Insee Flash Bourgogne-Franche-ComtéPart d’emplois verts et verdissants stable entre 2011 et 2016

Florent Ovieve, Odile Thirion (Insee)

La Bourgogne-Franche-Comté compte 169 800 emplois verts ou verdissants en 2016. Les 5 500 emplois verts relèvent principalement des secteurs d’activité liés à la production et à l’assainissement de l’eau et au traitement des déchets. Ils participent directement à la réduction des impacts sur l'environnement. Les 164 300 emplois verdissants contribuent à l’amélioration de l’environnement dans les secteurs classiques que sont la construction, les transports, l’administration et l’industrie. Entre 2011 et 2016, malgré une conjoncture difficile après la crise de 2008 et une baisse des emplois, la part de ces emplois verts et verdissants est restée stable dans l’emploi régional comme en France. Le Jura est le département où ils sont les plus présents.

Insee Flash Bourgogne-Franche-Comté
No 112
Paru le : Paru le 15/12/2020
Florent Ovieve, Odile Thirion (Insee)
Insee Flash Bourgogne-Franche-Comté  No 112 - Décembre 2020

Maîtriser les consommations énergétiques, réduire les émissions de gaz à effet de serre, préserver la ressource en eau, réduire et recycler les déchets et matériaux en favorisant le développement d’une économie circulaire sont autant d'enjeux environnementaux dictés par le schéma régional d'aménagement et de développement durable du territoire (Sraddet) de Bourgogne-Franche-Comté, adopté en juin 2020.

Dans ce contexte, il est important d’identifier et mesurer l'évolution de ces métiers dont la finalité et les compétences mises en œuvre contribuent à la protection de l’environnement ou à la gestion des ressources naturelles (eau, air, sol, déchets, y compris la récupération).

Les métiers verts représentent 0,5 % de l’emploi total

En 2016, comme en France métropolitaine, 0,5 % des actifs occupés de Bourgogne-Franche-Comté exercent un métier vert, dont la finalité et les compétences mises en œuvre contribuent à la préservation et l’amélioration de l’environnement (Méthodologie).

Sur les 5 500 emplois verts régionaux, 41 % concernent l’assainissement et le traitement des déchets, où travaillent principalement des ouvriers, agents de déchetterie ou de station d’épuration ou éboueurs (figure 1). Viennent ensuite les emplois de la production et distribution d’énergie (35 %). Ces emplois sont tenus en majorité par des adjoints de district EDF, des contremaîtres ou des agents techniques d’exploitation EDF et des agents d’exploitation du service des eaux. Enfin, 24 % des emplois verts relèvent de la protection de la nature et de l’environnement, qui emploie surtout des techniciens en traitement des eaux usées ou en traitement des déchets et des chefs d’équipe en déchetterie.

Vaste territoire recouvert à 90 % par l'agriculture et la forêt, la Bourgogne-Franche-Comté est particulièrement bien positionnée dans la protection de la nature et de l'environnement. Elle se place également dans les premières régions de France métropolitaine pour les métiers de l’assainissement et le traitement des déchets. Très active dans la production d'électricité hydraulique, la Bourgogne-Franche-Comté se situe pourtant à l’avant-dernière place des régions pour la production d'énergie, conséquence de l'absence de centrales nucléaires.

Figure 1Les métiers verts en Bourgogne-Franche-Comté

Nombre d'emplois
Les métiers verts en Bourgogne-Franche-Comté (Nombre d'emplois)
Assainissement et traitement des déchets
ONQ * assainissement et traitement des déchets 1 444
Conducteur ramassage des ordures ménagères 550
OQ * assainissement et traitement des déchets 261
Production et distribution d’énergie et d’eau
AM * et technicien production-distribution énergie 1 465
OQ * autres industries 346
Ingénieur-cadre production-distribution énergie-eau 143
Protection de la nature et de l’environnement
Technicien environnement-traitement de pollutions 799
Ingénieur-cadre technique de l'environnement 281
Agent technique forestier, garde espaces naturels 244
  • * OQ : ouvrier qualifié, ONQ : ouvrier non qualifié, AM : agent de maîtrise
  • Source : Insee, RP2016 (enquêtes annuelles de recensement de 2014 à 2018)

Figure 1Les métiers verts en Bourgogne-Franche-Comté

  • * OQ : ouvrier qualifié, ONQ : ouvrier non qualifié, AM : agent de maîtrise
  • Source : Insee, RP2016 (enquêtes annuelles de recensement de 2014 à 2018)

Stabilité de la part des emplois verts dans l’emploi régional

La part des emplois verts en Bourgogne-Franche-Comté reste stable entre 2011 et 2016, comme en métropole. Toutefois, le nombre d’emplois verts régionaux diminue de 2,3 %, suivant la tendance globale de l’emploi régional. Ainsi, le nombre d’emplois verts recule de 4 % dans l’assainissement et traitement des déchets. En effet, les regroupements de communes en EPCI ont permis de mutualiser leurs compétences et de gagner en productivité : dans la gestion des déchets, en modifiant les tournées de ramassage des ordures ménagères, le nombre de conducteurs de bennes a été réduit. De plus, les emplois verts régressent de 8 % dans la protection de la nature et de l’environnement, baisse liée principalement à celle de l’emploi public dans ce domaine.

Les métiers verdissants : 15,3 % de l’emploi total

Les 76 métiers verdissants rassemblent ceux, dont la finalité n’est pas environnementale, mais dont le contenu évolue pour intégrer les enjeux environnementaux dans le geste métier, comme les réglementations ou les matériaux dans le bâtiment (Méthodologie).

En France métropolitaine, 15,9 % des emplois sont verdissants. Les taux régionaux sont compris entre 15 et 17 % des emplois. Les 164 300 emplois verdissants en Bourgogne-Franche-Comté représentent 15,3 % des actifs occupés. Ils sont concentrés dans les secteurs suivants : construction, transports, administration et industrie.

Ainsi les professionnels du bâtiment, tous corps de métiers confondus, qu’ils soient qualifiés ou non, sont formés à appliquer la réglementation thermique 2012 (RT 2012), en vue de baisser la consommation d’énergie des nouvelles habitations, et à utiliser des matériaux aux qualités isolantes dans les constructions de types BBC (Bâtiment Basse Consommation) (figure 2). Dans les transports, les conducteurs de camions et de transports en commun sont formés à l'éco-conduite qui contribue ainsi à réduire l’empreinte carbone. Dans l’industrie, notamment automobile, les ingénieurs et cadres d’étude planchent sur le développement en mécanique, en électricité et électronique et sur de nouveaux matériaux, pour produire non seulement des véhicules moins polluants, selon la norme européenne d’émission, mais aussi d’user de matériaux plus protecteurs de l’environnement.

Figure 2Les principaux métiers verdissants de la régionNombre d'emplois et part dans les emplois verdissants (%)

Les principaux métiers verdissants de la région
ONQ * du bâtiment et maçon qualifié 21 843 13,3
Conducteur routier Conducteur de transport en commun 19 961 12,2
Cadre A (coll. locales,hôp. publics) Animateur socioculturel 14 364 8,7
Mécanicien-réparateur en automobile 8 600 5,3
Jardinier 4 520 2,8
  • * ONQ : ouvrier non qualifié
  • Source : Insee, RP2016 (enquêtes annuelles de recensement de 2014 à 2018)

Figure 2Les principaux métiers verdissants de la régionNombre d'emplois et part dans les emplois verdissants (%)

  • * ONQ : ouvrier non qualifié
  • Source : Insee, RP2016 (enquêtes annuelles de recensement de 2014 à 2018)

Part des emplois verdissants également stable

La part des emplois verdissants dans l’emploi total reste stable, aussi bien en France qu’en région. Cependant, le nombre d’emplois verdissants progresse de 0,7 % en métropole grâce au tertiaire et, dans une moindre mesure, à l’industrie. En revanche, leur nombre baisse de 3,3 % en Bourgogne-Franche-Comté, essentiellement dans le bâtiment (- 6 000 emplois). En effet, ce secteur connaît un déficit de constructions durant la période 2011-2016, l’embellie n’apparaissant qu’en 2016, un an après la France métropolitaine. Les ouvriers non qualifiés en ont le plus souffert. Mais sur la même période, cet effet très négatif est contrebalancé par une hausse de l’emploi verdissant dans l’administration, soit un millier d’emplois parmi les cadres A des collectivités territoriales et les animateurs socio-culturels chargés, entre autres, de l’animation sur le développement durable.

Côte-d’Or et Saône-et-Loire concentrent 40 % des emplois de l’économie verte

Avec 22 % des emplois verts en Côte-d’Or et en Saône-et-Loire et seulement 3,5 % dans le Territoire de Belfort, la structure de ces emplois reflète la structure de l’emploi global de la région. Cependant, 0,36 % des emplois du Territoire de Belfort sont qualifiés de verts. À l’opposé, la part des emplois verts dans le Jura s’élève à 0,75 % (figure 3).

À l’instar des emplois verts, les emplois verdissants suivent au plus près la structure de l’emploi régional. La part de ces emplois dans chaque département est relativement proche, autour de 15 %.

Figure 3Les emplois verts et verdissants de la régionNombre d’emplois verts et verdissants par département

Les emplois verts et verdissants de la région
Département emplois verts emplois verdissants emploi total
Côte-d’Or 1 210 35 540 227 430
Doubs 890 31 760 211 830
Jura 720 14 970 96 520
Nièvre 450 11 230 75 300
Haute-Saône 330 12 030 77 510
Saône-et-Loire 1 200 32 260 211 170
Yonne 540 18 170 122 540
Territoire de Belfort 190 8 320 53 090
Bourgogne-Franche-Comté 5 530 164 280 1 075 390
  • Source : Insee, RP2016 (enquêtes annuelles de recensement de 2014 à 2018)

Pour comprendre

Méthodologie

L’économie verte doit répondre aux principes du développement durable, de l’amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale. Son but est de réduire la consommation des ressources et les émissions de gaz à effet de serre et de viser la sobriété énergétique et une meilleure gestion des déchets.

Dans cette publication, nous nous focalisons uniquement sur les métiers de l’économie verte, répertoriés par l’Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte (ONEMEV) à partir de la nomenclature des professions et catégories sociales (PCS 2003), indépendamment de l’activité environnementale ou non de l’entreprise. Les métiers de l’économie verte regroupent ceux, dont la finalité et les compétences mises en œuvre contribuent à mesurer, prévenir, maîtriser, corriger les impacts négatifs et les dommages sur l’environnement (métiers verts) ou dont la finalité n’est pas environnementale, mais dont le contenu évolue pour intégrer les problématiques environnementales dans le geste métier (métiers verdissants).

Pour en savoir plus

Brion D., Fournier A., « 170 800 emplois « verts » et « verdissants » en Bourgogne-Franche-Comté », Insee Flash Bourgogne-Franche-Comté, n°13, juillet 2016.

Babet C., Margontier S., « Les professions de l'économie verte », Dares résultats, n°7, janvier 2017.

Le marché de l’emploi de l’économie verte, ONEMEV, Etudes et documents, n°110, août 2014.