Insee Flash GuyaneRecensement de la population en Guyane : 276 128 habitants au 1ᵉʳ janvier 2018

Bénédicte Chanteur, Xavier Reif (Insee)

Au 1er janvier 2018, 276 128 personnes résident en Guyane. C’est la région de France (hors Mayotte) où la croissance démographique est la plus forte. La population s’accroît en moyenne de 2,5 %, soit 6 400 habitants de plus chaque année, entre 2013 et 2018. Cette croissance démographique, portée par le solde naturel, est inégalement répartie sur le territoire. Elle profite principalement à deux intercommunalités, la communauté d’agglomération du Centre littoral et la communauté de communes de l’Ouest guyanais. La population de la communauté de communes des Savanes diminue.

Insee Flash Guyane
No 131
Paru le : Paru le 29/12/2020
Bénédicte Chanteur, Xavier Reif (Insee)
Insee Flash Guyane  No 131 - Décembre 2020

La Guyane compte 276 128 habitants au 1er janvier 2018. Plus grand département de France, cette collectivité abrite 0,4 % de la population française hors Mayotte (sources). La population de la Guyane croît de 2,5 % en moyenne chaque année entre 2013 et 2018. En cinq ans, ce sont environ 32 000 résidents supplémentaires, l’équivalent d’une commune de la taille de Matoury. Sur dix ans l’évolution est légèrement moindre (+2,3 % par an entre 2008 et 2018).

La vigueur démographique en Guyane est essentiellement portée par le solde naturel. Sa contribution à la croissance est la plus élevée de France (+ 2,4 % annuel) devant La Réunion (+ 1,1 %) et la région Île-de-France (+ 0,9 %). Les naissances nombreuses, en raison de la jeunesse de sa population et d’un taux de fécondité élevé sont largement supérieures aux décès. La composante migratoire positive (+ 0,1 %) renforce la croissance. Le flux des nouveaux arrivants sur le territoire, en provenance de France métropolitaine ou de l’étranger, reste en effet, légèrement supérieur aux flux des sortants, souvent des jeunes qui partent pour effectuer des études supérieures ou trouver un emploi.

Figure 1Une croissance dynamique dans l’Ouest guyanaisPopulation municipale et taux d’accroissement annuel entre 2008 et 2018

Une croissance dynamique dans l’Ouest guyanais
Code commune Commune Taux de croissance annuel entre 2013 et 2018
97201 L'Ajoupa-Bouillon -0,2
97202 Les Anses-d'Arlet -2,1
97203 Basse-Pointe -3,9
97204 Le Carbet -1,3
97205 Case-Pilote 0
97206 Le Diamant -1,7
97207 Ducos 0,3
97208 Fonds-Saint-Denis -2,9
97209 Fort-de-France -1,5
97210 Le François -2,1
97211 Grand'Rivière 2,7
97212 Gros-Morne -0,5
97213 Le Lamentin 0,3
97214 Le Lorrain -1
97215 Macouba -0,5
97216 Le Marigot -1,9
97217 Le Marin 0,5
97218 Le Morne-Rouge -0,3
97219 Le Prêcheur -5,2
97220 Rivière-Pilote -0,6
97221 Rivière-Salée -1,4
97222 Le Robert -0,8
97223 Saint-Esprit 0,3
97224 Saint-Joseph -0,9
97225 Saint-Pierre -0,8
97226 Sainte-Anne -0,3
97227 Sainte-Luce -0,7
97228 Sainte-Marie -2
97229 SchSlcher -0,1
97230 La Trinité -1,6
97231 Les Trois-Îlets -1,1
97232 Le Vauclin -0,9
97233 Le Morne-Vert -0,6
97234 Bellefontaine 2,5
  • Source : Insee, recensements de la population 2013 et 2018

Figure 1Une croissance dynamique dans l’Ouest guyanaisPopulation municipale et taux d’accroissement annuel entre 2008 et 2018

  • Sources : Insee, recensements de la population 2008 et 2018.

L’Ouest et le Centre moteurs du dynamisme démographique

Les huit communes qui composent la Communauté des Communes de l’Ouest Guyanais (CCOG) comptent 94 677habitants. La hausse de sa population est de 3,7 % par an sur la décennie 2008-2018. La croissance démographique de la CCOG est la plus importante de la région. Elle représente 51 % de la progression de la population guyanaise sur cette période.

En particulier, Grand-Santi, Papaïchton et Maripasoula cumulent excédent naturel et migratoire. Leur dynamisme démographique est le plus important de Guyane depuis 10 ans avec une hausse annuelle de leur population respective de 8,2 %, 7,1 % et 6,2 %. Saint-Laurent-du-Maroni, commune la plus peuplée de l’agglomération avec 45 576 habitants en 2018 a connu une croissance soutenue de sa population (+ 2,5 % par an entre 2008 et 2018), à l’image de la Guyane dans son ensemble. Mana profite du même dynamisme (+ 2,6 % par an) sur la décennie.

Avec 144 501 résidents, la Communauté d’Agglomération du Centre Littoral est la plus peuplée. Le dynamisme démographique de l’agglomération se confirme et son rythme de croissance s’accélère. Il s’établissait à + 1,3 % en moyenne par an entre 2008 et 2013, il s’élève à + 3,3 % entre 2013 et 2018. Les communes de Macouria et Remire-Montjoly portent cette tendance : le rythme de croissance de leur population, déjà élevé sur la première moitié de la décennie (respectivement + 4,5 % et + 2,8 % annuel) augmente encore sur la deuxième moitié (respectivement + 7,8 % et + 3,9 % annuel).

