Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes92 % de la population de la région vit dans une aire d’attraction des villes

Corinne Pollet, Bruno Roy (Insee)

En Auvergne-Rhône-Alpes, 92 % des habitants vivent dans une des 95 aires d’attraction des villes que compte la région. Ces aires se composent de pôles, abritant 42 % des habitants, et de couronnes où vivent 50 % des habitants. Les emplois étant plus concentrés dans les pôles que dans les couronnes, ils sont à l’origine de nombreux déplacements domicile-travail. La population des couronnes croît plus vite que celle des pôles. Les migrations résidentielles profitent plus aux couronnes qu’aux pôles.

Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes
No 105
Paru le : Paru le 21/10/2020
Corinne Pollet, Bruno Roy (Insee)
Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes  No 105 - Octobre 2020

95 aires d’attraction des villes en Auvergne-Rhône-Alpes

Auvergne-Rhône-Alpes compte 95 « aires d’attraction des villes » (méthodologie), dont 11 pour lesquelles la commune-centre se trouve en dehors de la région (les aires de Genève ou Mâcon par exemple). Ce nouveau zonage, réalisé selon une méthode différente proche des concepts internationaux, remplace le zonage en aires urbaines daté de 2010. Il se compose à la fois de pôles (regroupements d’espaces denses en population et en emplois) et de couronnes (zones d’influence des pôles sur les communes environnantes mesurées par les déplacements domicile-travail). Par définition, les couronnes sont ainsi composées des communes dont plus de 15 % des actifs travaillent dans un pôle. Le pôle et sa couronne forment une aire d’attraction de la ville.

Dans la région, 70 % des communes sont situées dans les aires d’attraction des villes (AAV). Celles-ci couvrent 63 % du territoire régional et abritent 92 % des habitants (figure 1). La plus grande aire est celle de Lyon avec plus de 2 millions d’habitants, ce qui représente un peu plus du quart de la population régionale. C’est aussi la deuxième aire française après celle de Paris qui héberge 13 millions de personnes. Les deux aires régionales suivantes par la taille sont celles de Grenoble (700 000 personnes) et de Genève-Annemasse (près d’un million d’habitants dont 400 000 pour la partie française).

Figure 142 % de la population est regroupée dans les trois grandes aires de la région dépassant les 700 000 habitantsNombre de communes et population selon la taille de l’aire et selon la catégorie de commune

42 % de la population est regroupée dans les trois grandes aires de la région dépassant les 700 000 habitants
Auvergne-Rhône-Alpes (1) France entière
Nombre de communes Population 2017 Taux de variation annuel de la population 2012-2017 (en %) Part de la population en 2017 (en %) Part de la population en 2017 (en %)
Aire de Paris 0 0 0,0 0,0 19,5
Aire de 700 000 hab. ou plus (hors Paris) 760 3 373 802 0,9 42,4 19,7
Aire de 200 000 à 700 000 hab. 582 1 799 046 0,7 22,6 23,5
Aire de 50 000 à 200 000 hab. 786 1 295 063 0,3 16,3 18,5
Aire de moins de 50 000 hab. 703 825 532 0,2 10,4 12,2
Commune hors attraction des villes 1 199 654 844 0,2 8,2 6,7
Ensemble 4 030 7 948 287 0,6 100,0 100,0
Pôle dont : 200 3 364 638 0,5 42,3 50,8
Commune-centre 84 2 032 079 0,3 25,6 27,9
Autre commune en pôle 116 1 332 559 0,7 16,8 22,8
Commune de la couronne 2 631 3 928 805 0,9 49,4 42,5
Commune hors attraction des villes 1 199 654 844 0,2 8,2 6,7
Ensemble 4 030 7 948 287 0,6 100,0 100,0
  • (1) Hors communes extra-régionales des aires s’étendant au-delà du périmètre de la région ou de la France.
  • Champ : France entière, limites territoriales communales en vigueur au 1ᵉʳ janvier 2020.
  • Source : Insee, Recensement de la population 2017.

