Un peu moins présentes dans les Hauts-de-FranceLes femmes et la vie politique locale

Audrey Baëhr, Géraldine Caron, Insee Hauts-de-France

Dans les Hauts-de-France, 38,5 % des conseillers municipaux sont des femmes. Cette part est plus élevée au niveau national (40,0 %). Face à la loi, toutes les collectivités ne sont en fait pas soumises à l’obligation de compter autant de femmes que d’hommes parmi leurs élus. La parité est ainsi quasi atteinte au sein des conseils régionaux, départementaux et dans les communes de plus de 1 000 habitants. En revanche, dans les communes de moins de 1 000 habitants et les intercommunalités, moins d’un tiers des conseillers sont des femmes. Parallèlement, l’accès aux postes à responsabilité reste limité. À peine 15 % des maires et 6 % des présidents des groupements de communes sont des femmes. Enfin, les femmes élues sont en général plus jeunes que leurs homologues masculins.

Insee Analyses Hauts-de-France
No 92
Paru le : Paru le 07/03/2019
Audrey Baëhr, Géraldine Caron, Insee Hauts-de-France
Insee Analyses Hauts-de-France  No 92 - mars 2019

Les femmes dans les assemblées locales des Hauts-de-France en 2018

En 2018, les 3 808 communes des Hauts-de-France sont gérées par des conseils municipaux composés de 20 244 femmes, soit un taux de féminisation de 38,5 %, légèrement inférieur au taux national (40,0 %) (figure 1). Les femmes restent donc en moyenne moins présentes que les hommes dans la vie politique locale. Ceci n’est pas à mettre sur le compte d’un moindre sens civique puisqu’elles votent largement, et participent presque autant que les hommes aux élections (65,7 % contre 66,7 % aux municipales de 2008 ou 78,8 % contre 80,1 % aux présidentielles de 2012 dans la région). Même si la part des femmes parmi les élus municipaux des Hauts-de-France a, comme au niveau national, progressé entre les deux derniers scrutins municipaux (+ 6 points), elle reste parmi les plus faibles de France. Les Hauts-de-France se classent ainsi 10e devant la Corse (35,8 %), Grand Est (36,0 %) et Bourgogne-Franche-Comté (36,3 %).

En métropole, l’Île-de-France arrive en tête (45,2 %), suivie de la Bretagne (44,8 %) et des Pays de la Loire (44,1 %). De par la taille de leurs communes, les conseils municipaux les plus féminisés sont ceux des départements d’outre-mer, avec des taux oscillant entre 47,2 % et 48,6 %. Cela s’explique par une surreprésentation des communes de plus de 1 000 habitants, seuil au‑delà duquel la parité devient une obligation. En effet, quel que soit l’échelon territorial, c’est la législation en matière de représentation politique qui conditionne la parité dans les assemblées locales (encadré).

Figure 1Plus de femmes dans les municipalités de plus de 1 000 habitantsProportion de femmes dans les conseils municipaux, selon la taille de la commune et la fonction occupée en mars 2018

en %
Plus de femmes dans les municipalités de plus de 1 000 habitants (en %)
Taille des communes Hauts-de-France France métropolitaine et Dom
Conseillers municipaux Ensemble 38,5 40,0
< 1 000 habitants 32,4 34,5
≥ 1 000 habitants 47,6 47,2
dont maires Ensemble 14,8 16,7
< 1 000 habitants 14,9 17,6
≥ 1 000 habitants 14,6 14,1
dont adjoints et conseillers Ensemble 40,3 41,8
< 1 000 habitants 34,2 36,2
≥ 1 000 habitants 49,2 48,7
  • Source : ministère de l’Intérieur, Répertoire national des élus.

Une parité bien établie dans les assemblées où elle est obligatoire

La parité dans les institutions politiques s’applique désormais dans les conseils régionaux, départementaux et municipaux des communes de plus de 1 000 habitants. Au sein de ces dernières, 47,6 % des conseillers municipaux sont désormais des femmes contre 47,2 % en France.

