La transmission des entreprises individuellesL’emploi de 23 800 salariés en jeu au départ à la retraite du dirigeant

Justin Bischoff, Insee

En 2016, 60 700 entrepreneurs individuels sont âgés d’au moins 50 ans dans le Grand Est. Ils auront à accomplir et surtout à préparer, à un horizon de dix ans ou plus, la transmission de leur entreprise. Les activités économiques de proximité sont particulièrement concernées, notamment le commerce alimentaire, où exercent 2 400 entrepreneurs seniors. Tous secteurs d’activité économique confondus, la cession potentielle d’entreprise faisant suite au départ à la retraite du dirigeant est une question particulièrement sensible au centre de la région. La proportion de seniors parmi les entrepreneurs individuels est relativement élevée en Haute-Marne et dans la Meuse.

La transmission d’une entreprise est une opération complexe, qui engage non seulement les acteurs principaux que sont le cédant et le repreneur, mais aussi les éventuels salariés de l’entreprise. Même lorsque le chef d’entreprise part à la retraite et qu’un membre de sa famille reprend l’affaire, la transmission n’est pas chose aisée ; certes, elle épargne la recherche d’un repreneur, mais nécessite souvent, sinon toujours, un accompagnement du chef d’entreprise junior par le parent retraité.

Le sujet de la transmission d’entreprises a donné lieu à un rapport, rédigé par Fanny Dombre-Coste en juillet 2015, et remis au Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique et à la Secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation, et de l’Économie sociale et solidaire. Ce rapport met en évidence que « si pour les plus grandes entreprises, le marché de la reprise se porte bien, ce sont en règle générale les petites entreprises, appartenant notamment au monde de l’artisanat et du commerce de proximité, qui rencontrent le plus de difficultés pour être reprises ». L’inquiétude exprimée dans ce rapport est la sauvegarde des emplois qu’une bonne transmission d’entreprise est susceptible de favoriser, en ce qu’elle rend durable l’activité concernée.

Plus de 60 700 entrepreneurs individuels seniors dans le Grand Est

En 2016, le Grand Est compte 60 700 entrepreneurs individuels âgés d’au moins 50 ans, soit 43 % de l’ensemble des entrepreneurs, comme au niveau national hors Île-de-France.

Près de six de ces dirigeants sur dix ont entre 50 et 59 ans, soit 35 800 entrepreneurs. Un tiers est âgé de 60 à 69 ans (20 700) et les 4 300 autres dépassent les 70 ans. Cette structure par âge est proche de celle observée en province (figure 1). Toutefois, les 50-59 ans sont un peu moins représentés dans la région qu’en province, alors que les 60-69 ans s’avèrent un peu plus nombreux.

Figure 1La répartition par âge des chefs d'entreprise individuelle seniors est la même dans le Grand Est et en province, en 2016

La répartition par âge des chefs d'entreprise individuelle seniors est la même dans le Grand Est et en province, en 2016
Âge Fréquence (en ‰)
Grand Est Province
50 60,53 63,20
51 61,26 62,62
52 63,60 64,01
53 60,45 62,08
54 59,09 59,36
55 59,88 59,61
56 55,68 57,55
57 58,39 57,88
58 55,89 55,57
59 54,38 54,33
60 53,04 51,43
61 47,59 46,93
62 44,33 42,55
63 38,09 36,61
64 36,46 34,54
65 31,45 30,39
66 26,17 25,36
67 23,76 23,19
68 21,65 20,33
69 18,31 17,78
70 13,75 14,24
71 9,04 9,30
72 7,38 8,27
73 5,98 6,95
74 5,94 5,71
75 4,71 4,42
  • Source : Insee, REE Sirene.

Figure 1La répartition par âge des chefs d'entreprise individuelle seniors est la même dans le Grand Est et en province, en 2016

  • Source : Insee, REE Sirene.

