Porté par l’intérim, l’emploi progresse encoreNote de conjoncture régionale – 1er trimestre 2019

Laura Le Mains, Étienne Silvestre (Insee Normandie)

Au 1er trimestre 2019, l’emploi salarié augmente de 0,3 % en Normandie. L’intérim est dynamique (+ 1,9 %). C’est aussi le cas de plusieurs secteurs d’activité, notamment l’hôtellerie-restauration (+ 2,3 %), activité toujours portée par une forte progression des nuitées (+ 6,6 %). Cette amélioration de l’emploi, légèrement moindre qu’au niveau national (+ 0,4 %), ne s’accompagne pas d’une baisse du chômage. L’activité reste contrastée dans la construction, les mises en chantier de logements fléchissent (- 1,2 %) tandis que celles de locaux professionnels augmentent (+ 7,0 %). Les créations d’entreprises restent soutenues (+ 8,5 %) grâce à la forte poussée des micro-entreprises.

Laura Le Mains, Étienne Silvestre (Insee Normandie)
Insee Conjoncture Normandie  No 19 - juillet 2019

L’intérim accélère

Au 1er trimestre 2019, l’emploi salarié augmente toujours en Normandie (+ 0,3 % comme au trimestre précédent), mais légèrement moins qu’en France hors Mayotte (+ 0,4 % ; figure 1). L’amélioration est due au secteur privé (+ 0,4 %), le secteur public refluant légèrement.

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Emploi salarié total - Normandie Emploi salarié total - France hors Mayotte Emploi salarié privé - Normandie Emploi salarié privé - France hors Mayotte
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 100,04 100,19 100,16 100,26
T2 2011 100,04 100,32 100,18 100,44
T3 2011 99,87 100,23 100 100,39
T4 2011 99,98 100,3 100,14 100,42
T1 2012 99,79 100,3 99,81 100,38
T2 2012 99,63 100,27 99,49 100,32
T3 2012 99,48 100,13 99,31 100,07
T4 2012 99,19 100,03 98,87 99,94
T1 2013 99,13 99,96 98,77 99,82
T2 2013 98,65 99,84 98,16 99,57
T3 2013 98,82 100,04 98,27 99,76
T4 2013 98,74 100,37 98,13 99,95
T1 2014 98,71 100,41 98,02 99,9
T2 2014 98,84 100,43 98,19 99,94
T3 2014 98,65 100,31 97,84 99,75
T4 2014 98,55 100,43 97,63 99,83
T1 2015 98,4 100,38 97,42 99,78
T2 2015 98,35 100,62 97,26 100,01
T3 2015 98,23 100,68 97,16 100,1
T4 2015 98,27 100,89 97,26 100,35
T1 2016 98,24 101,03 97,15 100,52
T2 2016 98,25 101,31 97,15 100,84
T3 2016 98,46 101,58 97,31 101,13
T4 2016 98,45 101,71 97,3 101,28
T1 2017 98,43 102,09 97,3 101,73
T2 2017 98,67 102,46 97,6 102,18
T3 2017 98,58 102,66 97,58 102,47
T4 2017 98,62 103,06 97,77 103,04
T1 2018 98,72 103,23 97,89 103,28
T2 2018 98,74 103,31 98 103,44
T3 2018 98,65 103,46 97,95 103,63
T4 2018 98,93 103,74 98,26 103,99
T1 2019 99,18 104,13 98,61 104,49
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Dans la région ce trimestre, l’intérim accélère (+ 1,9 % après + 0,5 % au précédent trimestre) et contribue davantage à la hausse globale qu’en France hors Mayotte (figure 3). Hors intérim toutefois, l’emploi salarié augmente moins. La construction progresse toujours (+ 0,6 % ; figure 2), mais sans accélérer comme en France hors Mayotte (+ 1,2 % après + 0,7 %). Le tertiaire non marchand reflue légèrement (- 0,2 %) tandis que le tertiaire marchand augmente de 0,4 %. L’hébergement-restauration est dynamique (+ 2,3 %) comme, dans une moindre mesure, les services aux entreprises (+ 0,6 %) et le commerce (+ 0,3 %). L’industrie progresse comme au niveau national de 0,2 %, grâce à la fabrication d’équipements et de machines (+ 1,1 %) et à l’agro-alimentaire (+ 0,6 %).

Sur un an, l’emploi salarié s’améliore de 0,5 % en Normandie et de 0,9 % en France hors Mayotte.

