Insee Analyses Grand EstLes actifs qui déménagent : plus jeunes, plus qualifiés, mais aussi plus souvent chômeurs

Corinne Challand, Isabelle Manné (Insee)

Les actifs du Grand Est qui quittent la région sont plus jeunes et plus qualifiés que le reste de la population active. Ils n’ont pas non plus la même situation au regard de l’emploi que ceux qui changent de zone d’emploi au sein du Grand Est. La part de chômeurs parmi les migrants du Grand Est est plus importante que celle des sédentaires, et en particulier parmi les employés et les ouvriers. Les profils des entrants et des sortants de la région sont cependant proches. Un changement de catégorie socioprofessionnelle est plus fréquent pour ceux qui changent de zone d’emploi. Les femmes en couple ont plus de difficultés à s’insérer sur le marché de l’emploi.

Insee Analyses Grand Est
No 107
Paru le : Paru le 23/01/2020
Corinne Challand, Isabelle Manné (Insee)
Insee Analyses Grand Est  No 107 - Janvier 2020

Les migrations résidentielles forment un maillon essentiel dans l‘équilibrage du marché du travail. En 2015, 68 900 personnes actives âgées 15 à 64 ans se sont installées ou ont quitté le Grand Est pour une autre région métropolitaine et 52 600 ont déménagé dans une autre zone d’emploi de la région. S’y ajoutent 10 900 installations en provenance de l’étranger et 1 200 d’outre-mer.

Le Grand Est est la région la moins attractive de métropole. Le solde d’entrées-sorties est négatif à hauteur de 6 600 actifs. La part d’entrées parmi l’ensemble des actifs est basse (1,2 %), mais celle des sorties l’est également (1,5 %). La région est cependant dans la moyenne nationale pour ce qui est des déménagements internes avec 2,0 % des actifs.

Les régions situées au sud concentrent 40 % des échanges avec le Grand Est, celles situées au nord 35 %, et la région parisienne 25 %. Si le solde migratoire est relativement équilibré avec le nord de la France et l’Île-de-France (- 870 et - 830 actifs), il est nettement plus déficitaire avec le sud, - 4 900 actifs.

Une part de natifs plus importante parmi les entrants

Le retour au pays est plus important dans le Grand Est ; 30,3 % des actifs entrants y sont nés, seuls les Hauts-de-France comptent davantage d’entrants nés dans la région (32,3 %).

Parmi les actifs déménageant dans une nouvelle zone d’emploi, le retour à celle de naissance est plus important dans le Grand Est que ce qui est observé au niveau national (19,8 % pour 15,3 %). Ce constat est valable pour la quasi-totalité des zones d’emploi de la région, excepté Commercy, Molsheim-Obernai, Saint-Louis, Saverne, Longwy, Sélestat et Epernay (figure 1). La zone d’emploi de Thionville est très attractive du fait de sa proximité avec le Luxembourg. Pour autant, la part des natifs parmi les entrants est relativement élevée (23,5 %).

Figure 1Les régions du nord attirent davantage leurs natifsNombre d'actifs entrants et part des natifs parmi les entrants par zone d'emploi et par région en 2016

