Insee Conjoncture Provence-Alpes-Côte d'AzurL’emploi rebondit au troisième trimestre mais reste loin de son niveau d’avant-criseNote de conjoncture régionale - 3ᵉ trimestre 2020

Kendal Masson, Etienne Perron-Bailly (Insee)

Les résultats des comptes trimestriels indiquent un rebond de l’activité en France au troisième trimestre. En particulier, la consommation des ménages a retrouvé, au début de l’été, un niveau proche de son niveau d’avant-crise, préservée par les mesures de soutien à l’emploi et aux revenus.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le rebond du troisième trimestre est tout aussi marqué, mais n’a pas permis de revenir à un niveau d’activité d’avant-crise sanitaire. L’emploi rebondit, quel que soit le secteur d’activité ou le département. Toutefois, le premier confinement laisse des traces, puisque le chômage repasse au-dessus de la barre des 10 %.

Insee Conjoncture Provence-Alpes-Côte d'Azur
No 32
Paru le : Paru le 19/01/2021
Kendal Masson, Etienne Perron-Bailly (Insee)
Insee Conjoncture Provence-Alpes-Côte d'Azur  No 32 - Janvier 2021

Rebond de l’emploi salarié au troisième trimestre

Après le décrochage du premier semestre 2020, l’emploi salarié rebondit au troisième trimestre. Il augmente de 2,0 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur, contre +1,6 % au niveau national (figure 1). La région gagne 37 000 postes ce trimestre (dont +31 000 dans le champ du privé). Toutefois, l’emploi salarié ne retrouve pas son niveau d’avant-crise. Sur un an, il se replie de 21 100 postes, soit −1,1 %, contre −0,8 % en France.

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Emploi salarié total - Provence-Alpes-Côte d'Azur Emploi salarié total - France hors Mayotte Emploi salarié privé - Provence-Alpes-Côte d'Azur Emploi salarié privé - France hors Mayotte
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 100,17 100,2 100,25 100,27
T2 2011 100,22 100,31 100,34 100,41
T3 2011 100,05 100,25 99,99 100,41
T4 2011 100,38 100,3 100,38 100,42
T1 2012 100,48 100,32 100,39 100,4
T2 2012 100,36 100,29 100,26 100,33
T3 2012 100,15 100,14 99,89 100,06
T4 2012 100,27 100,03 100,09 99,94
T1 2013 100,27 100,04 100,12 99,91
T2 2013 100,34 99,93 100 99,66
T3 2013 100,54 100,09 100,21 99,81
T4 2013 100,82 100,37 100,33 99,95
T1 2014 100,97 100,41 100,27 99,9
T2 2014 100,86 100,44 100,28 99,94
T3 2014 100,94 100,33 100,27 99,76
T4 2014 101,12 100,43 100,41 99,82
T1 2015 101,09 100,38 100,35 99,78
T2 2015 101,44 100,61 100,76 99,99
T3 2015 101,31 100,69 100,66 100,11
T4 2015 101,81 100,88 101,17 100,34
T1 2016 102,18 101,06 101,66 100,55
T2 2016 102,61 101,32 102,12 100,84
T3 2016 102,75 101,59 102,34 101,15
T4 2016 102,91 101,7 102,38 101,29
T1 2017 103,27 102,09 102,83 101,78
T2 2017 103,58 102,4 103,17 102,17
T3 2017 104 102,69 103,87 102,62
T4 2017 104,3 103,09 104,41 103,2
T1 2018 104,86 103,23 105,1 103,36
T2 2018 105,01 103,3 105,25 103,51
T3 2018 105,06 103,45 105,38 103,72
T4 2018 105,18 103,76 105,45 104,09
T1 2019 105,6 104,16 106,01 104,57
T2 2019 106,03 104,41 106,5 104,82
T3 2019 106,21 104,58 106,73 105,04
T4 2019 106,46 104,94 107,03 105,51
T1 2020 104,27 102,92 104,18 102,91
T2 2020 102,91 102,08 102,72 102,12
T3 2020 105,01 103,72 105,1 103,79
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Au troisième trimestre, l’intérim poursuit son rebond avec près de 7 000 postes créés, rebond entamé au second trimestre (+16 % après +35 %, figure 2). Ces deux hausses consécutives ne permettent cependant pas de retrouver le niveau d’avant-crise : on compte 4 000 intérimaires de moins que fin 2019.