Six autres AAV comptent plus de 200 000 habitants (figure 2). Ce sont, par ordre décroissant, celles de Clermont-Ferrand, Saint-Étienne (500 000 habitants chacune), Annecy, Valence, Chambéry (près de 300 000 habitants chacune) et Lausanne (un peu plus de 400 000 habitants dont 14 000 pour la partie française).

Figure 295 aires d’attraction des villes sur 63 % du territoireAires d'attraction des villes (AAV) dans la région Auvergne-Rhône-Alpes selon le nombre d'habitants en 2017

95 aires d’attraction des villes sur 63 % du territoire -
Nom de l'AAV Taille de l'AAV selon le nombre d'habitants en 2017
AAV de Aime-la-Plagne AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Albertville AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Albi AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Alès AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Ambérieu-en-Bugey AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Ambert AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Amplepuis AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Annecy AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Annonay AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Apt AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Arbois AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Argentat-sur-Dordogne AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Argenton-sur-Creuse AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Aubenas AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Aubusson AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Aurillac AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Autun AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Avignon AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Bagnols-sur-Cèze AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Barcelonnette AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Beaune AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Beaurepaire AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Belleville-en-Beaujolais AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Belley AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Biars-sur-Cère - Saint-Céré AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Bollène AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Bort-les-Orgues AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Bourbon-Lancy AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Bourg-en-Bresse AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Bourg-Saint-Maurice AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Bourges AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Briançon AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Brioude AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Brive-la-Gaillarde AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Cahors AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Carpentras AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Chalon-sur-Saône AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Chambéry AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Chamonix-Mont-Blanc AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Champagnole AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Charolles AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Château-Arnoux-Saint-Auban AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Châteauroux AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Châtillon-sur-Chalaronne AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Chauffailles AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Chazelles-sur-Lyon AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Clermont-Ferrand AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Cluses AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Cours AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Crest AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Culoz AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Decazeville AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Decize AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Die AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Digne-les-Bains AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Digoin AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Dijon AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Dole AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Dompierre-sur-Besbre AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Égletons AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Embrun AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Espalion AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Feurs AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Figeac AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Forcalquier AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Gaillac AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Gannat AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Gap AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Genève - Annemasse (partie française) AAV de plus de 700 000 habitants
AAV de Gramat AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Grenoble AAV de plus de 700 000 habitants
AAV de Guéret AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Gueugnon AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Hauts de Bienne AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Issoire AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Issoudun AAV de moins 50 000 habitants
AAV de L'Isle-sur-la-Sorgue AAV de moins 50 000 habitants
AAV de La Châtre AAV de moins 50 000 habitants
AAV de La Côte-Saint-André AAV de moins 50 000 habitants
AAV de La Souterraine AAV de moins 50 000 habitants
AAV de La Tour-du-Pin AAV de moins 50 000 habitants
AAV de La Voulte-sur-Rhône AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Lagnieu AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Langeac AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Lapalisse AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Laragne-Montéglin AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Lausanne (partie française) AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Le Cheylard AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Le Creusot AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Le Pont-de-Beauvoisin AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Le Pouzin AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Le Puy-en-Velay AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Le Vigan AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Les Abrets en Dauphiné AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Limoges AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Lons-le-Saunier AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Louhans AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Lyon AAV de plus de 700 000 habitants
AAV de Mâcon AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Manosque AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Marvejols AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Mauriac AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Mende AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Millau AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Modane AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Monaco - Menton (partie française) AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Montauban AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Montbrison AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Montceau-les-Mines AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Montélimar AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Montluçon AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Montpellier AAV de plus de 700 000 habitants
AAV de Morestel AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Morzine AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Moulins AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Moûtiers AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Nevers AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Nice AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Nîmes AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Nyons AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Orange AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Oyonnax AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Paray-le-Monial AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Pierrelatte AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Plateau d'Hauteville AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Poligny AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Pont-Saint-Esprit AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Pontarlier AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Privas AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Roanne AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Rodez AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Romans-sur-Isère AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Roussillon AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Saint-Affrique AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Amand-Montrond AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Amour AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Chély-d'Apcher AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Claude AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Didier-sur-Chalaronne AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Éloy-les-Mines AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Étienne AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Saint-Flour AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Georges-de-Reneins AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Gervais-les-Bains AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Jean-de-Bournay AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Jean-de-Maurienne AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Marcellin AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Pourçain-sur-Sioule AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Saint-Vallier AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Sainte-Sigolène AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Salins-les-Bains AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Sallanches AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Sarrians AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Sisteron AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Tarare AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Thiers AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Thizy-les-Bourgs AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Thonon-les-Bains AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Toulouse AAV de plus de 700 000 habitants
AAV de Tournon-sur-Rhône AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Tournus AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Tulle AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Ussel AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Uzerche AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Uzès AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Vaison-la-Romaine AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Val-d'Isère AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Valence AAV de 200 000 à 700 000 habitants
AAV de Valgelon-La Rochette AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Valréas AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Varennes-sur-Allier AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Vichy AAV de 50 000 à 200 000 habitants
AAV de Villefranche-de-Rouergue AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Yssingeaux AAV de moins 50 000 habitants
AAV de Biars-sur-Cère - Pôle secondaire de Saint AAV de moins 50 000 habitants
  • Source : Insee, recensement de la population 2017

