Insee Analyses BretagneDavantage de personnes seules et de cadres dans les pôles des aires d'attraction des villes

Jean-Marc Lardoux, Alain Maillochon (Insee)

En Bretagne, la moitié des emplois se situe dans les pôles des aires d’attraction des villes. La population est en revanche moins concentrée dans ces pôles puisque moins d'un tiers des personnes actives ayant un emploi y réside.

Les cadres et professions intellectuelles supérieures habitent plus fréquemment dans les pôles alors que les ouvriers vivent plus souvent dans les couronnes et les communes hors attraction des villes.

Les étudiants et les jeunes actifs sont très présents dans les pôles. Les couples avec ou sans enfants privilégient les couronnes, où ils peuvent trouver des logements plus spacieux que dans les pôles pour un prix équivalent.

La proportion de personnes avec un niveau de vie élevé augmente avec la taille des aires. Les pôles accueillent à la fois une forte part de personnes aisées et de personnes pauvres, les couronnes une population plutôt aisée et les communes hors attraction des villes une population plus modeste.

Insee Analyses Bretagne
No 98
Paru le : Paru le 26/11/2020
Jean-Marc Lardoux, Alain Maillochon (Insee)
Insee Analyses Bretagne  No 98 - Novembre 2020

La Bretagne comprend 45 aires d'attraction des villes (figure 1). Chaque aire est constituée d'un pôle, espace dense en population et en emploi, et d'une couronne composée des communes dont plus de 15 % des actifs travaillent dans le pôle (méthodologie).

Figure 1Les 45 aires d'attraction des villes regroupent près des trois quarts des communes bretonnesLe zonage en aires d'attraction des villes (AAV) 2020 - Bretagne

Les 45 aires d'attraction des villes regroupent près des trois quarts des communes bretonnes -
Nom de l'AAV Taille de l'AAV selon le nombre d'habitants en 2017
AAV de Ancenis-Saint-Géréon AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Angers AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Auray AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Avranches AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Baud AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Belz AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Brest AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Broons AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Caen AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Carhaix-Plouguer AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Carnac AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Château-Gontier-sur-Mayenne AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Châteaubriant AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Châteauneuf-du-Faou AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Chemillé-en-Anjou AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Cholet AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Coutances AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Craon AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Crozon AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Dinan AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Domfront en Poiraie AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Ernée AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Flers AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Fougères AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Gorron AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Gourin AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Granville AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Guer AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Guingamp AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Josselin AAV de moins 50 000 habitants
AAV de La Guerche-de-Bretagne AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Landivisiau AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Lannion AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Laval AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Le Mené AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Le Pouliguen AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Locminé AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Lorient AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Loudéac AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Malestroit AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Mauges-sur-Loire AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Mayenne AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Moréac AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Morlaix AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Nantes AAV de plus de 700 000 habitants
AAV de Paimpol AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Plancoët AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Pleslin-Trigavou AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Pleyben - Châteaulin AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Ploërmel AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Pluvigner AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Pontivy AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Pontorson AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Quiberon AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Quimper AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Quimperlé AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Redon AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Rennes AAV de plus de 700 000 habitants
AAV de Roscoff - Saint-Pol-de-Léon AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Rostrenen AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Brieuc AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Saint-Hilaire-du-Harcouët AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Lô AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Saint-Malo AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Saint-Méen-le-Grand AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Nazaire AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Saint-Père-en-Retz AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Segré-en-Anjou Bleu AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Tréguier AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Vannes AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Villedieu-les-Poêles-Rouffigny AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Vire Normandie AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Vitré AAV de 50 000 à 200 000 habitants
  • Source : Insee, recensement de la population 2017.

Figure 1Les 45 aires d'attraction des villes regroupent près des trois quarts des communes bretonnesLe zonage en aires d'attraction des villes (AAV) 2020 - Bretagne

  • Source : Insee, recensement de la population 2017.

Les pôles des aires d'attraction des villes concentrent la moitié des emplois

En Bretagne, 91 % des emplois sont situés dans les aires d'attraction des villes. Dans le détail, les pôles accueillent 51 % des emplois et les couronnes 40 %. Les pôles concentrent ainsi à eux seuls la moitié des emplois localisés dans la région. Au niveau national, ils représentent les deux tiers des emplois.

