Insee Conjoncture Nouvelle-AquitaineL’emploi néo-aquitain résiste au 2trimestre 2018Note de conjoncture régionale – 2e trimestre 2018

Sébastien Brumaud, Rémi Dumas, Virginie Régnier, Insee

Au 2trimestre 2018, l’activité économique française demeure dans une zone favorable avec un environnement international qui reste porteur. Néanmoins, dans un contexte de ralentissement de la croissance, l’emploi salarié marque à nouveau le pas en Nouvelle-Aquitaine (+ 0,1 %), freiné par le recul de l’emploi public. L’emploi privé est soutenu par le tertiaire marchand hors intérim, notamment le commerce, les services aux entreprises, et l'hébergement-restauration. Le chômage repart à la baisse et, comme à la fin 2017, concerne 8,4 % de la population active, tandis que la demande d’emploi est stable. Les mises en chantier de logement se replient de nouveau, après deux années de fort rattrapage, mais les autorisations de construire redémarrent. Les créations d’entreprises restent dynamiques malgré un repli des micro-entrepreneurs. La fréquentation hôtelière se contracte en dépit de visiteurs plus nombreux en provenance de l’étranger.

Insee Conjoncture Nouvelle-Aquitaine
No 15
Paru le : Paru le 16/10/2018
Sébastien Brumaud, Rémi Dumas, Virginie Régnier, Insee
Insee Conjoncture Nouvelle-Aquitaine  No 15 - Octobre 2018

Décélération de l’emploi total

Au 2e trimestre 2018, l’emploi salarié total en Nouvelle-Aquitaine continue de décélérer (+ 0,1 % après + 0,3 %), soit 1 600 emplois supplémentaires contre 6 600 au trimestre précédent (figure 1).

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié (Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
emploi salarié Total - Nouvelle-Aquitaine emploi salarié Total - France hors Mayotte emploi salarié Privé - Nouvelle-Aquitaine emploi salarié Privé - France hors Mayotte
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 100,16 100,2 100,11 100,27
T2 2011 100,33 100,29 100,33 100,39
T3 2011 100,64 100,24 100,88 100,42
T4 2011 100,36 100,3 100,38 100,42
T1 2012 100,47 100,32 100,54 100,39
T2 2012 100,44 100,29 100,45 100,33
T3 2012 100,31 100,18 100,19 100,14
T4 2012 100,46 100,03 100,3 99,94
T1 2013 100,53 99,96 100,33 99,83
T2 2013 100,34 99,86 99,9 99,59
T3 2013 100,6 100,02 100,1 99,75
T4 2013 101,03 100,34 100,44 99,91
T1 2014 101,01 100,38 100,35 99,87
T2 2014 101,15 100,42 100,45 99,93
T3 2014 100,9 100,3 100,14 99,74
T4 2014 100,92 100,41 100,13 99,79
T1 2015 100,78 100,35 99,96 99,74
T2 2015 101,07 100,6 100,25 99,98
T3 2015 101,24 100,65 100,51 100,08
T4 2015 101,35 100,86 100,58 100,33
T1 2016 101,44 101,05 100,66 100,55
T2 2016 101,76 101,33 101,09 100,88
T3 2016 102,03 101,64 101,33 101,25
T4 2016 102,28 101,8 101,7 101,42
T1 2017 102,77 102,21 102,24 101,93
T2 2017 103,17 102,63 102,73 102,46
T3 2017 103,4 102,81 103,07 102,73
T4 2017 103,88 103,24 103,68 103,33
T1 2018 104,2 103,43 104,12 103,59
T2 2018 104,28 103,48 104,28 103,72
  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Dans la région, l’emploi salarié total progresse dans les Landes, les Pyrénées-Atlantiques, les Deux-Sèvres et en Gironde. Il diminue dans les autres départements de la région, notamment en Charente-Maritime et en Lot-et-Garonne (figure 2).

