Insee Flash Auvergne-Rhône-AlpesSaison d’été 2019 : une fréquentation estivale record

Christine Bois, (Insee)

En Auvergne-Rhône-Alpes, sur l’ensemble de la saison d’été, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques (hôtels, campings et autres hébergements collectifs) augmente de 3,8 % et dépasse ainsi le record de la décennie, établi en 2017. Les trois types d’hébergement sont concernés par la hausse du nombre de nuitées et par ce nouveau record de fréquentation.

Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes
No 65
Paru le : Paru le 28/11/2019
Christine Bois, (Insee)
Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes  No 65 - Novembre 2019

Durant les 6 mois de la saison d’été 2019 (d’avril à septembre), la fréquentation touristique s’établit à 34,7 millions de nuitées dans les hôtels, campings et autres hébergements collectifs de tourisme de la région (AHCT) (figure 1).

La hausse de la fréquentation touristique efface le recul de 2018

En Auvergne-Rhône-Alpes, la hausse de fréquentation enregistrée sur l’ensemble de la saison estivale est plus marquée qu’en France métropolitaine (+ 3,8 % contre + 2,2 %).

Figure 1La fréquentation des hébergements est supérieure à celle de 2017, année recordNombre de nuitées par type d'hébergement (avril à septembre) en milliers

en milliers
La fréquentation des hébergements est supérieure à celle de 2017, année record (en milliers)
Saison AHCT* Campings Hôtels
2015 8 936 11 345 11 869
2016 8 633 11 728 12 305
2017 9 420 12 304 12 432
2018 8 698 12 232 12 460
2019 9 652 12 307 12 696
  • (*) Autres hébergements collectifs touristiques
  • Résultats 2019 pré-définitifs hors hôtels et AHCT de sept 2019 en consolidés
  • Source : Insee en partenariat avec les Comités départementaux et régionaux du tourisme et la DGE, Enquête Hébergements collectifs 2015-2019.

Figure 1La fréquentation des hébergements est supérieure à celle de 2017, année recordNombre de nuitées par type d'hébergement (avril à septembre) en milliers

  • (*) Autres hébergements collectifs touristiques
  • Résultats 2019 pré-définitifs hors hôtels et AHCT de sept 2019 en consolidés
  • Source : Insee en partenariat avec les Comités départementaux et régionaux du tourisme et la DGE, Enquête Hébergements collectifs 2015-2019.

Contrairement à 2018, tous les mois de la saison évoluent positivement, excepté mai, qui enregistre une baisse (– 9 %), en partie due à l’excellent niveau atteint en mai 2018 et à un calendrier des jours fériés moins favorable aux traditionnels « ponts ». Toutefois, la baisse d’activité de mai est plus que compensée par les gains enregistrés en juin. Par ailleurs, le début de saison avait démarré avec un mois d’avril très favorable (+ 7 %). Si le mois de juillet atteint un record de nuitées de plus de 9 millions, août se maintient toujours comme le mois de plus forte affluence, avec plus de 10 millions de nuitées.

Ces excellents résultats ne sont cependant pas homogènes sur le territoire régional. Le département de l’Ardèche est le seul de la région à subir un recul (– 4,1 %), baisse déjà amorcée en 2018 (– 1,9 %) (figure 2). Inversement, les massifs alpins bénéficient d’une croissance forte, notamment Savoie-Mont-Blanc en hausse de 8,3 % et, dans une moindre mesure, l’Isère (+ 3,8 %). Le Rhône affiche une progression conséquente (+ 6,0 %) et les départements auvergnats évoluent également favorablement, avec une tendance plus marquée dans l’Allier (+ 4,3 %).

Figure 2Plus de 4 nuitées sur 10 dans les départements alpinsFréquentation de la saison d’été 2019 et évolution entre les saisons d’été 2018 et 2019 (hôtels, campings et AHCT)

Plus de 4 nuitées sur 10 dans les départements alpins
Département Nuitées été 2019 (en milliers) Évolution du nombre de nuitées entre 2018 et 2019
01 1 691 2,2
03 912 4,3
07 5 237 -4,1
15 790 1,1
26 2 844 2,3
38 2 995 3,8
42 561 4,3
43 607 0,9
63 2 744 1,3
69 4 170 6,0
73 5 795 11,2
74 6 310 5,7
  • Résultats 2019 pré-définitifs hors hôtels et AHCT de sept 2019 en consolidés
  • Source : Insee en partenariat avec les comités départementaux et régionaux du tourisme et la DGE, Enquête Hôtellerie 2018-2019

Figure 2Plus de 4 nuitées sur 10 dans les départements alpinsFréquentation de la saison d’été 2019 et évolution entre les saisons d’été 2018 et 2019 (hôtels, campings et AHCT)

  • Résultats 2019 pré-définitifs hors hôtels et AHCT de sept 2019 en consolidés
  • Source : Insee en partenariat avec les comités départementaux et régionaux du tourisme et la DGE, Enquête Hôtellerie 2018-2019

La croissance de l’activité touristique dans la région est portée par la clientèle résidente ( + 5,3 %), plus fortement qu’en France métropolitaine (+ 3,2 %). L’augmentation est particulièrement importante dans les AHCT (+ 12,7 %), notamment dans le massif alpin qui bénéficie de conditions météorologiques très favorables. Dans l’Ardèche, la baisse de la clientèle résidente est significative sur tous les mois de l’été. La clientèle non résidente est restée globalement stable cette saison.