Dans la région, moins d'un tiers des actifs occupés résident au sein des pôles. La population active y est ainsi moins concentrée que les emplois. Les pôles offrent 167 emplois pour 100 actifs occupés résidents. Les couronnes, plus résidentielles, offrent un taux de couverture de l'emploi bien inférieur (69 pour 100) et ce phénomène est encore plus marqué dans les petites aires : 60 emplois pour 100 actifs occupés dans les couronnes des aires de moins de 50 000 habitants contre 78 emplois pour 100 actifs occupés dans celles des aires de 200 000 à 700 000 habitants. Ces tendances s'observent également dans les autres régions françaises.

Les cadres habitent plus fréquemment dans les pôles

Les cadres et professions intellectuelles supérieures, qui constituent 7 % de la population bretonne âgée de 15 ans ou plus, sont plus fortement représentés dans les pôles (9 %) que dans les couronnes (7 %) ou les communes hors attraction des villes (4 %). Plus l'aire d'attraction est importante et plus leur part parmi l'ensemble des habitants du pôle est élevée (figure 2). Ainsi, ils représentent 15 % des habitants du pôle de Rennes.

Figure 2Une proportion de cadres plus élevée dans les pôles des grandes aires d’attractionPart des cadres et professions intellectuelles supérieures dans la population âgée de 15 ans ou plus

Une proportion de cadres plus élevée dans les pôles des grandes aires d’attraction
Code Libellé des zones Part des cadres (en %)
0131 AAV de Rennes - Pôle 15,2
0133 AAV de Rennes - Couronne 10,4
0321 AAV de Brest - Pôle 9,7
0323 AAV de Brest - Couronne 8,7
0521 AAV de Quimper - Pôle 8,6
0523 AAV de Quimper - Couronne 6,0
0531 AAV de Lorient - Pôle 6,2
0533 AAV de Lorient - Couronne 6,7
0561 AAV de Saint-Brieuc - Pôle 7,1
0563 AAV de Saint-Brieuc - Couronne 6,2
0571 AAV de Vannes - Pôle 9,5
0573 AAV de Vannes - Couronne 7,2
0881 AAV de Saint-Malo - Pôle 7,2
0883 AAV de Saint-Malo - Couronne 6,1
1131 AAV de Lannion - Pôle 10,6
1133 AAV de Lannion - Couronne 6,7
1491 AAV de Morlaix - Pôle 6,4
1493 AAV de Morlaix - Couronne 4,8
1691 AAV de Vitré - Pôle 7,2
1693 AAV de Vitré - Couronne 4,7
1721 AAV de Fougères - Pôle 5,5
1723 AAV de Fougères - Couronne 3,9
1871 AAV de Dinan - Pôle 7,2
1873 AAV de Dinan - Couronne 5,1
1881 AAV de Redon - Pôle 7,3
1883 AAV de Redon - Couronne 4,5
2071 AAV de Pontivy - Pôle 5,7
2073 AAV de Pontivy - Couronne 3,5
2141 AAV de Quimperlé - Pôle 4,7
2143 AAV de Quimperlé - Couronne 5,2
2291 AAV de Loudéac - Pôle 4,3
2293 AAV de Loudéac - Couronne 2,4
2551 AAV de Ploërmel - Pôle 6,8
2553 AAV de Ploërmel - Couronne 3,9
2571 AAV de Guingamp - Pôle 5,4
2573 AAV de Guingamp - Couronne 4,0
2721 AAV de Pleyben - Châteaulin - Pôle 4,3
2723 AAV de Pleyben - Châteaulin - Couronne 3,7
2891 AAV de Landivisiau - Pôle 3,8
2893 AAV de Landivisiau - Couronne 3,4
2921 AAV de Paimpol - Pôle 5,1
2923 AAV de Paimpol - Couronne 4,7
2961 AAV de Roscoff - Saint-Pol-de-Léon - Pôle 5,5
2963 AAV de Roscoff - Saint-Pol-de-Léon - Couronne 4,4
3051 AAV de Carhaix-Plouguer - Pôle 5,0
3053 AAV de Carhaix-Plouguer - Couronne 2,3
3531 AAV de Crozon - Pôle 5,0
3533 AAV de Crozon - Couronne 4,0
3941 AAV de Auray - Pôle 7,4
4311 AAV de Guer - Pôle 13,8
4313 AAV de Guer - Couronne 3,1
4691 AAV de Rostrenen - Pôle 4,1
4693 AAV de Rostrenen - Couronne 2,6
4741 AAV de La Guerche-de-Bretagne - Pôle 2,5
4743 AAV de La Guerche-de-Bretagne - Couronne 2,6
4771 AAV de Le Mené - Pôle 3,2
4773 AAV de Le Mené - Couronne 3,0
5251 AAV de Saint-Méen-le-Grand - Pôle 2,8
5253 AAV de Saint-Méen-le-Grand - Couronne 3,7
5261 AAV de Baud - Pôle 4,4
5263 AAV de Baud - Couronne 4,7
5311 AAV de Châteauneuf-du-Faou - Pôle 3,3
5313 AAV de Châteauneuf-du-Faou - Couronne 1,6
5333 AAV de Pontorson - Couronne 2,5
5381 AAV de Pluvigner - Pôle 6,0
5511 AAV de Josselin - Pôle 4,2
5513 AAV de Josselin - Couronne 2,5
5561 AAV de Pleslin-Trigavou - Pôle 4,2
5571 AAV de Locminé - Pôle 5,6
5573 AAV de Locminé - Couronne 3,9
5671 AAV de Quiberon - Pôle 4,3
5673 AAV de Quiberon - Couronne 3,7
5781 AAV de Carnac - Pôle 4,7
5783 AAV de Carnac - Couronne 6,8
6051 AAV de Belz - Pôle 5,1
6211 AAV de Gourin - Pôle 2,1
6213 AAV de Gourin - Couronne 2,7
6561 AAV de Malestroit - Pôle 3,7
6563 AAV de Malestroit - Couronne 2,5
6631 AAV de Plancoët - Pôle 3,5
6633 AAV de Plancoët - Couronne 2,7
6661 AAV de Moréac - Pôle 3,8
6671 AAV de Broons - Pôle 5,0
6673 AAV de Broons - Couronne 7,6
6681 AAV de Tréguier - Pôle 3,5
6683 AAV de Tréguier - Couronne 2,8
30_2230 Communes hors attraction des villes (Côtes-d'Armor) 3,8
30_2930 Communes hors attraction des villes (Finistère) 3,8
30_3530 Communes hors attraction des villes (Ille-et-Vilaine) 3,8
30_5630 Communes hors attraction des villes (Morbihan) 3,8
  • Source : Insee, recensement de la population 2017.