Les régions du nord attirent davantage leurs natifs - Lecture : dans la zone d’emploi de Thionville, 1 092 actifs de 15 à 64 ans et natifs de cette zone d’emploi se sont installés en provenance d’une autre zone d’emploi de France métropolitaine, soit 23 % des actifs emménageant dans cette zone d’emploi. Dans le Grand Est, les natifs entrants dans la région représentent une part de 30,3 %.
Code zone d’emploi de résidence Libellé zone d’emploi de résidence Nombre d’entrants natifs de la zone d’emploi Ensemble des entrants Part de natifs (en %)
0050 Mont-de-Marsan 580 3953 15
0051 Alençon 403 2500 16
0052 Cosne - Clamecy 250 1345 19
0053 Mâcon 361 2881 13
0054 Nogent-le-Rotrou 110 1041 11
0055 La Vallée de la Bresle - Vimeu 81 1253 6
0056 Roissy - Sud Picardie 3928 33338 12
0057 Brive-la-Gaillarde 572 3773 15
0059 Avignon 1242 9791 13
0060 Saint-Étienne 2313 8016 29
0061 Toulouse 3627 32499 11
1101 Paris 28137 133908 21
1102 Marne-la-Vallée 510 12301 4
1103 Coulommiers 83 1859 5
1104 Meaux 381 4543 8
1105 Melun 879 10134 9
1106 Montereau-Fault-Yonne 101 1064 10
1107 Nemours 75 1524 5
1108 Provins 99 1365 7
1109 Houdan ns 1703 0
1110 Mantes-la-Jolie 319 3878 8
1111 Poissy 580 7331 8
1112 Rambouillet 127 2677 5
1113 Plaisir ns 1968 0
1114 Étampes 90 2034 4
1115 Évry-Courcouronnes 798 8994 9
1116 Saclay 2731 33699 8
1117 Créteil 707 15109 5
1118 Orly 904 16224 6
1119 Cergy 555 10081 6
2101 Charleville-Mézières 668 2155 31
2102 Troyes 932 4509 21
2103 Châlons-en-Champagne 395 2518 16
2104 Épernay 261 1797 15
2105 Reims 1313 6454 20
2106 Chaumont - Langres 362 1983 18
2107 Vitry-le-François - Saint-Dizier 426 1553 27
2201 Château-Thierry 205 1534 13
2202 Tergnier 199 998 20
2203 La Thiérache 113 715 16
2204 Laon 226 1798 13
2205 Saint-Quentin 597 2107 28
2206 Soissons 347 1762 20
2207 Beauvais 600 6044 10
2208 Compiègne 604 4351 14
2209 Abbeville 393 1263 31
2210 Amiens 1256 5616 22
2211 Péronne 156 1213 13
2301 Bernay 202 1331 15
2302 Évreux 603 4951 12
2303 Pont-Audemer 122 1300 9
2304 Vernon - Gisors 401 2845 14
2305 Dieppe - Caux maritime 299 1906 16
2306 Le Havre 1311 4116 32
2307 Rouen 2523 11537 22
2401 Bourges 482 3768 13
2402 Saint-Amand-Montrond 83 584 14
2403 Vierzon 102 861 12
2404 Chartres 539 5113 11
2405 Châteaudun 143 916 16
2406 Dreux 341 2664 13
2407 Le Blanc 29 584 5
2408 Issoudun 48 558 9
2409 Châteauroux 519 2665 19
2410 Chinon 100 874 12
2411 Loches 50 665 8
2412 Tours 1692 10161 17
2413 Blois 530 3423 16
2414 Romorantin-Lanthenay 178 1187 15
2415 Vendôme 173 1218 14
2416 Gien 161 1387 12
2417 Montargis 171 2346 7
2418 Orléans 1277 10051 13
2419 Pithiviers 84 1389 6
2501 Bayeux 266 1156 23
2502 Caen 1645 8228 20
2503 Honfleur 171 1182 15
2504 Lisieux 296 1511 20
2505 Vire Normandie 160 1063 15
2506 Avranches 324 1895 17
2507 Cherbourg-en-Cotentin 682 3133 22
2508 Coutances 248 1372 18
2509 Granville 156 1219 13
2510 Saint-Lô 329 1873 18
2511 Argentan 124 965 13
2512 Flers 306 1617 19
2513 L'Aigle 120 690 17
2601 Beaune 190 1413 13
2602 Chatillon 60 401 15
2603 Dijon 1312 8170 16
2604 Montbard 110 628 18
2605 Le Morvan 20 574 3
2606 Nevers 553 2179 25
2607 Autun 74 650 11
2608 Chalon-sur-Saône 784 4028 19
2609 Louhans 14 777 2
2610 Le Creusot - Montceau 425 1397 30
2611 Le Charolais 194 1496 13
2612 Auxerre 795 3401 23
2613 Avallon 90 614 15
2614 Sens 255 2507 10
3110 Roubaix - Tourcoing 1813 8030 23
3111 Lille 3968 18877 21
3112 Dunkerque 875 2580 34
3113 La Flandre - Lys 236 2398 10
3114 Douai 819 4257 19
3115 Valenciennes 1136 4600 25
3116 Cambrai 657 3017 22
3117 Maubeuge 696 2551 27
3121 Arras 882 4533 19
3122 Lens - Hénin 1257 5066 25
3123 Béthune - Bruay 937 4824 19
3124 Saint-Omer 421 1873 23
3125 Calais 475 2154 22
3126 Boulogne-sur-mer 600 1878 32
3127 Berck - Montreuil 305 1636 19
4101 Longwy 266 2185 12
4102 Lunéville 198 975 20
4103 Nancy 1772 8091 22
4104 Bar-le-Duc 249 1058 24
4105 Commercy 30 907 3
4106 Verdun 315 1371 23
4107 Metz 1612 8071 20
4108 Forbach 846 2530 33
4109 Sarrebourg 227 1370 17
4110 Sarreguemines 408 1876 22
4111 Thionville 1092 4655 23
4112 Épinal 643 2491 26
4113 Remiremont 314 1378 23
4114 Saint-Dié-des-Vosges 257 1269 20
4115 Neufchâteau 184 783 24
4201 Haguenau 561 3567 16
4202 Molsheim - Obernai 208 3173 7
4203 Saverne 138 1552 9
4204 Sélestat 201 1648 12
4205 Strasbourg 2420 12304 20
4206 Wissembourg 209 873 24
4207 Colmar 785 3885 20
4208 Mulhouse 1508 6257 24
4209 Saint-Louis 200 2571 8
4301 Besançon 1399 6146 23
4302 Belfort - Montbéliard - Héricourt 1299 5560 23
4303 Morteau 25 1477 2
4304 Pontarlier 214 1766 12
4305 Dole 233 1544 15
4306 Lons-le-Saunier 490 2645 19
4307 Saint-Claude 101 1090 9
4308 Gray 99 541 18
4309 Vesoul 329 1878 18
5201 Ancenis-Saint-Géréon 164 1025 16
5202 Châteaubriant 133 787 17
