Informations rapides
30 octobre 2020
2020 - n° 278
Le PIB rebondit au troisième trimestre (+18,2 %) mais reste nettement en dessous de son niveau d’avant-crise (–4,3 % sur un an)Comptes nationaux trimestriels - première estimation (PIB) - troisième trimestre 2020

Au troisième trimestre 2020, le produit intérieur brut (PIB) en volume rebondit : +18,2 % après –13,7 % au deuxième trimestre 2020. Néanmoins, le PIB demeure nettement en dessous de son niveau d’avant la crise sanitaire : mesuré en volume par rapport à son niveau du troisième trimestre 2019 (glissement annuel), le PIB est inférieur de 4,3 %.

Toutes les composantes de la demande intérieure rebondissent nettement au troisième trimestre. C’est le cas en particulier des dépenses de consommation des ménages (+17,3 % au troisième trimestre) qui se rapprochent de leur niveau d’avant-crise (–2,1 % en glissement annuel), ainsi que des dépenses de consommation des administrations publiques qui le dépassent même légèrement (+0,4 % en glissement annuel). En revanche, la formation brute de capital fixe (FBCF) demeure fortement en retrait (–5,1 % en glissement annuel), malgré son rebond au troisième trimestre (+23,3 %). Au total, la demande intérieure finale hors stocks contribue pour +18,9 points à la hausse du PIB ce trimestre.

Le commerce extérieur rebondit également ce trimestre, notamment les exportations (+23,2 % après –25,7 %). Les importations augmentent également mais dans des proportions moins marquées (+16,0 % après –17,1 %). Au total, le commerce extérieur contribue positivement à la croissance du PIB : +1,2 point, après –2,4 points au trimestre précédent. Enfin, les variations de stocks contribuent négativement à l’évolution du PIB (–1,9 point après +0,9 point).

Informations rapides
No 278
Paru le : Paru le 30/10/2020
Prochaine parution le : 29/01/2021 à 07h30 - quatrième trimestre 2020
Avertissement

La Première estimation du troisième trimestre 2020 poursuit les modifications méthodologiques mises en œuvre lors des précédentes publications pour prendre en compte les effets de la crise sanitaire et économique actuelle et les mesures de politique économique mises en place pour les contenir. Ces modifications méthodologiques sont détaillées dans la note jointe à cette publication. Étant donné les fortes évolutions des derniers trimestres, les glissements annuels rendent mieux compte de l’activité du troisième trimestre que les évolutions trimestrielles, et sont mis en avant dans le commentaire de cette publication. Les tableaux ont été dédoublés pour présenter à la fois les évolutions trimestrielles (T/T-1) et les glissements annuels (T/T-4).

Au troisième trimestre 2020, le produit intérieur brut (PIB) en volume rebondit : +18,2 % après –13,7 % au deuxième trimestre 2020. Néanmoins, le PIB demeure nettement en dessous de son niveau d’avant la crise sanitaire : mesuré en volume par rapport à son niveau du troisième trimestre 2019 (glissement annuel), le PIB est inférieur de 4,3 %.

Toutes les composantes de la demande intérieure rebondissent nettement au troisième trimestre. C’est le cas en particulier des dépenses de consommation des ménages (+17,3 % au troisième trimestre) qui se rapprochent de leur niveau d’avant-crise (–2,1 % en glissement annuel), ainsi que des dépenses de consommation des administrations publiques qui le dépassent même légèrement (+0,4 % en glissement annuel). En revanche, la formation brute de capital fixe (FBCF) demeure fortement en retrait (–5,1 % en glissement annuel), malgré son rebond au troisième trimestre (+23,3 %). Au total, la demande intérieure finale hors stocks contribue pour +18,9 points à la hausse du PIB ce trimestre.

Le commerce extérieur rebondit également ce trimestre, notamment les exportations (+23,2 % après –25,7 %). Les importations augmentent également mais dans des proportions moins marquées (+16,0 % après –17,1 %). Au total, le commerce extérieur contribue positivement à la croissance du PIB : +1,2 point, après –2,4 points au trimestre précédent. Enfin, les variations de stocks contribuent négativement à l’évolution du PIB (–1,9 point après +0,9 point).