Figure 2Évolution de l'emploi intérimaire

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi intérimaire (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Provence-Alpes-Côte d'Azur France hors Mayotte
T4 2010 100 100
T1 2011 99,12 101,11
T2 2011 95,44 101,55
T3 2011 97,11 100,12
T4 2011 98,02 99,38
T1 2012 92,88 94,99
T2 2012 91,54 91,98
T3 2012 90,8 88,02
T4 2012 88,35 85,4
T1 2013 90,02 88,18
T2 2013 90,06 87,16
T3 2013 89,44 89,79
T4 2013 90,68 90,3
T1 2014 89,78 89,35
T2 2014 88,51 91,19
T3 2014 87,33 88,9
T4 2014 90,97 90,14
T1 2015 87,32 89,77
T2 2015 96,21 93,42
T3 2015 97,03 96,99
T4 2015 98,76 99,63
T1 2016 100,72 99,29
T2 2016 105,61 102,21
T3 2016 106,92 105,52
T4 2016 113,32 110,83
T1 2017 117,51 115,43
T2 2017 119,65 120,29
T3 2017 124,24 124,32
T4 2017 130,63 130,84
T1 2018 130,59 129,6
T2 2018 130,63 127,86
T3 2018 132,24 127,77
T4 2018 131,75 126,56
T1 2019 131,62 127,41
T2 2019 132 126,93
T3 2019 134,11 126,51
T4 2019 133,94 126,11
T1 2020 78,05 75,21
T2 2020 105,93 92,47
T3 2020 123,38 113,53
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 2Évolution de l'emploi intérimaire

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Un rebond sensible dans la plupart des secteurs

Outre l’intérim, tous les secteurs d’activité participent à la reprise de l’emploi au troisième trimestre (figure 3). En particulier, les effectifs du tertiaire marchand hors intérim sont en forte hausse (+2,4 %, soit +20 000 postes), plus qu’au niveau national (+1,3 %). L’hébergement-restauration est particulièrement dynamique ce trimestre (+9,4 % contre +5,2 % en France). Toutefois, sur un an, la chute des effectifs est quasiment deux fois plus forte qu’au niveau national dans ce secteur.

L’emploi dans la construction est également dynamique (+2 % ce trimestre, soit +2 000 emplois). Malgré le coup d’arrêt du premier trimestre, les effectifs salariés s’accroissent sur un an (+2,6 %). L’industrie gagne presque 600 emplois ce trimestre (+0,8 %). Dans le tertiaire non marchand, le rebond est également sensible (+1,3 %).

