Des professions intermédiaires de plus en plus nombreuses et féminisées

Virginie Forment, Joëlle Vidalenc (division Emploi, Insee)

Infirmières, assistantes sociales, professeures des écoles, commerciaux, comptables, contremaîtres, etc. : en 2018, plus d'une personne en emploi sur quatre occupe une profession intermédiaire. En près de 40 ans, leur part dans l'emploi total a régulièrement augmenté (+ 6 points depuis 1982), en lien avec l'élévation du niveau de qualification et la tertiarisation des emplois.

En 2018, les professions intermédiaires sont majoritairement occupées par des femmes (53 %) et des personnes diplômées du supérieur (62 %), notamment dans l'enseignement et la santé. Le recours au temps partiel est plus fréquent dans les professions les plus féminisées de l'enseignement et de la santé et marginal chez les techniciens et les contremaîtres et agents de maîtrise.

Insee Focus
No 185
Paru le : Paru le 19/02/2020
Virginie Forment, Joëlle Vidalenc (division Emploi, Insee)
Insee Focus  No 185 - février 2020

En 2018, 7,0 millions de personnes exercent une profession intermédiaire

En 2018, en France, 7,0 millions de personnes en emploi au sens du BIT exercent une profession intermédiaire, soit 26 % de l'emploi total. Cette part a augmenté de 6 points depuis 1982 (figure 1). Ces personnes occupent des positions intermédiaires entre les cadres et les agents d'exécution, ouvriers ou employés, mais aussi des professions en situation d'intermédiation avec le public (enseignement, santé et travail social, par exemple).

Figure 1 – Part des professions intermédiaires dans l’emploi total entre 1982 et 2018

en %
Figure 1 – Part des professions intermédiaires dans l’emploi total entre 1982 et 2018 (en %) - Lecture : en 2018, 28,3 % des femmes en emploi exercent une profession intermédiaire.
Ensemble Femmes Hommes
1982 19,5 19,8 19,2
1983 20,1 20,4 19,9
1984 20,5 20,9 20,3
1985 20,9 21,0 20,7
1986 20,9 21,1 20,8
1987 21,1 21,7 20,7
1988 21,0 21,8 20,5
1989 21,1 21,8 20,7
1990 20,7 21,1 20,4
1991 21,4 21,9 20,9
1992 21,4 22,2 20,8
1993 22,4 23,2 21,7
1994 22,1 22,9 21,5
1995 22,2 22,9 21,6
1996 22,1 22,8 21,4
1997 22,3 23,3 21,4
1998 22,3 23,4 21,4
1999 22,4 23,5 21,4
2000 22,3 23,8 21,1
2001 22,5 24,0 21,2
2002 22,8 23,9 21,8
2003 22,7 23,7 21,7
2004 22,9 24,2 21,9
2005 22,9 24,4 21,5
2006 22,9 24,5 21,4
2007 22,9 24,5 21,4
2008 23,5 25,0 22,2
2009 23,9 25,5 22,6
2010 24,1 25,9 22,5
2011 24,2 25,8 22,7
2012 24,4 26,2 22,8
2013 25,2 26,9 23,6
2014 25,5 27,2 24,0
2015 25,4 27,5 23,3
2016 25,8 28,2 23,6
2017 25,7 28,0 23,5
2018 25,7 28,3 23,4
  • Lecture : en 2018, 28,3 % des femmes en emploi exercent une profession intermédiaire.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi, séries longues sur le marché du travail.

Figure 1 – Part des professions intermédiaires dans l’emploi total entre 1982 et 2018

  • Lecture : en 2018, 28,3 % des femmes en emploi exercent une profession intermédiaire.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi, séries longues sur le marché du travail.

Des assistantes de direction aux commerciaux, des infirmières aux professeures des écoles

Les professions intermédiaires regroupent sept catégories socioprofessionnelles. La plus importante, avec 29 % de l'ensemble des professions intermédiaires (figure 2), regroupe les professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises (assistantes de direction, comptables, commerciaux, etc.). Viennent ensuite, avec 23 %, celles de la santé et du travail social (infirmières, préparatrices en pharmacie, kinésithérapeutes, etc.).