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO ()
PIB
2005-T1 492333
2005-T2 493181
2005-T3 495695
2005-T4 499433
2006-T1 503314
2006-T2 508386
2006-T3 508408
2006-T4 512539
2007-T1 516271
2007-T2 520295
2007-T3 522018
2007-T4 523210
2008-T1 525557
2008-T2 523086
2008-T3 521446
2008-T4 514164
2009-T1 505620
2009-T2 505103
2009-T3 505887
2009-T4 509561
2010-T1 511519
2010-T2 514156
2010-T3 517146
2010-T4 520755
2011-T1 526169
2011-T2 526400
2011-T3 527891
2011-T4 529120
2012-T1 529734
2012-T2 528727
2012-T3 529731
2012-T4 529345
2013-T1 529227
2013-T2 532810
2013-T3 532862
2013-T4 535477
2014-T1 536224
2014-T2 536622
2014-T3 538923
2014-T4 539582
2015-T1 542423
2015-T2 542233
2015-T3 544153
2015-T4 544709
2016-T1 548542
2016-T2 547194
2016-T3 548530
2016-T4 551627
2017-T1 556118
2017-T2 560104
2017-T3 564137
2017-T4 568783
2018-T1 569577
2018-T2 570729
2018-T3 572959
2018-T4 576516
2019-T1 579696
2019-T2 581172
2019-T3 582148
2019-T4 580821
2020-T1 546287
2020-T2 471284
2020-T3 557205

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO

  • Source : Insee

Le PIB et ses composantes en volumes chaînés

variations en %, données CVS-CJO
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés (variations en %, données CVS-CJO)
2019 T4 2020 T1 2020 T2 2020 T3 2019 2020 (acquis)
PIB -0,2 -5,9 -13,7 18,2 1,5 -8,3
Importations -0,8 -5,7 -17,1 16,0 2,6 -11,7
Dép. conso. ménages 0,2 -5,7 -11,6 17,3 1,5 -6,3
Dép. conso. APU* 0,4 -3,3 -10,4 15,4 1,7 -3,5
FBCF 0,3 -10,4 -14,3 23,3 4,3 -10,1
Exportations -0,9 -6,6 -25,7 23,2 1,8 -17,4
Contributions :
Demande intérieure finale hors stocks 0,3 -6,4 -12,2 18,9 2,2 -6,6
Variations de stocks -0,5 0,7 0,9 -1,9 -0,4 0,0
Commerce extérieur 0,0 -0,2 -2,4 1,2 -0,3 -1,7
  • * APU : administrations publiques
  • ** ENF : entreprises non financières
  • Les volumes sont mesurés aux prix de l'année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).
  • Source : Insee

Le PIB et ses composantes en volumes chaînés – glissements annuels

glissements annuels en %, données CVS-CJO
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés – glissements annuels (glissements annuels en %, données CVS-CJO)
2019 T4 2020 T1 2020 T2 2020 T3
PIB 0,7 -5,8 -18,9 -4,3
Importations 1,1 -5,8 -21,9 -9,9
Dép. conso. ménages 1,6 -4,8 -16,1 -2,1
Dép. conso. APU* 1,7 -1,9 -12,5 0,4
FBCF 4,0 -7,9 -22,1 -5,1
Exportations -1,2 -8,3 -31,5 -15,2
Contributions :
Demande intérieure finale hors stocks 2,2 -4,9 -16,9 -2,1
Variations de stocks -0,7 -0,1 0,8 -0,6
Commerce extérieur -0,8 -0,8 -2,9 -1,6
  • * APU : administrations publiques
  • ** ENF : entreprises non financières
  • Les volumes sont mesurés aux prix de l'année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).
  • Source : Insee

La production rebondit au troisième trimestre, mais seuls les services non marchands retrouvent leur niveau de l’année passée

