Boulogne-sur-Mer, un arrondissement en repli démographiqueTerritoires des Hauts-de-France

Auteur : Morgan Dandois

Au 1er janvier 2016, 160 000 personnes habitent l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, soit plus d’un dixième de la population du Pas-de-Calais. Depuis 1999, la population de ce territoire décroît du fait d’un solde migratoire négatif (– 0,5 % par an) que ne compense plus l’excédent naturel (+ 0,3 % par an). L’arrondissement fait face à une situation socio-économique défavorable, malgré la présence du premier port français de pêche et une industrie agro-alimentaire dynamique. Les habitants profitent par ailleurs d’une bonne accessibilité en matière d’équipements et services.

Insee Flash Hauts-de-France
No 69
Paru le : Paru le 28/05/2019
Auteur : Morgan Dandois
Insee Flash Hauts-de-France  No 69 - mai 2019

Cette étude fait partie d'une série de publications sur les territoires des Hauts-de-France.

160 000 habitants dans l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer

Au 1er janvier 2016, 160 000 personnes habitent l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer (figure 1), soit plus d’un dixième de la population du Pas-de-Calais. Ce territoire comprend 74 communes dont trois dépassent 10 000 habitants : Boulogne-sur-Mer (41 700), Outreau (13 700) et Saint-Martin-Boulogne (11 300). 83 % de la population habitent dans des communes appartenant à une unité urbaine, soit une proportion supérieure à celle des arrondissements voisins de Montreuil (60 %) et Saint-Omer (72 %).

Outre ce caractère très urbain, l’arrondissement présente une maritimité historique. Le port de Boulogne-sur-Mer est ainsi le premier port de pêche français avec 120 navires et plus de 30 000 tonnes de captures. Il est à l’origine d’un dixième des emplois de la zone. Les activités de transformation et de distribution de produits issus de la mer sont par ailleurs leaders au niveau européen.

Figure 1Un arrondissement en décroissance démographiquePopulation en 2016 par arrondissement et évolution entre 2011 et 2016 (en %)

Un arrondissement en décroissance démographique
Département Arrondissement Libellé Population 2016 Taux de variation annuel moyen 2011/2016 (en %)
62 623 Boulogne-sur-Mer 159 748 -0,2
62 624 Montreuil 112 118 -0,1
62 625 Saint-Omer 129 608 0,5
62 626 Calais 158 492 0,6
  • Source : Insee, recensements de la population 2011 et 2016.

Figure 1Un arrondissement en décroissance démographiquePopulation en 2016 par arrondissement et évolution entre 2011 et 2016 (en %)

  • Source : Insee, recensements de la population 2011 et 2016.

Un déficit migratoire marqué

Entre 2011 et 2016, l’arrondissement est celui qui a perdu le plus d’habitants dans le département : – 1 907 habitants, soit une baisse de 1,2 %, contre une hausse de 0,1 % dans le Pas-de-Calais (figure 2). La différence est encore plus marquée avec les arrondissements voisins de Calais (+ 2,8 %) et Saint-Omer (+ 2,5 %). En dépit d’un solde naturel positif (+ 0,3 % par an) sur la période, les pertes dues au solde migratoire (– 0,5 % par an) conduisent à un repli démographique. Cette décroissance contribue au vieillissement, les 65 ans ou plus représentant désormais 17,6 % de la population (17,0 % dans le Pas-de-Calais). Cette part devrait atteindre 29,3 % en 2050. À cette date, l’arrondissement ne compterait plus que 145 000 habitants.

Figure 2Un taux de chômage supérieur aux moyennes départementale et régionalePrincipaux indicateurs démographiques et économiques

Un taux de chômage supérieur aux moyennes départementale et régionale
Arrondissement de Boulogne-sur-Mer Pas-de-Calais Hauts-de-France
Population au 1ᵉʳ janvier 2016 159 748 1 470 725 6 006 870
Taux de croissance annuel moyen entre 2011 et 2016 (%) -0,2 0,1 0,2
Part des moins de 20 ans (%) 26,2 26,3 26,3
Part des 65 ans ou plus (%) 17,6 17,0 16,4
Nombre d’actifs occupés au lieu de résidence 58 159 535 452 2 266 637
Nombre d’emplois au lieu de travail 55 650 481 388 2 118 536
Taux d’activité des 15 à 64 ans (%) 70,6 69,4 70,7
Part d’actifs ayant un emploi dans la population des 15 à 64 ans (%) 57,1 57,1 58,6
Taux de chômage au sens du recensement de la population (%) 19,2 17,7 17,2
Taux de pauvreté (%) 20,2 20,3 18,6
Niveau de vie médian (euros) 17 979 18 099 18 982
Part des diplômés de l’enseignement supérieur (%) 20,7 19,7 23,2
  • Sources : Insee, recensements de la population 2011 et 2016, Fichier localisé social et fiscal (FiLoSoFi) en géographie au 01/01/2016.