Figure 2Évolution de l'emploi total par département

Évolution de l'emploi total par département
2018T1 2018T2
Charente 0,1 -0,14
Charente-Maritime 0,42 -0,06
Corrèze -0,2 -0,21
Creuse -0,35 -0,13
Dordogne 0,41 -0,02
Gironde 0,54 0,22
Landes 1,04 0,34
Lot-et-Garonne 0,53 -0,33
Pyrénées-Atlantiques -0,03 0,2
Deux-Sèvres 0,27 0,22
Vienne -0,28 -0,15
Haute-Vienne 0,16 0,06
  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 2Évolution de l'emploi total par département

  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Sur un an, l’emploi salarié total croît de 1,1 % en Nouvelle-Aquitaine et de 0,8 % en France hors Mayotte.

Dans la région, l’emploi se maintient dans l’industrie au 2e trimestre 2018 (+ 0,1 %), soit 300 emplois nets supplémentaires (figure 3), tandis qu’il se contracte de 0,1 % en France hors Mayotte, après avoir résisté au trimestre précédent. Il progresse dans l’industrie agroalimentaire (+ 0,2 %), principalement en Gironde, et dans les autres branches industrielles (+ 0,1 %) notamment dans les Deux-Sèvres. Il se maintient dans les biens d’équipements, les matériels de transport et l’énergie, eau, déchets, cokéfaction et raffinage.

Sur un an, l’emploi dans l’industrie se raffermit en Nouvelle-Aquitaine (+ 0,6 %) alors qu’il se maintient au même rythme en France hors Mayotte (+ 0,2 %).

Figure 3Évolution de l'emploi salarié par secteur en Nouvelle-Aquitaine

Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié par secteur en Nouvelle-Aquitaine (Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim Tertiaire non marchand
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 99,93 99,86 100,35 100,31
T2 2011 99,62 100,1 100,74 100,43
T3 2011 99,36 100 100,82 100,1
T4 2011 99,06 99,78 100,65 100,37
T1 2012 99,03 99,71 100,86 100,45
T2 2012 98,56 99,34 100,78 100,8
T3 2012 98,37 99,32 100,73 101,04
T4 2012 98,19 99,41 100,73 101,47
T1 2013 97,53 99,15 100,58 101,52
T2 2013 96,81 98,79 100,2 101,92
T3 2013 96,58 98,6 100,54 102,35
T4 2013 96,07 98,61 100,81 103,02
T1 2014 95,88 98,35 100,81 103,14
T2 2014 95,21 98,07 101,03 103,39
T3 2014 94,07 97,98 100,85 103,51
T4 2014 92,88 97,66 101,05 103,63
T1 2015 91,9 97,58 101,09 103,55
T2 2015 91,27 97,33 101,25 103,74
T3 2015 90,61 97,06 101,51 103,57
T4 2015 90,5 97,06 101,76 103,78
T1 2016 90,09 96,86 102,2 103,96
T2 2016 90 96,67 102,61 104,07
T3 2016 89,89 96,59 103 104,31
T4 2016 89,53 96,46 103,21 104,38
T1 2017 89,95 96,4 103,91 104,66
T2 2017 90,49 96,41 104,49 104,77
T3 2017 90,87 96,58 104,66 104,74
T4 2017 91,63 96,91 105,16 104,84
T1 2018 92,3 96,91 105,7 104,86
T2 2018 92,49 97,02 106 104,66
  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 3Évolution de l'emploi salarié par secteur en Nouvelle-Aquitaine

  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Ralentissement dans la construction

L’emploi s’essouffle dans la construction néo-aquitaine au 2trimestre 2018 (+ 0,2 %) après avoir accéléré au cours des deux trimestres précédents (+ 0,7 % début 2018). En France hors Mayotte, il se maintient à 0,4 % après avoir fortement ralenti au 1er trimestre. Dans la région, la croissance de l’emploi est en suspens dans l’ensemble des départements, y compris en Gironde qui ne crée plus d’emploi après avoir été le principal contributeur du secteur.

Sur un an, l’emploi dans la construction reste dynamique en Nouvelle-Aquitaine (+ 2,2 %) comme en France hors Mayotte (+ 1,9 %).