Trois facteurs expliquent qu’il n’y ait pas strictement autant d’élus féminins que masculins. Premièrement, certaines communes nouvelles de plus de 1 000 habitants sont issues du regroupement de communes de petite taille où la parité n’est pas assurée. Deuxièmement, la composition d’un conseil communal issu de différentes listes paritaires n’aboutit pas forcément à un conseil strictement paritaire. Troisièmement, lorsque le nombre de conseillers est impair, la parité ne peut être atteinte. Dans ce cas, la situation la plus fréquemment rencontrée consiste à placer un homme en tête de liste.

Pour les élections départementales (ex-cantonales), les électeurs des 145 cantons de la région choisissent des binômes composés strictement d’un représentant de chaque sexe, ce qui conduit à une parité parfaite. De la même façon, au sein du conseil régional, la parité est atteinte avec 85 femmes élues pour 84 hommes.

Moins d’une élue sur trois ailleurs

À l’inverse, la parité peine à s’imposer en l’absence de règles légales pour les communes de moins de 1 000 habitants. Dans les Hauts-de-France, seuls 32,4 % des sièges dans les conseils municipaux de ces communes sont occupés par des femmes, une proportion inférieure de deux points à la moyenne française. Le taux de féminisation augmente légèrement avec la taille de la commune : il est de 29 % dans celles de moins de 100 habitants et de 35 % dans celles de 500 à 1 000 habitants.

Dans la région, les inégalités femmes/hommes chez les élus municipaux sont plus marquées dans le Pas-de-Calais (29,6 %), la Somme (31,9 %) et l’Aisne (32,7 %). Le Pas-de-Calais est le département français le moins paritaire, ex æquo avec les Ardennes (figure 2). Dans le Nord (34,7 %) et l’Oise (34,9 %), les parts de femmes élues sont analogues à la moyenne française (34,5 %).

Figure 2Les femmes moins représentées dans les petites municipalités de l’Aisne, de la Somme et du Pas-de-CalaisPart des femmes dans les conseils municipaux des communes de moins de 1 000 habitants selon les départements en mars 2018

Les femmes moins représentées dans les petites municipalités de l’Aisne, de la Somme et du Pas-de-Calais
Département Taux de féminisation (en %)
01 Ain 38,7
02 Aisne 32,8
03 Allier 37,7
04 Alpes-de-Haute-Provence 35,0
05 Hautes-Alpes 30,8
06 Alpes-Maritimes 32,5
07 Ardèche 37,0
08 Ardennes 29,7
09 Ariège 36,0
10 Aube 31,8
11 Aude 35,7
12 Aveyron 33,7
13 Bouches-du-Rhône 44,6
14 Calvados 35,9
15 Cantal 29,9
16 Charente 36,6
17 Charente-Maritime 37,9
18 Cher 39,3
19 Corrèze 37,3
21 Côte-d’Or 32,3
22 Côtes-d’Armor 38,0
23 Creuse 36,3
24 Dordogne 35,7
25 Doubs 29,8
26 Drôme 35,7
27 Eure 36,7
28 Eure-et-Loir 34,7
29 Finistère 38,8
2A Corse-du-Sud 30,3
2B Haute-Corse 31,1
30 Gard 37,9
31 Haute-Garonne 35,5
32 Gers 33,7
33 Gironde 39,5
34 Hérault 39,1
35 Ille-et-Vilaine 37,0
36 Indre 37,0
37 Indre-et-Loire 39,4
38 Isère 36,4
39 Jura 31,3
40 Landes 38,7
41 Loir-et-Cher 36,4
42 Loire 37,4
43 Haute-Loire 32,4
44 Loire-Atlantique 41,7
45 Loiret 35,7
46 Lot 36,8
47 Lot-et-Garonne 38,3
48 Lozère 32,8
49 Maine-et-Loire 38,4
50 Manche 34,8
51 Marne 30,9
52 Haute-Marne 30,2
53 Mayenne 38,4
54 Meurthe-et-Moselle 30,7
55 Meuse 30,2
56 Morbihan 39,3
57 Moselle 29,8
58 Nièvre 36,9
59 Nord 34,7
60 Oise 34,9
61 Orne 34,1
62 Pas-de-Calais 29,6
63 Puy-de-Dôme 36,6
64 Pyrénées-Atlantiques 33,8
65 Hautes-Pyrénées 30,9
66 Pyrénées-Orientales 36,6
67 Bas-Rhin 29,9
68 Haut-Rhin 35,4
69 Rhône 37,5
70 Haute-Saone 30,8
71 Saone-et-Loire 36,6
72 Sarthe 36,8
73 Savoie 35,1
74 Haute-Savoie 35,5
76 Seine-Maritime 35,2
77 Seine-et-Marne 37,0
78 Yvelines 39,0
79 Deux-Sèvres 39,0
80 Somme 31,9
81 Tarn 35,3
82 Tarn-et-Garonne 34,9
83 Var 36,8
84 Vaucluse 36,9
85 Vendée 37,7
86 Vienne 38,6
87 Haute-Vienne 38,8
88 Vosges 31,2
89 Yonne 36,2
90 Territoire de Belfort 37,1
91 Essonne 37,3
95 Val d’Oise 38,7
972 Martinique 33,3
973 Guyane 42,2
  • Source : ministère de l’Intérieur, Répertoire national des élus.