De nombreux départs à la retraite qui se profilent dans le domaine de la santé

Les seniors sont particulièrement représentés parmi les chefs d’entreprise individuelle dans les activités immobilières et les activités financières et d’assurance : respectivement 72 % et 57 %. Cependant, leurs départs à la retraite correspondent à des effectifs relativement limités : ils ne sont que 2 000 dans le premier cas, deux fois moins dans le second.

La part des seniors est plus faible dans le secteur de la santé humaine (46 %), mais elle correspond à des effectifs nettement plus importants (12 600 personnes). Le potentiel de transmission d’entreprise est fort : ce sont des médecins et des dentistes, mais aussi des infirmiers, des sages-femmes, des professionnels de la rééducation sensorielle et motrice, des pédicures-podologues et des dirigeants de laboratoires d’analyse et de sociétés d’ambulances, pouvant le plus souvent exercer en tant qu’indépendants.

Les deux autres secteurs dans lesquels les départs à la retraite seront nombreux sont d’une part le commerce et la réparation d’automobiles, et d’autre part la construction, avec respectivement 11 300 et 6 800 chefs d’entreprise individuelle de plus de 50 ans, soit des taux de seniors de 45 % et 39 % (figure 2).

Figure 2De nombreux seniors dans le secteur de la santé et du commerce-réparation automobileRépartition des chefs d'entreprise individuelle de 50 ou plus et taux de seniors par grande activité économique dans le Grand Est, en 2016

De nombreux seniors dans le secteur de la santé et du commerce-réparation automobile
Seniors Taux de seniors (en %)
Activités immobilières 1 869 72,2
Activités financières et d'assurance 1 088 57,2
Hébergement et restauration 3 519 53,4
Transports et entreposage 1 044 52,8
Activités juridiques, comptables 4 607 50,3
Autres industries manufacturières 1 162 50,1
Santé humaine 12 553 46,2
Commerce ; réparation d'autos 11 270 45,4
Construction 6 823 39,6
Enseignement 2 492 39,1
Services administratifs 2 062 37,8
Arts, spectacles 1 764 35,3
Autres activités spécialisées 1 919 34,5
Autres services 4 844 33,5
  • Champ : activités économiques marchandes non agricoles, selon la NA 2008 (seules sont représentées celles où exercent plus de 1 000 seniors).
  • Source : Insee, REE sirene.

Figure 2De nombreux seniors dans le secteur de la santé et du commerce-réparation automobileRépartition des chefs d'entreprise individuelle de 50 ou plus et taux de seniors par grande activité économique dans le Grand Est, en 2016

  • Champ : activités économiques marchandes non agricoles, selon la NA 2008 (seules sont représentées celles où exercent plus de 1 000 seniors).
  • Source : Insee, REE sirene.

Des difficultés pour assurer la pérennité du commerce alimentaire de proximité

Parmi les 140 500 entreprises individuelles du Grand Est, 27 % relèvent des activités économiques de proximité, soit 37 900 entreprises en 2016. Au nombre de 15 100, les dirigeants seniors représentent 40 % des chefs d’entreprises, soit deux points de moins qu’en province (figure 3).

Des difficultés de transmission pourront se poser, particulièrement dans le commerce alimentaire de proximité, puisque 52 % des entrepreneurs individuels y ont 50 ans ou davantage (un peu plus que toutes régions de province confondues). Le segment du commerce alimentaire spécialisé (dont les charcuteries) affiche la part de seniors la plus élevée au sein des activités de commerce alimentaire de proximité : 62 % contre 58 % dans l’ensemble de la province.

Au contraire, le commerce non alimentaire de proximité semble moins menacé par les futurs départs à la retraite. La proportion de seniors s’y établit à 43 % dans le Grand Est, pour 45,5 % en province. Une exception cependant pour les pharmacies et parfumeries, où cette part s’élève à 72 %, situation similaire à celle de la province. Ce phénomène n’est que la traduction du recul chronique du nombre d’officines en France.