À Cayenne, la population croît de nouveau (+ 3,1 % par an) alors qu’elle diminuait (- 1 %) sur la période quinquennale précédente.

Les Savanes poursuivent leur déclin démographique

La population de la Communauté des Communes des Savanes confirme son recul (– 0,6 % par an entre 2008 et 2018 ) qui s’amplifie sur la deuxième moitié de la décennie (– 0,4 % par an entre 2008 et 2013 puis – 0,7 % sur 2013-2018). Ce fléchissement s’explique par un solde migratoire déficitaire non compensé par l’excédent naturel pourtant élevé (+ 3 242 naissances supplémentaires par rapport aux décès entre 2013 et 2018).

La Communauté des Communes de l’Est Guyanais reste de loin la moins peuplée, avec un peu plus de 7 000 résidents en 2018. Sa croissance démographique est deux fois plus faible que celle de l’ensemble de la Guyane. Elle est de 1,2 % en moyenne par an entre 2013 et 2018, comme sur la période quinquennale précédente. La commune de Saint-Georges-de-l’Oyapock concentre l’essentiel de la population (59 %).

Figure 257 000 habitants supplémentaires en dix ansPopulation municipale et taux d’accroissement annuel entre 2008 et 2018

57 000 habitants supplémentaires en dix ans
Population municipale au 1ᵉʳ janvier 2018 Population municipale au 1ᵉʳ janvier 2008 Évolution 2008-2018 (en nombre d’habitants) Taux d’évolution annuel moyen 2008/2018 (en %)
Guyane 276 128 219 266 56 862 2,3
CC des Savanes 29 843 31 616 -1 773 -0,6
Iracoubo 1 773 2 055 -282 -1,5
Kourou 24 959 25 934 -975 -0,4
Sinnamary 2 895 3 151 -256 -0,8
Saint-Élie 216 476 -260 -7,6
CC de l'Ouest Guyanais 94 677 65 914 28 763 3,7
Mana 11 234 8 697 2 537 2,6
Saint-Laurent-du-Maroni 45 576 35 631 9 945 2,5
Saül 152 158 -6 -0,4
Maripasoula 11 994 6 556 5 438 6,2
Grand-Santi 8 698 3 973 4 725 8,2
Apatou 9 381 6 458 2 923 3,8
Awala-Yalimapo 1 430 1 305 125 0,9
Papaichton 6 212 3 136 3 076 7,1
CA du Centre Littoral 144 501 115 425 29 076 2,3
Cayenne 63 652 57 643 6 009 1
Macouria 15 602 8 583 7 019 6,2
Matoury 32 942 25 629 7 313 2,5
Remire-Montjoly 26 143 18 817 7 326 3,3
Roura 3 390 2 709 681 2,3
Montsinéry-Tonnegrande 2 772 2 044 728 3,1
CC de l'Est Guyanais 7 107 6 311 796 1,2
Régina 865 834 31 0,4
Saint-Georges 4 188 3 858 330 0,8
Ouanary 220 84 136 10,1
Camopi 1 834 1 535 299 1,8
  • Sources : Insee, recensements de la population 2008 et 2018.

Encadré - Comment lire les populations légales ?

Le terme générique de « populations légales » regroupe pour chaque commune sa population municipale, sa population comptée à part et sa population dite « totale ». La population municipale est la seule qui évite qu’une même personne ne soit comptée deux fois. C’est pourquoi elle est privilégiée dans les descriptions statistiques. Les chiffres de cette publication ne portent que sur la population municipale.

La population totale est égale à la somme de la population municipale et de la population comptée à part de la commune. La population comptée à part comprend les personnes dont la résidence habituelle est dans une autre commune mais qui ont conservé une résidence sur le territoire de la commune (étudiants, militaires, etc.). Les populations totales des communes ne s’ajoutent pas.

Les populations légales sont actualisées tous les ans. Néanmoins, les tendances et véritables évolutions ne s’observent que sur plusieurs années. Il est ainsi préconisé de comparer les évolutions sur cinq ans (2013/2018), ce qui permet de mettre en lumière les tendances récentes.

Pour comprendre

Les données de population au 1ᵉʳ janvier 2018 seront officielles dès leur authentification par décret. Elles entrent en vigueur au 1ᵉʳ janvier 2021 et font référence dans plus de 350 dispositions législatives ou réglementaires qui organisent la vie locale (finances locales, vie municipale, fonction publique territoriale, etc.). Ces populations dites « légales » sont actualisées chaque année.

Sources

Cette étude s’appuie sur les populations communales, dites « populations municipales légales », issues des recensements de la population réalisés par l’Insee, en partenariat avec les communes, en date de référence au 1ᵉʳ janvier 2018, au 1ᵉʳ janvier 2013 et au 1ᵉʳ janvier 2008. Les données portent sur la France hors Mayotte.

Définitions


L’évolution de la population entre deux périodes est considérée comme étant la combinaison de deux composantes : solde naturel et solde migratoire apparent.


Solde naturel : différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période. On parle d’excédent lorsque ce solde est positif, de déficit dans le cas contraire.


Solde migratoire apparent : différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de la période considérée. Dans cette étude, il s’agit d’un solde apparent estimé par différence entre la variation totale de la population et le solde naturel. On parle d’excédent lorsque ce solde est positif, de déficit dans le cas contraire. Ce concept est indépendant de la nationalité.

Pour en savoir plus

Chanteur B., Reif X., « Recensement de la population : 368 783 habitants au 1ᵉʳ janvier 2018 », Insee Flash Martinique n°143, décembre 2020.

Chanteur B., Reif X., « Recensement de la population : 387 629 habitants au 1ᵉʳ janvier 2018 », Insee Flash Guadeloupe n°142, décembre 2020.