Le Montreuillois : un espace rural et touristique au nord-ouest des Hauts-de-FranceTerritoires des Hauts-de-France

Gabriel Marot (Insee)

En 2017, 150 200 personnes résident dans le Montreuillois, soit un habitant du Pas-de-Calais sur dix. La population est vieillissante et diminue entre 2012 et 2017, tendances qui devraient se poursuivre jusqu’en 2050. Situé à l’ouest du Pas-de-Calais, disposant d’une façade littorale, le Montreuillois est marqué par son activité touristique sur le littoral et agricole dans l’arrière-pays. Malgré des difficultés sociales marquées, l’espace rural du territoire gagne des habitants et a une situation du marché du travail plus favorable que les communes urbaines.

Insee Flash Hauts-de-France
No 103
Paru le : Paru le 22/09/2020
Gabriel Marot (Insee)
Insee Flash Hauts-de-France  No 103 - septembre 2020

Cette étude fait partie d'une série de publications sur les territoires des Hauts-de-France.

Un habitant du Pas-de-Calais sur dix

Situé à l’ouest du Pas-de-Calais et au nord de la Picardie Maritime, le Montreuillois se compose de 267 communes dont deux de plus de 10 000 habitants (Berck et Étaples). Avec 150 200 habitants au 1er janvier 2017, il regroupe un habitant du Pas-de-Calais sur dix (figure 1). Le Montreuillois comporte une façade littorale propice au tourisme, notamment grâce aux baies de la Canche et de l’Authie et à ses stations balnéaires réputées : Le Touquet, Stella, Merlimont et Berck. Il garde toutefois une identité rurale marquée (encadré).

Figure 1La population diminue dans le Montreuillois Population 2017 par EPCI et évolution entre 2012 et 2017

La population diminue dans le Montreuillois
EPCI Libellé Population 2017 Taux de variation annuel moyen de la population (en %)
200018083 CC de Desvres-Samer 23 107 0,8
200040947 CC de Flandre Intérieure 102 272 0,2
200044030 CC des Sept Vallées 29 729 0,2
200069029 CA des Deux Baies en Montreuillois 66 334 -0,3
200069037 CA du Pays de Saint-Omer 105 743 0,4
200069235 CC du Haut Pays du Montreuillois 15 741 0,0
200069482 CC des Campagnes de l'Artois 33 399 0,1
200069672 CC du Ternois 38 364 -0,1
200070936 CC Ponthieu-Marquenterre 33 144 -0,1
200070951 CC du Territoire Nord Picardie 31 450 -0,2
200070993 CA de la Baie de Somme 49 191 -0,7
200072460 CA de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane 276 895 0,0
246200729 CA du Boulonnais 113 211 -0,8
246201016 CC du Pays de Lumbres 24 248 0,5
  • Source : Insee, recensements de la population 2012 et 2017.

Figure 1La population diminue dans le Montreuillois Population 2017 par EPCI et évolution entre 2012 et 2017

  • Source : Insee, recensements de la population 2012 et 2017.

Un territoire vieillissant

Entre 2012 et 2017, la population diminue dans le Montreuillois (– 0,1 % par an) alors qu’elle augmente aux niveaux départemental et régional (+ 0,1 %). Cette baisse s’explique principalement par un solde naturel négatif (– 0,09 % par an), le solde migratoire étant légèrement déficitaire. Les jeunes de 18 à 24 ans sont ainsi plus nombreux à quitter le territoire qu’à s’y installer (– 418 personnes en 2016). À l’inverse, le Montreuillois attire des retraités (+ 255 personnes). Ainsi, le territoire est vieillissant : 22 % des habitants sont âgés de 65 ans ou plus, soit une proportion supérieure de quatre points à celle du Pas-de-Calais.

À l’horizon 2050, 139 400 habitants résideraient dans le Montreuillois, soit 11 700 habitants de moins qu’en 2013 (– 0,3 % par an). De plus, le vieillissement s’accentuerait : un habitant sur trois aurait plus de 65 ans en 2050.

Un territoire tertiaire sur le littoral et agricole dans l’arrière-pays

En 2016, le Montreuillois offre près de 52 000 emplois, soit 11 % des emplois départementaux. Entre 2011 et 2016, le nombre d’emplois a diminué de 1,4 %, mais un peu moins rapidement que dans les Hauts-de-France (– 1,8 %). Comparée à la moyenne régionale, la population est un peu plus en emploi (60,1 % contre 58,8 %) (figure 2) et moins au chômage (15,0 % contre 17,1 %).

Avec 73 % des emplois relevant des services, contre 78 % dans la région, l’économie du Montreuillois reste moins tertiarisée que celle des Hauts-de-France, à l’exception de la CA des Deux Baies en Montreuillois (82 %) où les activités touristiques sont très présentes (12 % des emplois, soit cinq points de plus que dans le Montreuillois). Le territoire, peu dense (77 habitants/km² contre 220 dans le Pas-de-Calais), offre des opportunités au secteur primaire. L’agriculture représente ainsi 6 % des emplois, soit trois fois plus qu’en région. En particulier, la CC du Haut Pays du Montreuillois (16 % des emplois) reste très tournée vers cette activité.

Avec 94 emplois pour 100 actifs occupés, le territoire est résidentiel. Les navetteurs sortants représentent plus d’un actif occupé sur cinq et travaillent majoritairement dans les aires urbaines de Boulogne-sur-Mer (17 %), Béthune (16 %), Arras (10 %) et Saint-Omer (6 %).

Une pauvreté monétaire élevée

La pauvreté monétaire y est élevée : 18 % des habitants du Montreuillois vivent en dessous du seuil de pauvreté (1 026 euros par mois pour une personne seule en 2016). Le littoral est un peu plus préservé (15 % dans la CA des Deux Baies en Montreuillois), au contraire des zones situées dans l’arrière-pays (21 % dans la CC du Haut-Pays du Montreuillois).

Figure 2La population du Montreuillois plus active en emploi qu’en Hauts-de-FrancePrincipaux indicateurs démographiques et économiques

La population du Montreuillois plus active en emploi qu’en Hauts-de-France
Montreuillois Pas-de-Calais Hauts-de-France
Population au 1er janvier 2017 150 168 1 468 018 6 003 815
Taux de croissance annuel moyen entre 2012 et 2017 (en %) -0,1 0,1 0,1
Part des moins de 20 ans (en %)* 23,9 26,2 26,3
Part des 65 ans ou plus (en %)* 21,8 17,5 16,9
Nombre d'actifs occupés au lieu de résidence* 55 162 535 901 2 264 531
Nombre d'emplois au lieu de travail* 51 959 481 055 2 115 049
Taux d'activité des 15 à 64 ans (en %)* 70,7 69,8 70,9
Part d'actifs ayant un emploi dans la population des 15 à 64 ans (en %)* 60,1 57,5 58,8
Taux de chômage au sens du recensement de la population (en %)* 15,0 17,5 17,1
Taux de pauvreté (en %)** 17,9 19,8 18,3
Niveau de vie médian (en euros)** 18 776 18 370 19 249
Part des diplômés de l'enseignement supérieur (en %)* 19,6 20,3 23,8
  • Source : Insee, recensements de la population 2012, 2016 (*) et 2017, Fichier localisé social et fiscal (FiLoSoFi) 2016 (**).

Encadré - Les espaces ruraux du Montreuillois gagnent des habitants

Dans le Montreuillois, huit communes du territoire sur dix sont rurales ou moyennement rurales. Les communes sont classées selon la densité des habitants ainsi que leur appartenance aux aires d’influence des villes. Quatre types de communes apparaissent : urbaines, faiblement rurales, moyennement rurales et rurales. Les résultats sont présentés dans l’Insee Analyses Hauts-de-France n° 77.

Les communes rurales et moyennement rurales du Montreuillois regroupent un habitant du territoire sur deux. Elles gagnent des habitants entre 2011 et 2016 (+ 0,1 % par an) grâce à un excédent naturel. Le nombre d’actifs augmente également (+ 3,0 % sur la période). Les habitants sont en moyenne plus jeunes que dans le Montreuillois (25 % de 18 ans ou moins contre 23 % pour le Montreuillois). Les actifs sont moins souvent au chômage (13 %), un niveau inférieur à la moyenne nationale (13,6 %).

À l’inverse, les communes urbaines et faiblement rurales du territoire perdent des habitants (– 0,3 % par an), mais aussi des actifs (– 2,5 %) au cours de la période. La population est plus âgée dans ces communes, où vivent plus de retraités que de jeunes (seuls 21 % des habitants ont 18 ans ou moins). Le chômage y est surreprésenté (17 %).

La pauvreté monétaire est moins présente dans les communes faiblement rurales (15 %) que dans les communes rurales (20 %) et urbaines (19 %). Dans les communes faiblement rurales, les jeunes sont mieux insérés : seuls 26 % des 18-24 ans ne sont ni en formation, ni en emploi, ni en stage contre 31 % dans le Montreuillois. La population y est également plus diplômée : un habitant sur quatre dispose d’un diplôme universitaire (contre un sur cinq dans le Montreuillois).

Définitions


Le Montreuillois est défini dans l’étude comme le regroupement de quatre établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) : communauté d’agglomération (CA) des Deux Baies en Montreuillois, communauté de communes (CC) du Haut Pays du Montreuillois, CC des Sept Vallées et CC du Ternois.


Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d’une période.


Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire donné et le nombre de personnes qui en sont sorties, au cours de la période considérée.


Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation.


Le taux de pauvreté correspond à la proportion d’individus dont le niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian de la population française.


Le taux de chômage au sens du recensement de la population est la proportion du nombre de chômeurs au sens du recensement dans la population active au sens du recensement.


Le taux d’activité est le rapport entre le nombre d’actifs (actifs occupés et chômeurs) et l’ensemble de la population correspondante.


Les navetteurs sont des actifs occupés qui résident dans un territoire et qui travaillent en dehors de celui-ci.

Pour en savoir plus