Les autres segments du commerce non alimentaire de proximité qui se révèlent vieillissants, et ce davantage que dans l’ensemble des régions hors Île-de-France, sont ceux de l’équipement de la maison (magasins de meubles, magasins d’électroménager et de radio-télévision-hifi : 64 % contre 61 %), de l’équipement de la personne (magasins de vêtements, magasins de chaussures, bijouteries-horlogeries : 60 % contre 56 %) et de la réparation d’articles personnels et domestiques (53 % contre 50 %).

À l’opposé, le segment des services à la personne présente le plus bas taux d’entrepreneurs individuels seniors du Grand Est (32 %, soit un point de moins qu’au niveau de la province).

Figure 3Un taux de seniors important dans le commerce alimentaire de proximitéNombre et taux d'entrepreneurs individuels seniors, par activité économique de proximité dans le Grand Est et en province, en 2016

Un taux de seniors important dans le commerce alimentaire de proximité
Activité économique de proximité Grand Est Province
Seniors Taux de seniors (en %) Taux de seniors (en %)
Commerce alimentaire* 2 410 51,8 50,5
Commerce alimentaire spécialisé ; charcuteries 890 62,3 57,7
Vente alimentaire hors magasin 640 51,1 49,5
Magasin alimentation générale 260 48,3 49,4
Boulangeries - pâtisseries 620 43,1 43,5
Commerce non alimentaire 8 390 42,9 45,5
Produits pharmaceutiques et de parfumerie 460 72,3 72,4
Equipement de la maison 380 63,8 60,8
Commerce de détail de biens d'occasion en magasin 350 60,9 66,4
Equipement de la personne 590 59,7 55,6
Réparation articles personnels et domestiques 800 53,1 49,9
Autres commerces spécialisés 1 280 47,4 50,2
Commerce de détail hors magasin 3 290 37,8 40,9
Commerce d'autos et réparation d'autos 1 240 32,2 35,1
Services à la personne 4 310 31,5 32,4
ENSEMBLE 15 110 39,8 41,9
  • * Magasins dont la surface est inférieure à 400 m².
  • Source : Insee, REE Sirene.

La Haute-Marne affiche le taux de seniors le plus élevé

La Moselle et les départements alsaciens regroupent plus de la moitié des entrepreneurs individuels seniors du Grand Est (figure 4). Si la part des seniors est proche ou inférieure à la moyenne régionale dans le Bas-Rhin et en Moselle, elle est un peu plus élevée dans le Haut-Rhin (44 %). En revanche, dans la partie centrale de la région, le taux de seniors s’avère plus important : 47 % en Haute-Marne, 45 % dans la Meuse et les Vosges, mais ces départements ne regroupent que 15 % des chefs d’entreprise individuelle seniors du Grand Est. Dans la Meurthe-et-Moselle et la Marne, 42 % des entrepreneurs individuels ont plus de 50 ans.

Figure 4Le Bas-Rhin, département où les entrepreneurs individuels seniors sont les plus nombreuxRépartition des chefs d'entreprise individuelle de 50 ou plus et taux de seniors par département du Grand Est, en 2016

Le Bas-Rhin, département où les entrepreneurs individuels seniors sont les plus nombreux
Seniors entrepreneurs individuels Taux de seniors parmi les entrepreneurs individuels (en %)
Haute-Marne 2 086 47,3
Meuse 2 117 45,2
Ardennes 3 090 42,2
Aube 3 461 43,7
Vosges 4 849 45,2
Marne 5 876 42,0
Meurthe-et-Moselle 7 748 41,9
Haut-Rhin 8 209 44,3
Moselle 10 171 42,3
Bas-Rhin 13 100 43,1
  • Source : Insee, REE Sirene.

Figure 4Le Bas-Rhin, département où les entrepreneurs individuels seniors sont les plus nombreuxRépartition des chefs d'entreprise individuelle de 50 ou plus et taux de seniors par département du Grand Est, en 2016

  • Source : Insee, REE Sirene.