L’offre d’hébergements régionale fait également preuve d’une stabilité d’ensemble, mais elle progresse dans le Rhône (+ 2,7 %) et la Haute-Savoie (+ 1,4 %) alors qu’elle recule dans le Cantal et dans l’Allier.

La meilleure saison estivale dans les hôtels depuis 5 ans

En 2019, la fréquentation hôtelière estivale progresse (+ 1,9 %) pour atteindre 12,7 millions de nuitées. Cette croissance démarre dès le mois d’avril (+ 5,3 %). Et si mai est en recul, les 3 mois suivants sont à la hausse, avec une progression plus importante en juin (+ 4,8 %). La fréquentation du mois de septembre stagne.

Dans la continuité des années précédentes, l’offre en hôtels haut de gamme (de 3 à 5 étoiles) poursuit un développement soutenu (+ 5,6 % dans les 3 étoiles et + 4 % dans 4-5 étoiles). Ils représentent 44 % des nuitées disponibles de la saison.

Le Rhône conforte sa position de leader en nombre de nuitées grâce à une croissance plus forte que la moyenne régionale (+ 4,8 %). De même, la Haute-Savoie, l’Ain et l’Allier dépassent la hausse régionale. Mais c’est la Loire qui connaît l’augmentation la plus importante (+ 7,5 %) et approche ainsi son meilleur niveau enregistré en 2015. En Haute-Loire, le nombre de nuitées augmente de 3,1 % après 4 années de baisse consécutive.

La fréquentation de la clientèle résidente demeure très dynamique avec une évolution de + 2,6 %. Son volume est le plus élevé depuis 2015. Elle connaît une augmentation particulièrement forte en Haute-Savoie (+ 6,6 %) et dans le Rhône (+ 4,4 %).

Le nombre de nuitées de la clientèle non résidente est globalement stable, avec toutefois des progressions d’au moins 6 % dans le Rhône, la Savoie, l’Ain et la Loire.

Les nuitées de résidents européens sont constantes avec des disparités selon les pays d’origine. Les arrivées en provenance des pays d’Europe du Nord sont en baisse, notamment celles du Royaume-Uni, de l’Allemagne ou des Pays-Bas. Au contraire, les résidents suisses et surtout italiens ont été plus nombreux.

Dans les campings, une très bonne saison mais en dents de scie

Dans l’hôtellerie de plein-air, en 2019 comme en 2018, la fréquentation estivale a été très chahutée selon les mois. Toutefois, la fréquentation globale progresse très légèrement (+ 0,6 %). Avec 12,3 millions de nuitées, elle est même légèrement supérieure au record de l’été 2017.

Comme dans l’hôtellerie, le mois d’avril se distingue par une embellie (+ 24 %), contrebalancée par un net repli en mai (– 26 %). Juin bénéficie d’une météo très favorable et du pont de la Pentecôte qui stimule la fréquentation (+ 25 %). Les résultats du plein été indiquent un léger fléchissement, mais la douceur de septembre a favorisé une hausse de la fréquentation (+ 4 %).

Dans l’Ardèche, département le plus équipé en campings, la fréquentation recule de 2 % alors qu’elle progresse dans la Drôme voisine (+ 2,5 %, figure 3). Les départements auvergnats sont en nette hausse, exceptée la Haute-Loire (– 1,3 %). L’Isère et la Savoie réalisent leur meilleure saison depuis 2015.

Figure 3Le département de l’Ardèche enregistre une baisse importante dans tous les types d’hébergementsFréquentation 2019 et évolution 2018-2019 par département et type d'hébergements (résultats 2019 pré-définitifs)