Figure 2Une proportion de cadres plus élevée dans les pôles des grandes aires d’attractionPart des cadres et professions intellectuelles supérieures dans la population âgée de 15 ans ou plus

  • Source : Insee, recensement de la population 2017.

À l'inverse, les ouvriers, qui constituent 13 % de la population, habitent plus loin des pôles, en lien avec la présence de pôles d'emploi industriels plus périphériques. Au sein de la région, ils représentent 16 % des habitants dans les communes hors attraction des villes, 14 % dans les couronnes et 11 % dans les pôles avec un minimum de 8 % atteint dans les pôles de Rennes, Vannes et Lannion.

Les professions intermédiaires (14 % de la population) habitent plus fréquemment dans les couronnes des aires d'attraction et leur part dans l'ensemble de la population diminue avec la taille de l'aire. La part des employés (15 % dans la population) est la même quel que soit le type de communes et la taille de l'aire d'attraction. Enfin, 3 % des habitants des communes hors d'attraction des villes sont des agriculteurs (qui représentent 1 % de la population bretonne toutes zones confondues).

Les ménages vivant dans une couronne ou hors de l'aire d'attraction d'une ville plus souvent propriétaires et en maison individuelle

En Bretagne comme dans d'autres régions, les prix des logements sont plus élevés à proximité des pôles d'emplois, ce qui conduit une partie des ménages à s'installer en périphérie. Ces derniers bénéficient alors de meilleures conditions de logement mais au prix de navettes domicile-travail plus longues.