Un volume conséquent d’emplois en jeu

Les entrepreneurs individuels travaillent le plus souvent seuls : dans le Grand Est en 2016, ils ne sont que 11 % tous âges confondus à employer au moins un salarié. Cette proportion est plus élevée chez les dirigeants d’entreprises individuelles de plus de 50 ans : 15,5 %, soit la plus forte parmi les régions françaises, après la Normandie et les Hauts-de-France. Pour l’ensemble de la province, cette part s’établit à 13 %.

Ces seniors emploient également davantage de salariés (2,5 en moyenne par entreprise), à la fois plus que l’ensemble des entrepreneurs du Grand Est (2,4), mais aussi que les entrepreneurs seniors de province (2,3). Ce chiffre place la région au deuxième rang des régions françaises, après la Corse. Dans le Grand Est, 23 800 salariés travaillent pour le compte d’entrepreneurs individuels seniors, soit plus de 60 % des salariés des entreprises individuelles (figure 5).

Les entreprises individuelles employeuses sont de petite taille : 98 % ont moins de dix salariés, comme celles dirigées par un senior. Ces dernières représentent un volume d’emplois important : 85 % des salariés employés dans une entreprise individuelle le sont dans une entreprise de moins de dix salariés, dirigée par un senior.

Figure 523 800 salariés à préserver du départ à la retraite de leur chef d’entrepriseNombre d’entrepreneurs individuels, seniors et de tous âges, et de leurs salariés, selon la région en 2016

23 800 salariés à préserver du départ à la retraite de leur chef d’entreprise
Entrepreneurs individuels seniors Entrepreneurs individuels de tous âges
Nombre Part d’employeurs (en %) Nombre de salariés dans les entreprises employeuses Nombre Part d’employeurs (en %) Nombre de salariés dans les entreprises employeuses
Île-de-France 178 380 9,1 37 800 427 640 5,6 56 530
Auvergne-Rhône-Alpes 112 550 12,1 29 930 274 140 8,9 52 560
Nouvelle Aquitaine 93 400 12,7 26 050 208 620 9,7 43 350
Grand Est 60 710 15,5 23 760 140 520 11,0 37 730
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées 101 030 10,5 22 630 229 650 7,9 37 230
Hauts-de-France 55 100 16,3 22 200 137 380 11,2 37 530
Provence-Alpes-Côte d'Azur 105 170 9,7 21 300 236 960 7,1 34 450
Normandie 39 080 16,8 16 200 88 490 13,5 28 850
Bretagne 40 960 15,0 13 500 92 990 11,8 23 990
Pays de la Loire 39 860 13,8 12 700 96 240 10,4 22 450
Bourgogne-Franche-Comté 36 200 14,9 12 330 78 820 11,7 20 640
Centre-Val de Loire 31 380 15,3 11 620 68 760 11,9 19 320
Corse 8 590 13,2 2 920 18 810 10,4 4 720
Province 724 030 13,0 215 140 1 671 380 9,7 362 820
France métropolitaine 902 410 12,2 252 940 2 099 020 8,9 419 350
  • Source : Insee, REE Sirene.

Encadré

Préférence pour la création d'entreprises, au détriment de la reprise, pour toutes les catégories juridiques

L’envie d’entreprendre passe plutôt par la création d’unités de production que par leur reprise. La preuve en est qu’en 2015, dans le Grand Est, tous secteurs d’activité et toutes formes juridiques confondues (mais hors micro-entrepreneurs), seuls 1 400 établissements sont repris pour 22 000 nouveaux établissements créés, dont 9 500 entreprises individuelles, un rapport similaire à celui observé pour la France entière (22 500 reprises pour 364 000 créations).

Pourtant, les reprises ont une meilleure chance de survie que les créations. Dans la région, 74 % des établissements repris en 2011 existent toujours cinq ans après, contre 55 % des créations de la même année, un constat qui se retrouve au niveau national : respectivement 71 % et 51 %.