Un taux de chômage élevé

En 2015, l’arrondissement abrite 55 600 emplois (figure 2), soit 11,6 % des emplois offerts dans le Pas-de-Calais. Entre 2010 et 2015, le nombre d’emplois a diminué de 3,9 %, contre – 1,9 % dans la région. Ce recul traduit les difficultés économiques du territoire. Le taux de chômage y est ainsi élevé : 19,2 % contre 17,7 % dans le département. Il l’est particulièrement chez les femmes (20,3 %) et les 15-24 ans (41,2 %). Depuis 2010, l’écart entre le taux d’activité (70,6 % chez les 15-64 ans) et le taux d’emploi (57,1 %) s’est accentué. Le solde de navetteurs est par ailleurs négatif : chaque jour, 10 530 résidents travaillent en dehors de l’arrondissement, alors que 8 020 non-résidents font le chemin inverse.

Une industrie agro-alimentaire dynamique

En dépit de certains secteurs en difficulté (métallurgie, industrie chimique…), l’industrie offre 15,0 % des emplois de l’arrondissement, soit une proportion supérieure de 1,1 point à la moyenne départementale. Cette surreprésentation s’explique en partie par le dynamisme de l’industrie agro-alimentaire. Ainsi, la fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac emploie 6,8 % des salariés de la zone (2,5 % en région). Depuis 2010, l’emploi dans ce secteur a augmenté de + 1,6 %. Novandie, spécialisé dans les produits laitiers et avicoles à Vieil-Moutier, emploie ainsi plus de 400 salariés. La fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques est également bien implantée dans la zone grâce à la présence de SBE France à Saint-Léonard qui emploie plus de 500 salariés.

Un niveau de vie dans la moyenne départementale

Conséquence des tensions sur le marché local du travail, le niveau de vie annuel médian des habitants, quoique comparable à celui du département, est inférieur à celui observé dans les Hauts-de-France. En 2016, il s’élève à 18 000 €, contre 19 000 € dans la région. Corollaire d’un niveau de vie plus bas, le taux de pauvreté atteint 20,2 % dans l’arrondissement, soit 1,6 point de plus que dans la région.

Comparé à la moyenne régionale, le territoire se caractérise d’un côté par une plus forte proportion de non-diplômés ou titulaires au mieux du brevet des collèges et de l’autre de diplômés du supérieur. Elles valent respectivement 36,9 % et 20,7 %, soit des niveaux tous deux supérieurs de 1,0 point à ceux du Pas-de-Calais.

L’éloignement géographique des pôles arrageois et lillois permet à l’arrondissement de disposer d’une offre de services et d’équipements étoffée. L’accès aux équipements y est particulièrement favorable : 47,1 % des habitants vivent ainsi dans une commune munie d’un centre de santé (37,2 % en région) et seuls 5,2 % d’entre eux vivent à plus de 15 minutes d’un service d’aide aux personnes âgées (12,7 % en région).

Une forte proportion de résidences secondaires

L’arrondissement de Boulogne-sur-Mer se singularise par le poids des résidences secondaires dans le parc de logements. En 2015, il atteint 10,2 % contre 6,0 % dans le Pas-de-Calais et 3,2 % dans les Hauts-de-France. Cette surreprésentation témoigne de la dimension touristique du territoire. Quatre communes côtières concentrent les trois quarts des résidences secondaires : Neufchâtel-Hardelot, Wimereux, Wissant et Ambleteuse. En comparaison, ce type de logements est peu présent dans les arrondissements voisins de Calais (2,5 %) et Saint-Omer (2,0 %). Seul l’arrondissement de Montreuil fait mieux avec une part de 34,5 %.

Définitions

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d’une période.

Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire donné et le nombre de personnes qui en sont sorties, au cours de la période considérée.

Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation.

Le taux de pauvreté correspond à la proportion d’individus dont le niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian de la population française.

Le taux de chômage au sens du recensement de la population est la proportion du nombre de chômeurs au sens du recensement dans la population active au sens du recensement.

Le taux d’activité est le rapport entre le nombre d’actifs (actifs occupés et chômeurs) et l’ensemble de la population correspondante.

Au recensement, les personnes actives ayant un emploi peuvent être comptées à leur lieu de résidence ou à leur lieu de travail. Au lieu de résidence, on parle de population active ayant un emploi. Au lieu de travail, on parle d’emploi au lieu de travail ou plus brièvement d’emploi.

Les navetteurs sont des actifs occupés qui résident dans un arrondissement et travaillent en dehors de celui-ci.

Pour en savoir plus

Sur le site insee.fr : Rubrique Dossier complet, comparateur de territoire, statistiques-locales.insee.fr.

« Au 1ᵉʳ janvier 2016, 1 470 700 habitants dans le Pas-de-Calais », Insee Flash Hauts-de-France, n° 62, décembre 2018.

« Pas-de-Calais : 1 474 100 habitants à l’horizon 2050 », Insee Flash Hauts-de-France, n° 51, juillet 2018.

« L’économie maritime, portée par les activités complémentaires des trois ports régionaux », Insee Analyses Hauts-de-France, n° 47, mars 2017.

« Le Pôle métropolitain de la côte d’Opale face à son défi démographique », Insee Analyses Hauts-de-France, n° 68, janvier 2018.