Arras : un arrondissement au contexte socioéconomique plus favorableTerritoires des Hauts-de-France

Morgan Dandois (Insee)

Au 1er janvier 2017, 249 000 personnes habitent l’arrondissement d’Arras. Entre 2012 et 2017, la population du territoire a augmenté de 0,1 % par an à la faveur d’un excédent naturel et représente aujourd’hui 17 % de la population du Pas-de-Calais. Ce territoire, à l’identité rurale marquée, jouit d’une situation économique et sociale plus favorable. Les taux de chômage et de pauvreté y sont les plus faibles du Pas‑de‑Calais.

Insee Flash Hauts-de-France
No 107
Paru le : Paru le 02/10/2020
Morgan Dandois (Insee)
Insee Flash Hauts-de-France  No 107 - octobre 2020

Cette étude fait partie d'une série de publications sur les territoires des Hauts-de-France.

249 000 personnes dans l’arrondissement d’Arras

Avec 249 000 personnes au 1er janvier 2017, l’arrondissement d’Arras est le troisième le plus peuplé du Pas-de-Calais derrière ceux de Lens (367 800 habitants) et Béthune (293 100 habitants) (figure 1). Composé à 89 % de communes situées dans l’espace rural (69 % dans le département), ce territoire est peu urbain. Près d’un habitant sur deux vit dans ces communes, ce qui fait de l’arrondissement le premier du département en la matière. Par ailleurs, 17 % des habitants de l’arrondissement vivent à Arras, seule commune à dépasser les 10 000 habitants (41 000). La densité de population (111 habitants au km²) y est une des plus faibles du Pas-de-Calais (220).

Une croissance démographique portée par l’excédent naturel

Entre 2012 et 2017, l’arrondissement a gagné 1 525 habitants, soit une augmentation de 0,6 %. Le taux de croissance annuel moyen (+ 0,1 %) est le troisième plus important du Pas-de-Calais. Il reste toutefois égal à celui observé en région (+ 0,1 %). Il est exclusivement porté par l’excédent naturel (+ 0,2 % par an), le solde migratoire étant légèrement déficitaire (– 0,1 % par an). Comme partout ailleurs, la population de l’arrondissement vieillit. Les 46 700 personnes de 65 ans ou plus représentent 19 % de la population (contre 18 % dans le département et 17 % en région). L’âge médian (41 ans) y est supérieur d’un an à celui du Pas-de-Calais et de deux ans aux Hauts-de-France. À l’horizon 2050, les 65 ans et plus représenteraient plus d’un quart de la population. L’arrondissement augmenterait de 23 400 habitants et la population s’établirait à 272 400 personnes.

Figure 1Un arrondissement en croissance démographiquePopulation en 2017 par arrondissement et évolution entre 2012 et 2017 (en %)

Un arrondissement en croissance démographique
Population 2017 Taux de variation annuel moyen 2012/2017 (en %)
Arras 249 000 0,1
Béthune 293 100 0,0
Boulogne-sur-Mer 158 500 -0,4
Calais 157 800 0,4
Lens 367 800 0,1
Montreuil 111 800 -0,1
Saint-Omer 130 000 0,4
Pas-de-Calais 1 468 000 0,1
Hauts-de-France 6 003 800 0,1
  • Source : Insee, recensements de la population 2012 et 2017.

Figure 1Un arrondissement en croissance démographiquePopulation en 2017 par arrondissement et évolution entre 2012 et 2017 (en %)

  • Source : Insee, recensements de la population 2012 et 2017.

Le plus faible taux de chômage du Pas-de-Calais

Avec 100 000 actifs occupés en 2017, l’arrondissement d’Arras abrite 19 % des actifs occupés du Pas‑de‑Calais pour 17 % de sa population (figure 2). Le taux d’emploi (63 %) y est le plus élevé du département (58 %), loin devant l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer (60 %). Même s’il a progressé plus vite ces 10 dernières années (de 3 points contre 2,7 points à l’échelle du département), le taux de chômage bien qu’élevé y est le plus faible du Pas-de-Calais (13,2 % contre 17,2 %).

L’écart entre le taux d’emploi des hommes et celui des femmes y est également le plus faible : 6,9 points contre 11,2 points à l’échelle du Pas-de-Calais. Ainsi, les femmes sont bien moins touchées par le chômage (13,8 %) que dans le département (18,3 %).

Chaque jour, 6 800 navetteurs quittent l’arrondissement pour travailler, principalement à Douai (2 000 navetteurs), Lille (1 800) et Lens (1 350).