De 2011 à 2015, le nombre de reprises se réduit presque continûment dans le Grand Est, passant de 2 100 à 1 400, soit une baisse annuelle moyenne de 8,8 %, un peu plus forte qu’au niveau national. En revanche, durant cette période, les créations progressent, passant de 19 900 à 22 000, soit une hausse de 2,5 % en moyenne annuelle, soit 0,7 point de plus qu’en France.

Dans la région en 2015, plus de six reprises sur dix concernent d’une part le secteur du commerce-réparation d’automobiles, et d’autre part celui de l’hébergement-restauration (respectivement 33 % et 30 % de l’ensemble des reprises) ; suivent les autres activités de services (petite réparation, comme celle d’articles d’horlogerie, et les soins marchands à la personne, comme la coiffure), avec 8,2 %. Le poids de ces secteurs d’activité, en termes de nombre d’établissements existants, est respectivement de 23,2 %, 7,3 % et 6,5 % : les reprises sont donc particulièrement fréquentes dans l’hébergement-restauration.

Les transmissions concernent essentiellement les petites entreprises, que ce soit dans le Grand Est ou en France. Dans la région, 28 % des établissements repris n’ont pas de salariés, et 62 % en emploient entre un et dix. Dans le Grand Est, les unités de production sans salarié constituent 59 % du stock d’établissements en 2015 ; celles ayant de un à dix salariés forment un tiers de ce stock. Les reprises sont donc plus nombreuses pour les établissements comprenant de un à dix salariés que pour les entreprises sans salarié.

Définitions

La transmission d’une entreprise consiste, pour la personne, physique ou morale, propriétaire de cette dernière, à la céder à une autre personne physique ou morale. La locution juridique exacte pour la transmission d’entreprise est « cession d’entreprise ».

L’économie de proximité se caractérise, selon le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE), par la relation directe (commerce en face-à-face, services à la personne) et par des activités ancrées dans le territoire (mise en valeur des savoir-faire des producteurs locaux, emploi des ressources humaines locales). Dans cette étude, les activités économiques de proximité regroupent le Commerce alimentaire (magasins dont la surface est inférieure à 400 m²), le Commerce non alimentaire et les Services à la personne.

Création d’entreprise : création ex nihilo ou rachat des moyens de production d’une entreprise, lorsque ce rachat s’accompagne soit d’un changement d’activité économique, soit d’un changement de localisation, soit des deux.

Reprise d’entreprise : rachat des moyens de production d’une entreprise lorsque ce rachat ne s’accompagne ni d’un changement d’activité économique, ni d’un changement de localisation.


Champ

Les unités statistiques considérées sont uniquement les entreprises individuelles, encore appelées entreprises en nom propre. Les entreprises individuelles sont les entreprises où le départ en retraite du chef d’entreprise peut avoir le plus de conséquences en termes de survie de l’entreprise et de ses éventuels emplois.

La présente étude se limite au champ marchand non agricole. Plus précisément, ce champ couvre l’ensemble des entreprises qui sont immatriculées au répertoire administratif Sirene (Système Informatique pour le Répertoire des Entreprises et de leurs Établissements) et qui réunissent les conditions suivantes :

  • avoir une réalité économique, c’est-à-dire être productive et marchande ;
  • exercer son activité principale dans l’industrie, la construction, le commerce ou les services, à l’exclusion de l’agriculture.

Pour en savoir plus

Dombre-Coste F., « Favoriser la transmission d’entreprise en France : diagnostic et propositions », Ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, Secrétariat d’État au Commerce, à l’Artisanat, à la Consommation et à l’Économie sociale et solidaire, juillet 2015.

Serre O., « 8 500 entreprises à transmettre en Moselle : des enjeux de pérennité et de modernisation de l’appareil productif », Insee Économie Lorraine n° 185, octobre 2009.