Figure 3Évolution de l'emploi salarié par secteur - Provence-Alpes-Côte d'Azur

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié par secteur - Provence-Alpes-Côte d'Azur (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim Tertiaire non marchand
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 99,66 100,48 100,42 100,05
T2 2011 99,89 100,87 100,69 100,03
T3 2011 98,55 100,48 100,32 100,38
T4 2011 98,6 101,01 100,61 100,41
T1 2012 98,1 100,83 100,86 100,81
T2 2012 97,15 100,87 100,8 100,83
T3 2012 96,29 101,12 100,84 101,02
T4 2012 95,96 100,97 100,78 100,99
T1 2013 94,78 101,03 100,93 100,9
T2 2013 94,6 100,73 100,74 101,39
T3 2013 94,55 100,72 100,97 101,52
T4 2013 93,93 100,63 101,1 102,35
T1 2014 93,57 100,45 101,13 102,89
T2 2014 92,52 100,42 101,32 102,64
T3 2014 91,83 100,04 101,28 103,03
T4 2014 90,5 100,02 101,45 103,49
T1 2015 89,9 99,73 101,52 103,62
T2 2015 89,16 99,78 101,82 103,84
T3 2015 88,82 99,75 101,92 103,49
T4 2015 88,91 99,63 102,34 104,09
T1 2016 89,01 99,69 102,95 104,15
T2 2016 89,12 99,4 103,25 104,63
T3 2016 88,95 99,21 103,54 104,67
T4 2016 89,17 98,88 103,4 105,05
T1 2017 89,58 98,76 103,71 105,1
T2 2017 89,67 98,87 104,27 105,26
T3 2017 90,05 98,86 105,04 104,92
T4 2017 90,6 99,21 105,45 104,59
T1 2018 91,1 99,72 106,24 104,85
T2 2018 91,2 100,04 106,39 104,93
T3 2018 92,2 100,25 106,5 104,75
T4 2018 92,44 100,31 106,5 104,99
T1 2019 94,03 100,56 107,21 104,91
T2 2019 94,68 100,67 107,73 105,16
T3 2019 95,07 100,57 107,9 105,28
T4 2019 95,59 100,79 108,26 105,46
T1 2020 94,93 100,35 106,47 105,31
T2 2020 95,66 99,57 103,2 104,39
T3 2020 97,54 99,93 105,62 105,73
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 3Évolution de l'emploi salarié par secteur - Provence-Alpes-Côte d'Azur

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

L’emploi en hausse dans tous les départements

La hausse de l’emploi est partagée par tous les départements de la région : de +1,8 % dans les Hautes-Alpes à +3,5 % dans les Alpes-de-Haute-Provence (figure 4). Mais aucun département ne retrouve un niveau d’emploi comparable à celui de la fin 2019.

Cela se traduit dans le nombre d’embauches, approchées par les déclarations préalables à l’embauche adressées par les employeurs à l’Urssaf : au troisième trimestre, leur nombre est inférieur de 18 % par rapport à la normale, contre –56 % au trimestre précédent. Les embauches ont repris dans tous les départements, en particulier au mois d’août, avant de décliner légèrement en septembre (données complémentaires). Les premiers indicateurs disponibles sur les mois d’octobre et novembre indiquent que le nombre d’embauches baisserait dans tous les départements, en particulier dans les Alpes-Maritimes.

Figure 4Évolution de l’emploi salarié total par département

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l’emploi salarié total par département (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Période Provence-Alpes-Côte d'Azur Alpes-de-Haute-Provence Hautes-Alpes Alpes-Maritimes Bouches-du-Rhône Var Vaucluse
2010T4 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
2011T1 100,2 97,6 99,2 100,1 100,4 100,2 100,1
2011T2 100,2 98,3 99,7 100,1 100,3 100,5 100,1
2011T3 100,0 97,2 98,2 100,1 100,1 100,4 100,2
2011T4 100,4 99,1 99,4 100,2 100,4 100,6 100,8
2012T1 100,5 99,7 99,3 100,5 100,3 100,7 101,2
2012T2 100,4 100,3 98,5 100,5 100,2 100,5 100,9
2012T3 100,2 99,2 97,7 100,1 100,4 100,6 99,4
2012T4 100,3 99,5 99,0 99,8 100,6 100,5 100,3
2013T1 100,3 100,6 99,4 99,6 100,5 100,7 100,2
2013T2 100,3 100,8 98,1 99,7 100,7 100,5 100,5
2013T3 100,5 100,8 98,7 99,7 101,0 100,9 100,2
2013T4 100,8 100,3 99,6 99,8 101,5 100,7 100,7
2014T1 101,0 100,9 99,8 99,7 101,9 101,0 100,4
2014T2 100,9 100,4 98,2 99,6 102,0 100,7 100,0
2014T3 100,9 100,2 98,5 99,3 102,3 100,6 100,1
2014T4 101,1 100,5 98,9 99,5 102,6 100,8 100,0
2015T1 101,1 100,2 98,3 99,5 102,8 100,2 100,1
2015T2 101,4 100,4 97,9 99,6 103,3 100,8 100,1
2015T3 101,3 100,4 97,7 99,8 103,0 100,6 99,9
2015T4 101,8 100,7 98,2 100,4 103,5 101,1 100,3
2016T1 102,2 100,9 98,6 100,6 104,0 101,5 100,6
2016T2 102,6 102,5 98,4 100,8 104,4 101,9 101,5
2016T3 102,8 102,9 98,4 101,1 104,7 101,6 101,5
2016T4 102,9 104,4 98,4 101,4 104,8 101,8 101,3
2017T1 103,3 102,5 98,5 101,4 105,2 102,3 102,5
2017T2 103,6 102,4 99,6 101,8 105,4 102,6 102,7
2017T3 104,0 102,0 99,7 101,9 106,1 103,2 103,0
2017T4 104,3 102,4 100,5 102,4 106,3 103,3 103,3
2018T1 104,9 102,5 100,0 103,1 106,9 103,8 103,9
2018T2 105,0 102,5 99,9 103,4 107,1 103,9 103,7
2018T3 105,1 101,5 98,9 103,4 107,2 104,2 103,8
2018T4 105,2 101,8 99,4 103,4 107,6 104,0 103,6
2019T1 105,6 102,1 99,3 104,1 107,8 104,6 104,1
2019T2 106,0 102,4 99,7 104,4 108,2 105,2 104,7
2019T3 106,2 101,5 99,1 104,1 108,8 105,4 104,7
2019T4 106,5 103,0 100,8 104,4 109,1 105,4 104,2
2020T1 104,3 98,0 98,6 102,0 107,0 103,7 102,3
2020T2 102,9 98,1 97,2 99,4 106,3 102,1 100,8
2020T3 105,0 101,5 98,9 101,7 108,3 104,0 103,0
  • Notes : données CVS en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d’emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 4Évolution de l’emploi salarié total par département