Figure 2Les femmes moins représentées dans les petites municipalités de l’Aisne, de la Somme et du Pas-de-CalaisPart des femmes dans les conseils municipaux des communes de moins de 1 000 habitants selon les départements en mars 2018

  • Source : ministère de l’Intérieur, Répertoire national des élus.

Conséquence de cette moindre représentation des femmes élues dans les conseils municipaux, les assemblées des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), dont le rôle a été largement renforcé dans le cadre des lois successives de décentralisation, sont moins féminisées. En 2018, sur les 6 219 conseillers des intercommunalités dont le siège se situe dans la région, 1 780 sont des femmes, soit 28,6 % des élus, une quotité inférieure de 2,8 points à la moyenne française.

Dans les intercommunalités, une représentation des femmes conditionnée par la taille des communes

Dans les EPCI, il n’y a pas d’obligation directe de parité : les élus sont ainsi désignés parmi les membres du conseil municipal selon l’ordre du « tableau » (maire, adjoints…) dans les communes de moins de 1 000 habitants ou selon un système de « fléchage » pour celles de plus de 1 000 habitants (l’électeur élit le même jour au suffrage universel direct, sur le même bulletin de vote, les élus de sa commune et ceux de l’intercommunalité). Les inégalités femmes/hommes sont donc d’autant plus marquées que l’EPCI réunit de communes de moins de 1 000 habitants (figure 3). Or, dans les Hauts-de-France, ces dernières sont relativement plus nombreuses (74,5 %) qu’au niveau national (72,2 %). Ainsi, dans la communauté de communes des Sept Vallées, où neuf communes sur dix comptent moins de 1 000 habitants, le taux de féminisation est l’un des plus faibles de la région avec seulement 11 femmes élues pour 65 hommes.

Deux intercommunalités contredisent toutefois cette règle : la communauté de communes de Pévèle-Carembault dans le Nord, regroupant pourtant essentiellement des communes de plus de 1 000 habitants, se caractérise par une faible représentation des femmes dans l’exécutif (19 %). À l’inverse, l’intercommunalité de la Thiérache du Centre dans l’Aisne, composée presque exclusivement de petites communes (à 90 %), compte plus de 40 % d’élues, une proportion qui s’observe également dans 11 des 91 EPCI de la région.

Figure 3Davantage de conseillères intercommunales dans le Nord et l’OisePart des femmes élues dans les établissements publics de coopération intercommunale en mars 2018