Figure 2 - Les professions intermédiaires en 1982 et 2018

en %
Figure 2 - Les professions intermédiaires en 1982 et 2018 (en %) - Lecture : en 2018, les professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises représentent 29,4 % des professions intermédiaires.
1982 2018
Professeurs des écoles, instituteurs et assimilés 19,5 14,4
Professions intermédiaires de la santé et du travail social 14,8 22,7
Clergé, religieux 0,8 0,2
Professions intermédiaires administratives de la fonction publique 8,4 6,5
Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 23,1 29,4
Techniciens 17,7 17,9
Contremaîtres, agents de maîtrise 15,7 8,7
Ensemble des professions intermédiaires 100,0 100,0
  • Lecture : en 2018, les professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises représentent 29,4 % des professions intermédiaires.
  • Champ : France hors Mayotte (France métropolitaine pour 1982), population des ménages, personnes en emploi, professions intermédiaires.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi 1982 et 2018.

Figure 2 - Les professions intermédiaires en 1982 et 2018

  • Lecture : en 2018, les professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises représentent 29,4 % des professions intermédiaires.
  • Champ : France hors Mayotte (France métropolitaine pour 1982), population des ménages, personnes en emploi, professions intermédiaires.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi 1982 et 2018.

Les techniciens (de l'industrie, du bâtiment et travaux publics, de la logistique ou de l'informatique, etc.) représentent 18 % des professions intermédiaires et les professeurs des écoles, instituteurs et assimilés (incluant les formateurs, éducateurs sportifs ou assistants d'éducation) 14 %.

Deux catégories socioprofessionnelles comptent chacune un peu moins de 10 % des professions intermédiaires : les contremaîtres et agents de maîtrise (chefs de chantier, d'équipe, chefs de cuisine, etc ; 9 %) et les professions intermédiaires administratives de la fonction publique (secrétaires de mairie, médicales ou administratives, rédacteurs territoriaux, contrôleurs des finances et autres agents de catégorie B de la fonction publique ; 7 %).

Enfin, le clergé et les religieux représentent moins de 1 % des professions intermédiaires.

La composition des professions intermédiaires a évolué depuis 1982. La part des professions intermédiaires de la santé et du travail social a augmenté (+ 8 points), en raison notamment du vieillissement de la population, de même que celle des professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises (+ 6 points), sous l'effet de la tertiarisation de l'économie. À l'inverse, avec le repli des emplois industriels, la part des contremaîtres et agents de maîtrise a diminué (– 7 points).

Un groupe désormais majoritairement féminin

En 2018, les femmes en emploi exercent un peu plus souvent que les hommes une profession intermédiaire (28 % contre 23 %). Depuis 1982, la part des professions intermédiaires dans l'emploi total a continûment augmenté pour les femmes comme pour les hommes, mais plus rapidement dans l'emploi féminin.

Les femmes sont désormais majoritaires au sein des professions intermédiaires : elles sont 53 % en 2018, contre 41 % en 1982. Cette part varie cependant fortement, de 15 % en 2018 chez les contremaîtres et agents de maîtrise, jusqu'à 78 % parmi les professions intermédiaires de la santé et du travail social (figure 3a).

Plus de 25-49 ans que dans l'ensemble des emplois

En 2018, 66 % des personnes occupant une profession intermédiaire sont âgées de 25 à 49 ans, soit 5 points de plus que pour l'ensemble des personnes en emploi (figure 3b).

Les jeunes, et plus encore les seniors, sont moins présents au sein des professions intermédiaires que dans l'ensemble des emplois. Les professions intermédiaires administratives de la fonction publique se distinguent cependant : 42 % des personnes de cette catégorie ont 50 ans ou plus, contre 26 % pour l'ensemble des professions intermédiaires.