Les Bretons résident plus fréquemment en maison individuelle que l'ensemble des Français (71 % comparé à 56 %). Au sein de la région, 93 % des habitants des communes hors attraction des villes vivent en maison individuelle, 86 % dans les couronnes et 42 % dans les pôles. Plus la taille de l'aire est importante et plus la part d'habitants en maison individuelle est faible, que ce soit au sein du pôle ou dans sa couronne. Ainsi, dans l'aire de Rennes, 19 % des habitants du pôle et 80 % de ceux de la couronne résident en maison individuelle comparé respectivement à 70 % et 96 % dans les aires de moins de 50 000 habitants.

Dans la région, 32 % des ménages vivant dans un pôle occupent un logement de moins de 60 m², comparé à 12 % dans les couronnes et les communes hors attraction des villes. Plus l'aire d'attraction est importante et plus la part de ménages résidant dans un logement de moins de 60 m² du pôle est élevée : 42 % dans l'aire de Rennes, 33 % dans celles de 200 000 à 700 000 habitants, 30 % dans celles de 50 000 à 200 000 et 21 % dans les plus petites aires.

En Bretagne, 66 % des ménages sont propriétaires, comparé à 58 % dans l'ensemble du pays. L'accès à la propriété, en lien avec les prix de l'immobilier, diffère suivant la localisation. Parmi les ménages bretons vivant dans des pôles, 49 % possèdent leur logement comparé à 75 % dans les couronnes et 78 % dans les communes hors attraction des villes. La part de propriétaires est d'autant plus grande que la taille de l'aire est petite, aussi bien au sein des pôles que dans les couronnes.

Les jeunes adultes représentent près d'un quart des habitants des pôles

En Bretagne, les étudiants et jeunes actifs âgés de 15 à 29 ans, sont particulièrement présents dans les pôles des aires. Ils y représentent plus de 22 % des habitants comparé à 16 % dans l'ensemble de la population régionale. Au niveau national, l'écart est moindre (respectivement 21 % et 18 %). Dans la région, plus la taille de l'aire d'attraction est importante et plus la part de jeunes adultes dans la population du pôle est élevée. Ainsi cette part s'élève 31 % dans l'aire d'attraction de Rennes, ville qui accueille d'importants pôles universitaires, comparé à 23 % dans celles de 200 000 à 700 000 habitants, 18 % dans celles de 50 000 à 200 000 et 15 % dans les plus petites aires. Les 15-29 ans sont moins présents dans les couronnes et dans les communes hors attraction des villes où ils représentent respectivement 14 % et 12 % de la population (figure 3).

Figure 3Plus de jeunes adultes dans les pôles des grandes aires d’attractionPart des personnes âgées de 15 à 29 ans