Le commerce soutient le tertiaire marchand

Après deux trimestres de croissance soutenue, l’emploi se tasse dans le tertiaire marchand hors intérim en Nouvelle-Aquitaine (+ 0,3 %), comme au niveau national (+ 0,2 %). Au final, 2 400 emplois supplémentaires sont créés au 2trimestre 2018 dans la région.

La hausse de l’emploi se poursuit au même rythme dans le commerce (+ 0,3 %), portée par la Gironde, les Landes et la Dordogne qui représentent les trois quarts des créations nettes d’emploi du secteur. Elle se tasse légèrement dans les services aux entreprises (+ 0,5 %) avec notamment une diminution en Corrèze. Dans l’hébergement-restauration, l’emploi ralentit par contrecoup du trimestre précédent (+ 0,7 % après + 2,8 %), emmené par les Landes et la Gironde. Ces trois secteurs représentent près de neuf emplois sur dix créés dans le tertiaire marchand ce trimestre. L’emploi s’accroît ensuite dans les services financiers (+ 0,4 %) et les transports (+ 0,2 %), il stagne dans l’information-communication et les services immobiliers. Dans les services aux ménages, il recule pour le quatrième trimestre consécutif (– 0,2 %).

Sur un an, l’emploi dans le tertiaire marchand hors intérim reste dynamique dans la région (+ 1,4 %) comme au niveau national (+ 1,3 %).

L’intérim se contracte en Nouvelle-Aquitaine (– 1,0 %) pour la première fois depuis le 1er trimestre 2016 et perd près de 700 emplois nets au 2trimestre 2018 (figure 4). En France hors Mayotte, il diminue aussi pour la première fois depuis le 3trimestre 2014 (– 0,4 %). L’emploi intérimaire diminue dans les Deux-Sèvres, la Dordogne, la Vienne et la Gironde et stagne dans les autres départements de la région. Sur un an, la dynamique de l’emploi dans l’intérim se tasse fortement en Nouvelle-Aquitaine (+ 6,8 % après + 11,4 % entre début 2017 et début 2018) comme au niveau national (+ 6,5 % après + 12,3 %).

Figure 4Évolution de l'emploi intérimaire

Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi intérimaire (Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Nouvelle-Aquitaine France hors Mayotte
T4 2010 100 100
T1 2011 97,63 101,44
T2 2011 97,95 100,59
T3 2011 100,43 100,38
T4 2011 96,89 99,36
T1 2012 96,98 95,31
T2 2012 95,01 92,6
T3 2012 90,89 88,23
T4 2012 87,35 85,37
T1 2013 91,56 88,56
T2 2013 89,88 87,81
T3 2013 94,15 90
T4 2013 95,08 90,34
T1 2014 93,18 89,82
T2 2014 94,6 92
T3 2014 90,98 89,1
T4 2014 91,71 90,18
T1 2015 90,19 90,29
T2 2015 96,64 94,47
T3 2015 98,96 97,21
T4 2015 101 99,63
T1 2016 99,63 100,01
T2 2016 103,17 102,25
T3 2016 107,21 105,8
T4 2016 111,97 110,61
T1 2017 117,89 116,37
T2 2017 121,79 122,32
T3 2017 125,16 124,7
T4 2017 129,47 130,36
T1 2018 131,35 130,73
T2 2018 130,04 130,26
  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 4Évolution de l'emploi intérimaire

  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Au 2trimestre 2018 en Nouvelle-Aquitaine, l’emploi se replie de 0,2 % dans le tertiaire non marchand, comme au niveau national. C’est la première baisse depuis le 3trimestre 2015. La Nouvelle-Aquitaine perd ainsi 1 400 emplois non marchands ce trimestre, notamment en Charente-Maritime et Lot-et-Garonne.

Sur un an, l’emploi dans le tertiaire non marchand recule de 0,1 % en Nouvelle-Aquitaine et de 0,3 % au niveau national.

