Insee Flash Nouvelle-AquitaineUne courte saison touristique, les hôtels du littoral résistent

Sébastien Brumaud, Gwenael Delamarre, Laurent Zambon (Insee)

En Nouvelle-Aquitaine, la saison touristique d’été se limite à juillet et août. La clientèle provenant de l’étranger diminue fortement faisant chuter la fréquentation des hôtels de 11 %. Plus nombreux qu’à l’été 2019, les clients résidant en France privilégient des séjours sur le littoral au détriment des villes.

Insee Flash Nouvelle-Aquitaine
No 59
Paru le : Paru le 10/12/2020
Sébastien Brumaud, Gwenael Delamarre, Laurent Zambon (Insee)
Insee Flash Nouvelle-Aquitaine  No 59 - Décembre 2020

Une saison touristique d’été... limitée à juillet et août

La période estivale de 2020 s’inscrit dans un contexte économique fortement dégradé pour les 1 800 hôtels implantés en Nouvelle-Aquitaine. Les différentes mesures qui se succèdent pour lutter contre la pandémie depuis mi-mars limitent fortement les déplacements des populations pour leurs activités professionnelles et de loisirs.

Ainsi, entre avril et septembre, l’hôtellerie néo-aquitaine perd 4,5 millions de nuitées par rapport à la saison 2019, soit une baisse de 43 % ; une grande partie de ce déficit concerne les mois d’avril, mai, juin et septembre (figure 1).

En juillet et août, la fréquentation des hôtels atteint 3,8 millions de nuitées, en retrait de 11 % par rapport à l’été 2019. Au cœur de la saison touristique, la Nouvelle-Aquitaine, comme les régions de l’ouest de la France subissent des baisses moins importantes : Pays de la Loire (– 11 %) et Bretagne (– 7 %). En revanche, la fréquentation hôtelière recule davantage en Île-de-France (– 69 %) qui subit l’absence de la clientèle internationale, et dans une moindre mesure en Grand Est (– 31 %), Corse (– 24 %) et Occitanie (– 21 %).

Figure 1Une baisse de la fréquentation hôtelière moins forte en juillet et août 2020Évolution mensuelle 2020/2019 du nombre de nuitées dans les hôtels en Nouvelle-Aquitaine et en France métropolitaine

en %
Une baisse de la fréquentation hôtelière moins forte en juillet et août 2020 (en %) - Lecture : En juillet 2020, les nuitées hôtelières en Nouvelle-Aquitaine baissent de 15,8 % par rapport à juillet 2019.
Nouvelle-Aquitaine France Métropolitaine
Janvier 2,8 5,0
Février 13,4 6,2
Mars -53,3 -55,4
Avril -96,5 -96,2
Mai -91,9 -92,0
Juin -63,6 -73,0
Juillet -15,8 -36,1
Août -6,6 -24,1
Septembre -23,5 -42,3
  • Lecture : En juillet 2020, les nuitées hôtelières en Nouvelle-Aquitaine baissent de 15,8 % par rapport à juillet 2019.
  • Source : Insee, en partenariat avec la DGE et les partenaires territoriaux du tourisme, Enquête de fréquentation dans l’hôtellerie.

Figure 1Une baisse de la fréquentation hôtelière moins forte en juillet et août 2020Évolution mensuelle 2020/2019 du nombre de nuitées dans les hôtels en Nouvelle-Aquitaine et en France métropolitaine

  • Lecture : En juillet 2020, les nuitées hôtelières en Nouvelle-Aquitaine baissent de 15,8 % par rapport à juillet 2019.
  • Source : Insee, en partenariat avec la DGE et les partenaires territoriaux du tourisme, Enquête de fréquentation dans l’hôtellerie.