Plus de jeunes adultes dans les pôles des grandes aires d’attraction
Code Libellé des zones Part des 15-29 ans (en %)
0131 AAV de Rennes - Pôle 31,1
0133 AAV de Rennes - Couronne 16,2
0321 AAV de Brest - Pôle 28,3
0323 AAV de Brest - Couronne 14,4
0521 AAV de Quimper - Pôle 20,0
0523 AAV de Quimper - Couronne 12,6
0531 AAV de Lorient - Pôle 20,3
0533 AAV de Lorient - Couronne 12,9
0561 AAV de Saint-Brieuc - Pôle 18,0
0563 AAV de Saint-Brieuc - Couronne 13,7
0571 AAV de Vannes - Pôle 21,3
0573 AAV de Vannes - Couronne 13,9
0881 AAV de Saint-Malo - Pôle 15,9
0883 AAV de Saint-Malo - Couronne 13,3
1131 AAV de Lannion - Pôle 15,5
1133 AAV de Lannion - Couronne 11,3
1491 AAV de Morlaix - Pôle 18,4
1493 AAV de Morlaix - Couronne 12,3
1691 AAV de Vitré - Pôle 17,0
1693 AAV de Vitré - Couronne 15,1
1721 AAV de Fougères - Pôle 18,2
1723 AAV de Fougères - Couronne 13,5
1871 AAV de Dinan - Pôle 15,4
1873 AAV de Dinan - Couronne 13,1
1881 AAV de Redon - Pôle 17,1
1883 AAV de Redon - Couronne 12,8
2071 AAV de Pontivy - Pôle 20,1
2073 AAV de Pontivy - Couronne 13,1
2141 AAV de Quimperlé - Pôle 14,9
2143 AAV de Quimperlé - Couronne 11,6
2291 AAV de Loudéac - Pôle 15,6
2293 AAV de Loudéac - Couronne 13,5
2551 AAV de Ploërmel - Pôle 15,5
2553 AAV de Ploërmel - Couronne 13,4
2571 AAV de Guingamp - Pôle 20,9
2573 AAV de Guingamp - Couronne 14,6
2721 AAV de Pleyben - Châteaulin - Pôle 15,5
2723 AAV de Pleyben - Châteaulin - Couronne 17,6
2891 AAV de Landivisiau - Pôle 15,8
2893 AAV de Landivisiau - Couronne 15,5
2921 AAV de Paimpol - Pôle 12,1
2923 AAV de Paimpol - Couronne 11,5
2961 AAV de Roscoff - Saint-Pol-de-Léon - Pôle 12,9
2963 AAV de Roscoff - Saint-Pol-de-Léon - Couronne 12,5
3051 AAV de Carhaix-Plouguer - Pôle 15,0
3053 AAV de Carhaix-Plouguer - Couronne 13,0
3531 AAV de Crozon - Pôle 13,7
3533 AAV de Crozon - Couronne 10,1
3941 AAV de Auray - Pôle 18,1
4311 AAV de Guer - Pôle 19,8
4313 AAV de Guer - Couronne 13,1
4691 AAV de Rostrenen - Pôle 12,6
4693 AAV de Rostrenen - Couronne 13,4
4741 AAV de La Guerche-de-Bretagne - Pôle 14,2
4743 AAV de La Guerche-de-Bretagne - Couronne 15,1
4771 AAV de Le Mené - Pôle 13,1
4773 AAV de Le Mené - Couronne 14,7
5251 AAV de Saint-Méen-le-Grand - Pôle 15,7
5253 AAV de Saint-Méen-le-Grand - Couronne 15,5
5261 AAV de Baud - Pôle 14,4
5263 AAV de Baud - Couronne 13,8
5311 AAV de Châteauneuf-du-Faou - Pôle 12,0
5313 AAV de Châteauneuf-du-Faou - Couronne 11,5
5333 AAV de Pontorson - Couronne 13,0
5381 AAV de Pluvigner - Pôle 13,4
5511 AAV de Josselin - Pôle 12,7
5513 AAV de Josselin - Couronne 12,6
5561 AAV de Pleslin-Trigavou - Pôle 14,0
5571 AAV de Locminé - Pôle 18,2
5573 AAV de Locminé - Couronne 12,5
5671 AAV de Quiberon - Pôle 9,1
5673 AAV de Quiberon - Couronne 8,2
5781 AAV de Carnac - Pôle 9,5
5783 AAV de Carnac - Couronne 11,0
6051 AAV de Belz - Pôle 10,3
6211 AAV de Gourin - Pôle 13,1
6213 AAV de Gourin - Couronne 11,4
6561 AAV de Malestroit - Pôle 10,9
6563 AAV de Malestroit - Couronne 11,4
6631 AAV de Plancoët - Pôle 15,4
6633 AAV de Plancoët - Couronne 13,5
6661 AAV de Moréac - Pôle 14,9
6671 AAV de Broons - Pôle 12,1
6673 AAV de Broons - Couronne 14,0
6681 AAV de Tréguier - Pôle 14,4
6683 AAV de Tréguier - Couronne 12,4
30_2230 Communes hors attraction des villes (Côtes-d'Armor) 12,9
30_2930 Communes hors attraction des villes (Finistère) 12,9
30_3530 Communes hors attraction des villes (Ille-et-Vilaine) 12,9
30_5630 Communes hors attraction des villes (Morbihan) 12,9
  • Source : Insee, recensement de la population 2017.

Figure 3Plus de jeunes adultes dans les pôles des grandes aires d’attractionPart des personnes âgées de 15 à 29 ans

  • Source : Insee, recensement de la population 2017.

Les familles vivent plus fréquemment dans les couronnes

Plus de la moitié des personnes vivant en couple sans enfants résident en couronne, plus d'un quart au sein d'un pôle et 15 % dans une commune hors attraction (figure 4). Mais ce constat diffère fortement selon l'âge. Avant 30 ans, une même proportion d'individus dans cette situation familiale (45 %) réside au sein des pôles et dans les couronnes. Au-delà, ces personnes vivent plus fréquemment en couronne (61 % parmi les 45-59 ans).