Avertissement

Auparavant, les estimations trimestrielles d’emploi (ETE) publiées au niveau localisé (région et département) portaient seulement sur les salariés du secteur marchand - hors agriculture et activité des particuliers employeurs - en France métropolitaine. Depuis la publication de juin 2018, le champ des ETE localisé est étendu à l’ensemble de l’emploi salarié et aux départements d’outre-mer (hors Mayotte). Par rapport à la situation antérieure, sont donc ajoutés les salariés de la fonction publique, de l’agriculture et de l’ensemble des particuliers employeurs.

De plus, une distinction des emplois « privé » et « public », établie à partir de la catégorie juridique des employeurs, est disponible au niveau régional. Les niveaux de l’emploi « privé » publiés par les Urssaf et par l’Insee diffèrent du fait d’écarts de champ et de concept, et de légères différences peuvent exister sur les taux d’évolution (effets de composition liés aux écarts de niveaux).

Parallèlement, l'introduction de la déclaration sociale nominative (DSN) en remplacement du bordereau récapitulatif de cotisations (BRC) peut entraîner des révisions accrues sur les données, en particulier durant la phase de montée en charge de la DSN.

Taux de chômage en baisse

En Nouvelle-Aquitaine, le taux de chômage localisé revire à la baisse au 2trimestre 2018, de 0,2 point, et s’établit à 8,4 % de la population active (figure 5). Il retrouve ainsi son niveau de fin 2017, déjà le plus bas depuis le 2trimestre 2011. Le taux de chômage recule dans tous les départements de la région et varie de 6,7 % dans les Deux-Sèvres à 9,3 % en Charente-Maritime. En France hors Mayotte, le taux de chômage au sens du BIT se replie de 0,1 point, soit 9,1 % de la population active.

Figure 5Taux de chômage

En %
Taux de chômage (En %)
Nouvelle-Aquitaine France hors Mayotte
T4 2010 8,5 9,2
T1 2011 8,5 9,1
T2 2011 8,4 9,1
T3 2011 8,6 9,2
T4 2011 8,8 9,3
T1 2012 8,9 9,5
T2 2012 9,1 9,7
T3 2012 9,2 9,8
T4 2012 9,4 10,1
T1 2013 9,6 10,3
T2 2013 9,7 10,5
T3 2013 9,6 10,3
T4 2013 9,4 10,1
T1 2014 9,4 10,1
T2 2014 9,5 10,2
T3 2014 9,6 10,3
T4 2014 9,8 10,4
T1 2015 9,7 10,3
T2 2015 9,9 10,5
T3 2015 9,8 10,4
T4 2015 9,6 10,2
T1 2016 9,6 10,2
T2 2016 9,4 10
T3 2016 9,4 10
T4 2016 9,4 10
T1 2017 9 9,6
T2 2017 8,8 9,4
T3 2017 9 9,7
T4 2017 8,4 8,9
T1 2018 8,6 9,2
T2 2018 8,4 9,1
  • Note : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 5Taux de chômage

  • Note : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Sur un an, le taux de chômage régional poursuit sa baisse entamée depuis fin 2015, il diminue ainsi de 0,4 point. Au niveau national, la baisse est de 0,3 point.

Le nombre de demandeurs d’emploi stagne au 2trimestre 2018 en Nouvelle-Aquitaine après un recul de 0,3 % au trimestre précédent et s’établit à 511 900. En France, il augmente de 0,2 %. Dans la région, après deux trimestres consécutifs de baisse, la demande des moins de 25 ans repart fortement à la hausse (+ 1,1 %), une poussée qu’elle n’avait pas connue depuis mi-2015. La demande des 50 ans ou plus s’oriente toujours à la hausse, mais retrouve le rythme modéré d’avant la crise, tandis que celle des inscrits depuis un an ou plus augmente de nouveau (+ 1,4 %). Sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi est à la hausse, de 1,7 % en Nouvelle-Aquitaine et de 1,5 % en France.

Repli des mises en chantier

Au 2trimestre 2018, le nombre de logements commencés se replie de 3,2 % en Nouvelle-Aquitaine, comme au trimestre précédent, et s’élève, en cumul sur 12 mois, à 39 200 logements (figure 6).