Le département de l’Ardèche enregistre une baisse importante dans tous les types d’hébergements
Camping Hôtel * AHCT* Total
Nuitées (en milliers) Évolution 2018-2019 (en %) Nuitées (en milliers) Évolution 2018-2019( en %) Nuitées (en milliers) Évolution 2018-2019 (en %) Nuitées (en milliers) Évolution 2018-2019 (en %)
Ain 592 -0,4 745 2,1 353 7,1 1 691 2,2
Allier 313 3,3 538 2,5 61 31,9 912 4,3
Ardèche 4 353 -2,0 480 -0,8 404 -24,1 5 237 -4,1
Cantal 337 7,0 313 -2,8 140 -3,1 790 1,1
Drôme 1 731 2,5 797 0,2 316 6,8 2 844 2,3
Isère 998 3,6 1 236 -2,1 760 15,4 2 995 3,8
Loire 125 0,0 373 7,5 63 -4,3 561 4,3
Haute-Loire 234 -1,3 227 3,1 147 1,3 607 0,9
Puy-de-Dôme 1 045 3,2 1 147 -0,9 552 2,6 2 744 1,3
Rhône 230 17,5 3 041 4,8 899 7,7 4 170 6,0
Savoie 806 6,2 1 253 0,3 3 737 16,7 5 795 11,2
Haute-Savoie 1 545 -3,3 2 545 3,2 2 220 16,6 6 310 5,8
Auvergne-Rhône-Alpes 12 307 0,6 12 696 1,9 9 652 11,0 34 656 3,8
  • *septembre 2019 résultats consolidés
  • Source : Insee en partenariat avec les comités départementaux et régionaux du tourisme et la DGE, Enquête Hôtellerie 2015-2019

La clientèle résidente est venue plus nombreuse (+ 1,6 %), notamment dans la Drôme (+ 9,1 %) alors qu’elle faiblit en Ardèche (– 0,8 %). Le Puy-de-Dôme affiche une progression importante (+ 6,8 %) et réalise ainsi sa meilleure saison depuis 2015.

Le nombre de nuitées des non-résidents est en baisse (– 1,2 %), particulièrement en Haute-Loire, dans la Drôme et l’Ardèche. Au contraire, il progresse en Savoie, dans l’Allier, l’Isère et le Rhône. Cet été marque le repli très net des clientèles anglaise (– 10 %) et hollandaise (– 7 %). Celle-ci reste néanmoins la première origine étrangère de la clientèle des campings de la région. La présence plus nombreuse d’Allemands (+ 8,1 %) et de Belges (+ 1,2 %) ne suffit pas à compenser cette baisse.

L’offre globale en nombre d’emplacements est stable. Elle progresse toujours pour les emplacements équipés (+ 4 %), alors que les emplacements nus fléchissent de 1 %. Les nuitées réalisées suivent cette tendance. En hausse de + 2,7 % cette saison, les nuitées sur un emplacement équipé représentent désormais 44 % de l’ensemble.

Avertissement : révision des séries concernant les hôtels

À partir du 1er janvier 2019, les données des hôtels non répondants sont imputées au moyen d’une nouvelle méthode, en fonction de leurs caractéristiques. Cette méthode d’imputation de la non-réponse tend à revoir légèrement à la baisse le nombre total de nuitées (– 0,9 % au quatrième trimestre 2018) mais n’a pas d’impact sur les évolutions. Les données sont inchangées pour les autres modes d’hébergement.

Avertissement

Note méthodologique : changement de questionnaire à partir de janvier 2019 -
 Modification dans la manière d’observer le pays de résidence des touristes

Jusqu’en janvier 2019, lorsque le pays de résidence d’un touriste n’était pas connu, les nuitées et les arrivées de touristes étaient imputées aux non-résidents, c’est-à-dire résidant en dehors de France.

À partir de janvier 2019, par souci de qualité, une nouvelle modalité de réponse « pays non-connu » a été introduite. Elle permet d’identifier les situations pour lesquelles l’hébergement ne sait pas si les touristes sont résidents ou non-résidents. Cette modification permet de mieux estimer la répartition des nuitées et des arrivées entre résidents et non-résidents. Elle peut aussi entraîner une baisse de la part des nuitées des non-résidents à partir de 2019. À titre d’exemple, les nuitées des non-résidents représentaient 38,7 % du total en mai-juin-juillet 2019 et 39,6 % aux mois de mai-juin-juillet 2018, soit 0,9 point d’écart pour la France métropolitaine.

Sources

En partenariat avec la Direction générale des entreprises et les comités régionaux et départementaux du tourisme, l’Insee réalise mensuellement une enquête sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques : hôtels, campings et autres hébergements collectifs touristiques (AHCT).

Définitions

La clientèle peut être soit résidente en France (si son lieu d’habitation habituel est localisé en France), soit non résidente.

Les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) comprennent notamment les résidences de tourisme (dont appart’hôtel), villages de vacances, maisons familiales et auberges de jeunesse. Ils n’incluent pas les hébergements proposés par des particuliers.

La saison d’été couvre les mois d’avril à septembre.

Les nuitées (ou fréquentation) correspondent au nombre total de nuits passées par les clients. Un couple séjournant trois nuits consécutives dans un hôtel compte pour six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une nuit.

Pour en savoir plus

« Saison d’été 2018 : un bilan nuancé avec un excellent mois de mai », Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes n° 40, novembre 2018

« Saison d’hiver 2018 : une fréquentation en hausse portée par les résidents à l’étranger », Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes n° 37, juillet 2018

« Tourisme : La fréquentation se maintient à un niveau élevé », Bilan économique 2018, Insee Conjoncture Auvergne-Rhône-Alpes n° 18, Juin 2019