Figure 4Les personnes seules résident plus fréquemment dans les pôles et les familles dans les couronnesCatégorie de commune de résidence selon les principaux modes de cohabitation

En %
Les personnes seules résident plus fréquemment dans les pôles et les familles dans les couronnes (En %)
Pôle Couronne Commune hors attraction des villes Ensemble
Personnes vivant seules 45,4 42,9 11,7 100,0
Adultes d'une famille monoparentale 39,8 49,2 11,0 100,0
Adultes d'un couple avec enfants 24,4 62,9 12,7 100,0
Adultes d'un couple sans enfant 28,5 56,7 14,9 100,0
  • Champ : personnes âgées de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, recensement de la population 2017.

Figure 4Les personnes seules résident plus fréquemment dans les pôles et les familles dans les couronnesCatégorie de commune de résidence selon les principaux modes de cohabitation

  • Champ : personnes âgées de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, recensement de la population 2017.

Près des deux tiers des individus en couple avec enfants vivent dans les couronnes, moins d'un quart dans les pôles et un sur huit dans les communes hors attraction des villes. Ces proportions évoluent peu suivant la tranche d'âge observée.

Les familles monoparentales s’installent moins souvent en couronne que les autres types de familles. Elles sont toutefois près de la moitié à y habiter, essentiellement à partir de 30 ans. Avant cet âge, elles résident majoritairement dans les pôles.

Enfin, les personnes vivant seules représentent près de la moitié de la population résidant dans les pôles, en lien avec une forte présence d'étudiants et de jeunes actifs. Avant 30 ans, 72 % des personnes seules vivent au sein d'un pôle, 24 % au sein d'une couronne et 4 % dans une commune hors attraction des villes. Entre 30 et 60 ans, ces proportions sont respectivement de 45 %, 44 % et 11 %. Au-delà de 60 ans, souvent préretraitées ou retraitées, elles résident davantage en couronne (48 %) qu’au sein d'un pôle (37 %), la proportion de personnes seules vivant en dehors des aires d'attraction s'élevant alors à 15 %.

Les personnes aisées résident plus fréquemment dans les plus grandes aires

La part de personnes vivant dans un ménage aisé ou plutôt aisé (méthodologie) est plus importante dans les plus grandes aires (figure 5). Elle s'élève à 45 % dans celle de Rennes et à 41 % dans celles de 50 000 à 700 000 habitants alors qu'elle est de 35 % dans les aires de moins de 50 000 habitants et de 34 % dans les communes hors attraction des villes. Cela s'explique notamment par la forte concentration des emplois de cadres dans les plus grandes aires. Les pôles accueillent plus fréquemment que les couronnes des personnes aisées alors que les couronnes hébergent plus souvent que les pôles des individus plutôt aisés.

Figure 5Les personnes aisées ou plutôt aisées résident plus souvent dans les grandes airesRépartition des personnes selon leur niveau de vie et la taille des aires

En %
Les personnes aisées ou plutôt aisées résident plus souvent dans les grandes aires (En %)
Personnes vivant dans un ménage pauvre Personnes vivant dans un ménage modeste Personnes vivant dans un ménage médian Personnes vivant dans un ménage plutôt aisé Personnes vivant dans un ménage aisé Ensemble
700 000 hab. ou plus (Rennes) 10,3 24,4 20,7 35,5 9,1 100,0
200 000 à 700 000 hab. 10,6 27,2 21,6 33,0 7,6 100,0
50 000 à 200 000 hab. 10,1 27,4 21,5 32,5 8,5 100,0
Moins de 50 000 hab. 11,6 30,9 22,8 29,1 5,6 100,0
Hors attraction des villes 11,9 31,3 22,8 28,3 5,7 100,0
Ensemble 10,8 27,8 21,8 32,2 7,5 100,0
  • Source : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) 2017.

Figure 5Les personnes aisées ou plutôt aisées résident plus souvent dans les grandes airesRépartition des personnes selon leur niveau de vie et la taille des aires

  • Source : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) 2017.