5203 Nantes 3714 25274 15
5204 Saint-Nazaire 1010 6093 17
5205 Angers 1753 9897 18
5206 Cholet 1014 4239 24
5207 Saumur 405 2175 19
5208 Segré 104 1160 9
5209 Laval 715 4235 17
5210 La Mayenne 164 1122 15
5211 La Ferté-Bernard 64 728 9
5212 La Flèche 156 1176 13
5213 Le Mans 1582 6606 24
5214 Sablé-sur-Sarthe 109 1005 11
5215 Challans 199 2598 8
5216 Fontenay-le-Comte 166 1661 10
5217 Les Herbiers 6 1571 0
5218 La Roche-sur-Yon 855 5765 15
5219 Les Sables-d'Olonne 234 1616 15
5301 Dinan 432 2540 17
5302 Guingamp 261 1533 17
5303 Lannion 264 1963 13
5304 Loudéac 95 808 12
5305 Saint-Brieuc 1072 5523 19
5306 Brest 1811 8054 22
5307 Carhaix-Plouguer 80 926 9
5308 Morlaix 371 1904 20
5309 Quimper 1052 6364 17
5310 Fougères 229 1584 14
5311 Redon 175 1418 12
5312 Rennes 2770 18982 15
5313 Saint-Malo 485 2691 18
5314 Vitré 220 1413 16
5315 Lorient 966 5701 17
5316 Ploërmel 90 1041 9
5317 Pontivy 211 1457 14
5318 Vannes 1095 7457 15
5401 Thouars - Loudun 135 1136 12
5402 Châtellerault 285 1509 19
5403 Angoulême 1044 4911 21
5404 Jonzac - Barbezieux-Saint-Hilaire 195 1532 13
5405 Cognac 197 1856 11
5406 Saintes - Saint-Jean-d'Angely 451 3102 15
5407 Royan 181 1832 10
5408 Rochefort 317 2888 11
5409 La Rochelle 810 6275 13
5410 Niort 733 5018 15
5411 Parthenay 156 872 18
5412 Bressuire 196 1600 12
5413 Poitiers 1001 6691 15
7201 Bergerac 291 2325 13
7202 Périgueux 627 5029 12
7203 Sarlat-la-Canéda 85 1192 7
7204 Bordeaux 4105 28656 14
7205 Libourne 590 3112 19
7206 Pauillac 59 1074 6
7207 La Teste-de-Buch 210 4367 5
7208 Dax 373 4386 9
7209 Agen 557 3833 15
7210 Marmande 272 1811 15
7211 Villeneuve-sur-Lot 266 1871 14
7212 Bayonne 1045 7063 15
7213 Oloron-Sainte-Marie 135 799 17
7214 Pau 1093 6685 16
7301 Foix - Pamiers 307 2370 13
7302 Saint-Girons 75 855 9
7303 Millau 197 1377 14
7304 Rodez 533 3047 18
7305 Villefranche-de-Rouergue 175 870 20
7306 Saint-Gaudens 118 1128 10
7307 Auch 368 2163 17
7308 Cahors 197 1868 11
7309 Figeac 90 1044 9
7310 Tarbes - Lourdes 718 3617 20
7311 Albi 598 3486 17
7312 Castres - Mazamet 565 2522 22
7313 Montauban 624 4511 14
7401 Tulle 219 1844 12
7402 Ussel 100 712 14
7403 Guéret 284 1930 15
7404 Limoges 973 5099 19
8201 Ambérieu-en-Bugey 35 2940 1
8202 Bourg-en-Bresse 533 3170 17
8203 Oyonnax 241 1311 18
8204 Annonay 207 1241 17
8205 Aubenas 194 1971 10
8206 Montélimar 494 4200 12
8207 Romans-sur-Isère 340 2095 16
8208 Valence 1145 6545 18
8209 Bourgoin-Jallieu 530 5232 10
8210 Grenoble 2374 13945 17
8211 Vienne - Roussillon 549 4849 11
8212 Roanne 682 2331 29
8213 Villefranche-sur-Saône 529 6042 9
8214 Lyon 7389 40273 18
8215 La Tarentaise 308 2229 14
8216 Chambéry 1135 6723 17
8217 La Maurienne 94 929 10
8218 Annecy 975 7813 12
8219 Le Genevois Français 769 14490 5
8220 La Vallée de l'Arve 116 1622 7
8221 Le Mont Blanc 214 1428 15
8222 Le Chablais 305 2703 11
8301 Montluçon 373 2774 13
8302 Moulins 366 2029 18
8303 Vichy 481 2431 20
8304 Aurillac 286 1373 21
8305 Mauriac 99 535 19
8306 Saint-Flour 101 815 12
8307 Brioude 55 828 7
8308 Le Puy-en-Velay 396 1650 24
8309 Ambert 45 373 12
8310 Clermont-Ferrand 1817 9646 19
8311 Issoire 168 1212 14
8312 Thiers 108 971 11
9101 Carcassonne 474 3107 15
9102 Limoux 22 994 2
9103 Narbonne 374 3795 10
9104 Alès 535 2936 18
9105 Bagnols-sur-Cèze 240 1615 15
9106 Nîmes 1105 7699 14
9107 Agde - Pézenas 32 2464 1
9108 Béziers 662 4288 15
9109 Clermont-l'Hérault - Lodève 35 1815 2
9110 Ganges 69 1167 6
9111 Montpellier 1860 17737 10
9112 Sète 220 1985 11
9113 La Lozère 181 1604 11
9114 Céret 29 1831 2
9115 Perpignan 986 6201 16
9116 Prades 40 1179 3
9301 Digne-les-Bains 205 1726 12
9302 Manosque 147 2185 7
9303 Briançon 112 969 12
9304 Gap 349 2528 14
9305 Cannes - Antibes 870 7884 11
9306 Menton - Vallée de la Roya 64 1758 4
9307 Nice 1516 10328 15
9308 Aix-en-Provence 1239 11965 10
9309 Arles 235 1565 15
9310 Marseille - Aubagne 3384 19566 17
9311 Istres - Martigues 395 2996 13
9312 Salon-de-Provence 269 3736 7
9313 Draguignan 209 3673 6
9314 Fréjus - Saint-Raphaël 329 3477 9
9315 Toulon 1462 9968 15
9316 Cavaillon - Apt 268 1890 14
9317 Orange 382 2507 15
9401 Ajaccio 298 1662 18
9402 Porto-Vecchio 31 504 6
9403 Sartène - Propriano 7 257 3
9404 Bastia 285 1989 14
9405 Calvi - L'Île-Rousse ns 489 1
9406 Corte 7 293 2
9407 Ghisonaccia - Aléria ns 380 0
Ensemble 203686 1330847 15
  • Lecture : dans la zone d’emploi de Thionville, 1 092 actifs de 15 à 64 ans et natifs de cette zone d’emploi se sont installés en provenance d’une autre zone d’emploi de France métropolitaine, soit 23 % des actifs emménageant dans cette zone d’emploi. Dans le Grand Est, les natifs entrants dans la région représentent une part de 30,3 %.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016, exploitation complémentaire.