  • Notes : données CVS en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d’emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Avec le déconfinement, le chômage augmente fortement

Malgré le maintien de l’activité, le taux de chômage localisé en Provence-Alpes-Côte d’Azur est en forte hausse au troisième trimestre : il augmente de près de 2 points, pour s’établir à 10,2 % de la population active (figure 5). Cette forte hausse du troisième trimestre constitue un rattrapage par rapport à la baisse en trompe-l’œil des premier et deuxième trimestres de 2020 (−0,8 point, avertissement sur le marché du travail). En France (hors Mayotte), la hausse est de même ampleur, et le taux de chômage atteint 9,0 %.

Figure 5Taux de chômage

en %
Taux de chômage (en %)
Provence-Alpes-Côte d'Azur France hors Mayotte
T4 2010 10,1 9,2
T1 2011 10,2 9,1
T2 2011 10,2 9,1
T3 2011 10,5 9,2
T4 2011 10,5 9,4
T1 2012 10,6 9,5
T2 2012 10,8 9,7
T3 2012 10,8 9,7
T4 2012 11,1 10,1
T1 2013 11,3 10,3
T2 2013 11,5 10,5
T3 2013 11,3 10,3
T4 2013 11,2 10,1
T1 2014 11,2 10,2
T2 2014 11,3 10,2
T3 2014 11,4 10,3
T4 2014 11,6 10,4
T1 2015 11,5 10,3
T2 2015 11,7 10,5
T3 2015 11,5 10,4
T4 2015 11,4 10,2
T1 2016 11,4 10,3
T2 2016 11,2 10
T3 2016 11 9,9
T4 2016 11,4 10
T1 2017 11 9,6
T2 2017 10,8 9,5
T3 2017 10,8 9,5
T4 2017 10,3 9
T1 2018 10,7 9,3
T2 2018 10,4 9,1
T3 2018 10,2 9
T4 2018 10 8,7
T1 2019 10 8,7
T2 2019 9,7 8,4
T3 2019 9,5 8,4
T4 2019 9,1 8,1
T1 2020 8,9 7,9
T2 2020 8,3 7,1
T3 2020 10,2 9
  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 5Taux de chômage

  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.
Avertissement sur le marché du travail