La production totale de biens et services rebondit de 17,6 % au deuxième trimestre, après –13,9 %. Cependant elle ne retrouve pas son niveau d’avant-crise et reste inférieure de 4,8 % au niveau du troisième trimestre 2019. En particulier, la production des biens reste bien inférieure au niveau d’avant-crise (−8,0 % en glissement annuel), notamment dans les branches manufacturières (−9,5 % en glissement annuel). Les services sont relativement plus proches de leur niveau d’avant-crise (–3,8 % en glissement annuel), portés notamment par les services non marchands (administration publique, santé humaine, cf. note méthodologique) dont la production dépasse légèrement les niveaux de l’an passé (+0,8 % en glissement annuel). Les services marchands demeurent plus en retrait (–4,9 % en glissement annuel), notamment dans les transports et l’hébergement-restauration.

Production, consommation et FBCF : principales composantes

variations en %, données CVS-CJO
Production, consommation et FBCF : principales composantes (variations en %, données CVS-CJO)
2019 T4 2020 T1 2020 T2 2020 T3 2019 2020 (acquis)
Production branche -0,4 -5,6 -13,9 17,6 1,5 -8,5
Biens -1,5 -5,7 -16,9 19,1 -0,3 -11,5
Ind. manufacturière -1,6 -6,8 -20,4 23,8 -0,2 -13,6
Construction -0,1 -12,8 -19,3 35,5 2,6 -12,7
Services marchands -0,2 -5,1 -12,6 14,9 2,2 -7,8
Services non marchands 0,4 -3,8 -11,2 17,6 1,2 -3,8
Consommation des ménages 0,2 -5,7 -11,6 17,3 1,5 -6,3
Alimentaire 0,2 2,8 -0,5 -3,3 -1,3 0,6
Énergie -1,0 -3,6 -11,7 16,9 -0,1 -5,6
Biens fabriqués 1,0 -15,9 -11,7 38,9 1,7 -7,5
Services 0,3 -5,7 -16,5 20,2 2,0 -8,9
FBCF 0,3 -10,4 -14,3 23,3 4,3 -10,1
Produits manufacturés -0,5 -13,0 -16,7 33,9 4,0 -11,2
Construction -0,1 -14,6 -20,5 38,4 3,7 -14,1
Services marchands 1,2 -4,0 -6,4 4,7 5,3 -4,6
  • Source : Insee

Production, consommation et FBCF : principales composantes – glissements annuels

glissements annuels en %, données CVS-CJO
Production, consommation et FBCF : principales composantes – glissements annuels (glissements annuels en %, données CVS-CJO)
2019 T4 2020 T1 2020 T2 2020 T3
Production branche 0,4 -5,8 -19,0 -4,8
Biens -2,3 -8,1 -23,3 -8,0
Ind. manufacturière -2,4 -9,3 -27,3 -9,5
Construction 1,9 -11,8 -29,4 -4,8
Services marchands 1,2 -4,7 -17,0 -4,9
Services non marchands 1,3 -2,7 -13,8 0,8
Consommation des ménages 1,6 -4,8 -16,1 -2,1
Alimentaire -1,1 2,6 1,8 -0,9
Énergie 0,0 -4,2 -16,1 -1,5
Biens fabriqués 3,4 -14,2 -23,7 4,2
Services 1,9 -4,5 -20,6 -5,0
FBCF 4,0 -7,9 -22,1 -5,1
Produits manufacturés 3,7 -11,5 -27,0 -3,4
Construction 3,1 -12,8 -31,6 -6,2
Services marchands 5,2 0,1 -7,6 -4,8
  • Source : Insee

La consommation des ménages en services demeure en dessous du niveau de l’année précédente

Les dépenses de consommation des ménages rebondissent de +17,3 % au troisième trimestre (après –11,6 % au deuxième trimestre). Le rebond entamé en fin de deuxième trimestre se poursuit au début du troisième trimestre, porté notamment par des effets de rattrapage sur les biens. En effet, la consommation des ménages en biens dépasse celle de l’an passé (+ 1,3 % en glissement annuel), portée notamment par la consommation en biens fabriqués (+38,9 % en évolution trimestrielle, +4,2 % en glissement annuel). À l’inverse, la consommation des ménages en services demeure nettement en dessous du niveau d’avant-crise (−5,0 % en glissement annuel). In fine, la consommation des ménages reste en dessous du niveau de l’an passé (–2,1 % en glissement annuel).