Figure 2Évolution de l'emploi salarié par secteur en Normandie

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié par secteur en Normandie (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim Tertiaire non marchand
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 100 100,02 100,23 99,75
T2 2011 99,22 99,76 100,24 99,81
T3 2011 98,92 99,91 100,11 99,68
T4 2011 99,09 99,73 100,54 99,61
T1 2012 98,4 99,68 100,47 99,9
T2 2012 98,07 99,29 100,26 100,17
T3 2012 98,07 99,26 100,19 100,34
T4 2012 96,89 98,73 99,83 100,29
T1 2013 95,76 98,55 99,61 100,45
T2 2013 94,96 97,89 99,14 100,22
T3 2013 94,31 97,59 99,11 100,67
T4 2013 93,35 97,52 99,01 100,69
T1 2014 92,75 97,1 99,14 100,86
T2 2014 91,9 96,79 99,31 100,9
T3 2014 90,7 96,13 99,19 101,29
T4 2014 89,86 95,89 99,1 101,26
T1 2015 88,53 95,62 98,98 101,35
T2 2015 87,51 95,27 98,93 101,53
T3 2015 86,72 94,9 99,02 101,23
T4 2015 86,11 94,72 99,22 101,22
T1 2016 85,58 94,2 99,32 101,35
T2 2016 85,39 93,91 99,33 101,29
T3 2016 84,59 93,99 99,5 101,5
T4 2016 84,35 93,75 99,42 101,37
T1 2017 84,56 93,45 99,39 101,27
T2 2017 84,51 93,35 99,71 101,21
T3 2017 84,15 93,43 99,57 101,07
T4 2017 84,85 93,52 99,47 100,67
T1 2018 84,58 93,53 99,8 100,64
T2 2018 84,92 93,76 99,94 100,4
T3 2018 85,03 93,62 100,08 100,17
T4 2018 85,56 93,89 100,41 100,27
T1 2019 86,08 94,05 100,83 100,12
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 2Évolution de l'emploi salarié par secteur en Normandie

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 3Évolution de l'emploi intérimaire

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi intérimaire (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Normandie France hors Mayotte
T4 2010 100 100
T1 2011 100,52 101,11
T2 2011 101,99 101,55
T3 2011 99,13 100,12
T4 2011 99,37 99,37
T1 2012 91,94 95,02
T2 2012 90,2 91,98
T3 2012 86,11 88,02
T4 2012 85,54 85,39
T1 2013 87,67 88,23
T2 2013 85,95 87,16
T3 2013 90,37 89,79
T4 2013 89,86 90,28
T1 2014 89,16 89,42
T2 2014 93,35 91,24
T3 2014 91,52 88,9
T4 2014 92,67 90,08
T1 2015 93 89,85
T2 2015 93,57 93,55
T3 2015 95,7 96,97
T4 2015 97,24 99,52
T1 2016 98,01 99,36
T2 2016 100,5 102,54
T3 2016 104,8 105,55
T4 2016 107,26 110,58
T1 2017 109,46 115,46
T2 2017 114,32 120,89
T3 2017 114,96 124,41
T4 2017 119,43 130,43
T1 2018 119,14 129,52
T2 2018 118,49 128,72
T3 2018 116,85 127,95
T4 2018 117,49 126,03
T1 2019 119,73 127,25
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 3Évolution de l'emploi intérimaire

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Le tertiaire et l’industrie sont relativement dynamiques dans la Manche

Ce trimestre, l’emploi salarié progresse dans la Manche (0,4 %), le Calvados et l’Eure (0,3 %), la Seine-Maritime (0,2 %) ; il se maintient dans l’Orne (figure 4). C’est l’intérim qui progresse le plus dans tous les départements. En dehors de l’intérim, la construction est dynamique dans l’Eure (+ 1,4 %) et l’industrie dans la Manche (+ 0,9 %). Dans ce dernier département, c’est aussi le cas du tertiaire marchand (+ 0,6 %). En revanche, dans l’Orne, l’industrie fléchit (- 0,3 %).

Sur un an, l’emploi salarié progresse dans tous les départements normands, sauf l’Orne (- 0,9 %), et notamment dans la Manche (+ 1,3 %).