Figure 3a – Structure par sexe des professions intermédiaires en 2018

en %
Figure 3a – Structure par sexe des professions intermédiaires en 2018 (en %) - Lecture : en 2018, les femmes représentent 77,7 % des professions intermédiaires de la santé et du travail social.
Femmes Hommes Ensemble
Professeurs des écoles, instituteurs et assimilés 66,2 33,8 100,0
Professions intermédiaires de la santé et du travail social 77,7 22,3 100,0
Professions intermédiaires administratives de la fonction publique 61,4 38,6 100,0
Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 59,4 40,6 100,0
Techniciens 16,5 83,5 100,0
Contremaîtres, agents de maîtrise 15,3 84,7 100,0
Ensemble des professions intermédiaires 53,1 46,9 100,0
Ensemble des emplois 48,3 51,7 100,0
  • Lecture : en 2018, les femmes représentent 77,7 % des professions intermédiaires de la santé et du travail social.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

Figure 3a – Structure par sexe des professions intermédiaires en 2018

  • Lecture : en 2018, les femmes représentent 77,7 % des professions intermédiaires de la santé et du travail social.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

62 % des professions intermédiaires diplômées du supérieur

Les professions intermédiaires se caractérisent par un niveau de diplôme relativement élevé. En 2018, 62 % d'entre elles ont un diplôme du supérieur (de niveau bac +2 ou plus), soit 21 points de plus que pour l'ensemble des personnes en emploi (figure 3c). Cette part est plus élevée encore parmi les professeurs des écoles, instituteurs et assimilés (81 %) et les professions intermédiaires de la santé et du travail social (78 %), ces métiers recrutant à un niveau d'études élevé. A contrario, les contremaîtres et agents de maîtrise, qui sont pour certains des ouvriers qui ont accédé au cours de leur carrière à des postes d'encadrement de premier niveau, ne comptent que 31 % de diplômés du supérieur.

Davantage d'emplois salariés à durée indéterminée que pour l'ensemble des emplois

Plus encore que pour l’ensemble des emplois, le salariat en emploi à durée indéterminée est la forme d’emploi la plus répandue parmi les professions intermédiaires (82 %, contre 74 % pour l’ensemble des emplois, figure 4). Cette part est plus faible pour les professeurs des écoles, instituteurs et assimilés (74 %), notamment du fait des surveillantes et aides-éducatrices des établissements d’enseignement recrutées en contrat à durée déterminée. Elle l’est également pour les professions intermédiaires de la santé et du travail social (69 %), plus nombreuses à exercer une activité à leur compte (16 %, contre 6 % pour l’ensemble des professions intermédiaires), notamment chez les infirmières, rééducatrices et spécialistes de l’appareillage médical.

Figure 4 – Statut d'emploi des professions intermédiaires en 2018

en %
Figure 4 – Statut d'emploi des professions intermédiaires en 2018 (en %) - Lecture : en 2018, 74,2 % des professeurs, instituteurs et assimilés sont salariés et en emploi à durée indéterminée.
Indépendants Salariés Ensemble
Emploi à durée indéterminée Contrat à durée déterminée et missions d'intérim de trois mois ou plus¹ Contrat à durée déterminée et missions d'intérim de moins de trois mois¹ Apprentis, stagiaires, contrats aidés
Professeurs des écoles, instituteurs et assimilés 7,6 74,2 14,6 1,6 2,0 100,0
Professions intermédiaires de la santé et du travail social 15,5 69,2 9,0 3,1 3,2 100,0
Professions intermédiaires administratives de la fonction publique 0,0 91,8 5,5 0,6 2,1 100,0
Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 4,7 84,6 4,4 1,9 4,5 100,0
Techniciens 2,3 87,7 4,8 2,1 3,0 100,0
Contremaîtres, agents de maîtrise 0,0 94,9 2,3 0,9 2,0 100,0
Ensemble des professions intermédiaires 6,4 81,5 6,9 2,0 3,2 100,0
Ensemble des emplois 11,7 74,4 6,5 4,3 3,1 100,0
  • 1. Hors apprentis, stagiaires, contrats aidés.
  • Lecture : en 2018, 74,2 % des professeurs, instituteurs et assimilés sont salariés et en emploi à durée indéterminée.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