Figure 295 aires d’attraction des villes sur 63 % du territoireAires d'attraction des villes (AAV) dans la région Auvergne-Rhône-Alpes selon le nombre d'habitants en 2017

  • Source : Insee, recensement de la population 2017

Près de 1,3 million d’habitants de la région, soit 16 %, sont localisés dans les dix-sept aires de taille intermédiaire, d’une population comprise entre 50 000 et 200 000 habitants (figure 3).

Figure 326 aires d’attractions des villes comptent plus de 50 000 habitantsRépartition de la population des aires (partie régionale des aires, aires entières)

26 aires d’attractions des villes comptent plus de 50 000 habitants
Libellé de l’aire Partie régionale des aires Aires entières
Nombre de communes de l’aire situées dans la région Population localisée dans la région Part de la population de la région (en %) Population de l’aire entière dont population de l’aire située hors de la région Part de la population résidant dans le pôle (en %) dont part de la population résidant dans la commune-centre (en %) Part de la population résidant dans la couronne (en %)
3 aires de 700 000 hab. ou plus 760 3 373 802 42,4 3 943 802 570 000 57,0 31,6 43,0
Lyon 398 2 238 656 28,2 2 238 656 0 56,0 23,1 44,0
Genève - Annemasse 158 421 855 5,3 991 855 570 000 63,7 57,5 36,3
Grenoble 204 713 291 9,0 713 291 0 51,1 22,2 48,9
6 aires de 200 000 à moins de 700 000 hab. 582 1 799 046 22,6 2 199 046 400 000 51,3 43,9 48,7
Clermont-Ferrand 209 498 877 6,3 498 877 0 37,4 28,8 62,6
Saint-Étienne 105 496 132 6,2 496 132 0 41,7 34,8 58,3
Lausanne 3 13 560 0,2 413 560 400 000 96,7 96,7 3,3
Annecy 79 286 515 3,6 286 515 0 44,3 44,3 55,7
Valence 71 252 638 3,2 252 638 0 37,5 25,2 62,5
Chambéry 115 251 324 3,2 251 324 0 45,2 23,4 54,8
17 aires de 50 000 à moins de 200 000 hab. 786 1 295 063 16,3 1 405 703 110 640 40,6 31,0 59,4
Roanne 80 136 149 1,7 140 289 4 140 42,5 24,5 57,5
Bourg-en-Bresse 76 139 314 1,8 139 940 626 38,3 29,7 61,7
Mâcon 34 40 900 0,5 136 049 95 149 31,4 24,7 68,6
Montélimar 45 98 060 1,2 98 060 0 39,9 39,9 60,1
Montluçon 53 91 386 1,1 92 934 1 548 38,4 38,4 61,6
Vichy 50 89 641 1,1 89 641 0 41,1 27,0 58,9
Le Puy-en-Velay 59 82 553 1,0 82 553 0 23,0 23,0 77,0
Moulins 59 74 041 0,9 77 893 3 852 42,0 25,2 58,0
Aurillac 84 76 939 1,0 76 988 49 33,1 33,1 66,9
Romans-sur-Isère 30 65 398 0,8 65 398 0 50,7 50,7 49,3
Aubenas 68 64 781 0,8 64 781 0 38,0 18,8 62,0
Roussillon 27 62 359 0,8 62 359 0 56,9 13,6 43,1
Thonon-les-Bains 18 59 592 0,7 59 592 0 58,3 58,3 41,7