Figure 4Évolution de l'emploi salarié total par département

en % par rapport au trimestre précédent
Évolution de l'emploi salarié total par département (en % par rapport au trimestre précédent)
2018T4 2019T1
Calvados 0,25 0,3
Eure 0,34 0,34
Manche 0,49 0,37
Orne -0,36 -0,01
Seine-Maritime 0,32 0,21
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 4Évolution de l'emploi salarié total par département

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Le chômage est stable dans tous les départements

Au 1er trimestre 2019, le taux de chômage s’établit à 8,6 % en Normandie (8,7 % au niveau national ; figure 5). Il se situe au même niveau qu’au trimestre précédent dans la région et baisse à peine au niveau national (- 0,1 point).

Figure 5Taux de chômage

en %
Taux de chômage (en %)
Normandie France hors Mayotte
T4 2010 9,2 9,2
T1 2011 9,2 9,1
T2 2011 9,1 9,1
T3 2011 9,3 9,2
T4 2011 9,3 9,3
T1 2012 9,5 9,5
T2 2012 9,7 9,7
T3 2012 9,8 9,8
T4 2012 10,2 10,1
T1 2013 10,3 10,3
T2 2013 10,5 10,4
T3 2013 10,3 10,3
T4 2013 10,1 10,1
T1 2014 10,1 10,2
T2 2014 10,2 10,2
T3 2014 10,2 10,3
T4 2014 10,3 10,4
T1 2015 10,2 10,3
T2 2015 10,4 10,5
T3 2015 10,3 10,4
T4 2015 10,2 10,2
T1 2016 10,3 10,2
T2 2016 10 10
T3 2016 10 10
T4 2016 10 10
T1 2017 9,5 9,6
T2 2017 9,4 9,5
T3 2017 9,6 9,6
T4 2017 8,9 8,9
T1 2018 9,2 9,2
T2 2018 9 9,1
T3 2018 9 9,1
T4 2018 8,6 8,8
T1 2019 8,6 8,7
  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 5Taux de chômage

  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Dans tous les départements normands, le taux de chômage reste stable (Eure, Orne) ou quasi stable (- 0,1 point dans les trois autres départements). Sur un an, le chômage recule de 0,6 point, soit quasiment comme en France hors Mayotte (- 0,5 point). Il fléchit dans tous les départements de la région, de 0,4 point dans l’Orne à 0,7 point dans la Seine-Maritime.

Avertissement

Emploi

Depuis la publication de juillet 2018, portant sur le premier trimestre 2018, le champ des estimations trimestrielles d'emploi (ETE) publiées au niveau localisé (région et département) est étendu aux départements d'outre-mer (hors Mayotte) et à l'ensemble de l'emploi salarié. Par rapport à la situation antérieure, sont donc ajoutés les salariés de la fonction publique, de l'agriculture et de l'ensemble des particuliers employeurs.

De plus, les niveaux de l’emploi « privé » publiés par les Urssaf et par l’Insee diffèrent du fait d’écarts de champ et de concept, et de légères différences peuvent exister sur les taux d’évolution.

Enfin, l'introduction de la déclaration sociale nominative (DSN) en remplacement du bordereau récapitulatif de cotisations (BRC) peut entraîner des révisions accrues sur les données, durant la phase de montée en charge de la DSN.

La baisse des logements et la hausse des locaux se poursuivent

Pour le troisième trimestre consécutif, le cumul sur un an des logements mis en chantier (figure 6) baisse dans la région (- 1,2 %), plus qu’au niveau national (- 0,5 %). Toutefois, cette baisse s’atténue (- 2,2 % et - 7,6 % les trimestres précédents). Le recul concerne tous les départements de la région, hormis le Calvados (+ 1,0 %). Il atteint 9,4 % dans l’Orne et n’est que de 1,3 % dans la Manche.