Figure 4 – Statut d'emploi des professions intermédiaires en 2018

  • 1. Hors apprentis, stagiaires, contrats aidés.
  • Lecture : en 2018, 74,2 % des professeurs, instituteurs et assimilés sont salariés et en emploi à durée indéterminée.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

Un recours au temps partiel très variable

Les professions intermédiaires sont moins souvent à temps partiel (16 %, contre 19 % pour l’ensemble des personnes en emploi) ou en situation de sous-emploi (4 %, contre 6 %, figure 5). Le recours au travail à temps partiel est cependant très variable. Il est ainsi le plus répandu pour les catégories socioprofessionnelles très féminisées de l’enseignement (29 %), de la santé et du travail social (25 %). Il est en revanche peu fréquent pour celles où les hommes sont majoritaires (3 % pour les contremaîtres et agents de maîtrise et 6 % pour les techniciens). Au sein des professeurs des écoles, instituteurs et assimilés, le sous-emploi dépasse 15 % et concerne surtout les formatrices et animatrices de formation continue et les surveillantes et aides-éducatrices d’établissements d’enseignement.

Figure 5 - Temps partiel et sous-emploi des professions intermédiaires en 2018

en %
Figure 5 - Temps partiel et sous-emploi des professions intermédiaires en 2018 (en %) - Lecture : en 2018, parmi les professeurs des écoles, instituteurs et assimilés, 13,5 % travaillent au plus à mi-temps, 28,6 % travaillent à temps partiel et 9,7 % sont en situation de sous-emploi.
Part de temps partiel Part du sous-emploi
Mi-temps ou moins Entre 50 et 80 % 80 % ou plus Quotité non connue Ensemble
Professeurs des écoles, instituteurs et assimilés 13,5 9,6 5,3 0,2 28,6 9,7
Professions intermédiaires de la santé et du travail social 7,0 6,6 11,2 0,1 24,9 6,3
Professions intermédiaires administratives de la fonction publique 2,5 2,7 9,6 0,0 14,7 1,6
Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 3,2 3,0 5,5 0,1 11,9 2,9
Techniciens 1,7 1,0 3,1 0,1 5,8 0,9
Contremaîtres, agents de maîtrise 0,6 0,7 1,7 0,0 2,9 0,5
Ensemble des professions intermédiaires 5,0 4,2 6,3 0,1 15,6 4,0
Ensemble des emplois 7,3 5,3 5,8 0,2 18,5 6,0
  • Lecture : en 2018, parmi les professeurs des écoles, instituteurs et assimilés, 13,5 % travaillent au plus à mi-temps, 28,6 % travaillent à temps partiel et 9,7 % sont en situation de sous-emploi.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

Figure 5 - Temps partiel et sous-emploi des professions intermédiaires en 2018

  • Lecture : en 2018, parmi les professeurs des écoles, instituteurs et assimilés, 13,5 % travaillent au plus à mi-temps, 28,6 % travaillent à temps partiel et 9,7 % sont en situation de sous-emploi.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

Des contraintes temporelles fortes pour les professions de la santé

Les professions intermédiaires dans leur ensemble ont moins souvent des horaires atypiques : elles travaillent un peu moins que l’ensemble des personnes en emploi le samedi (33 %, contre 39 % ; figure 6), le dimanche (19 %, contre 21 %) ou de nuit (8 %, contre 9 %). Trois catégories socioprofessionnelles se distinguent toutefois. Les professeurs des écoles, instituteurs et assimilés, dont la majorité travaille en partie à domicile (préparation de cours, corrections), sont plus nombreux à travailler le samedi (49 %) ou le dimanche (34 %). L’organisation du travail dans le secteur de la santé induit également des contraintes temporelles, avec une part plus élevée de travail le samedi (46 %), le dimanche (31 %) ou encore de nuit (11 %). Dans l’industrie, l’appareil productif étant parfois utilisé en continu, le travail de nuit est plus fréquent parmi les contremaîtres et agents de maîtrise (15 %).