Au troisième trimestre 2020, le taux de chômage au sens du BIT rebondit fortement après une baisse « en trompe-l'oeil » sur les deux premiers trimestres de l'année. En effet, pour être considéré comme chômeur, il faut être sans emploi, disponible pour travailler et avoir fait des démarches actives de recherche d'emploi. Au cours des deux premiers trimestres de l'année 2020, la période de confinement a fortement affecté les comportements de recherche active d'emploi (en particulier pour les personnes sans emploi dont le secteur d'activité était à l'arrêt), ainsi que la disponibilité des personnes (contrainte de garde d'enfant par exemple). Au total, la nette baisse du chômage au sens du BIT début 2020 ne traduisait pas une amélioration du marché du travail mais un effet de confinement des personnes sans emploi.

L'introduction de la déclaration sociale nominative (DSN) en remplacement du bordereau récapitulatif de cotisations (BRC) peut entraîner des révisions accrues sur les données, durant la phase de montée en charge de la DSN.

Encadré 1 - Contexte international – La fin d’année 2020 reste sous le signe de la crise sanitaire

Après le rebond du troisième trimestre 2020, la résurgence de l’épidémie a conduit à durcir les mesures de restrictions, pesant sur l'activité économique du quatrième trimestre en Europe et notamment sur la consommation des ménages. Les services sont a priori davantage affectés par ces mesures que l’industrie. La situation diffère cependant selon les pays, dépendant en Europe de la mise en place de confinements d’intensité variable, tandis qu’aux États-Unis la consommation des ménages aurait été moins affectée. De son côté, la Chine, épargnée par cette deuxième vague épidémique, poursuit sa reprise entamée au printemps 2020.

Encadré 2 - Contexte national – Un deuxième confinement moins pesant que le premier sur l’activité

Après le point bas atteint au deuxième trimestre, l’activité a rebondi de manière très vive au troisième trimestre (+18,7 % par rapport au trimestre précédent) et la consommation a quasiment retrouvé son niveau d’avant-crise. Par la suite, le renforcement des mesures de restrictions en octobre puis le confinement instauré en novembre auraient entraîné un nouveau recul de l’activité, de l’ordre de 4 % au quatrième trimestre par rapport au troisième. L’impact aurait cependant été moins fort qu’au printemps. Les secteurs les plus pénalisés auraient été ceux directement soumis aux mesures de restriction (services de transport, hébergement et restauration, activités de loisirs…) tandis que les autres secteurs, tirant parti de l’expérience acquise lors du premier confinement, auraient davantage maintenu leur activité (industrie et construction notamment).

Après une contraction du PIB d’environ 9 % en 2020, le début de l’année 2021 reste marqué par de forts aléas, liés à l’évolution à court terme de la situation sanitaire.

Pour comprendre

Déclaration préalable à l’embauche

La déclaration préalable à l’embauche (DPAE) est obligatoire avant toute embauche et s’effectue auprès de l’Urssaf. Elle permet de déclarer la première embauche d’un salarié relevant du régime de la Sécurité sociale. Cette déclaration doit être effectuée dans les 8 jours qui précèdent une embauche. Toutefois, une DPAE pour un salarié ne garantit pas son embauche, dans certains cas celle-ci ne se concrétise pas.

Déclaration sociale nominative

La déclaration sociale nominative (DSN) est un fichier mensuel produit à partir des données de paie des salariés. Elle a notamment pour but de remplacer un grand nombre de déclarations administratives qui étaient adressées jusqu’alors à des acteurs différents (CPAM, Urssaf, AGIRC ARRCO, Organismes complémentaires, Pôle emploi, Centre des impôts, Caisses régimes spéciaux, etc.). La DSN regroupe des informations sur le salarié dans une déclaration unique pour communiquer ensuite les informations nécessaires à la gestion de la protection sociale des salariés aux organismes concernés.

Les données transmises dans la DSN mensuelle sont donc le reflet de la situation d’un salarié au moment où la paie a été réalisée ; elle relate les évènements survenus (activité partielle, maladie, maternité, fin de contrat de travail…) dans le mois ayant eu un impact sur la paie.