Figure 6Évolution du nombre de logements commencés

indice base 100 en décembre 2010
Évolution du nombre de logements commencés (indice base 100 en décembre 2010)
Normandie France hors Mayotte
déc. 2010 100 100
janv. 2011 103,68 101,43
févr. 2011 102,63 102,37
mars 2011 104,74 103,46
avril 2011 105,79 103,82
mai 2011 105,79 104,98
juin 2011 102,11 103,77
juil. 2011 103,16 103,34
août 2011 102,63 102,81
sept. 2011 103,68 102,25
oct. 2011 103,68 101,21
nov. 2011 105,26 102,78
déc. 2011 107,37 104,09
janv. 2012 105,26 103,58
févr. 2012 104,21 103,41
mars 2012 103,16 103,68
avril 2012 101,05 102,15
mai 2012 100 99,73
juin 2012 101,05 99,9
juil. 2012 101,05 99,35
août 2012 101,58 98,72
sept. 2012 98,42 96,74
oct. 2012 97,37 96,11
nov. 2012 93,68 92,58
déc. 2012 88,42 92,53
janv. 2013 87,89 92,21
févr. 2013 88,95 92,45
mars 2013 88,42 91,39
avril 2013 88,95 92,41
mai 2013 88,42 92,72
juin 2013 88,42 92,58
juil. 2013 88,95 92,31
août 2013 87,37 91,87
sept. 2013 86,84 91,87
oct. 2013 84,21 90,42
nov. 2013 83,68 89,31
déc. 2013 86,32 86,55
janv. 2014 86,84 86,17
févr. 2014 86,32 84,57
mars 2014 84,21 83,26
avril 2014 82,63 82,97
mai 2014 81,58 82,32
juin 2014 80,53 81,5
juil. 2014 79,47 81,57
août 2014 80,53 81,21
sept. 2014 81,58 81,33
oct. 2014 81,05 81,14
nov. 2014 79,47 81,23
déc. 2014 76,84 81,45
janv. 2015 76,32 80,92
févr. 2015 76,84 81,16
mars 2015 77,37 81,28
avril 2015 76,84 80,63
mai 2015 75,79 80,24
juin 2015 73,68 80,94
juil. 2015 73,16 80,6
août 2015 72,63 81,26
sept. 2015 70,53 81,52
oct. 2015 72,63 81,96
nov. 2015 73,68 82,68
déc. 2015 76,84 83,77
janv. 2016 76,32 84,11
févr. 2016 76,84 84,89
mars 2016 73,68 84,52
avril 2016 74,74 85,22
mai 2016 75,26 86,99
juin 2016 75,79 87,33
juil. 2016 75,26 87,96
août 2016 74,74 88,2
sept. 2016 75,26 88,66
oct. 2016 74,21 89,87
nov. 2016 74,74 91,12
déc. 2016 73,16 92,55
janv. 2017 73,68 94,1
févr. 2017 73,16 95,07
mars 2017 76,32 97,39
avril 2017 76,84 98,62
mai 2017 76,84 98,96
juin 2017 77,37 99,9
juil. 2017 79,47 101,35
août 2017 79,47 101,77
sept. 2017 84,21 102,37
oct. 2017 83,68 102,68
nov. 2017 82,63 103,8
déc. 2017 85,26 105,68
janv. 2018 85,26 105,61
févr. 2018 85,26 105,32
mars 2018 85,26 104,64
avril 2018 88,42 104,33
mai 2018 89,47 104,18
juin 2018 90 104,45
juil. 2018 88,42 103,75
août 2018 89,47 103,53
sept. 2018 84,21 103,22
oct. 2018 85,26 103,7
nov. 2018 86,32 103,1
déc. 2018 82,63 101,33
janv. 2019 82,11 101,19
févr. 2019 82,11 100,99
mars 2019 81,58 100,85
avril 2019 78,42 100,12
mai 2019 77,89 99,49
  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 6Évolution du nombre de logements commencés

  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Les autorisations de construire sont à l’image des mises en chantier : le nombre de logements autorisés depuis un an recule de 1,8 %, moins cependant qu’au niveau national (- 2,4 %). Seul l’Eure est épargné (+ 6,2 %). L’Orne est encore le plus touché par la baisse (- 11,2 %) qui est inférieure à 5 % dans les autres départements.

Les surfaces de locaux professionnels mises en chantier, cumulées sur un an (figure 7), progressent au même rythme que le trimestre précédent (+ 7,0 %) alors qu’elles sont quasiment stables au niveau national. Dans la région, elles sont en forte augmentation dans l’Eure (+ 62,0 %) et à un degré nettement moindre dans l’Orne (+ 13,0 %). Elles ne reculent qu’en Seine-Maritime (- 5,0 %).