Figure 6 – Travail le samedi, le dimanche, la nuit et à domicile des professions intermédiaires en 2018

en %
Figure 6 – Travail le samedi, le dimanche, la nuit et à domicile des professions intermédiaires en 2018 (en %) - Lecture : en 2018, 28,6 % des contremaîtres et agents de maîtrise ont travaillé au moins une fois le samedi durant les quatre dernières semaines.
Travail le samedi¹ Travail le dimanche¹ Travail la nuit² Travail à domicile³
Professeurs des écoles, instituteurs et assimilés 49,4 34,3 4,6 56,3
Professions intermédiaires de la santé et du travail social 46,2 30,9 11,4 13,3
Professions intermédiaires administratives de la fonction publique 18,8 12,3 6,4 9,7
Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 29,9 11,5 4,9 16,6
Techniciens 17,1 9,0 8,5 9,3
Contremaîtres, agents de maîtrise 28,6 15,4 15,2 7,7
Ensemble des professions intermédiaires 33,3 19,3 8,0 19,1
Ensemble des emplois 38,8 21,0 9,2 16,1
  • 1. Au moins une fois durant les quatre dernières semaines.
  • 2. Au moins une fois entre minuit et 5 heures du matin durant les quatre dernières semaines.
  • 3. Au moins une fois durant les quatre dernières semaines alors que le lieu de travail n’est pas le domicile.
  • Lecture : en 2018, 28,6 % des contremaîtres et agents de maîtrise ont travaillé au moins une fois le samedi durant les quatre dernières semaines.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

Figure 6 – Travail le samedi, le dimanche, la nuit et à domicile des professions intermédiaires en 2018

  • 1. Au moins une fois durant les quatre dernières semaines.
  • 2. Au moins une fois entre minuit et 5 heures du matin durant les quatre dernières semaines.
  • 3. Au moins une fois durant les quatre dernières semaines alors que le lieu de travail n’est pas le domicile.
  • Lecture : en 2018, 28,6 % des contremaîtres et agents de maîtrise ont travaillé au moins une fois le samedi durant les quatre dernières semaines.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

Sources

L’enquête Emploi est la seule source permettant de mesurer le chômage et l’activité au sens du Bureau international du travail (BIT). Elle est menée en continu, sur l’ensemble des semaines de l’année, en France hors Mayotte. Chaque trimestre, environ 110 000 personnes de 15 ans ou plus vivant en ménage ordinaire (c’est-à-dire hors foyers, hôpitaux, prisons, etc.) répondent à l’enquête. Les personnes décrivent leur situation vis-à-vis du marché du travail au cours d’une semaine donnée, dite « de référence ». Le niveau et la structure de l’emploi fournis par l’enquête Emploi peuvent différer de ceux obtenus à partir des sources administratives (Estimations d’emploi). Sur quelques indicateurs, des séries longues, permettent d'avoir des séries cohérentes sur longue période, corrigeant des ruptures de série. Les séries longues de l'emploi par groupe social sont disponibles depuis 1982.

Par convention, les intitulés de profession cités dans cette publication sont accordés avec le genre majoritaire des personnes qui les occupe. Les intitulés de catégorie socioprofessionnelle sont eux cités au masculin.

Définitions

Emploi au sens du BIT : personne ayant effectué au moins une heure de travail rémunéré au cours de la semaine de référence ou absente de son emploi sous certaines conditions de motif (congés annuels, maladie, maternité, etc.) et de durée.

Professions intermédiaires : les professions intermédiaires sont un des 8 postes agrégés (ou groupes socioprofessionnels) de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles. Elles comportent 7 catégories socioprofessionnelles, qui se déclinent elles-mêmes en 116 professions dans la version de 2003 de la nomenclature. La liste des professions composant ce poste est consultable sur le site de l'Insee.

Sous-emploi : personne en emploi qui soit travaille à temps partiel, souhaite travailler davantage et est disponible pour le faire, soit a travaillé moins que d’habitude pendant la semaine de référence en raison de chômage partiel ou de mauvais temps.

Pour en savoir plus

« Activité, emploi et chômage en 2018 et en séries longues », Insee Résultats, juin 2019.

« Portraits statistiques des métiers 1982-2014 », Synthèse Stat' n° 19, Dares, avril 2016.