Figure 6Évolution du nombre de logements commencés

Indice base 100 en décembre 2010
Évolution du nombre de logements commencés (Indice base 100 en décembre 2010)
Nouvelle-Aquitaine France hors Mayotte
déc. 2010 100 100
janv. 2011 101,79 101,43
févr. 2011 103,13 102,37
mars 2011 105,59 103,46
avril 2011 105,15 103,82
mai 2011 106,49 104,98
juin 2011 104,92 103,77
juil. 2011 105,59 103,36
août 2011 106,49 102,83
sept. 2011 105,15 102,27
oct. 2011 103,8 101,21
nov. 2011 106,04 102,8
déc. 2011 107,38 104,13
janv. 2012 107,16 103,65
févr. 2012 106,49 103,48
mars 2012 105,59 103,75
avril 2012 103,58 102,22
mai 2012 99,78 99,81
juin 2012 97,32 99,98
juil. 2012 95,97 99,42
août 2012 92,84 98,79
sept. 2012 92,62 96,79
oct. 2012 92,17 96,18
nov. 2012 88,59 92,63
déc. 2012 86,8 92,55
janv. 2013 86,8 92,26
févr. 2013 85,91 92,48
mars 2013 84,34 91,44
avril 2013 86,13 92,46
mai 2013 88,14 92,8
juin 2013 89,71 92,65
juil. 2013 88,59 92,41
août 2013 88,81 91,97
sept. 2013 87,25 92
oct. 2013 84,56 90,57
nov. 2013 84,79 89,44
déc. 2013 82,77 86,71
janv. 2014 82,1 86,34
févr. 2014 81,88 84,77
mars 2014 81,21 83,54
avril 2014 82,1 83,2
mai 2014 78,97 82,64
juin 2014 78,52 81,87
juil. 2014 78,75 81,77
août 2014 78,75 81,48
sept. 2014 79,19 81,31
oct. 2014 80,09 80,98
nov. 2014 79,64 81,05
déc. 2014 80,09 80,9
janv. 2015 78,97 80,2
févr. 2015 77,85 80,32
mars 2015 76,73 80,06
avril 2015 75,84 79,33
mai 2015 75,39 78,9
juin 2015 74,27 79,43
juil. 2015 72,93 78,92
août 2015 72,93 79,26
sept. 2015 74,05 79,62
oct. 2015 72,71 79,94
nov. 2015 72,71 80,3
déc. 2015 72,93 81,12
janv. 2016 75,17 81,53
févr. 2016 75,62 82,31
mars 2016 76,06 82,11
avril 2016 76,06 82,98
mai 2016 78,08 84,58
juin 2016 79,19 84,92
juil. 2016 80,09 85,55
août 2016 79,87 85,71
sept. 2016 78,75 86,22
oct. 2016 81,43 87,38
nov. 2016 83 88,42
déc. 2016 83,89 89,17
janv. 2017 83,67 90,79
févr. 2017 86,35 91,71
mars 2017 86,8 94,03
avril 2017 88,14 95,21
mai 2017 88,37 95,84
juin 2017 90,6 96,93
juil. 2017 91,72 98,4
août 2017 92,39 99,11
sept. 2017 93,29 100
oct. 2017 93,51 100,65
nov. 2017 93,51 101,62
déc. 2017 93,51 103,84
janv. 2018 92,39 103,96
févr. 2018 90,6 103,99
mars 2018 90,6 103,46
avril 2018 89,71 103,26
mai 2018 88,59 103,21
juin 2018 87,7 103,29
juil. 2018 85,68 102,39
août 2018 86,58 102,08
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 6Évolution du nombre de logements commencés

  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

C’est le deuxième trimestre consécutif de baisse dans la région après l’embellie connue depuis début 2016. Les mises en chantier progressent dans les Pyrénées-Atlantiques, reculent en Dordogne, en Charente-Maritime, dans les Deux-Sèvres, les Landes et en Gironde ; elles restent relativement stables partout ailleurs. En France hors Mayotte, le nombre de logements commencés diminue plus modérément, de 0,2 %.

Sur un an les mises en chantier se contractent, pour la première fois depuis début 2016, en Nouvelle-Aquitaine (– 3,2 %) et restent bien orientées au niveau national (+ 6,6 %).