Figure 7Évolution de la surface de plancher des locaux commencés

Indice base 100 en décembre 2010
Évolution de la surface de plancher des locaux commencés (Indice base 100 en décembre 2010)
Normandie France entière
déc. 2010 100,0 100,0
janv. 2011 102,3 100,8
févr. 2011 105,3 105,0
mars 2011 103,7 103,4
avr. 2011 104,8 103,6
mai 2011 104,5 103,8
juin 2011 99,4 103,8
juil. 2011 97,1 103,8
août 2011 95,0 106,7
sept. 2011 94,0 107,8
oct. 2011 95,9 107,9
nov. 2011 95,2 109,9
déc. 2011 92,1 112,4
janv. 2012 88,8 113,0
févr. 2012 86,5 110,3
mars 2012 89,3 108,6
avr. 2012 91,3 106,5
mai 2012 91,1 105,6
juin 2012 92,9 106,8
juil. 2012 92,1 105,6
août 2012 92,4 102,9
sept. 2012 92,5 102,2
oct. 2012 89,4 100,8
nov. 2012 90,9 98,5
déc. 2012 87,9 94,7
janv. 2013 88,6 92,9
févr. 2013 87,9 92,2
mars 2013 85,9 92,9
avr. 2013 83,5 93,1
mai 2013 82,4 94,2
juin 2013 80,7 94,1
juil. 2013 83,5 94,0
août 2013 82,5 94,7
sept. 2013 83,7 94,8
oct. 2013 90,2 95,3
nov. 2013 89,4 95,2
déc. 2013 90,9 96,2
janv. 2014 90,7 96,1
févr. 2014 91,3 97,2
mars 2014 90,9 96,8
avr. 2014 91,1 95,7
mai 2014 88,4 92,7
juin 2014 88,7 92,0
juil. 2014 84,5 92,0
août 2014 86,8 91,3
sept. 2014 83,2 90,2
oct. 2014 77,8 89,0
nov. 2014 75,5 89,4
déc. 2014 74,3 87,7
janv. 2015 73,4 88,4
févr. 2015 70,8 86,5
mars 2015 69,7 84,7
avr. 2015 67,4 84,2
mai 2015 67,2 83,8
juin 2015 66,0 83,0
juil. 2015 73,5 81,7
août 2015 72,5 80,6
sept. 2015 73,6 81,0
oct. 2015 71,7 80,9
nov. 2015 72,5 80,7
déc. 2015 70,7 80,4
janv. 2016 71,8 81,3
févr. 2016 71,4 81,0
mars 2016 70,1 82,4
avr. 2016 69,9 82,6
mai 2016 72,6 84,4
juin 2016 74,0 84,5
juil. 2016 64,3 82,7
août 2016 64,6 83,6
sept. 2016 65,3 83,2
oct. 2016 64,8 84,1
nov. 2016 65,2 83,1
déc. 2016 68,2 85,1
janv. 2017 67,5 83,6
févr. 2017 70,0 83,9
mars 2017 72,0 84,5
avr. 2017 73,5 85,2
mai 2017 71,7 84,6
juin 2017 71,1 85,0
juil. 2017 73,2 85,2
août 2017 73,7 86,5
sept. 2017 73,5 88,9
oct. 2017 75,1 88,8
nov. 2017 75,0 90,1
déc. 2017 72,8 90,0
janv. 2018 76,7 91,1
févr. 2018 74,7 92,5
mars 2018 74,2 92,9
avr. 2018 72,7 91,5
mai 2018 74,5 93,7
juin 2018 74,5 93,3
juil. 2018 89,2 96,3
août 2018 87,2 93,9
sept. 2018 83,8 90,7
oct. 2018 83,8 92,5
nov. 2018 82,0 91,8
déc. 2018 84,7 91,9
janv. 2019 81,4 92,7
févr. 2019 87,6 92,2
mars 2019 90,6 92,5
avr. 2019 89,9 93,1
mai 2019 88,7 92,5
  • Notes : données brutes en date de prise en compte. Moyenne glissante sur 12 mois.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 7Évolution de la surface de plancher des locaux commencés

  • Notes : données brutes en date de prise en compte. Moyenne glissante sur 12 mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

La croissance de ces mises en chantier pourrait se poursuivre, car les surfaces autorisées sont elles aussi en augmentation (+ 5,8 %), nettement plus qu’au niveau national (+ 1,4 %). La hausse concerne tous les départements normands, de + 1,0 % dans l’Eure à + 12,0 % en Seine-Maritime.

