337 Chantonnay 11 Pôle de Chantonnay 4 991 2 125 2,3
244 Château-Gontier-sur-Mayenne 20 Couronnes de Château-Gontier-sur-Mayenne 5 336 3 568 1,5
244 Château-Gontier-sur-Mayenne 11 Pôle de Château-Gontier-sur-Mayenne 7 893 3 344 2,4
228 Châteaubriant 11 Pôle de Châteaubriant 5 725 3 558 1,6
228 Châteaubriant 20 Couronnes de Châteaubriant 8 980 6 048 1,5
212 Chemillé-en-Anjou 11 Pôle de Chemillé-en-Anjou 14 745 7 662 1,9
067 Cholet 20 Couronnes de Cholet 43 143 17 795 2,4
067 Cholet 11 Pôle de Cholet 25 543 12 173 2,1
000 Commune hors attraction des villes 30 Commune hors attraction des villes
498 Craon 20 Couronnes de Craon 1 643 1 220 1,3
498 Craon 11 Pôle de Craon 2 117 1 321 1,6
615 Cugand 12 Pôle de Cugand 2 082 823 2,5
362 Doué-en-Anjou 20 Couronnes de Doué-en-Anjou 1 860 1 301 1,4
362 Doué-en-Anjou 11 Pôle de Doué-en-Anjou 4 716 2 604 1,8
647 Durtal 11 Pôle de Durtal 1 465 931 1,6
647 Durtal 20 Couronnes de Durtal 427 255 1,7
462 Ernée 11 Pôle de Ernée 2 582 1 647 1,6
462 Ernée 20 Couronnes de Ernée 1 891 1 563 1,2
387 Essarts en Bocage 11 Pôle de Essarts en Bocage 4 557 1 742 2,6
387 Essarts en Bocage 20 Couronnes de Essarts en Bocage 1 054 547 1,9
321 Évron 20 Couronnes de Évron 4 556 3 638 1,3
321 Évron 11 Pôle de Évron 3 912 1 642 2,4
204 Fontenay-le-Comte 20 Couronnes de Fontenay-le-Comte 11 401 6 923 1,6
204 Fontenay-le-Comte 11 Pôle de Fontenay-le-Comte 7 052 3 906 1,8
172 Fougères 20 Couronnes de Fougères 12 852 6 993 1,8
636 Gorron 20 Couronnes de Gorron 934 991 0,9
636 Gorron 11 Pôle de Gorron 1 228 786 1,6
632 L'Île-d'Yeu 11 Pôle de L'Île-d'Yeu 2 280 1 487 1,5
447 La Châtaigneraie 20 Couronnes de La Châtaigneraie 3 064 2 052 1,5
447 La Châtaigneraie 11 Pôle de La Châtaigneraie 1 725 889 1,9
227 La Ferté-Bernard 20 Couronnes de La Ferté-Bernard 9 739 6 704 1,5
227 La Ferté-Bernard 12 Pôle de La Ferté-Bernard 5 554 2 735 2,0
288 La Flèche 20 Couronnes de La Flèche 3 778 2 556 1,5
288 La Flèche 11 Pôle de La Flèche 7 057 4 224 1,7
474 La Guerche-de-Bretagne 20 Couronnes de La Guerche-de-Bretagne 2 146 1 502 1,4
066 La Roche-sur-Yon 20 Couronnes de La Roche-sur-Yon 45 910 14 662 3,1
066 La Roche-sur-Yon 11 Pôle de La Roche-sur-Yon 27 735 10 435 2,7
051 La Rochelle 20 Couronnes de La Rochelle 62 933 19 283 3,3
075 Laval 20 Couronnes de Laval 38 032 15 256 2,5
075 Laval 11 Pôle de Laval 25 602 14 337 1,8
624 Le Lude 20 Couronnes de Le Lude 357 290 1,2
624 Le Lude 11 Pôle de Le Lude 1 992 1 461 1,4
034 Le Mans 20 Couronnes de Le Mans 87 850 39 279 2,2
034 Le Mans 12 Pôle de Le Mans 75 209 46 134 1,6
444 Le Pouliguen 12 Pôle de Le Pouliguen 5 868 3 443 1,7
173 Les Herbiers 20 Couronnes de Les Herbiers 14 218 5 397 2,6
173 Les Herbiers 11 Pôle de Les Herbiers 6 966 2 170 3,2
139 Les Sables-d'Olonne 20 Couronnes de Les Sables-d'Olonne 10 023 2 688 3,7
139 Les Sables-d'Olonne 11 Pôle de Les Sables-d'Olonne 23 305 9 255 2,5
561 Longué-Jumelles 20 Couronnes de Longué-Jumelles 48 37 1,3
561 Longué-Jumelles 11 Pôle de Longué-Jumelles 3 025 1 787 1,7