Figure 1Les régions du nord attirent davantage leurs natifsNombre d'actifs entrants et part des natifs parmi les entrants par zone d'emploi en 2016

  • Lecture : dans la zone d’emploi de Thionville, 1 092 actifs de 15 à 64 ans et natifs de cette zone d’emploi se sont installés en provenance d’une autre zone d’emploi de France métropolitaine, soit 23 % des actifs emménageant dans cette zone d’emploi. Dans le Grand Est, les natifs entrants dans la région représentent une part de 30,3 %.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016, exploitation complémentaire.

Les entrants travaillent plus souvent hors de leur zone de résidence

Après un déménagement, les actifs sont plus nombreux à travailler hors de leur zone de résidence : deux tiers de ceux qui sont là depuis au moins un an (stables) travaillent dans leur zone de résidence alors que c’est moins de la moitié de ceux qui viennent d’emménager (migrants). Ce phénomène est particulièrement marqué pour les entrants interrégionaux dans les zones d’emploi de Forbach, de Lunéville et de Saverne.

Dans les zones frontalières (Saint-Louis, Wissembourg, Longwy et Thionville), la part d’actifs travaillant hors de leur zone de résidence est la plus élevée de la région (plus de 60 %) et les entrants confortent cette tendance.

Dans les zones de Commercy, de Molsheim-Obernai, de Sélestat, proches des grands pôles de Nancy et de Strasbourg, s’installent également des actifs du Grand Est qui font le choix de vivre en dehors de la zone de leur lieu de travail (70 % à 82 %).

Ainsi, le choix de résidence est sans doute davantage déterminé par d’autres contraintes ou d’autres intérêts, tels que le cadre de vie ou le prix de l’immobilier, que par la proximité du lieu de travail, quitte à effectuer des trajets domicile-travail plus longs.

Les professions les plus représentées parmi les entrants dans la région (y compris venant de l’étranger), sont les militaires, les gendarmes, les enseignants du secondaire et les adjoints administratifs de la fonction publique, ainsi que les serveurs et les employés administratifs. Ces professions sont celles d’un entrant sur dix, alors que chez les stables, les professions les plus nombreuses sont, outre les adjoints administratifs, les aides soignants, les aides à domicile, les infirmiers, les secrétaires et les assistantes maternelles. La répartition de leurs domaines d’activité est cohérente avec les mutations de l’appareil productif ; une sous-représentation des activités industrielles en faveur des activités d’information et de communication, ainsi que de l’hébergement-restauration.

Mobilité rime avec jeunesse et qualification

Deux tiers des actifs mobiles ont entre 15 et 34 ans. Au-delà de 35 ans, les migrations résidentielles sont de moins en moins fréquentes avec l’âge (figure 2) et (figure 3).