Les nuitées continuent de progresser en Normandie

Les nuitées dans les hôtels normands progressent encore de 6,6 % au cours du 1er trimestre 2019 par rapport au même trimestre de l’année dernière (figure 8). C’est le dixième trimestre de hausse consécutive. En revanche, elles sont en recul de 1,3 % au niveau national après une longue période de croissance. Cette baisse résulte d’un net recul en Île-de-France (- 4,4 %), en lien avec le mouvement social des gilets jaunes. Ce trimestre, la Normandie est la région où les nuitées progressent le plus (+ 6,6 %) après la Guyane et la Corse (+ 9,7 %). En Normandie, les nuitées des non-résidents reculent autant qu’au niveau national (- 3,1 %), mais celles des résidents, portées par une météo favorable, sont bien plus dynamiques (+ 8,4 % contre - 0,4 % en France).

Globalement, les nuitées augmentent vivement dans le Calvados (+ 10,0 %) et un peu moins dans la Manche (+ 6,7 %) et la Seine-Maritime (+ 5,0 %). Elles progressent peu dans l’Eure (+ 2,2 %) et diminuent dans l’Orne (- 1,8 %).

Figure 8Évolution de la fréquentation dans les hôtels

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2011
Évolution de la fréquentation dans les hôtels (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2011)
Normandie France entière
T4 2011 100 100
T1 2012 100,66 100,41
T2 2012 99,1 100,05
T3 2012 99,12 99,75
T4 2012 98,26 99,83
T1 2013 97,77 99,72
T2 2013 97,48 99,58
T3 2013 97,64 99,54
T4 2013 97,67 99,35
T1 2014 97,42 98,84
T2 2014 98,16 98,84
T3 2014 99,16 98,83
T4 2014 99,56 99,11
T1 2015 99,5 99,4
T2 2015 99,63 99,62
T3 2015 98,19 100,12
T4 2015 97,35 99,4
T1 2016 97,89 99,78
T2 2016 96,12 98,85
T3 2016 96,76 97,62
T4 2016 98,44 98,67
T1 2017 98,8 99,26
T2 2017 101,76 100,9
T3 2017 102,01 102,62
T4 2017 102,27 103,75
T1 2018 102,48 104,73
T2 2018 102,6 105,13
T3 2018 104,54 105,8
T4 2018 105,43 106,13
T1 2019 106,57 105,86
  • Notes : données trimestrielles brutes. Chaque point représente le cumul des 4 derniers trimestres en base 100 au 4ᵉ trimestre 2011.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

Figure 8Évolution de la fréquentation dans les hôtels

  • Notes : données trimestrielles brutes. Chaque point représente le cumul des 4 derniers trimestres en base 100 au 4ᵉ trimestre 2011.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.
Avertissement

Tourisme - Révision des séries concernant les hôtels à compter du 1er janvier 2019

À partir du 1er janvier 2019, les données des hôtels non répondants sont imputées au moyen d’une nouvelle méthode, en fonction de leurs caractéristiques. Cette nouvelle méthode d’imputation de la non-réponse tend à revoir légèrement à la baisse le nombre total de nuitées mais n’a pas d’impact sur les évolutions (en savoir plus).

Les créations d’entreprise portées par les micro-entrepreneurs

Au 1er trimestre 2019, les créations d’entreprise accélèrent en Normandie (+ 8,5 %) comme en France (+ 8,1 % ; figure 9). Dans la région, les créations de micro-entreprises progressent de 22,7 %, presque deux fois plus vite qu’au niveau national (+ 13,1 %). Hors micro-entreprises, les créations fléchissent légèrement dans la région (- 1,3 %), à l’inverse du niveau national où elles progressent légèrement (+ 3,8 %).