Le nombre de logements autorisés repart à la hausse en Nouvelle-Aquitaine, de 2,4 %, après deux trimestres consécutifs de baisse et s’élève ainsi à 45 700 logements au 2trimestre 2018 en cumul sur 12 mois. En France hors Mayotte, il recule à nouveau, de 1,6 %. Dans la région, les autorisations de construction augmentent en Corrèze, en Vienne, en Gironde et dans les Pyrénées-Atlantiques. Elles diminuent dans les Deux-Sèvres, en Charente-Maritime et en Haute-Vienne ; elles sont stables partout ailleurs.

Le nombre de logements autorisés s’accroît aussi sur un an en Nouvelle-Aquitaine (+ 1,5 %), alors qu’il recule au niveau national (– 1,2 %).

Baisse de la fréquentation hôtelière

Au 2trimestre 2018, les hôtels néo-aquitains enregistrent près de 4,3 millions de nuitées, en baisse de 2,9 % par rapport au 2trimestre 2017 (figure 7). Cette dernière résulte d’une diminution de 4,4 % des nuitées de la clientèle résidente et d’une hausse de 4,7 % de celles des non-résidents.

En France métropolitaine, la fréquentation augmente de 1,3 %, soutenue par la croissance de celle de l’Île-de-France (+ 3,9 %).

Figure 7Évolution de la fréquentation dans les hôtels

Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de la fréquentation dans les hôtels (Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Nouvelle-Aquitaine France entière
T4 2010 100 100
T1 2011 100,42 100,48
T2 2011 102,38 101,34
T3 2011 103,65 102,33
T4 2011 104,2 103,3
T1 2012 104,25 103,74
T2 2012 102,71 103,5
T3 2012 102,22 103,25
T4 2012 102,38 103,29
T1 2013 102,98 103,22
T2 2013 103,13 103,03
T3 2013 103,16 103,05
T4 2013 103,32 102,94
T1 2014 102,65 102,36
T2 2014 102,08 102,1
T3 2014 101,55 101,52
T4 2014 101,24 101,33
T1 2015 101,84 101,79
T2 2015 103,43 102,35
T3 2015 105,3 103,48
T4 2015 106,52 103,27
T1 2016 107,45 103,67
T2 2016 107,37 102,64
T3 2016 108,26 101,27
T4 2016 109,7 102,32
T1 2017 110,23 102,85
T2 2017 111,58 104,6
T3 2017 112,13 106,36
T4 2017 111,97 107,54
T1 2018 112,2 108,62
T2 2018 111,32 109,04
  • Note : données trimestrielles brutes. Chaque point représente le cumul des 4 derniers trimestres en base 100 au 4ᵉ trimestre 2010.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

Figure 7Évolution de la fréquentation dans les hôtels

  • Note : données trimestrielles brutes. Chaque point représente le cumul des 4 derniers trimestres en base 100 au 4ᵉ trimestre 2010.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

La baisse de la fréquentation est particulièrement forte au mois d’avril (– 10,6 %) malgré les vacances de printemps et une météo plutôt clémente. Toutefois, elle est à relativiser car avril 2017 avait bénéficié d’une hausse exceptionnelle.

La fréquentation de la clientèle résidente (82 % des nuitées) chute de 11 % et celle des non-résidents de 8,6 %, notamment des Espagnols.

En mai, avec un calendrier de jours fériés plus favorable qu’en 2017, la fréquentation des hôtels s’accroît de 3,4 %. En juin, qui perd le lundi de Pentecôte au bénéfice du mois de mai, le nombre de nuitées diminue de 1,5 %.

Recul des micro-entrepreneurs

Au 2trimestre 2018 en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de créations d’entreprises se replie légèrement (– 2,8 %) après trois trimestres de hausse consécutive (figure 8). Ce recul est dû aux micro-entrepreneurs dont les immatriculations revirent à la baisse (– 11 %) après une forte croissance au 1er trimestre (+ 20 %), notamment dans les services.

Les autres créations d’entreprises ralentissent légèrement (+ 2,7 %), soutenues par les secteurs du commerce-transport et de l’hébergement-restauration.

Au final, 14 000 entreprises ont été créées au 2trimestre 2018 dans la région, dont 36 % par les micro-entrepreneurs.

En France, le nombre de créations d’entreprises ralentit également du fait comme dans la région d’un moindre succès du régime de micro-entrepreneur.

Sur un an, les créations d’entreprises demeurent en hausse en Nouvelle-Aquitaine (+ 18,6 %) comme en France (+ 22,1 %).

Figure 8Créations d'entreprises

Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Créations d'entreprises (Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Nouvelle-Aquitaine hors micro-entr. France entière hors micro-entr. Nouvelle-Aquitaine y/c micro-entr. France entière y/c micro-entr.
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 96,24 99,21 93,14 91,21
T2 2011 98,63 98,28 95,4 91,65
T3 2011 98,02 99,08 91,92 91,61
T4 2011 100,32 99,06 94,76 92,69
T1 2012 92,38 94,75 99,97 93,87
T2 2012 87,9 91,73 92,08 91,86
T3 2012 90,85 92,26 94,42 91,36
T4 2012 93,56 93,15 90,16 89,76
T1 2013 105,45 100,28 97,76 90,59
T2 2013 106,96 101,21 94,55 89,88
T3 2013 107,22 101,64 94,72 89,1
T4 2013 111,11 104,04 100,84 91,37
T1 2014 109,25 103,76 98,21 92,03
T2 2014 107,45 103,22 95,2 91,3
T3 2014 105,85 101,88 99,69 92,92
T4 2014 104,71 103,51 95,05 93,22
T1 2015 114,37 111,01 94,91 87,41
T2 2015 119,44 115,52 89,53 86,9
T3 2015 125,94 118,19 92,61 87,92
T4 2015 125,96 120,41 91,75 89,27
T1 2016 136,47 122,72 94,63 90,82
T2 2016 143,5 128,01 95,91 94,74
T3 2016 146,74 129,89 93,94 92,05
T4 2016 146,65 126,91 93,5 91,84
T1 2017 148,7 130,24 100,61 95,29
T2 2017 152,48 130,91 97,13 94,56
T3 2017 155,72 135,28 102,77 99,49
T4 2017 162,22 142,07 108,44 106,93
T1 2018 167,63 144,18 118,5 111,78
T2 2018 172,17 149,74 115,17 115,46
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 8Créations d'entreprises

  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Contexte national : en France, l'activité accélérerait au second semestre après avoir été modérée au premier semestre

La croissance française a nettement ralenti au premier semestre (+ 0,2 % par trimestre) après une année 2017 très dynamique. Au-delà des facteurs internationaux qui ont pesé sur le climat des affaires, l’activité économique a été pénalisée par des facteurs ponctuels (grèves, baisse du pouvoir d’achat au premier trimestre, moindre consommation en énergie, maintenance de raffineries).

Cependant, le retour à la normale dans les secteurs des transports et de l’énergie, combiné à des immatriculations dynamiques durant l’été, conduirait à un rebond de la consommation des ménages au troisième trimestre. En fin d’année, le pouvoir d’achat progresserait fortement en raison des réductions de cotisations sociales et de taxe d’habitation ; il prendrait ainsi le relais pour soutenir la consommation. Bénéficiant également d’un investissement des entreprises robuste et d’une accélération des exportations, le PIB français croîtrait de + 0,5 % au troisième trimestre puis de + 0,4 % au quatrième, conduisant à une croissance de + 1,6 % en 2018.

Contexte international : début 2018, les écarts de croissance s’accentuent entre les grands pays

Au premier semestre 2018, l’activité a été stimulée aux États-Unis par une politique budgétaire pro-cyclique ; en zone euro, l’allant des économies allemande et espagnole contraste avec les difficultés observées en Italie. Certaines économies émergentes connaissent par ailleurs de fortes tensions financières et inflationnistes. L’environnement international resterait néanmoins porteur, avec un commerce mondial encore dynamique malgré les tensions protectionnistes.

Pour en savoir plus