Comme les jeunes actifs sont plus diplômés que leurs aînés et qu’ils sont plus nombreux parmi les mobiles, les migrants résidentiels le sont aussi. Dans le Grand Est, 62,6 % des actifs de moins de 35 ans sont au minimum bacheliers pour seulement 48,8 % des plus de 35 ans.

De plus, à catégorie socio-professionnelle et/ou âge identique les actifs migrants sont plus diplômés que les stables. Par exemple, un ouvrier de plus de 35 ans s’installant dans une autre région est plus souvent bachelier que son homologue stable de la même tranche d’âge (28,9 % contre 17,5 %).

Enfin, les cadres sont surreprésentés parmi les migrants : 22,9 % parmi ceux qui changent de région alors qu’ils ne sont que 12,1 % des actifs stables.

C’est l’inverse pour les ouvriers, ils sont sous-représentés parmi les migrants par rapport à leur part dans la population des stables (figure 3).

Figure 2Les migrations résidentielles interrégions déclinent avec l’âgeNombre d’entrants et de sortants du Grand Est et solde migratoire en fonction de l’âge en 2016

Les migrations résidentielles interrégions déclinent avec l’âge - Lecture : en 2016, 9 445 jeunes actifs âgés de 20 à 24 ans ont quitté le Grand Est pour une autre région de France métropolitaine et 7 386 actifs de la même tranche d’âge sont arrivés dans le Grand Est, soit un solde déficitaire de 2 059 actifs de 20 à 24 ans pour le Grand Est.
Âge quinquennal révolu Île-de-France Nord de la France Sud de la France Solde
Départs Arrivées Départs Arrivées Départs Arrivées
15-19 216 213 533 645 557 338 -110
20-24 2 475 1 349 3 421 3 419 3 549 2 618 -2 059
25-29 2 593 2 024 3 471 3 116 3 373 2 793 -1 504
30-34 1 108 1 362 1 900 1 858 2 365 1 467 -686
35-39 673 847 1 504 1 126 1 648 995 -857
40-44 422 565 1 209 1 124 1 314 863 -393
45-49 390 425 806 720 1 161 470 -742
50-54 276 411 534 514 775 478 -182
55-59 195 251 381 418 470 373 -4
60-64 87 150 135 89 197 110 -70
Ensemble 8 435 7 597 13 894 13 029 15 409 10 505 -6 607
  • Note : le sud de la France comprend les régions Occitanie, PACA, Corse, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine. Le nord de la France comprend les autres régions de la France métropolitaine.
  • Lecture : en 2016, 9 445 jeunes actifs âgés de 20 à 24 ans ont quitté le Grand Est pour une autre région de France métropolitaine et 7 386 actifs de la même tranche d’âge sont arrivés dans le Grand Est, soit un solde déficitaire de 2 059 actifs de 20 à 24 ans pour le Grand Est.
  • Champ : actifs de 15 à 64 ans entrants ou sortants du Grand Est.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016, exploitation complémentaire.

Figure 2Les migrations résidentielles interrégions déclinent avec l’âgeNombre d’entrants et de sortants du Grand Est et solde migratoire en fonction de l’âge en 2016

  • Note : le sud de la France comprend les régions Occitanie, PACA, Corse, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine. Le nord de la France comprend les autres régions de la France métropolitaine.
  • Lecture : en 2016, 9 445 jeunes actifs âgés de 20 à 24 ans ont quitté le Grand Est pour une autre région de France métropolitaine et 7 386 actifs de la même tranche d’âge sont arrivés dans le Grand Est, soit un solde déficitaire de 2 059 actifs de 20 à 24 ans pour le Grand Est.
  • Champ : actifs de 15 à 64 ans entrants ou sortants du Grand Est.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016, exploitation complémentaire.

Figure 3Les jeunes, les plus diplômés et les cadres sont plus mobilesProfil des actifs du Grand Est selon l’évolution de leur situation résidentielle entre 2015 et 2016