Figure 9Créations d'entreprises

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Créations d'entreprises (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Normandie hors micro-entrepreneurs France entière hors micro-entrepreneurs Normandie y compris micro-entrepreneurs France entière y compris micro-entrepreneurs
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 102,3 99,19 95,33 91,5
T2 2011 103,17 98,31 95,42 91,88
T3 2011 100,38 99,04 90,71 91,77
T4 2011 104,03 99,02 91,64 92,7
T1 2012 96,31 94,78 96,17 94,08
T2 2012 88,72 91,65 94,67 91,83
T3 2012 91,89 92,24 88,71 91,49
T4 2012 94,63 93,17 89,12 89,9
T1 2013 105,09 100,15 88 90,63
T2 2013 107,39 101,24 91,17 90
T3 2013 112,96 101,7 87,75 89,37
T4 2013 107,82 104,08 87,48 91,57
T1 2014 110,99 103,67 92,21 92,07
T2 2014 113,48 103,22 93,27 91,66
T3 2014 114,01 101,95 92,41 93,15
T4 2014 111,85 103,47 92,67 93,43
T1 2015 122,41 110,96 85,81 87,53
T2 2015 126,73 115,46 83,77 87,2
T3 2015 131,24 118,26 83,64 88,02
T4 2015 125,77 120,46 79,97 89,47
T1 2016 133,45 122,56 85,43 90,78
T2 2016 141,12 128,01 90,62 95,13
T3 2016 140,79 130,14 86,35 92,23
T4 2016 140,5 127 85,73 92,13
T1 2017 143,23 129,82 91,31 95,05
T2 2017 138,77 130,7 86,04 94,86
T3 2017 146,07 135,71 88,93 99,7
T4 2017 158,35 142,38 96,69 107,42
T1 2018 159,36 143,29 102,15 111,13
T2 2018 164,35 148,95 106,36 115,48
T3 2018 162,52 148,14 107,92 116,13
T4 2018 169,53 151,31 114,94 121,96
T1 2019 167,37 157,08 124,75 131,84
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 9Créations d'entreprises

  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

En Normandie, les créations, tous types confondus, augmentent dans les principaux secteurs. Elles accélèrent vivement dans les services (+ 9,5 % après + 3,3 % au précédent trimestre) et plus légèrement dans la construction (+ 10,7 % après + 7,5 %). Le dynamisme faiblit un peu en revanche dans l’industrie (+ 11,2 % après + 13,8 %) et dans le commerce, transport, hébergement, restauration (+ 6,1 % après + 9,8 %).

En cumul sur 12 mois, les défaillances d’entreprise diminuent de 2,4 % en Normandie, alors qu’elles sont stables en France. Elles reculent donc sur deux trimestres consécutifs (figure 10).

Figure 10Défaillances d'entreprises

indice base 100 en décembre 2010
Défaillances d'entreprises (indice base 100 en décembre 2010)
Normandie France entière
déc. 2010 100 100
janv. 2011 99,84 100,05
févr. 2011 101,76 100,01
mars 2011 101,24 99,36
avril 2011 101,76 98,97
mai 2011 103,03 100,3
juin 2011 101,4 99,27
juil. 2011 100,12 98,66
août 2011 100,96 98,73
sept. 2011 100,36 98,35
oct. 2011 100,12 98,49
nov. 2011 100,76 98,79
déc. 2011 101,28 98,61
janv. 2012 102,95 99,39
févr. 2012 101,12 99,42
mars 2012 100,96 98,69
avril 2012 100,24 98,95
mai 2012 100,12 97,57
juin 2012 100,24 97,65
juil. 2012 102,04 99
août 2012 102,24 98,83
sept. 2012 101,4 98,38
oct. 2012 101,92 99,98
nov. 2012 102,63 100,13
déc. 2012 103,43 101,27
janv. 2013 103,11 101,04
févr. 2013 102,51 100,84
mars 2013 102,36 100,65
avril 2013 104,19 101,76
mai 2013 103,83 102,02
juin 2013 105,35 102,37
juil. 2013 105,11 103,12
août 2013 104,51 103,02
sept. 2013 107,23 103,82
oct. 2013 108,54 103,76
nov. 2013 109,46 103,59
déc. 2013 108,42 103,65
janv. 2014 109,54 103,82
févr. 2014 112,65 104,8
mars 2014 110,94 104,77
avril 2014 111,38 104,96
mai 2014 110,98 104,53
juin 2014 110,54 104,7
juil. 2014 111,34 104,7
août 2014 113,09 104,71
sept. 2014 111,74 105
oct. 2014 111,74 104,8
nov. 2014 110,86 104,87
déc. 2014 112,61 103,43
janv. 2015 112,06 103,92
févr. 2015 111,06 103,76
mars 2015 114,45 105,63
avril 2015 114,57 105,72
mai 2015 112,3 103,53
juin 2015 114,21 104,99
juil. 2015 114,81 104,53
août 2015 112,46 104,12
sept. 2015 113,73 104,29
oct. 2015 113,17 102,87
nov. 2015 113,45 103,15
déc. 2015 113,69 104,44
janv. 2016 111,82 103,2
févr. 2016 111,94 102,56
mars 2016 110,58 101,22
avril 2016 108,94 100,17
mai 2016 112,02 102,61
juin 2016 110,14 101,2
juil. 2016 108,7 99,75
août 2016 109,14 99,61
sept. 2016 105,79 98,56
oct. 2016 105,87 98,25
nov. 2016 105,63 97,8
déc. 2016 102,04 96,21
janv. 2017 101,96 95,95
févr. 2017 100,2 95,01
mars 2017 100,24 94,82
avril 2017 99,08 93,56
mai 2017 98,68 93,54
juin 2017 97,8 92,44
juil. 2017 97,09 92,06
août 2017 97,33 92,12
sept. 2017 95,77 91,04
oct. 2017 94,33 90,71
nov. 2017 93,13 90,11
déc. 2017 95,33 90,32
janv. 2018 95,61 89,54
févr. 2018 95,93 89,08
mars 2018 95,73 88,05
avril 2018 96,61 88,27
mai 2018 96,13 87,39
juin 2018 93,93 87,46
juil. 2018 94,05 87,88
août 2018 94,61 88,35
sept. 2018 95,33 88,66
oct. 2018 96,13 89,54
nov. 2018 96,41 89,46
déc. 2018 94,05 89,58
janv. 2019 94,01 90,24
févr. 2019 93,93 90,12
mars 2019 92,22 89,65
avril 2019 90,78 89,65
  • Notes : données mensuelles brutes au 20 juin 2019, en date de jugement.
  • Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : Fiben, Banque de France.