Figure 2Un niveau de vie médian plus important que dans le département et la régionPrincipaux indicateurs démographiques et économiques

Un niveau de vie médian plus important que dans le département et la région
Arrondissement d’Arras Pas-de-Calais Hauts-de-France
Population au 1ᵉʳ janvier 2017 249 000 1 468 000 6 003 800
Taux de croissance annuel moyen entre 2012 et 2017 (%) 0,1 0,1 0,1
Part des moins de 20 ans (%) 25,2 26,2 26,3
Part des 65 ans ou plus (%) 18,7 18 17,3
Nombre d’actifs occupés au lieu de résidence 100 000 535 800 2 264 100
Nombre d’emplois au lieu de travail 93 300 480 100 2 114 000
Taux d’activité des 15 à 64 ans (%) 73,5 70,1 71,2
Part d’actifs ayant un emploi dans la population des 15 à 64 ans (%) 63,4 57,5 58,8
Taux de chômage au sens du recensement de la population (%) 13,2 17,2 16,8
Taux de pauvreté (%) 14,7 19,3 17,9
Niveau de vie médian (euros) 20 350 18 610 19 520
Part des diplômés de l’enseignement supérieur (%) 24,8 20,3 23,8
  • Sources : Insee, recensements de la population 2012 et 2017, fichier localisé social et fiscal (FiLoSoFi) en géographie au 01/01/2017.

Une agriculture surreprésentée, une industrie tournée vers l’agroalimentaire

Si l’économie de l’arrondissement s’est tertiarisée, l’agriculture, malgré un repli, conserve un poids important dans l’arrondissement. En 2016, elle concentre 4,7 % des emplois, une proportion bien supérieure à la moyenne départementale (2,5 %). L’agriculture repose dans le territoire principalement sur de grandes exploitations : celles de 100 hectares ou plus concentrent ainsi 29 % de la surface agricole utilisée (SAU) contre 24 % pour le département.

L’arrondissement abrite une industrie spécialisée dans l’agroalimentaire. 4 100 emplois (39 % des emplois de l’industrie) se concentrent dans le secteur de la fabrication d’aliments, de boissons et de produits à base de tabac (contre 26 % à l’échelle du Pas-de-Calais et 17 % à celle des Hauts-de-France). L’entreprise Herta, basée à Saint‑Pol-sur‑Ternoise, est ainsi le premier employeur (hors domaine public) de l’arrondissement avec près de 1 000 salariés.

L’administration publique emploie 12 100 salariés (13 % des emplois), du fait notamment de la présence de la préfecture de département. Les cadres A y sont surreprésentés (20 % des emplois contre 14 % pour le département).

Le commerce et la réparation d’automobiles et de motocycles occupent aussi une place importante avec 11 200 emplois (12 % des emplois).

Le plus faible taux de pauvreté du département

Conséquence directe d’un marché de l’emploi favorable, le niveau de vie dans l’arrondissement est le plus élevé du Pas-de-Calais. Le revenu disponible médian annuel s’élève à 20 400 € par unité de consommation contre 18 600 € dans le département et 19 500 € en région. En outre, le taux de pauvreté (15 %) est le plus faible du Pas-de-Calais (19 %). Ces bons indicateurs sociaux s’expliquent notamment par la surreprésentation d’une population diplômée. Dans l’arrondissement, un quart des 15 ans ou plus ont un niveau de diplôme supérieur au baccalauréat, contre 20 % dans le département.

Encadré : un moins bon accès aux services et aux équipements

Seules 14 % des communes du territoire sont considérées comme des pôles de services. C’est la plus faible part du département, où près d’une commune sur trois l’est. Ce constat se vérifie dans toutes les gammes d’équipements. Ainsi, 41 % de la population vit dans une commune équipée d’une supérette contre 68 % dans le Pas-de-Calais (gamme de proximité), 47 % dans une commune équipée d’un supermarché contre 69 % (gamme intermédiaire). De la même manière, 7 % de la population vit à plus de 7 minutes d’un médecin généraliste (3 % dans le département), 26 % à plus de 15 minutes d’un laboratoire d’analyses et de biologie médicale (7 %) et 19 % à plus de 30 minutes d’un spécialiste en pneumologie (7 %).

Définitions


Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d’une période.


Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire donné et le nombre de personnes qui en sont sorties, au cours de la période considérée.


Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation (système de pondération attribuant un coefficient à chaque membre du ménage et permettant de comparer les niveaux de vie de ménages de tailles ou de compositions différentes.)


Le taux de pauvreté correspond à la proportion d’individus dont le niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian de la population française.


Le taux de chômage au sens du recensement de la population (RP) est la proportion du nombre de chômeurs au sens du recensement dans la population active au sens du recensement.


Le taux d’activité est le rapport entre le nombre d’actifs (actifs occupés et chômeurs) et l’ensemble de la population correspondante.


Les navetteurs sont des actifs occupés qui résident dans un arrondissement et travaillent en dehors de celui-ci.


Un pôle de services est une commune qui possède au moins la moitié des équipements de la gamme. On obtient ainsi des pôles de services de proximité (au moins 14 équipements sur les 27 de la gamme), des pôles de services intermédiaires (au moins 18 équipements sur les 36 de la gamme), des pôles de services supérieurs (au moins 24 équipements sur les 47 de la gamme).

Pour en savoir plus

Sur le site Insee.fr : Rubrique Dossier complet, comparateur de territoire, statistiques-locales.insee.fr

« Au 1er janvier 2017, 1 468 000 habitants dans le Pas-de-Calais »,Insee Flash Hauts-de-France, n° 84, décembre 2019.

« Pas-de-Calais : 1 474 100 habitants à l’horizon 2050 »,Insee Flash Hauts-de-France, n° 51, juillet 2018.