Les jeunes, les plus diplômés et les cadres sont plus mobiles - Lecture : 32,7 % des actifs résidant dans une zone d'emploi du Grand Est en 2015 et n'ayant pas déménagé en 2016 sont âgés de 15 à 34 ans. Parmi eux 20,5 % se déclarent au chômage au recensement de la population de 2016. 69,1 % des actifs ayant déménagé dans une nouvelle zone d'emploi sont âgés de 15 à 34 ans et 67,9 % des actifs du Grand Est ayant déménagé dans une autre région appartiennent à cette tranche d'âge.
Répartition des actifs (en %) Part de chômeurs (en %)
Pas de changement de zone d’emploi Changement de zone d’emploi Changement de région Pas de changement de zone d’emploi Changement de zone d’emploi Changement de région
Âge
15 à 34 ans 32,7 69,1 67,9 20,5 20,3 24,9
35 à 64 ans 67,3 30,9 32,1 10,5 19,2 27,2
Catégorie socioprofessionnelle
Agriculteurs exploitants 1,4 0,3 0,2 0,9 ns ns
Artisans, commerçants, chefs entreprise 5,0 3,0 3,0 7,0 15,1 19,8
Cadres, professions intellectuelles sup 12,1 13,0 22,9 3,6 5,4 8,1
Professions Intermédiaires 23,9 26,7 25,6 8,0 11,9 20,9
Employés 29,2 32,1 29,0 15,2 23,0 31,0
Ouvriers 27,0 22,5 16,6 19,1 26,1 36,6
Autres sans activité professionnelle 1,5 2,4 2,7 100,0 100,0 100,0
Diplôme
Aucun diplôme 16,9 10,9 9,9 24,5 40,6 47,5
CAP-BEP 29,8 20,9 15,7 15,0 27,3 39,2
Baccalauréat 20,3 24,5 22,0 13,6 21,6 26,5
Études supérieures 33,0 43,6 52,4 7,3 10,4 17,0
Sexe
Hommes 52,2 51,6 53,8 13,5 17,1 20,7
Femmes 47,8 48,4 46,2 14,1 23,0 31,3
Ensemble 2 488 391 52 616 68 858 13,8 20,0 25,6
  • ns : non significatif
  • Note : la situation de chômage au sens du recensement de la population est étudiée en 2016, la situation (en emploi, en recherche d'emploi, inactif) antérieure n’est pas connue.
  • Lecture : 32,7 % des actifs résidant dans une zone d'emploi du Grand Est en 2015 et n'ayant pas déménagé en 2016 sont âgés de 15 à 34 ans. Parmi eux 20,5 % se déclarent au chômage au recensement de la population de 2016. 69,1 % des actifs ayant déménagé dans une nouvelle zone d'emploi sont âgés de 15 à 34 ans et 67,9 % des actifs du Grand Est ayant déménagé dans une autre région appartiennent à cette tranche d'âge.
  • Champ : actifs de 15 à 64 ans du Grand Est.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016, exploitation complémentaire.

Les actifs mobiles sont davantage au chômage...

Les mobiles sont plus souvent au chômage que les stables et encore plus lorsqu’ils changent de région plutôt que de zone d’emploi. C’est vrai partout, sauf en Île-de-France. Dans le Grand Est, ils sont au chômage dans 27,6 % des cas, à égalité avec la Bretagne, en troisième position après la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie dont les taux sont les plus importants (28,4 % et 30,6 %).

Ce n’est en revanche pas le cas pour les mobiles de 15 à 34 ans dont la part de chômeurs est au niveau des stables, autour de 20 %, et à 24,9 % lorsqu’ils changent de région. Leur migration serait ainsi plus souvent liée à l’obtention d’un emploi. En revanche, après 35 ans, le chômage est nettement plus important et encore davantage en cas de changement de région (figure 3).

Ces situations de chômage plus fréquentes pour les mobiles se retrouvent pour toutes les catégories sociales et pour tous les niveaux de diplôme. Elles le sont pourtant moins pour les cadres que pour les ouvriers. La part de chômeurs parmi les cadres mobiles est supérieure de 4,5 points à celui des cadres stables, quand cet écart est de 17,5 points pour les ouvriers. La différence est de 20 points entre les actifs migrants sans diplôme et ceux qui n’ont pas déménagé.

Pour les deux tiers des actifs mobiles, la durée du chômage est inférieure à un an.

...et plus les femmes en couple

Les femmes sont plus souvent au chômage que les hommes lorsqu’elles déménagent : 31,7 % contre 21,3 % en cas de changement de région, 23,0 % contre 17,1 % en cas de changement de zone d’emploi, alors que leurs situations sont comparables lorsqu’il y a stabilité géographique (0,6 point d’écart).

La situation conjugale des femmes qui changent de région joue un rôle majeur dans leur situation professionnelle. Celles qui vivent en couple sont ainsi deux fois plus souvent au chômage que celles vivant seules.

Les femmes mobiles sont plus souvent en couple que les stables.

Ces constats vont dans le sens de l’enquête Formation et qualification professionnelle qui révèle que les femmes déménagent souvent pour suivre leur conjoint en mobilité professionnelle.

Ainsi, la part des couples biactifs dans lesquels la femme est au chômage et l’homme en emploi est beaucoup plus importante parmi ceux qui changent de région que parmi les stables (25,1 % pour 8,7 %). Cette situation est la même quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle de l’homme. L’écart atteint 21,6 points pour les conjointes de cadres et 27,2 points pour les ouvriers. Bien que dans une moindre mesure, les situations de chômage des actifs mobiles sont aussi plus fréquentes pour les hommes ou pour les deux membres du couple. Au final, la part de couples biactifs où chaque membre occupe un emploi n’est que de 56,8 % pour les mobiles, alors qu’elle est de 83,8 % pour les couples sédentaires (figure 4).