311 Luçon 20 Couronnes de Luçon 4 968 2 578 1,9
311 Luçon 11 Pôle de Luçon 4 796 2 546 1,9
544 Machecoul-Saint-Même 11 Pôle de Machecoul-Saint-Même 3 258 1 287 2,5
470 Mamers 20 Couronnes de Mamers 2 068 1 602 1,3
470 Mamers 11 Pôle de Mamers 2 607 1 802 1,4
332 Mauges-sur-Loire 11 Pôle de Mauges-sur-Loire 7 330 3 521 2,1
219 Mayenne 20 Couronnes de Mayenne 9 256 5 679 1,6
219 Mayenne 11 Pôle de Mayenne 6 498 3 341 1,9
202 Montaigu-Vendée 20 Couronnes de Montaigu-Vendée 8 909 3 212 2,8
202 Montaigu-Vendée 11 Pôle de Montaigu-Vendée 8 406 2 399 3,5
381 Montval-sur-Loir 20 Couronnes de Montval-sur-Loir 3 601 2 606 1,4
381 Montval-sur-Loir 11 Pôle de Montval-sur-Loir 2 907 2 299 1,3
008 Nantes 20 Couronnes de Nantes 205 207 63 257 3,2
008 Nantes 11 Pôle de Nantes 239 628 106 215 2,3
063 Niort 20 Couronnes de Niort 49 970 21 654 2,3
231 Pornic 20 Couronnes de Pornic 6 122 1 932 3,2
231 Pornic 11 Pôle de Pornic 9 981 3 082 3,2
411 Pouzauges 20 Couronnes de Pouzauges 3 107 1 849 1,7
411 Pouzauges 11 Pôle de Pouzauges 2 476 1 204 2,1
188 Redon 20 Couronnes de Redon 15 331 7 889 1,9
188 Redon 12 Pôle de Redon 5 990 3 543 1,7
191 Sablé-sur-Sarthe 20 Couronnes de Sablé-sur-Sarthe 13 960 8 085 1,7
191 Sablé-sur-Sarthe 11 Pôle de Sablé-sur-Sarthe 5 641 2 869 2,0
574 Saint-Calais 20 Couronnes de Saint-Calais 1 434 1 241 1,2
574 Saint-Calais 11 Pôle de Saint-Calais 1 519 1 252 1,2
607 Saint-Fulgent 20 Couronnes de Saint-Fulgent 700 289 2,4
607 Saint-Fulgent 11 Pôle de Saint-Fulgent 1 569 556 2,8
192 Saint-Hilaire-de-Riez 20 Couronnes de Saint-Hilaire-de-Riez 10 340 2 583 4,0
192 Saint-Hilaire-de-Riez 12 Pôle de Saint-Hilaire-de-Riez 12 067 3 828 3,2
453 Saint-Jean-de-Monts 12 Pôle de Saint-Jean-de-Monts 5 345 2 217 2,4
055 Saint-Nazaire 20 Couronnes de Saint-Nazaire 57 858 23 638 2,4
055 Saint-Nazaire 12 Pôle de Saint-Nazaire 40 692 20 737 2,0
642 Saint-Père-en-Retz 11 Pôle de Saint-Père-en-Retz 1 905 694 2,7
133 Saumur 20 Couronnes de Saumur 18 733 10 207 1,8
133 Saumur 11 Pôle de Saumur 13 337 9 665 1,4
258 Segré-en-Anjou Bleu 20 Couronnes de Segré-en-Anjou Bleu 4 653 3 726 1,2
258 Segré-en-Anjou Bleu 11 Pôle de Segré-en-Anjou Bleu 7 471 4 721 1,6
631 Sillé-le-Guillaume 20 Couronnes de Sillé-le-Guillaume 1 059 784 1,4
631 Sillé-le-Guillaume 11 Pôle de Sillé-le-Guillaume 1 041 886 1,2
602 Villaines-la-Juhel 20 Couronnes de Villaines-la-Juhel 1 279 1 105 1,2
602 Villaines-la-Juhel 11 Pôle de Villaines-la-Juhel 1 343 700 1,9
169 Vitré 20 Couronnes de Vitré 13 740 6 456 2,1
116 Alençon 11 Pôle de Alençon 13 224 9 297 1,4
172 Fougères 11 Pôle de Fougères 10 696 8 726 1,2
474 La Guerche-de-Bretagne 11 Pôle de La Guerche-de-Bretagne 1 939 1 062 1,8
051 La Rochelle 12 Pôle de La Rochelle 50 915 25 373 2,0
063 Niort 11 Pôle de Niort 30 578 17 140 1,8
169 Vitré 11 Pôle de Vitré 8 456 3 419 2,5
  • Lecture : le nombre de résidences principales augmente de 2,3 fois dans le pôle de l’aire d’attraction de Nantes entre 1968 et 2018. Dans sa couronne, ce nombre est multiplié par 3,2.
  • Source : Insee, RP 1968 et 2018.