Figure 10Défaillances d'entreprises

  • Notes : données mensuelles brutes au 20 juin 2019, en date de jugement.
  • Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : Fiben, Banque de France.

Les défaillances sont en net recul dans le Calvados (- 10,1 %) et dans la Manche (- 5,9 %). Après deux trimestres de hausse, elles sont en léger repli en Seine-Maritime (- 1,5 %). Dans l’Eure, la baisse est nettement plus modérée qu’au trimestre précédent (- 1,1 % contre - 8,3 %). Dans l’Orne, la stabilité prévaut depuis un an.

Les défaillances d’entreprise sont en baisse, respectivement de 13 % à 7 %, dans les secteurs des activités immobilières, de l’information et communication, de l’industrie, du soutien aux entreprises et de la construction. Elles sont en hausse de 1 à 5 % dans les autres secteurs.

Encadrés

Contexte international : dans un environnement international moins porteur, les principaux pays de la zone euro mettent en place des mesures de soutien budgétaire

Marqué notamment par les tensions commerciales parties des États-Unis et par la perspective du Brexit, l’environnement international paraît moins porteur que l’an dernier. Les banques centrales comme les différents gouvernements ont néanmoins pris acte du risque de ralentissement et ajustent en conséquence leur politique économique. Début 2019, les principaux pays de la zone euro ont ainsi pour la plupart mis en place, d’une manière ou d’une autre, des mesures de soutien budgétaire. Le pouvoir d’achat accélérerait donc en zone euro (+ 2,5 % en moyenne annuelle prévu en 2019), contribuant à limiter le ralentissement économique de la zone (+ 1,2 % prévu, après + 1,9 % en 2018).

Contexte national : la croissance française serait surtout soutenue par la demande intérieure

Au premier trimestre 2019, la croissance française s’établit à + 0,3 %, portée par la demande intérieure. En particulier, la consommation des ménages est soutenue par un pouvoir d’achat dynamique, tandis que le commerce extérieur pèse sur la croissance. Les créations d’emploi salarié marchand non agricole sont en outre très élevées (+ 92 000 créations nettes).

D’ici fin 2019, l’économie française conserverait le même rythme de croissance trimestrielle, selon la Note de conjoncture nationale de l’Insee. Le pouvoir d’achat des ménages progresserait de 2,3 % sur l’année, soutenant la consommation qui serait ainsi la principale contribution à la croissance, malgré un taux d’épargne restant élevé. Le commerce extérieur pèserait à nouveau sur l’activité, contrairement à l’an dernier.

En moyenne annuelle, le PIB croîtrait de 1,3 % en 2019 (après + 1,7 % en 2018). Le chômage poursuivrait sa baisse et s’établirait à 8,3 % fin 2019.

Pour en savoir plus

Pouget J., Tallet F., Ouin-Lagarde T., Beatriz M., « Entre risques commerciaux et soutiens budgétaires », Note de conjoncture, juin 2019

Tableaux de bord de la conjoncture