Figure 4aAprès une mobilité résidentielle, les femmes en couple sont plus fréquemment au chômageSituation face à l'emploi des membres des couples biactifs selon l’évolution de leur situation résidentielle dans le Grand Est entre 2015 et 2016

en %
Après une mobilité résidentielle, les femmes en couple sont plus fréquemment au chômage (en %) - Lecture : sur 100 couples biactifs de sexe opposé n'ayant pas déménagé, 84 sont des couples dont les deux membres sont en emploi et 9 sont composés d'une femme au chômage et d'un homme en emploi au sens du recensement.
Femme et homme en emploi Femme et homme chômeurs Femme en emploi, homme chômeur Femme chômeuse, homme en emploi Ensemble des couples (%) Ensemble des couples (effectif)
Même zone d’emploi 83,8 2,3 5,1 8,8 97,5 701 554
Autre zone d’emploi 64,9 7,6 7,7 19,8 2,0 14 127
Autre région 56,8 8,8 9,3 25,1 0,5 3 832
  • Lecture : sur 100 couples biactifs de sexe opposé n'ayant pas déménagé, 84 sont des couples dont les deux membres sont en emploi et 9 sont composés d'une femme au chômage et d'un homme en emploi au sens du recensement.
  • Champ : couples biactifs (les couples de même sexe ne sont pas dans le champ).
  • Source : Insee, recensement de la population 2016, exploitation complémentaire.

Figure 4aAprès une mobilité résidentielle, les femmes en couple sont plus fréquemment au chômageSituation face à l'emploi des membres des couples biactifs selon l’évolution de leur situation résidentielle dans le Grand Est entre 2015 et 2016

  • Lecture : sur 100 couples biactifs de sexe opposé n'ayant pas déménagé, 84 sont des couples dont les deux membres sont en emploi et 9 sont composés d'une femme au chômage et d'un homme en emploi au sens du recensement.
  • Champ : couples biactifs (les couples de même sexe ne sont pas dans le champ).
  • Source : Insee, recensement de la population 2016, exploitation complémentaire.

Figure 4bAprès une mobilité résidentielle, les femmes en couple sont plus fréquemment au chômagePart des chômeuses parmi les compagnes de...

en %
Après une mobilité résidentielle, les femmes en couple sont plus fréquemment au chômage (en %) - Lecture : 43 % des femmes d'ouvriers ayant changé de région de résidence se déclarent au chômage au recensement de 2016.
Même zone d’emploi Autre zone d’emploi Autre région
Cadres, professions intellectuelles supérieures 6,1 24,2 27,9
Professions intermédiaires 7,7 22,5 30,5
Employés 11 27,8 36,6
Ouvriers 15,3 33,9 42,8
  • Lecture : 43 % des femmes d'ouvriers ayant changé de région de résidence se déclarent au chômage au recensement de 2016.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016, exploitation complémentaire.

Figure 4bAprès une mobilité résidentielle, les femmes en couple sont plus fréquemment au chômagePart des chômeuses parmi les compagnes de...

  • Lecture : 43 % des femmes d'ouvriers ayant changé de région de résidence se déclarent au chômage au recensement de 2016.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016, exploitation complémentaire.

Les cadres mobiles sont plus souvent en emploi, mais peuvent être déclassés

Les cadres qui déménagent sont beaucoup plus souvent en début de carrière. Un cadre sur deux qui déménage a entre 25 et 35 ans alors que seulement un stable sur cinq appartient à cette tranche d’âge. Tout comme pour l’ensemble des migrants, les cadres ayant déménagé sont un peu plus souvent au chômage que ceux restés dans leur zone d’emploi. Cette situation est néanmoins très favorable par rapport à la moyenne des actifs (figure 5). Les cadres et professions intellectuelles supérieures déménageraient donc plus souvent suite à l’obtention d’un nouvel emploi. Quand ils sont au chômage, les trois quarts d’entre eux le sont depuis moins d’un an.

Les cadres du secteur privé sont deux fois plus nombreux parmi les actifs changeant de région que parmi les stables (12,4 % pour 6,5 %). Ce n’est pas le cas des cadres de la fonction publique (de 5,0 % à 6,4 %). Avec la mobilité résidentielle interrégionale, les cadres du privé ne retrouvent pas leur statut dans 18,8 % des cas et sont déclassés. Ils peuvent alors occuper fréquemment un emploi de chef de rayon dans le commerce ou d’employé de bureau.