Figure 3Évolution du nombre de résidences principales entre 1968 et 2018 dans les aires d’attraction des villes des Pays de la Loire

  • Lecture : le nombre de résidences principales augmente de 2,3 fois dans le pôle de l’aire d’attraction de Nantes entre 1968 et 2018. Dans sa couronne, ce nombre est multiplié par 3,2.
  • Source : Insee, RP 1968 et 2018.
Publication rédigée par : Sébastien Demont, Amandine Rodrigues (Insee)

Sources

Les données sont issues des recensements de la population de 1968 à 2018.

Définitions


Une résidence principale est un logement occupé de façon habituelle et à titre principal par une ou plusieurs personnes qui constituent un ménage.


L’effet décohabitation est le volume de logements supplémentaires nécessaires pour absorber la baisse de la taille moyenne des ménages à nombre d’habitants constants.


L’effet démographique est le nombre de logements supplémentaires nécessaires pour loger les nouveaux habitants si la taille moyenne des ménages était restée inchangée.


L’aire d’attraction d’une ville est un ensemble de communes, d’un seul tenant et sans enclave, constitué d’un pôle de population et d’emploi et d’une couronne qui rassemble les communes dont au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle. Les communes hors attraction des villes sont celles situées hors des pôles et hors des couronnes des aires d’attraction des villes.

Pour en savoir plus

Brutel C., 50 ans d’évolution des résidences principales : des logements plus grands et moins peuplés, Insee Première, n° 1865, juin 2021

Lalande E. et Vahé M., Pays de la Loire : une dynamique démographique soutenue, portée par la Loire-Atlantique, Insee Analyses, n° 84, décembre 2020.

Hervy C. et Loizeau P., La moitié des Ligériens dans les aires de Nantes, Angers, Le Mans et Saint-Nazaire, Insee Flash, n° 104, octobre 2020.

Chesnel H. et al., Depuis 50 ans, un net recul du surpeuplement des logements, Insee Flash, n° 98, décembre 2019.