La clientèle provenant de l’étranger en forte baisse

La part de la clientèle non résidente est divisée par deux dans la fréquentation hôtelière, ne représentant plus que 11 % des nuitées en juillet et août. La Nouvelle-Aquitaine figure parmi les régions les plus touchées, après l’Île-de-France, l’Occitanie, la Corse et à un niveau proche de la Bretagne. Pour l’hôtellerie néo-aquitaine, la forte baisse de cette clientèle représente un déficit de 532 000 nuitées. Les établissements ont ainsi accueilli essentiellement des clients résidant en France. Pendant l’été, freinée dans ses projets de séjours à l’étranger, la fréquentation résidente augmente même de 2 % par rapport à 2019.

Limités dans leurs déplacements, ils sont plus nombreux en août qu’en juillet à séjourner dans les hôtels de la région.

Le littoral attractif, l’hôtellerie urbaine souffrante

Les hôtels du littoral néo-aquitain, plébiscités cet été par les clients résidant en France, attirent un peu plus de touristes que l’année passée (+ 1 %), contrairement à l’ensemble du littoral français (– 9 %). La crise sanitaire a incité cette clientèle à séjourner sur la côte atlantique au cœur de l’été ; le bassin d'Arcachon tire particulièrement son épingle du jeu (+ 14 %).

Dans l’intérieur des terres, la fréquentation hôtelière se replie de 17 %, perdant ainsi 480 000 nuitées par rapport à l’été 2019. Les établissements hôteliers situés en zone urbaine, déjà touchés par la diminution des déplacements professionnels, subissent la réduction de la demande touristique française et étrangère. Ainsi, la fréquentation s’écroule dans les grandes villes de la région, avec une perte d’un quart des nuitées dans les agglomérations de Bordeaux, Poitiers, Pau et Limoges. Néanmoins, dans certains territoires non côtiers tel le Périgord noir, le dynamisme de la fréquentation contraste avec la forte baisse d’activité hôtelière des centres urbains.

Encadré - Les locations de meublés sur les plateformes collaboratives baissent de 14 % de juin à septembre 2020 en Nouvelle-Aquitaine

En Nouvelle-Aquitaine, l’offre de meublés via les plateformes collaboratives a baissé de 12 % de juin à septembre 2020 par rapport à 2019. Cette baisse s’explique par les contraintes sanitaires et le choix de certains propriétaires de conserver la jouissance de leur bien.

Corollaire, le nombre de locations a diminué de 14 %, plus fortement en juin (– 31 %) et septembre (– 22 %) qu’en août (– 10 %). La fréquentation de juillet a été similaire à celle de 2019. La baisse est un peu moins forte sur le littoral qu’à l’intérieur des terres. Tous les départements sont en baisse mais certains plus ruraux, tels la Creuse ou la Corrèze (– 4 %), ont mieux résisté. En revanche, les zones urbaines sont plus touchées : – 12 % à Poitiers, – 15 % au Pays-Basque, – 19 % à Pau et – 35 % dans la métropole de Bordeaux.

Les revenus des loueurs baissent de 10 % sur l’ensemble de la saison, soit un manque à gagner estimé à 57 millions d’euros, réparti pour moitié sur le littoral et pour moitié à l’intérieur.

Source : AirDNA, plateformes de réservation (Airbnb, Booking, Homeaway et Sportihome), traitements Comité régional du tourisme Nouvelle-Aquitaine.

Sources

L’Insee réalise mensuellement une enquête sur la fréquentation des hôtels en partenariat avec la Direction générale des entreprises et les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Les chiffres de juillet, août et septembre sont provisoires et amenés à être révisés.

Compte tenu de la crise sanitaire liée à la Covid-19, d’avril à juin 2020, cette enquête a été remplacée par un dispositif d’enquête allégée.

Définitions


Les nuitées (ou fréquentation) correspondent au nombre total de nuits passées par les clients.


La clientèle peut être soit résidente en France (si son lieu d’habitation habituel est localisé en France), soit non résidente.

Pour en savoir plus

Canonéro B., Gidrol J-P., Mainguené A., « La fréquentation touristique se dégrade en septembre, après avoir repris quelques couleurs en juillet-août », Insee Focus n°215, novembre 2020

Portail d’études et d’indicateurs sur le tourisme : Activité touristique : impact de la crise sanitaire Covid19 et suivi de la reprise d'activité