Annonay 37 55 846 0,7 55 846 0 48,8 29,3 51,2
Cluses 12 55 112 0,7 55 112 0 46,7 31,0 53,3
Albertville 30 54 440 0,7 54 440 0 34,7 34,7 65,3
Oyonnax 24 48 552 0,6 53 828 5 276 48,4 41,7 51,6
69 aires de moins de 50 000 hab. 703 825 532 10,4 927 117 101 585 52,0 47,7 48,0
Ensemble des aires 2 831 7 293 443 91,8 8 475 668 1 182 225 52,3 36,4 47,7
1 199 communes hors aires d’attraction des villes 1 199 654 844 8,2 654 844 0 0,0 0,0 0,0
4 030 communes de la région 4 030 7 948 287 100,0 7 948 287 0 42,3 25,6 49,4
  • Note : les aires surlignées en rose ont leur commune-centre hors de la région.
  • Champ : périmètre des aires s’étendant sur la région, en incluant les communes extra-régionales.
  • Source : Insee, Recensement de la population 2017

Enfin, 69 aires de moins de 50 000 habitants totalisent environ 800 000 personnes, soit 10 % de la population régionale.

Par ailleurs, près d’un tiers des communes de la région (soit 1 200) se trouvent hors des AAV. Ce sont souvent de petites communes qui ont en moyenne 500 habitants. La densité y est de 25 habitants/km², contre 164 en moyenne dans les aires d’attraction des villes. Elles occupent 37 % du territoire régional et hébergent 8 % de la population.

Au final, en Auvergne-Rhône-Alpes, 42 % de la population vit dans des pôles (contre 51 % au niveau national) et 50 % dans les couronnes de ces pôles (43 % au niveau national). Les communes-centres, qui constituent le cœur des pôles, concentrent 26 % de la population (28 % au niveau national).

Dans les pôles, le nombre d’emplois est supérieur au nombre de résidents y occupant un emploi

Les emplois sont plus concentrés dans les pôles (56 %) que dans les couronnes (37 %). Pour 100 actifs occupés résidant dans les pôles, on dénombre 134 emplois. Ce ratio est encore plus net pour les communes-centres (soit 151 emplois pour 100 actifs occupés résidents). Très logiquement, les données sont inverses dans les couronnes. On y recense 70 emplois pour 100 actifs occupés. Ce rapport entre lieu de domicile et lieu de travail explique les nombreux déplacements domicile-travail des couronnes vers les pôles. Parmi les pôles des sept plus grandes aires d’attraction de la région (hors les deux aires transfrontalières de Genève-Annemasse et Lausanne), c’est celui de Clermont-Ferrand qui offre le plus d’emplois par rapport au nombre de ses résidents actifs occupés (taux de 166). À l’autre extrémité celui d’Annecy présente le rapport le moins élevé (122 emplois pour 100 actifs occupés).