La proportion de personnes vivant dans un ménage pauvre est légèrement plus faible au sein des grandes aires (10 %) que dans les petites aires et communes hors attraction des villes (12 %). En revanche, l'écart est important entre les pôles et les couronnes. Pris dans leur ensemble, les pôles hébergent 15 % de personnes pauvres comparé à 8 % pour les couronnes. Cet écart est d'autant plus élevé que l'aire est grande. Ainsi, les proportions de personnes pauvres dans les pôles et les couronnes sont respectivement de 17 % et 7 % dans l'aire de Rennes, 16 % et 8 % dans les aires de 200 000 à 700 000 habitants, 14 % et 9 % dans celles comprises entre 50 000 et 200 000 habitants et, enfin, 13 % et 11 % dans les plus petites aires.

Plus une aire est de petite taille et plus la proportion de personnes vivant dans un ménage ayant un niveau de vie modeste ou médian augmente. Ainsi, cette proportion varie de 45 % dans l'aire de Rennes à 53 % dans les petites aires de moins de 50 000 habitants. Elle est de 54 % dans les communes hors attraction des villes.

Ces tendances se retrouvent dans l'ensemble au niveau national mais avec des écarts plus marqués car en France, 15 % des personnes vivent dans un ménage pauvre et 10 % dans un ménage aisé, comparé respectivement à 11 % et 7 % dans la région. La Bretagne est en effet, avec les Pays de la Loire, la région avec le taux de pauvreté le moins élevé et les écarts de niveau de vie au sein de la population les plus faibles.

Les niveaux de vie extrêmes plus présents dans les pôles

En Bretagne, comme dans les autres régions françaises, les pôles accueillent une population contrastée. Ils regroupent à la fois des personnes pouvant s'y loger grâce à des revenus élevés et des personnes aux revenus plus faibles bénéficiant notamment de l'implantation centrale d'un important parc locatif social.

Ainsi, au sein des pôles, les personnes vivant dans des ménages aisés ou dans des ménages pauvres sont surreprésentées (figure 6). La proportion de personnes aisées y est de 9 % comparé à 7 % dans les couronnes et 6 % dans les communes hors attraction des villes. Celle des personnes vivant dans un ménage pauvre y est de 15 % contre 8 % dans les couronnes et 12 % dans les communes hors attraction des villes.

Figure 6Les personnes pauvres et les personnes aisées sont surreprésentées dans les pôlesRépartition des personnes suivant leur niveau de vie et la catégorie de commune

En %
Les personnes pauvres et les personnes aisées sont surreprésentées dans les pôles (En %)
Pôle Couronne Commune hors attraction des villes Ensemble
Ensemble 30,0 57,1 12,9 100,0
Personnes vivant dans un ménage aisé 35,7 54,5 9,8 100,0
Personnes vivant dans un ménage plutôt aisé 27,6 61,0 11,4 100,0
Personnes vivant dans un ménage médian 25,7 60,8 13,6 100,0
Personnes vivant dans un ménage modeste 29,9 55,5 14,5 100,0
Personnes vivant dans un ménage pauvre 41,7 44,1 14,3 100,0
  • Source : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) 2017.

Figure 6Les personnes pauvres et les personnes aisées sont surreprésentées dans les pôlesRépartition des personnes suivant leur niveau de vie et la catégorie de commune

  • Source : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) 2017.

À l’inverse, les personnes vivant dans un ménage ayant un niveau de vie médian sont moins présentes dans les pôles que dans les couronnes (respectivement 19 % et 23 %).

Comme au niveau national, les personnes vivant dans un ménage ayant un niveau de vie modeste sont plus souvent présentes dans les communes hors attraction des villes alors que celles avec un niveau de vie plutôt aisé représentent plus d'un tiers des habitants des couronnes.

Pour comprendre

L’aire d’attraction d’une ville définit l’étendue de son influence sur les communes environnantes, mesurée par les déplacements domicile-travail. Une aire est composée d’un pôle, défini à partir de critères de population et d’emploi, ainsi que d’une couronne constituée des communes dont au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle. Au sein du pôle, la commune la plus peuplée est appelée la commune-centre et donne son nom à l'aire d'attraction. Cette approche fonctionnelle de la ville permet d’étudier les disparités territoriales selon deux dimensions : la taille de l’aire et la distinction entre centre et périphérie. Les aires d’attraction des villes (AAV) sont des entités économiques cohérentes : une politique publique ciblée sur un pôle pourra avoir des conséquences sur l’ensemble de son aire d’attraction.

Dans cette étude, la population est répartie en cinq catégories selon le niveau de vie du ménage auquel appartiennent les personnes.

Les ménages dits « pauvres » sont ceux dont le niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian de l’ensemble des ménages, c’est-à-dire moins de 1 052 € par UC et par mois en 2017.

Les ménages dont le niveau de vie est compris entre 60 % et 90 % du niveau de vie médian sont dits « modestes » (soit entre 1 052 € et 1 578 € mensuels par UC). Ceux dont le niveau de vie se situe entre 90 % et 110 % du niveau de vie médian (soit entre 1 578 € et 1 928 € mensuels par UC) sont dits « médians ».

Enfin, les ménages au niveau de vie respectivement compris entre 110 % et 180 % (soit entre 1 928 € et 3 155 € mensuels par UC) et au-delà de 180 % (soit plus de 3 155 € mensuels par UC) du niveau de vie médian sont dits « plutôt aisés » et « aisés ».

Sources

Le recensement de la population fournit des statistiques sur le nombre d'habitants et sur leurs caractéristiques, notamment la répartition par âge, selon le statut d'occupation, le mode de cohabitation et les conditions de logement. Il fournit également la commune de résidence, la commune du lieu de travail. La conception du zonage s’appuie sur les flux domicile-travail issus de l’exploitation principale du recensement de la population 2016. Les aires ont ensuite été classées suivant le nombre total d’habitants de l’aire selon le recensement de la population 2017. La commune centre de chaque aire est la plus peuplée du pôle selon le recensement de la population 2017.

Le dispositif sur les revenus localisés sociaux et fiscaux (Filosofi) fournit un ensemble d’indicateurs sur les revenus déclarés (avant redistribution) et sur les revenus disponibles (après redistribution et imputation de revenus financiers non déclarés). Le dispositif Filosofi a été mis en œuvre afin de disposer d’indicateurs de niveau de vie, d’inégalité et de pauvreté à un niveau local infra-départemental. Les données de cette étude sont issues du millésime 2017.

Définitions


Le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité (nets des cotisations sociales), les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs.


Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation. Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d’un même ménage. Les unités de consommation (UC) sont généralement calculées selon l’échelle d’équivalence dite de l’OCDE modifiée qui attribue 1 UC au premier adulte du ménage, 0,5 UC aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 UC aux enfants de moins de 14 ans.

Le niveau de vie médian, qui partage la population en deux, est tel que la moitié des personnes dispose d’un niveau de vie inférieur et l’autre moitié d’un niveau de vie supérieur. Le seuil de pauvreté correspond à 60 % du niveau de vie médian de l’ensemble de la population.


Les actifs occupés sont les personnes ayant un emploi, comptabilisées au lieu de résidence.


Le nombre d’emplois correspond au nombre de personnes ayant déclaré avoir un emploi dans le formulaire du recensement, comptabilisées au lieu de travail. Il s’agit d’un emploi déclaratif et non de l’emploi au sens du Bureau international du travail (BIT) mesuré grâce à l’enquête Emploi.


Le taux de couverture de l’emploi est le rapport entre le nombre d’emplois (au lieu de travail) et le nombre d’actifs occupés (au lieu de résidence).

Pour en savoir plus

« Aires d'attraction des villes : plus de 15-29 ans et de cadres dans les pôles et dans les grandes aires », David Audenaert, Marie-Pierre de Bellefon, Olivier Pégaz-Blanc – Dans : Insee Première, n° 1827 (2020, nov.)

« En Bretagne, 87 % des habitants résident dans une des 45 aires d'attraction de la ville », Nicolas Birot, Jean-Marc Lardoux – Dans : Insee Flash Bretagne, n° 64 (2020, oct.)

« En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod – Dans : Insee Focus, n° 211 (2020, oct.)

« 38 % de la population française vit dans une commune densément peuplée », Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Raymond Warnod – Dans : Insee Focus, n° 169 (2020, nov.)