Figure 5Changer de zone d'emploi s’accompagne de davantage de mobilité professionnelle surtout pour les catégories socioprofessionnelles les moins qualifiéesMobilité professionnelle des actifs du privé selon l'évolution de leur lieu de résidence

Changer de zone d'emploi s’accompagne de davantage de mobilité professionnelle surtout pour les catégories socioprofessionnelles les moins qualifiées - Lecture : 71,2 % des ouvriers en 2014 ayant changé de région de résidence sont toujours ouvriers en 2015.
Cadres en 2014 Professions intermédiaires en 2014 Employés en 2014 Ouvriers en 2014
Même zone d’emploi Autre zone d’emploi Autre région Même zone d’emploi Autre zone d’emploi Autre région Même zone d’emploi Autre zone d’emploi Autre région Même zone d’emploi Autre zone d’emploi Autre région
Cadres en 2015 91,4 85,0 81,2 4,0 6,6 13,5 1,0 2,4 7,1 0,6 1,3 4,1
Professions intermédiaires en 2015 4,1 7,0 8,2 86,6 75,6 61,7 3,7 8,6 11,9 2,8 5,8 8,8
Employés en 2015 2,2 5,1 5,9 5,2 11,2 15,9 91,1 80,4 69,7 4,3 9,9 15,6
Ouvriers en 2015 1,8 2,4 3,6 4,1 6,4 8,6 4,2 8,5 11,1 92,2 82,9 71,2
  • Lecture : 71,2 % des ouvriers en 2014 ayant changé de région de résidence sont toujours ouvriers en 2015.
  • Source : Insee, DADS 2015.

Figure 5Changer de zone d'emploi s’accompagne de davantage de mobilité professionnelle surtout pour les catégories socioprofessionnelles les moins qualifiéesMobilité professionnelle des actifs du privé selon l'évolution de leur lieu de résidence

  • Lecture : 71,2 % des ouvriers en 2014 ayant changé de région de résidence sont toujours ouvriers en 2015.
  • Source : Insee, DADS 2015.

Une plus forte mobilité professionnelle pour les autres catégories

Dans le secteur concurrentiel, quitter sa résidence pour une autre région correspond aussi à un changement de catégorie socioprofessionnelle pour 29,1 % des actifs mobiles. Parmi eux, 17,4 % vont occuper un emploi de catégorie plus élevée que leur catégorie initiale et 11,7 % un emploi de catégorie moins élevée.

C’est le cas de 28,8 % des ouvriers ou des employés. Ainsi, 15,6 % des ouvriers qui changent de région deviennent employés (employé de commerce, magasinier, aide-cuisinier ou serveur le plus souvent) et 11,1 % des employés occupent un poste d’ouvrier, principalement dans la restauration (cuisinier, commis), dans le commerce (ouvrier du tri ou de l’emballage), nettoyeur ou manutentionnaire non qualifié.

Le changement de région engendre une ascension professionnelle plus marquée : 11,9 % des employés mobiles deviennent profession intermédiaire, 7,1 % cadres, comme 13,5 % des professions inermédaires ayant déménagé deviennent cadres (ingénieurs et cadres d’étude, cadres de recherche et développement en informatique ou cadres commerciaux). Ces migrations résidentielles pourraient ainsi avoir été motivées par l’obtention d’un emploi plus qualifié.

Parmi les professions intermédiaires, deux mobiles sur cinq changent de catégorie sociale. Ceux qui sont déclassés occupent après leur déménagement des emplois d’ouvrier ou plus souvent d’employé, et le plus fréquemment d’employé administratif, de secrétaire ou d’employé de banque.

Encadré partenariat

L’étude a été réalisée dans le cadre d’un partenariat entre la Direction régionale de l’Insee Grand Est et la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi du Grand Est).

Définitions


Les actifs regroupent la population active occupée ou population active en emploi et les chômeurs.

La plupart des données sont issues du recensement de la population 2016 qui permet de connaître pour les personnes vivant en France les migrations résidentielles intervenues l’année précédant celle de recensement. Les personnes décédées et les personnes ayant déménagé à l’étranger sont exclues du champ tout comme les personnes ayant déménagé dans un logement déjà occupé (retour chez les parents, emménagement dans le logement d’un conjoint...).


Les chômeurs au sens du recensement de la population sont les personnes (de 15 ans ou plus) qui se sont déclarées chômeurs (inscrits ou non à Pôle Emploi) sauf si elles ont, en outre, déclaré explicitement ne pas rechercher de travail ; et d’autre part les personnes (âgées de 15 ans ou plus) qui ne se sont déclarées spontanément ni en emploi, ni au chômage, mais qui ont néanmoins déclaré rechercher un emploi.


La situation de chômage est enregistrée au moment du recensement de la population. On ne connaît pas la situation antérieure. Néanmoins, il est probable qu’une personne ayant déménagé et en situation de chômage de longue durée (plus d’un an) l’était déjà un an avant dans sa zone géographique d’origine.

Pour en savoir plus

Challand C., Manné I., « Actifs arrivant de l’étranger dans le Grand Est : deux sur cinq viennent d’un pays frontalier », Insee Flash Grand Est n° 29, janvier 2020.

Briard K., « Quelle différence de situation professionnelle entre les hommes et les femmes suite à une mobilité résidentielle ? », DARES Analyses n° 16, avril 2019.

Baccaïni B., Garnier M., Haran L., « Les mobilités résidentielles en France, tendances et impacts territoriaux" », rapport 2018 du CGET et de l’Observatoire des territoires, 121 pages.

Delahaye M., Lu A.-V., « Les marchés locaux du travail dans le Grand Est, entre population, emploi et mobilités », Insee Dossier Grand Est n° 3, octobre 2016.