La croissance démographique des grandes aires plus dynamique que celle des petites

Sur la période 2012-2017, c’est dans les plus grandes aires (Lyon, Grenoble et Genève-Annemasse pour sa partie française) que la population augmente le plus rapidement : + 0,9 % par an en moyenne (figure 4). Ce taux diminue progressivement avec la taille des aires. Il est de + 0,7 % dans celles de 200 000 à 700 000 habitants, de + 0,3 % dans celles de 50 000 à 200 000 et de + 0,2 % dans les aires de moins de 50 000 habitants. Par ailleurs, la population des communes hors attraction des pôles augmente également (+ 0,2 % par an), grâce à un solde migratoire positif de + 0,4 %.

Pour les aires de Lyon, Grenoble et Genève-Annemasse confondues, le solde naturel est l’élément majeur de la hausse de population (+ 0,7 %), contrairement aux aires plus petites où le solde migratoire prime.

Figure 4Une croissance démographique plus rapide le long de l'axe rhodanien et autour de GenèveÉvolution de la population entre 2012 et 2017 par AAV (en %)

  • Source : Insee, Recensement de la population 2017

La population des couronnes augmente plus fortement que celle des pôles

Entre 2012 et 2017, la population des couronnes croît de 0,9 % par an contre + 0,5 % dans les pôles. Dans ces derniers, la hausse de population provient uniquement du solde naturel, le solde migratoire étant nul. Dans les couronnes, le solde migratoire dépasse de peu le solde naturel (respectivement + 0,5 % et + 0,4 %). Le bilan des migrations est donc à l’avantage des couronnes, montrant ainsi une périurbanisation qui se poursuit. Ce desserrement urbain s’observe, entre autres, dans les trois plus grandes aires. À Lyon, le solde migratoire du pôle est nul et celui de la couronne est de + 0,4 %. À Grenoble, ces mêmes soldes sont respectivement de – 0,6 % et + 0,1 %. Enfin, à Genève-Annemasse (partie française), les soldes sont de – 0,1 % pour le pôle et + 1,5 % pour la couronne.

Pour comprendre

Le zonage en aires d’attraction des villes (AAV) 2020 se substitue au zonage en aires urbaines (AU), réalisé par l’Insee jusqu’en 2010. L’aire d’attraction d’une ville définit l’étendue de son influence sur les communes environnantes, mesurée par les déplacements domicile-travail. Une aire est composée d’un pôle, défini à partir de critères de population et d’emploi, et d’une couronne constituée des communes dont au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle. Au sein du pôle, la commune la plus peuplée est appelée la commune-centre (pour en savoir plus). Cette approche fonctionnelle de la ville permet d’étudier les disparités territoriales selon deux dimensions : la taille de l’aire et la distinction entre centre et périphérie. Les aires d’attraction des villes sont des entités économiques cohérentes : une politique publique ciblée sur un pôle pourra avoir des conséquences sur l’ensemble de son aire d’attraction.

La définition des aires d’attraction des villes est cohérente avec les concepts européens et internationaux. Ainsi, les plus grandes aires coïncident avec les « cities » et « aires urbaines fonctionnelles » utilisées par Eurostat et l’OCDE pour analyser le fonctionnement des villes. Le zonage en AAV facilite ainsi les comparaisons internationales et permet de visualiser l’influence en France des villes étrangères.

Définitions


Le solde naturel est la différence entre le nombre des naissances et celui des décès. On parle d’excédent lorsque ce solde est positif, de déficit dans le cas contraire.


Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire et le nombre qui en sont sorties au cours de la période considérée. Dans cette étude, il s’agit d’un solde apparent estimé par différence entre la variation totale de la population et le solde naturel. On parle d’excédent lorsque ce solde est positif, de déficit dans le cas contraire.

Pour en savoir plus

« En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », Insee Focus n° 211, octobre 2020

« Deux tiers de la population regroupés sur 11 % du territoire », Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes n° 77, septembre 2020

« 38 % de la population française vit dans une commune densément peuplée », Insee Focus n° 169, novembre 2019

Données complémentaires sur www.insee.fr