L’investissement a fortement rebondi au troisième trimestre mais reste nettement en dessous du niveau de l’année précédente

Au troisième trimestre 2020, la FBCF totale rebondit de +23,3 % (après –14,3 % au deuxième trimestre et -10,3 % au premier) mais reste à un niveau inférieur à celui d’avant-crise (–5,1 % en glissement annuel). C’est l’investissement dans la construction qui reste le plus touché (–6,2 % en glissement annuel).

Les exportations ont redémarré mais demeurent plus dégradées que les importations

Au troisième trimestre 2020, les exportations rebondissent plus que les importations (+23,2 % après –25,7 % et +16,0 % après –17,1 % respectivement). Le commerce extérieur contribue ainsi positivement à l’évolution du PIB au troisième trimestre (+1,2 point après −2,4 points). Toutefois, les exportations demeurent nettement en deçà de leurs niveaux d’avant-crise (–15,2 % en glissement annuel), davantage que les importations (– 9,9 % en glissement annuel). En effet, les secteurs porteurs pour les exportations françaises (aéronautique, tourisme international, etc.) sont particulièrement atteints par la crise sanitaire. Le commerce extérieur contribue négativement à l’évolution du PIB en glissement annuel (–1,6 point).

Les stocks diminuent

Au troisième trimestre 2020, les variations de stocks contribuent négativement à la croissance du PIB (−1,9 point après + 0,9 point et + 0,7 point au deuxième et au premier trimestres).

Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages (variations t/t-1, en %, données CVS-CJO)
2019 T4 2020 T1 2020 T2 2020 T3 2019
RDB 0,8 -0,8 -2,7 3,1
RDB (pouvoir d'achat) 0,5 -1,0 -2,4 2,1
RDB par uc* (pouvoir d'achat) 0,3 -1,1 -2,6 1,5
RDB ajusté (pouvoir d'achat) 0,5 -1,6 -4,7 2,0
Taux d'épargne (niveau) 15,0 19,1 26,7 14,9
Taux d'épargne financière (niveau) 4,5 9,9 18,9 4,6
  • * uc : unité de consommation
  • Source : Insee

Ratios des comptes des sociétés non financières

niveaux en %, données CVS-CJO
Ratios des comptes des sociétés non financières (niveaux en %, données CVS-CJO)
2019 T4 2020 T1 2020 T2 2020 T3 2019
Taux de marge 33,5 29,9 28,3 33,2
Taux d'investissement 24,8 24,4 25,9 24,5
Taux d'épargne 23,9 20,2 16,9 23,2
Taux d'autofinancement 96,4 82,7 65,2 94,7
  • Source : Insee

Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques

niveaux, données CVS-CJO
Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques (niveaux, données CVS-CJO)
2019 T4 2020 T1 2020 T2 2020 T3 2019
En milliards d'euros
Dépenses totales 339,7 336,7 341,3 1348,1
Recettes totales 317,2 306,9 280,3 1275,0
Capacité (+) ou besoin (–) de financement -22,4 -29,8 -61,0 -73,1
En % de PIB
Capacité (+) ou besoin (–) de financement -3,7 -5,1 -11,9 -3,0
  • Source : Insee

Révisions

L’estimation de la croissance du PIB au deuxième trimestre 2020 est révisée à la hausse de 0,1 point et s’établit à –13,7 %. Cette révision tient à l’intégration de nouvelles données et à la révision des indicateurs existants.

Pour en savoir plus

Prochaine publication : le 27 novembre 2020 à 08h45

Prochaine publication : le 27 novembre 2020 à 08h45


: bureau-de-presse@insee.fr
: