Insee Flash GuyaneBaisse des prix sur un mois (– 0,8 %) ; quasi stabilité sur un an (+ 0,1 %)Indice des prix à la consommation des ménages - Guyane - mars 2020

Clovis Clotail (Insee)

Les composantes de l’indice des prix à la consommation de Guyane sont globalement en baisse entre février et mars 2020 (– 0,8 %) et quasi stables sur douze mois (+ 0,1 %). Cette baisse mensuelle de l’indice des prix à la consommation résulte de celles des prix des services (– 1,2 %), de l’énergie (– 2,6 %) et des produits manufacturés (– 0,3 %), les prix de l’alimentation étant quasi stables sur la période (+ 0,1 %).

Insee Flash Guyane
No 127
Paru le : Paru le 07/05/2020
Clovis Clotail (Insee)
Insee Flash Guyane  No 127 - Mai 2020
Avertissement

Depuis le 16 mars, l’Insee a décidé de suspendre les relevés de prix réalisés par ses enquêteurs dans les points de vente physiques ; les indices de cette publication ont donc été calculés pour l’’essentiel, uniquement sur une période précédant le confinement lié au Covid-19. Des informations complémentaires sont disponibles dans l’encadré « Méthodologie ».

Les prix de l’alimentation, que l’on considère les produits frais ou non, sont stables entre février et mars 2020. Sur un an, ils subissent par contre une nette augmentation de 1,7 % entre mars 2019 et mars 2020.

Les prix des produits manufacturés connaissent une baisse mensuelle en mars 2020 (– 0,3 %), en particulier ceux de l’habillement et chaussures (– 0,9 %) et des produits de santé (– 0,7 %). Ceux des autres produits manufacturés sont quasi stables (+ 0,1 %). Les prix des produits manufacturés fléchissent en glissement annuel, entre mars 2019 et 2020 (– 0,9 %).

Les prix de l’énergie se replient entre février et mars 2020 (– 2,6 % en général et – 3,6 % pour les seuls produits pétroliers). Celui du gazole recule de 4,8 % et celui de l’essence de 2,5 % ; le prix de la bouteille de gaz est quasi stable sur le mois (– 0,1 %). Les prix de l’énergie grimpent, cependant, sur un an (+ 1,3 %).

Les prix des services diminuent de 1,2 % au mois de mars 2020. Ceux des loyers et services rattachés ainsi que ceux des services de communications sont stables. Ils sont, par contre, en net repli dans les services de transports (– 14,8 %, dont – 16,8 % pour le seul transport aérien). La baisse est modérée dans les services de santé (– 0,8 %) et les autres services (– 0,5 %). Dans l’ensemble, les prix des services fléchissent aussi sur un an (– 0,4 %).

Figure 1Indice des prix à la consommation en GuyaneEn glissement annuel (en %)

Indice des prix à la consommation en Guyane - Lecture : en mars 2020, l’indice des prix (ensemble) augmente de 0,1 % par rapport à mars 2019.
mois écart
janv.-17 0,3
févr.-17 1,1
mars-17 1,1
avr.-17
mai-17 0,8
juin-17 0,7
juil.-17 0,8
août-17 0,8
sept.-17 0,5
oct.-17 0,8
nov.-17 0,7
déc.-17 1,4
janv.-18 1,0
févr.-18 0,7
mars-18 0,8
avr.-18
mai-18 1,0
juin-18 1,4
juil.-18 1,3
août-18 1,5
sept.-18 1,7
oct.-18 1,3
nov.-18 1,1
déc.-18 0,7
janv.-19 0,5
févr.-19 0,6
mars-19 0,8
avr.-19 1,2
mai-19 1,0
juin-19 1,1
juil.-19 1,0
août-19 1,1
sept.-19 0,7
oct.-19 1,0
nov.-19 0,9
déc.-19 1
janv.-20 1,3
févr.-20 1,3
mars-20 0,1
  • Lecture : en mars 2020, l’indice des prix (ensemble) augmente de 0,1 % par rapport à mars 2019.
  • Source : Insee, indice des prix à la consommation des ménages.

Figure 1Indice des prix à la consommation en GuyaneEn glissement annuel (en %)

  • Lecture : en mars 2020, l’indice des prix (ensemble) augmente de 0,1 % par rapport à mars 2019.
  • Source : Insee, indice des prix à la consommation des ménages.

Figure 2Indice des prix à la consommation en Guyane – Mars 2020En indice, base 100 en 2015

Indice des prix à la consommation en Guyane – Mars 2020
Regroupements Pondérations 2020 Indice pour le mois de Variation (%) au cours
Mars 2019 Fév. 2020 Mars 2020 du dernier mois des 3 derniers mois des 12 derniers mois
Ensemble 10 000 102,1 103,0 102,2 -0,8 -1,0 0,1
Alimentation 1 601 103,1 104,9 104,9 0,1 0,6 1,7
Produits frais 162 107,8 110,6 110,7 0,0 0,6 2,6
Alimentation hors produits frais 1 439 102,4 104,0 104,1 0,1 0,6 1,6
Tabac 162 117,5 126,3 128,6 1,8 4,3 9,5
Produits manufacturés 2 937 97,9 97,3 97,0 -0,3 -0,7 -0,9
Habillement et chaussures 663 94,6 94,0 93,1 -0,9 -2,2 -1,6
Produits de santé 418 90,3 87,8 87,2 -0,7 -2,1 -3,5
Autres produits manufacturés 1 856 100,8 100,7 100,7 0,1 0,1 -0,1
Énergie 791 104,0 108,1 105,3 -2,6 -2,8 1,3
dont Produits pétroliers 573 102,7 104,9 101,1 -3,6 -4,6 -1,6
Services 4 509 103,4 104,2 102,9 -1,2 -1,5 -0,4
Loyers et services rattachés 1 245 104,1 104,2 104,2 0,0 0,5 0,1
Service de santé 566 106,9 105,9 105,1 -0,8 -0,6 -1,7
Services de transports 304 87,2 92,8 79,1 -14,8 -24,9 -9,3
Services de communications 390 96,4 96,0 96,0 0,0 0,3 -0,4
Autres services 2 004 105,7 107,0 106,5 -0,5 0,1 0,7
Alimentation et tabac 1 763 104,5 106,8 107,1 0,2 0,9 2,4
Produits manufacturés et énergie 3 728 99,3 99,6 98,8 -0,8 -1,2 -0,5
Manufacturés hors habillement et chaussures 2 274 98,9 98,3 98,2 -0,1 -0,3 -0,7
Ensemble hors produits frais 9 844 102,0 102,8 102,0 -0,8 -1,0 0,0
Ensemble hors énergie 9 209 101,9 102,5 101,9 -0,6 -0,8 0,0
Ensemble hors tabac 9 838 101,9 102,6 101,8 -0,8 -1,0 -0,1
  • Source : Insee, Indice des prix à la consommation des ménages.

Figure 3Indice des prix des départements d’outre-mer et de métropole Mars 2020

Indice des prix des départements d’outre-mer et de métropole
Guadeloupe Martinique Guyane La Réunion France
Taux d’imputation 10,7 10,8 14,2 13,8 9,7
Ensemble 1,1 0,8 0,1 0,8 0,7
Alimentation 2,5 2,7 1,7 1,9 1,9
Produits frais 9,4 5,0 2,6 18,4 4,7
Alimentation hors produits frais 1,6 2,4 1,6 0,5 1,4
Tabac 9,9 9,3 9,5 10,2 13,8
Produits manufacturés 0,4 -0,9 -0,9 -0,6 -0,4
Habillement et chaussures 0,9 0,0 -1,6 -2,9 0,1
Produits de santé -1,7 -2,9 -3,5 -2,4 -2,4
Autres produits manufacturés 0,8 -0,7 -0,1 0,3 -0,1
Énergie 2,7 3,2 1,3 2,1 -4,0
dont Produits pétroliers 0,2 1,1 -1,6 0,1 -8,8
Services 0,6 0,5 -0,4 0,7 1,1
Loyers et services rattachés 1,0 0,0 0,1 1,2 0,5
Service de santé -1,3 -1,3 -1,7 0,1 0,3
Service de transport -1,8 0,7 -9,3 -3,2 -1,0
Services de communications -0,4 -0,1 -0,4 0,4 2,0
Autres services 1,7 1,2 0,7 1,2 1,5
Alimentation et tabac 2,8 3,1 2,4 2,7 3,2
Produits manufacturés et énergie 0,8 0,0 -0,5 -0,1 -1,3
Manufacturés hors habillement et chaussures 0,3 -1,1 -0,7 -0,1 -0,5
Ensemble hors produits frais 0,9 0,7 0,0 0,5 0,6
Ensemble hors énergie 0,9 0,6 0,0 0,7 1,1
Ensemble hors tabac 1,0 0,7 -0,1 0,6 0,4
  • Source : Insee, indices des prix à la consommation des ménages.

Pour comprendre

Méthodologie

La collecte de prix effectuée par les enquêteurs sur le terrain a été suspendue à partir du 16 mars : pour les produits concernés, les évolutions de prix sur la fin du mois de mars ont donc été imputées à partir des évolutions de prix observées en début de mois. Au total, compte tenu des relevés effectués, 14,2 % du panier de l’IPC de mars a été imputé enGuyanedu fait du confinement.

Pour plus d’informations, cliquez ici

L’indice des prix à la consommation (IPC) est publié en base 2015.

Jusqu’en décembre 2015, l’IPC était publié en base 100 par rapport à 1998. À partir de février 2016, l’année de référence est 2015 : la moyenne des indices des prix pour l’année 2015 vaut 100. L’IPC a régulièrement changé de base : l’indice base 2015 est ainsi la huitième génération d’indice.

Les pondérations de l’IPC sont issues de l’enquête budget des familles de 2011 pour les indices des prix des DOM. Les changements de pondérations ne changent pas les tendances, mais peuvent les amplifier.

Définitions


Qu’est-ce-que l’indice des prix à la consommation ?

L’indice des prix à la consommation est l’instrument de mesure de l’inflation. Il permet d’estimer, entre deux périodes données, la variation du niveau général des prix des biens et des services proposés aux consommateurs sur le territoire. C’est une mesure synthétique des évolutions de prix à qualité constante. La quasi totalité des biens et des services marchands proposés aux consommateurs fait partie du champ de l’indice.

A quoi sert-il ?

Il permet de revaloriser les pensions alimentaires, les loyers d’habitation, les rentes viagères, et d’indexer le Smic et les retraites, ainsi que le taux du livret A ou d’autres produits financiers. Il permet de suivre mois par mois l’évolution des prix et donc d’apprécier les tendances inflationnistes.