Davantage de conseillères intercommunales dans le Nord et l’Oise
Libellé de l’établissement public de coopération intercommunale (EPCI) Taux de féminisation (en %)
CC de Desvres-Samer 22,5
CC du Caudrésis et du Catésis 27,4
CU d’Arras 30,7
CC du Sud-Artois 23,3
CC de la Haute-Somme 25,0
CC du Val de l’Oise 23,4
CC de Flandre intérieure 35,6
CC des Hauts de Flandre 34,4
CC Pévèle-Carembault 19,2
CA de la Porte du Hainaut 34,9
CC du Coeur de l’Avesnois 28,4
CC du Pays de Mormal 27,5
CA Maubeuge Val de Sambre 26,9
CC Sud Avesnois 40,9
CA du Pays de Laon 21,8
CC des Sept Vallées 12,5
CC Marquion-Osartis 24,0
CA du Douaisis 36,2
CC Senlis Sud Oise 37,8
CA Agglomération de la Région de Compiègne et de la Basse Automne 34,0
CC du Pays de Thelle et Ruraloise 32,2
CA du Beauvaisis 22,1
CC de l’Oise Picardie 21,4
CA Agglomération Creil Sud Oise 30,0
CA Cambrai 30,1
CA des Deux Baies en Montreuillois 26,8
CA du Pays de Saint-Omer 31,5
CC du Haut Pays du Montreuillois 13,6
CC des Campagnes de l’Artois 14,8
CC du Ternois 14,3
CC Terre de Picardie 23,8
CC Ponthieu-Marquenterre 20,8
CC du Vimeu 27,9
Cc du Territoire Nord Picardie 21,1
CC Avre Luce Noye 20,0
CC du Grand Roye 28,7
CC de l’Est de la Somme 16,1
CA de la Baie de Somme 25,3
CC Somme Sud-Ouest 21,6
CC Nièvre et Somme 25,5
CC Picardie des Châteaux 21,8
CA Chauny Tergnier la Fère 34,5
CA du Saint-Quentinois 28,0
CC Thiérache Sambre et Oise 35,7
CC Retz-en-Valois 25,9
CA de la Région Château-Thierry 22,7
CA Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane 31,2
CC Pays d’Opale 31,3
CC de la Thiérache du Centre 43,6
CC du Pays de la Serre 25,8
CA du Soissonnais 39,1
CC du Pays du Vermandois 21,8
CC du Val de l’Aisne 17,7
CC du Canton d’Oulchy-le-Château 26,3
CC de la Champagne Picarde 29,4
CC du Canton de Charly-sur-Marne 39,5
CC du Chemin des Dames 18,6
Cc du Pays des Trois Rivières 30,0
CC des Portes de la Thiérache 21,4
Métropole européenne de Lille 33,9
CU Dunkerque Grand Littoral 44,9
CC Flandre-Lys 46,3
CC du Pays du Solesmois 31,4
CC de la Haute-Deûle 44,1
CC Coeur de l’Ostrevent 34,8
CA de Valenciennes Métropole 41,1
CC du Liancourtois 36,8
CC du Clermontois 38,1
CC du Plateau Picard 26,7
CC des Sablons 39,0
CC du Vexin Thelle 22,2
CC d’Attichy 36,8
CC du Pays Noyonnais 28,1
CC de l’Aire Cantilienne 28,2
CC Deux Vallées 43,6
CC de la Picardie Verte 23,9
CC du Pays des Sources 23,0
CC du pays de Valois 35,8
CC de la Plaine d’Estrées 42,4
CC du Pays de Bray 26,5
CC des Pays d’Oise et d’Halatte 40,8
CA d’Hénin-Carvin 44,6
CA de Lens-Liévin 35,9
CC de la Terre des Deux Caps 31,0
CA du Boulonnais 32,1
CC de la Région D’audruicq 44,4
CC du Pays de Lumbres 24,1
CA Grand Calais Terres et Mers 46,9
CC du Val de Somme 27,4
CA Amiens Métropole 38,5
CC du Pays du Coquelicot 29,0
  • Source : ministère de l’intérieur, Répertoire national des élus.

Figure 3Davantage de conseillères intercommunales dans le Nord et l’OisePart des femmes élues dans les établissements publics de coopération intercommunale en mars 2018

  • Source : ministère de l’intérieur, Répertoire national des élus.

Les femmes minoritaires aux postes à responsabilité

La parité imposée par le législateur dans la plupart des instances politiques locales ne s’applique pas aux plus hautes fonctions. Les femmes occupent ainsi moins souvent le siège de maire. Elles sont 563 en 2018, soit à peine 15,0 % des maires des Hauts-de-France, contre 16,7 % au niveau national (figure 4).

Dans la région, la part de femmes maires varie peu selon la taille de la commune : 15 % pour les communes de moins de 10 000 habitants, 18 % pour celles de plus de 10 000 habitants. Toutefois, cinq des neuf communes de plus de 50 000 habitants sont administrées par des femmes : Saint‑Quentin, Beauvais, Amiens, Calais et Lille.

De manière générale, plus les responsabilités sont grandes, moins les femmes sont représentées. Elles sont 26,2 % parmi les premiers adjoints, 34,3 % pour les seconds adjoints et 42,1 % parmi les autres adjoints et conseillers.

Figure 4Moins de femmes maires ou adjointesTaux de féminisation des conseils municipaux selon la fonction occupée en mars 2018

Moins de femmes maires ou adjointes
Hauts-de-France (en %) France métropolitaine et Dom (en %)
Maire 14,8 16,7
1er adjoint 26,2 28,9
2e adjoint 34,3 37,7
Autres adjoints et conseillers 42,1 43,3
  • Source : ministère de l’Intérieur, Répertoire national des élus.

Figure 4Moins de femmes maires ou adjointesTaux de féminisation des conseils municipaux selon la fonction occupée en mars 2018

  • Source : ministère de l’Intérieur, Répertoire national des élus.

Ce « plafond de verre » se vérifie aussi à la tête des intercommunalités de la région. Les femmes représentent 6 % des présidents d’EPCI, 19 % des vice-présidents et 31 % des autres conseillers intercommunautaires. Ainsi, seulement cinq femmes dirigent l’un des 91 EPCI des Hauts-de-France : la communauté d’agglomération du Grand Calais Terres et Mers, la communauté de communes de la région d’Audruicq dans le Pas-de-Calais ; la communauté d’agglomération du Beauvaisis et la communauté de communes de la Plaine d’Estrées dans l’Oise ainsi que la communauté de communes du Grand Roye dans la Somme.

De même, à l’image du conseil régional, quatre des cinq conseils départementaux de la région sont présidés par des hommes. Seule l’Oise porte une femme à sa tête. En France, un département sur dix est administré par une femme.

Des élues plus jeunes que leurs homologues masculins

Dans les assemblées municipales, les femmes sont en moyenne deux ans plus jeunes que les hommes : 53 ans contre 55 ans. L’écart atteint trois ans dans les instances intercommunales (59 ans pour les femmes, 62 pour les hommes) et quatre ans dans les conseils départementaux (55 ans pour les femmes contre 59 pour les hommes). Ces différences d’âge subsistent à des degrés divers quelle que soit la fonction exercée au sein de ces assemblées (maire, adjoint, président ou vice-président d’intercommunalité). À l’inverse, les élues régionales (52 ans) sont en moyenne légèrement plus âgées que leurs homologues masculins (51 ans).

En corollaire, la proportion de femmes est plus élevée parmi les jeunes élus, sauf au conseil régional. En 2018, 45 % des conseillers municipaux de 18 à 40 ans sont des femmes contre 33 % de ceux de 60 ans ou plus (figure 5). Pour les intercommunalités, ces parts sont respectivement de 39 % et 24 %. Dans les conseils départementaux, les femmes représentent 57 % des jeunes conseillers et 43 % des plus âgés.

Figure 5Plus de femmes parmi les jeunes générations de conseillers municipauxPart de femmes et d’hommes parmi les conseillers municipaux des Hauts-de-France selon l’âge en mars 2018

Plus de femmes parmi les jeunes générations de conseillers municipaux
Part des femmes (en %) Part des hommes (en %)
Moins de 30 ans 40,7 59,3
de 30 à 34 ans 43,3 56,7
de 35 à 39 ans 46,4 53,6
de 40 à 44 ans 44,1 55,9
de 45 à 49 ans 42,9 57,1
de 50 à 54 ans 39,1 60,9
de 55 à 59 ans 38,5 61,5
de 60 à 64 ans 34,9 65,1
de 65 à 69 ans 32,5 67,5
de 70 à 74 ans 31,8 68,2
75 ans ou plus 31,7 68,3
  • Source : ministère de l’Intérieur, Répertoire national des élus.

Figure 5Plus de femmes parmi les jeunes générations de conseillers municipauxPart de femmes et d’hommes parmi les conseillers municipaux des Hauts-de-France selon l’âge en mars 2018

  • Source : ministère de l’Intérieur, Répertoire national des élus.

Les principales mesures législatives adoptées pour promouvoir la parité en politique

La parité signifie que chaque sexe est représenté à parts égales dans les institutions. Plus de 50 ans après la promulgation du droit de vote des femmes, le législateur s’est saisi de la question de la parité en termes de représentation politique :

La réforme constitutionnelle du 8 juillet 1999 consacre ainsi le principe d’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives. Elle précise que les partis politiques « contribuent à la mise en œuvre de ce principe dans les conditions déterminées par la loi ».

La loi du 6 juin 2000 (dite première « loi parité ») oblige les partis politiques à présenter un nombre égal de femmes et d’hommes pour les scrutins de liste : parité par tranche de six pour les élections régionales et municipales (communes de 3 500 habitants et plus). Elle prévoit une retenue sur la dotation financière des partis qui ne respecteront pas ce principe lors de la désignation des candidats pour les élections législatives.

La loi du 11 avril 2003 modifie les modes de scrutin des élections régionales et européennes. L’alternance stricte entre femmes et hommes est instaurée pour les listes aux élections régionales et européennes.

La loi du 31 janvier 2007 impose une alternance stricte femme-homme dans la composition des listes électorales municipales (communes de 3 500 habitants et plus). Elle augmente également la pénalité financière encourue par les partis qui ne respectent pas la parité des investitures lors des élections législatives (75 % de l’écart à la moyenne) et contraint les candidat(e)s aux élections cantonales à se présenter au côté d’un suppléant(e) de l’autre sexe.

Avec la loi du 17 mai 2013, les électeurs de chaque canton doivent élire deux membres de sexe opposé présentés en binôme. Les exécutifs départementaux sont donc désormais également soumis à l’obligation du respect de la parité, tout comme les communes de plus de 1 000 habitants (seuil à 3 500 habitants avant 2013). Les conseillers des intercommunalités sont élus à partir des listes municipales, en respectant l’alternance stricte femme‑homme.

La loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes (dite loi Vallaud-Belkacem) double les pénalités financières pour les partis qui ne respectent pas la parité pour les candidatures aux élections législatives.

Définitions

Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) sont des regroupements de communes ayant pour objet l’élaboration de « projets communs de développement au sein de périmètres de solidarité ». Ils sont soumis à des règles communes, homogènes et comparables à celles de collectivités locales. Les communautés urbaines, communautés d’agglomération, communautés de communes, syndicats d’agglomération nouvelle, syndicats de communes et les syndicats mixtes sont des EPCI. La région Hauts-de-France regroupe 94 établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre (EPCI dans le document) au 1er janvier 2018, dont deux sont en partie en Seine-Maritime et un en partie dans l’Eure. Le champ est ici restreint aux EPCI dont le siège se situe dans la région, soit 91 intercommunalités. Sont ainsi exclues la communauté de communes interrégionale Aumale-Blangy-sur-Bresle et celle des Villes Sœurs principalement situées en Seine-Maritime. De même, les communes isariennes de Boury-en-Vexin et de Courcelles-les-Gisors, rattachées à la communauté de communes du Vexin Normand (Eure), ne sont pas prises en compte dans l’étude.

Le taux de féminisation des instances locales (municipalité, intercommunalité, département et région) rapporte le nombre de femmes élues dans ces assemblées au nombre total de conseillers.

Le Répertoire national des élus (RNE) constitue une base de données mise à jour en continu par les préfectures pour assurer le suivi des mandats électoraux et des fonctions électives de tous les élus.

Pour en savoir plus

Xavier Niel, « La part des femmes dans les conseils municipaux en 2018 », Direction générale des collectivités locales, Bulletin d’information statistique, mars 2019.

Xavier Niel, « La part des femmes dans les conseils communautaires en 2018 », Direction générale des collectivités locales, Bulletin d’information statistique, mars 2019.

Serge Maury, Anna Simon, « Les femmes et la vie politique locale : bien représentées dans les assemblées, minoritaires aux postes clés », Insee Analyses n° 33, mars 2017.

Site de l’Insee : indicateurs régionaux sur les inégalités entre les femmes et les hommes.