Insee
Informations Rapides · 28 mai 2021 · n° 136
Informations rapidesLe PIB est quasi stable au premier trimestre 2021 (– 0,1 %), le pouvoir d’achat du RDB des ménages baisse (– 1,0 %) mais reste au-dessus de son niveau d’avant crise.Comptes nationaux trimestriels - résultats détaillés - premier trimestre 2021

Au premier trimestre 2021, le produit intérieur brut (PIB) en volume* baisse légèrement : – 0,1 % après – 1,5 % au quatrième trimestre 2020. Il s’établit à 4,7 % en deçà de son niveau du quatrième trimestre 2019, dernier trimestre avant la crise sanitaire.

Le revenu disponible brut (RDB) des ménages baisse légèrement au premier trimestre (–0,2 % après +1,9 %) mais reste au-dessus de son niveau d’avant crise (+2,3 % par rapport au quatrième trimestre 2019). Dans le même temps, les prix de la consommation des ménages accélèrent (+0,8 % après +0,0 %), du fait notamment de la hausse des prix de l’énergie : ainsi le pouvoir d’achat du RDB des ménages baisse nettement ce trimestre (–1,0 % après +1,9 %). Il reste cependant supérieur à son niveau d’avant crise (+1,2 % après +2,3 %).

Informations rapides
No 136
Paru le : Paru le 28/05/2021
Prochaine parution le : 31/08/2022 à 08h45 - deuxième trimestre 2022
Avertissement

Étant donné les fortes évolutions des derniers trimestres, les écarts au niveau du quatrième trimestre (T4) 2019 peuvent rendre mieux compte de l’activité que les évolutions au trimestre le trimestre. Les tableaux ont donc été dédoublés pour présenter à la fois les évolutions trimestrielles (T/T-1) et les écarts au T4 2019.

Au premier trimestre 2021, le produit intérieur brut (PIB) en volume* baisse légèrement : – 0,1 % après – 1,5 % au quatrième trimestre 2020. Il s’établit à 4,7 % en deçà de son niveau du quatrième trimestre 2019, dernier trimestre avant la crise sanitaire.

Les dépenses de consommation des ménages sont quasi stables (+0,1 % après – 5,6 %) et restent nettement en deçà de leur niveau d’avant crise (–6,8 % par rapport au T4 2019). La formation brute de capital fixe (FBCF) augmente légèrement (+0,2 % après +1,7 %) et est plus proche de son niveau d’avant crise (–2,3 %). Au total, la demande intérieure finale hors stocks contribue à l’évolution du PIB à hauteur de +0,1 point ce trimestre.

Les importations restent relativement dynamiques (+1,1 % après +2,2 %), tandis que les exportations se replient légèrement (–0,2 % après +4,9 %). Les importations s’établissent ainsi à 6,9 % en dessous de leur niveau d’avant crise, tandis que les exportations en restent davantage éloignées (–9,9 %). Au total, le solde extérieur contribue négativement à la croissance du PIB : –0,4 point, après +0,7 point. À l’inverse, les variations de stocks y contribuent positivement (+0,2 point après +0,6 point).

* Les volumes sont mesurés aux prix de l’année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO ()
PIB
2005-T1 492238
2005-T2 493135
2005-T3 495679
2005-T4 499514
2006-T1 503357
2006-T2 508341
2006-T3 508423
2006-T4 512496
2007-T1 516317
2007-T2 520231
2007-T3 522067
2007-T4 523221
2008-T1 525261
2008-T2 523031
2008-T3 521656
2008-T4 514223
2009-T1 505566
2009-T2 505156
2009-T3 506010
2009-T4 509471
2010-T1 511273
2010-T2 513950
2010-T3 517285
2010-T4 520935
2011-T1 526052
2011-T2 526265
2011-T3 528160
2011-T4 529099
2012-T1 529604
2012-T2 528608
2012-T3 529868
2012-T4 529329
2013-T1 529298
2013-T2 532809
2013-T3 532905
2013-T4 535490
2014-T1 535913
2014-T2 536570
2014-T3 539077
2014-T4 539714
2015-T1 542264
2015-T2 542377
2015-T3 544147
2015-T4 544866
2016-T1 548278
2016-T2 547435
2016-T3 548620
2016-T4 551544
2017-T1 555937
2017-T2 560571
2017-T3 564229
2017-T4 568887
2018-T1 569032
2018-T2 571205
2018-T3 573637
2018-T4 577159
2019-T1 580820
2019-T2 584039
2019-T3 585072
2019-T4 583152
2020-T1 549037
2020-T2 476516
2020-T3 564819
2020-T4 556229
2021-T1 555608

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO

  • Source : Insee

Le PIB et ses composantes en volumes chaînés

variations en %, données CVS-CJO
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés (variations en %, données CVS-CJO)
2020 T2 2020 T3 2020 T4 2021 T1 2020 2021 (acquis)
PIB -13,2 18,5 -1,5 -0,1 -8,0 3,5
Importations -18,3 16,2 2,2 1,1 -12,2 5,0
Dép. conso. ménages -11,6 18,3 -5,6 0,1 -7,2 1,0
Dép. conso. APU* -11,3 17,8 -0,7 -0,1 -3,2 4,4
FBCF -13,9 23,3 1,7 0,2 -8,9 8,2
Exportations -24,8 21,6 4,9 -0,2 -16,1 5,6
Contributions :
Demande intérieure finale hors stocks -12,1 19,6 -2,8 0,1 -6,7 3,5
Variations de stocks 0,7 -1,9 0,6 0,2 -0,2 0,0
Commerce extérieur -1,8 0,9 0,7 -0,4 -1,2 0,1
  • * APU : administrations publiques
  • ** ENF : entreprises non financières
  • Les volumes sont mesurés aux prix de l'année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).
  • Source : Insee

Le PIB et ses composantes en volumes chaînés – évolutions par rapport au T4 2019

variations en %, données CVS-CJO
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés – évolutions par rapport au T4 2019 (variations en %, données CVS-CJO)
2020 T2 2020 T3 2020 T4 2021 T1
PIB -18,3 -3,1 -4,6 -4,7
Importations -22,4 -9,9 -7,9 -6,9
Dép. conso. ménages -16,7 -1,4 -6,9 -6,8
Dép. conso. APU* -13,9 1,5 0,7 0,6
FBCF -22,3 -4,2 -2,6 -2,3
Exportations -29,2 -13,9 -9,7 -9,9
  • * APU : administrations publiques
  • ** ENF : entreprises non financières
  • Les volumes sont mesurés aux prix de l'année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).
  • Source : Insee

Production, consommation et FBCF : principales composantes

variations en %, données CVS-CJO
Production, consommation et FBCF : principales composantes (variations en %, données CVS-CJO)
2020 T2 2020 T3 2020 T4 2021 T1 2020 2021 (acquis)
Production branche -13,9 18,3 -1,0 0,0 -8,5 3,7
Biens -16,5 19,6 1,1 -0,4 -10,8 4,6
Ind. manufacturière -19,8 24,2 1,2 -0,4 -13,0 5,6
Construction -19,8 33,6 -1,5 0,5 -13,1 8,0
Services marchands -12,8 16,0 -1,9 -0,1 -8,2 2,3
Services non marchands -10,9 18,1 -0,5 0,6 -3,4 5,5
Consommation des ménages -11,6 18,3 -5,6 0,1 -7,2 1,0
Alimentaire 0,6 -2,5 0,9 0,5 3,0 0,1
Énergie -11,7 15,6 -3,3 3,5 -7,3 5,0
Biens fabriqués -11,2 38,0 -7,6 -0,1 -8,4 6,5
Services -16,8 21,4 -7,6 -0,8 -11,1 -1,9
FBCF -13,9 23,3 1,7 0,2 -8,9 8,2
Produits manufacturés -15,9 34,6 -2,2 1,0 -11,1 9,6
Construction -21,3 36,7 -1,8 0,6 -14,3 8,5
Services marchands -5,0 6,2 8,0 -0,6 -1,3 7,0
  • Source : Insee

Production, consommation et FBCF : principales composantes – évolutions par rapport au T4 2019

variations en %, données CVS-CJO
Production, consommation et FBCF : principales composantes – évolutions par rapport au T4 2019 (variations en %, données CVS-CJO)
2020 T2 2020 T3 2020 T4 2021 T1
Production branche -18,7 -3,8 -4,8 -4,8
Biens -21,2 -5,8 -4,7 -5,1
Ind. manufacturière -25,2 -7,1 -6,0 -6,3
Construction -28,9 -5,0 -6,4 -6,0
Services marchands -17,6 -4,3 -6,2 -6,3
Services non marchands -13,9 1,7 1,2 1,7
Consommation des ménages -16,7 -1,4 -6,9 -6,8
Alimentaire 4,3 1,7 2,6 3,1
Énergie -15,2 -1,9 -5,2 -1,9
Biens fabriqués -24,4 4,3 -3,7 -3,8
Services -22,1 -5,4 -12,6 -13,3
FBCF -22,3 -4,2 -2,6 -2,3
Produits manufacturés -26,7 -1,4 -3,5 -2,6
Construction -31,3 -6,1 -7,8 -7,2
Services marchands -9,2 -3,6 4,2 3,5
  • Source : Insee

Le revenu disponible brut des ménages diminue légèrement au premier trimestre 2021

Le revenu disponible brut (RDB) des ménages baisse légèrement au premier trimestre (–0,2 % après +1,9 %) mais reste au-dessus de son niveau d’avant crise (+2,3 % par rapport au quatrième trimestre 2019). La masse salariale reçue par les ménages rebondit (+0,5 % après –0,7 %), mais reste cependant inférieure de 1,6 % à son niveau d’avant crise. Les cotisations sociales à la charge des ménages augmentent également (+0,4 % après +0,0 %), tandis que les prestations sociales diminuent légèrement (–0,5 % après +2,6 %). Les impôts sur le revenu et le patrimoine sont en hausse (+0,8 %) après une nette baisse au quatrième trimestre (–3,4 %) : le rebond mécanique de taxe d’habitation attendu est en grande partie compensé par la baisse de l’impôt sur le revenu (la fin d’année 2020 étant marquée par les régularisations du prélèvement à la source). Enfin, les versements du Fonds de solidarité sont en diminution pour les entrepreneurs individuels (EI) au premier trimestre après un quatrième trimestre élevé, contribuant également à la baisse du revenu.

Dans le même temps, les prix de la consommation des ménages accélèrent (+0,8 % après +0,0 %), du fait notamment de la hausse des prix de l’énergie : ainsi le pouvoir d’achat du RDB des ménages baisse nettement ce trimestre (–1,0 % après +1,9 %). Il reste cependant supérieur à son niveau d’avant crise (+1,2 % après +2,3 %). Mesuré par unité de consommation pour être ramené à un niveau individuel, il baisse de 1,1 % (après +1,8 %).

En raison de la baisse du RDB et de la légère hausse de la consommation des ménages (cf. supra), le taux d’épargne des ménages diminue : il s’établit à 21,8 % après 22,7 % au quatrième trimestre 2020, mais reste toujours très au-dessus de son niveau de 2019 (15,0 %).

Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages (variations t/t-1, en %, données CVS-CJO)
2020 T2 2020 T3 2020 T4 2021 T1 2020 2021 (acquis)
RDB -1,7 3,2 1,9 -0,2 1,0 2,3
RDB (pouvoir d'achat) -1,6 3,0 1,9 -1,0 0,4 1,5
RDB par uc* (pouvoir d'achat) -1,6 2,9 1,8 -1,1 0,0 1,2
RDB ajusté (pouvoir d'achat) -4,8 7,2 0,8 -0,7 -1,1 2,0
Taux d'épargne (niveau) 27,4 16,6 22,7 21,8 21,4
Taux d'épargne financière (niveau) 19,7 6,7 12,4 11,6 12,2
  • * uc : unité de consommation
  • nd : non disponible à la première estimation
  • Source : Insee

Les heures travaillées sont stables ce trimestre

Le nombre total d’heures travaillées est stable à +0,1 % au premier trimestre (après –2,7 %) : le recours au dispositif d’activité partielle diminue – contribuant à augmenter les heures travaillées – mais l’emploi total diminue parallèlement. Le nombre total d’heures travaillées reste ainsi largement en deçà de son niveau d’avant crise (–6,8 % par rapport au quatrième trimestre 2019).

Le taux de marge des entreprises augmente ce trimestre

Au premier trimestre 2021, le taux de marge des sociétés non financières (SNF) augmente : il s’établit à 34,8 % après 34,2 % au quatrième trimestre 2020 et 31,7 % en moyenne en 2020. Cette augmentation reflète surtout la mesure de baisse des impôts de production (notamment CVAE et CFE), en dépit de la légère diminution des versements du Fonds de solidarité versé aux entreprises.

Ratios des comptes des sociétés non financières

niveaux en %, données CVS-CJO
Ratios des comptes des sociétés non financières (niveaux en %, données CVS-CJO)
2020 T2 2020 T3 2020 T4 2021 T1 2020
Taux de marge 31,4 31,0 34,2 34,8 31,7
Taux d'investissement 24,6 24,7 25,1 25,4 24,6
Taux d'épargne 19,8 21,3 25,9 25,1 21,8
Taux d'autofinancement 80,3 86,4 102,9 98,7 88,6
  • nd : non disponible à la première estimation
  • Source : Insee

Le besoin de financement des administrations publiques diminue mais reste à un niveau très élevé

Au premier trimestre 2021, le besoin de financement des administrations publiques (APU) diminue de 1,5 point. Il s’établit à 9,4 % du PIB, après 10,9 % au quatrième trimestre 2020 et 9,2 % en 2020. Les dépenses diminuent de 2 Md€, en raison notamment du léger reflux des aides versées aux agents économiques, tandis que les recettes progressent de 7 Md€, portés par les recettes fiscales (notamment d’impôt sur les sociétés) et les cotisations sociales.

Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques

niveaux, données CVS-CJO
Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques (niveaux, données CVS-CJO)
2020 T2 2020 T3 2020 T4 2021 T1
En milliards d'euros
Dépenses totales 355,7 352,2 370,3 368,4
Recettes totales 279,9 315,7 305,5 312,3
Capacité (+) ou besoin (–) de financement -75,8 -36,4 -64,8 -56,0
En % de PIB
Capacité (+) ou besoin (–) de financement -14,5 -6,1 -10,9 -9,4
  • nd : non disponible à la première estimation
  • Source : Insee

Révisions

Cette publication, comme à l’accoutumée au mois de mai, intègre la révision générale des méthodes et des modèles d’estimation des comptes trimestriels : recalage sur les comptes annuels des années 2018 à 2020, réestimation des modèles de correction des variations saisonnières et des jours ouvrés, rééstimation des modèles d’étalonnage-calage. Il est donc habituel que cette publication affiche des révisions marquées. Cette année, les révisions sont particulièrement fortes, en raison du caractère atypique de l’année 2020 : l’évolution du PIB au deuxième trimestre 2020 est révisée de +0,4 point, et s’établit à – 13,2 %, en lien avec la révision de +0,2 point de l’évolution annuelle du PIB en 2020. Par ailleurs, l’estimation du premier trimestre 2021 est révisée de – 0,5 point, en raison notamment de l’intégration de données sur la construction, nettement moins dynamiques que les extrapolations mobilisées lors de la première estimation : l’évolution de la FBCF en construction au T1 passe ainsi de +5,1 % à +0,6 %.

Pour en savoir plus

Prochaine publication : le 30 juillet 2021 à 07h30

Pour en savoir plus

Prochaine publication : le 30 juillet 2021 à 07h30

: bureau-de-presse@insee.fr
: