Le déficit migratoire risque d'affecter durablement les départements du Grand Est en déprise démographique

Anh Van Lu, Insee

En cinquante ans, le département des Ardennes a perdu 22 500 habitants, dont 5 500 entre 2010 et 2015. Cette situation de déprise démographique est cependant loin d’être un cas isolé : plus d’une dizaine de départements sont concernés depuis le début des années soixante. Ils sont regroupés dans certaines parties du territoire national. Dans le nord-est, le manque d’attractivité résidentielle est un frein à la croissance démographique. Dans le centre de la France, le déficit naturel, lié à une population plus âgée, est la raison première de la déprise. Cette distinction aurait des effets considérables sur les évolutions démographiques futures. Comme la plupart des autres départements du nord-est, la situation des Ardennes ne s’améliorerait guère. Ce département pourrait connaître la plus forte baisse de population en France métropolitaine d’ici à 2050.

Entre 2010 et 2015, le département des Ardennes connaît une situation de déprise démographique. Le nombre d’habitants passe de 283 250 à 277 750 : c'est une diminution de 0,39 % en moyenne chaque année, soit la troisième plus forte des départements en déprise du Grand Est, derrière les Vosges et la Haute-Marne. Sur la même période, 23 départements de France métropolitaine sont dans un cas similaire, dont huit présentent une baisse de population plus prononcée. Les départements en déprise sont regroupés au nord-est et au centre du territoire national (figure 1). En dehors de ces espaces, seuls l’Orne, les Hautes-Pyrénées et Paris voient également leur population diminuer.

Pour douze de ces 23 départements en déprise sur la période récente, la population demeure en croissance sur une période plus longue de cinquante ans. En revanche, le déclin est plus ancien pour quatre départements du nord-est dont les Ardennes, qui perd 22 500 habitants de 1962 à 2015, soit 0,15 % par an. Les trois autres concernés sont tous situés dans la région Grand Est : la Haute-Marne, la Meuse et les Vosges. Dans le centre de la France, six départements sont dans la même situation : l’Allier, le Cantal, la Creuse, l’Indre, la Lozère et la Nièvre. Dans le reste du territoire national, seul Paris perd des habitants à la fois sur les cinq et les cinquante dernières années.

Figure 1 – Nord-est et centre de la France, principaux espaces de déprise démographiqueTaux de variation annuel moyen de la population des départements de France métropolitaine sur la période récente (2010-2015) et sur longue période (1962-2015)

Nord-est et centre de la France, principaux espaces de déprise démographique
Code département Libellé département Code région Nombre d'habitants en 1962 Nombre d'habitants en 2010 Nombre d'habitants en 2015 1962-2015 (%) 2010-2015 (%)
08 Ardennes 44 300 247 283 250 277 752 -0,15 -0,39
58 Nièvre 27 245 921 219 584 211 747 -0,28 -0,72
36 Indre 24 251 432 231 176 224 200 -0,22 -0,61
52 Haute-Marne 44 208 447 184 039 179 154 -0,29 -0,54
23 Creuse 75 163 515 123 029 120 365 -0,58 -0,44
88 Vosges 44 380 676 379 724 372 016 -0,04 -0,41
55 Meuse 44 215 816 193 923 190 626 -0,23 -0,34
75 Paris 11 2 790 091 2 243 833 2 206 488 -0,44 -0,34
15 Cantal 84 172 977 148 162 146 219 -0,32 -0,26
48 Lozère 76 81 868 77 082 76 309 -0,13 -0,20
03 Allier 84 380 221 342 908 341 613 -0,20 -0,08
12 Aveyron 76 290 489 276 805 279 169 -0,07 0,17
61 Orne 28 280 526 291 642 286 618 0,04 -0,35
70 Haute-Saône 27 208 650 239 548 237 706 0,25 -0,15
18 Cher 24 293 514 311 257 308 992 0,10 -0,15
19 Corrèze 75 237 926 243 551 241 871 0,03 -0,14
46 Lot 76 149 929 174 578 173 400 0,27 -0,14
89 Yonne 27 269 826 342 510 340 903 0,44 -0,09
65 Hautes-Pyrénées 76 211 433 229 458 228 582 0,15 -0,08
39 Jura 27 225 584 261 534 260 587 0,27 -0,07
02 Aisne 32 512 597 540 458 538 659 0,09 -0,07
87 Haute-Vienne 75 332 514 376 191 375 795 0,23 -0,02
57 Moselle 44 919 412 1 045 066 1 044 486 0,24 -0,01
71 Saône-et-Loire 27 535 772 555 663 555 408 0,07 -0,01
50 Manche 28 446 878 498 747 499 287 0,21 0,02
80 Somme 32 487 524 570 741 571 879 0,30 0,04
54 Meurthe-et-Moselle 44 678 247 732 207 734 403 0,15 0,06
09 Ariège 76 137 192 152 038 152 499 0,20 0,06
24 Dordogne 75 375 455 414 149 415 417 0,19 0,06
06 Alpes-Maritimes 93 618 265 1 078 729 1 082 440 1,06 0,07
53 Mayenne 52 250 030 306 337 307 940 0,39 0,10
16 Charente 75 327 658 351 577 353 613 0,14 0,12
76 Seine-Maritime 28 1 035 843 1 250 189 1 257 450 0,37 0,12
47 Lot-et-Garonne 75 275 028 331 123 333 417 0,36 0,14
62 Pas-de-Calais 32 1 366 248 1 461 387 1 472 648 0,14 0,15
72 Sarthe 52 443 019 563 518 568 445 0,47 0,17
41 Loir-et-Cher 24 250 745 330 079 333 050 0,54 0,18
04 Alpes-de-Haute-Provence 93 91 843 160 149 161 799 1,07 0,21
90 Territoire de Belfort 27 109 371 142 911 144 483 0,53 0,22
59 Nord 32 2 294 066 2 576 770 2 605 238 0,24 0,22
29 Finistère 53 749 558 897 628 907 796 0,36 0,23
22 Côtes-d'Armor 53 501 923 591 641 598 357 0,33 0,23
28 Eure-et-Loir 24 277 394 428 933 434 035 0,85 0,24
51 Marne 44 442 043 565 357 572 293 0,49 0,24
78 Yvelines 11 687 827 1 408 765 1 427 291 1,39 0,26
43 Haute-Loire 84 211 036 224 006 227 034 0,14 0,27
42 Loire 84 696 348 748 947 759 411 0,16 0,28
79 Deux-Sèvres 75 320 321 369 270 374 435 0,29 0,28
32 Gers 76 182 264 188 159 190 932 0,09 0,29
14 Calvados 28 480 780 683 105 693 579 0,69 0,30
21 Côte-d'Or 27 387 869 524 358 533 147 0,60 0,33
68 Haut-Rhin 44 547 920 749 782 762 607 0,63 0,34
25 Doubs 27 384 968 527 770 536 959 0,63 0,35
86 Vienne 75 331 619 427 193 434 887 0,51 0,36
92 Hauts-de-Seine 11 1 381 805 1 572 490 1 601 569 0,28 0,37
10 Aube 44 255 099 303 327 309 056 0,36 0,37
67 Bas-Rhin 44 770 150 1 095 905 1 116 658 0,70 0,38
60 Oise 32 481 289 803 595 821 552 1,01 0,44
13 Bouches-du-Rhône 93 1 248 355 1 972 018 2 016 622 0,91 0,45
63 Puy-de-Dôme 84 508 928 632 311 647 501 0,46 0,48
37 Indre-et-Loire 24 395 206 590 515 604 966 0,81 0,48
64 Pyrénées-Atlantiques 75 466 036 653 515 670 032 0,69 0,50
27 Eure 28 361 943 586 543 601 948 0,96 0,52
45 Loiret 24 389 854 656 105 673 349 1,04 0,52
84 Vaucluse 93 303 536 543 105 557 548 1,15 0,53
17 Charente-Maritime 75 470 897 622 323 639 938 0,58 0,56
05 Hautes-Alpes 93 87 436 136 971 140 916 0,90 0,57
07 Ardèche 84 248 516 315 090 324 209 0,50 0,57
11 Aude 76 269 782 356 467 366 957 0,58 0,58
81 Tarn 76 319 560 375 379 386 543 0,36 0,59
49 Maine-et-Loire 52 557 701 785 792 810 186 0,71 0,61
73 Savoie 84 266 678 414 959 428 204 0,90 0,63
56 Morbihan 53 530 833 721 657 744 813 0,64 0,63
94 Val-de-Marne 11 974 962 1 327 732 1 372 389 0,65 0,66
38 Isère 84 677 330 1 206 374 1 251 060 1,16 0,73
95 Val-d'Oise 11 548 429 1 171 161 1 215 390 1,51 0,74
83 Var 93 469 557 1 008 183 1 048 652 1,53 0,79
30 Gard 76 435 107 709 700 738 189 1,00 0,79
26 Drôme 84 304 227 484 715 504 637 0,96 0,81
93 Seine-Saint-Denis 11 1 083 724 1 522 048 1 592 663 0,73 0,91
40 Landes 75 260 497 384 320 403 234 0,83 0,97
77 Seine-et-Marne 11 524 486 1 324 865 1 390 121 1,86 0,97
91 Essonne 11 478 691 1 215 340 1 276 233 1,87 0,98
66 Pyrénées-Orientales 76 251 231 448 543 471 038 1,19 0,98
85 Vendée 52 408 928 634 778 666 714 0,93 0,99
2B Haute-Corse 94 101 106 166 093 174 553 1,04 1,00
35 Ille-et-Vilaine 53 614 268 988 140 1 042 884 1,00 1,08
69 Rhône 84 1 181 812 1 725 177 1 821 995 0,82 1,10
82 Tarn-et-Garonne 76 175 847 241 698 255 274 0,71 1,10
01 Ain 84 314 457 597 341 631 877 1,33 1,13
2A Corse-du-Sud 94 79 756 143 600 152 730 1,23 1,24
44 Loire-Atlantique 52 802 740 1 281 070 1 365 227 1,01 1,28
33 Gironde 75 935 448 1 449 245 1 548 478 0,96 1,33
34 Hérault 76 516 658 1 044 558 1 120 190 1,47 1,41
31 Haute-Garonne 76 594 633 1 243 641 1 335 103 1,54 1,43
74 Haute-Savoie 84 329 230 738 088 793 938 1,67 1,47
FR France métropolitaine FR 46 425 393 62 765 013 64 300 572 0,62 0,48
  • Lecture : la population du département des Ardennes est passée de 300 250 individus en 1962, à 283 250 en 2010 et 277 752 en 2015, soit des baisses de 0,15 % en moyenne annuelle entre 1962 et 2015 et de 0,39 % entre 2010 et 2015.
  • Source : Insee, recensements de la population, statistiques de l'état civil.

Figure 1 – Nord-est et centre de la France, principaux espaces de déprise démographiqueTaux de variation annuel moyen de la population des départements de France métropolitaine sur la période récente (2010-2015) et sur longue période (1962-2015)

Une déprise dans les Ardennes qui perdure depuis le milieu des années 70

Le recul de la population des Ardennes en un demi-siècle résulte plus de tendances démographiques et comportementales de long terme que d’évènements conjoncturels. Ainsi, la déprise débute dès le milieu des années 70 et perdure jusqu’à nos jours (figure 2), avec un taux de variation annuel toujours négatif, entre - 0,2 % et - 0,4 % selon les périodes intercensitaires. Comme dans la majorité des départements, dans un contexte démographique national plus favorable, le nombre d’habitants des Ardennes progressait avant 1975. Stimulés par les nombreuses naissances de la période du baby boom, les taux nationaux de croissance démographique dépassent les + 0,8 % par an entre 1962 et 1975. Ensuite, ces taux ne seront plus jamais atteints malgré le sursaut entre 1999 et 2010 lié au pic de naissances de l’an 2000. Comme dans les Ardennes, la population diminue à la fois sur la période récente et sur l’ensemble des cinquante dernières années dans dix autres départements, et cette baisse a été constatée sur au moins cinq des sept dernières périodes intercensitaires depuis 1962.

À l’inverse, d’autres départements ont connu des baisses démographiques plus épisodiques. Sur chaque intervalle intercensitaire, une vingtaine de départements sont en situation de déprise, excepté sur les périodes 1962-1968 et 1999-2010 où seuls une dizaine sont dans ce cas.

Figure 2 – Une vingtaine de départements en déprise sur chaque période intercensitaire de 1975 à 1999 et entre 2010 et 2015Taux de variation annuel moyen de la population des 11 départements de France métropolitaine en déprise sur la période récente et sur longue période selon les périodes intercensitaires

Unité : %
Une vingtaine de départements en déprise sur chaque période intercensitaire de 1975 à 1999 et entre 2010 et 2015
1962-1968 1968-1975 1975-1982 1982-1990 1990-1999 1999-2010 2010-2015 1962-2015
Nombre de départements en déprise sur la période 11 19 17 22 23 9 23
Creuse -0,69 -1,00 -0,62 -0,79 -0,60 -0,11 -0,44 -0,58
Paris -1,23 -1,69 -0,79 -0,14 -0,14 0,49 -0,34 -0,44
Cantal -0,35 -0,24 -0,32 -0,32 -0,57 -0,16 -0,26 -0,32
Haute-Marne 0,47 -0,14 -0,11 -0,40 -0,51 -0,52 -0,54 -0,29
Nièvre 0,12 -0,14 -0,33 -0,34 -0,39 -0,23 -0,72 -0,28
Meuse -0,50 -0,38 -0,27 -0,24 -0,23 0,08 -0,34 -0,23
Indre -0,28 0,08 -0,31 -0,30 -0,30 0,00 -0,61 -0,22
Allier 0,27 -0,30 -0,34 -0,41 -0,41 -0,05 -0,08 -0,20
Ardennes 0,50 0,00 -0,32 -0,25 -0,24 -0,22 -0,39 -0,15
Lozère -0,96 -0,46 -0,10 -0,25 0,10 0,43 -0,20 -0,13
Vosges 0,33 0,36 -0,08 -0,30 -0,15 -0,03 -0,41 -0,04
France métropolitaine 1,15 0,81 0,47 0,52 0,37 0,64 0,48 0,62
  • Lecture : entre 1962 et 1968, 11 départements de France métropolitaine sont en situation de déprise. Six d'entre eux font partie des départements en déprise sur la période récente (2010-2015) et sur longue période (1962-2015) : la Creuse, Paris, le Cantal, la Meuse, l'Indre et la Lozère.
  • Source : Insee, recensements de la population.

Entre nord-est et centre de la France, les mouvements naturels et migratoires s’opposent

Les phénomènes tendanciels influant sur l’évolution de la population peuvent se répartir en deux catégories : d’une part, ceux liés au solde naturel, soit la différence entre les naissances et les décès intervenus au cours de la période, et d’autre part, ceux ayant trait au solde migratoire, soit la différence entre le nombre de personnes ayant déménagé pour s’installer sur le territoire et le nombre de celles qui en sont parties.

Pour les Ardennes, l’excédent des naissances sur les décès ne compense pas les échanges migratoires déficitaires, que ce soit sur la période récente ou sur les cinquante dernières années. Ce déficit migratoire accompagné d’un excédent naturel est commun à un ensemble de départements couvrant une large partie du nord et de l’est de la France, qu’ils soient en déprise démographique ou non (figure 3). Sont aussi concernés Paris et les départements de la petite couronne, ainsi que quelques départements plus à l’ouest et au sud, dont l’Orne et la Saône-et-Loire où le nombre d’habitants décroît entre 2010 et 2015. Cette situation se retrouve à la fois à court et à long terme, exception faite des départements alsaciens et du Jura où elle n’est observée que sur la période récente.

Les départements en déprise du centre de la France présentent plutôt un profil inverse : excédent migratoire et déficit naturel. Cette situation est également courante dans des départements en croissance démographique du centre et du sud-ouest de la France, dont les Hautes-Pyrénées.

Les cas où la baisse de la population est liée aux déficits à la fois naturels et migratoires ne concernent que trois départements sur longue période, tous situés au centre : Nièvre, Indre et Cantal. Sur la période récente, cette situation s’étend à d’autres départements du centre, deux départements du nord-est, la Haute-Marne et les Vosges, ainsi que l’Orne.

Figure 3 – Une opposition entre les départements en déprise du nord-est et du centre de la FranceContribution du solde naturel et du solde migratoire apparent à l'évolution de la population des départements de France métropolitaine sur la période récente (2010-2015) et sur longue période (1962-2015)

Une opposition entre les départements en déprise du nord-est et du centre de la France
Code département Libellé département Code région Population 1962 Population 2014 Population 2010 Population 2015 Taux de croissance annuel moyen 2010-2015 (%) Contribution du solde naturel à l'évolution 2010-2015 Contribution du solde migratoire à l'évolution 2010-2015 Taux de croissance annuel moyen 1962-2014 (%) Contribution du solde naturel à l'évolution 1962-2014 Contribution du solde migratoire à l'évolution 1962-2014
58 Nièvre 27 245 921 213 569 219 584 211 747 -0,72 -0,48 -0,25 -0,27 -0,26 -0,01
36 Indre 24 251 432 226 175 231 176 224 200 -0,61 -0,37 -0,24 -0,2 -0,16 -0,05
52 Haute-Marne 44 208 447 180 673 184 039 179 154 -0,54 -0,06 -0,48 -0,28 0,4 -0,67
23 Creuse 75 163 515 120 581 123 029 120 365 -0,44 -0,79 0,35 -0,59 -0,69 0,1
88 Vosges 44 380 676 373 560 379 724 372 016 -0,41 -0,05 -0,36 -0,04 0,32 -0,36
08 Ardennes 44 300 247 279 715 283 250 277 752 -0,39 0,12 -0,51 -0,14 0,49 -0,63
61 Orne 28 280 526 287 750 291 642 286 618 -0,35 -0,11 -0,24 0,05 0,32 -0,27
55 Meuse 44 215 816 191 530 193 923 190 626 -0,34 0,07 -0,41 -0,23 0,33 -0,56
75 Paris 11 2 790 091 2 220 445 2 243 833 2 206 488 -0,34 0,71 -1,05 -0,44 0,47 -0,91
15 Cantal 84 172 977 146 618 148 162 146 219 -0,26 -0,48 0,22 -0,32 -0,14 -0,18
48 Lozère 76 81 868 76 360 77 082 76 309 -0,2 -0,32 0,11 -0,13 -0,14 0,01
70 Haute-Saône 27 208 650 238 347 239 548 237 706 -0,15 0,11 -0,27 0,26 0,29 -0,03
18 Cher 24 293 514 310 270 311 257 308 992 -0,15 -0,13 -0,02 0,11 -0,01 0,12
19 Corrèze 75 237 926 241 340 243 551 241 871 -0,14 -0,4 0,26 0,03 -0,3 0,33
46 Lot 76 149 929 173 648 174 578 173 400 -0,14 -0,38 0,24 0,28 -0,25 0,53
89 Yonne 27 269 826 341 814 342 510 340 903 -0,09 -0,06 -0,04 0,46 0 0,46
65 Hautes-Pyrénées 76 211 433 228 950 229 458 228 582 -0,08 -0,24 0,17 0,15 -0,08 0,24
03 Allier 84 380 221 343 062 342 908 341 613 -0,08 -0,3 0,22 -0,2 -0,2 0
39 Jura 27 225 584 260 681 261 534 260 587 -0,07 0,04 -0,11 0,28 0,27 0,01
02 Aisne 32 512 597 539 783 540 458 538 659 -0,07 0,24 -0,3 0,1 0,45 -0,35
87 Haute-Vienne 75 332 514 376 199 376 191 375 795 -0,02 -0,04 0,02 0,24 -0,12 0,36
57 Moselle 44 919 412 1 045 154 1 045 066 1 044 486 -0,01 0,23 -0,24 0,25 0,6 -0,36
71 Saône-et-Loire 27 535 772 555 788 555 663 555 408 -0,01 -0,07 0,06 0,07 0,12 -0,05
50 Manche 28 446 878 499 958 498 747 499 287 0,02 -0,08 0,1 0,22 0,35 -0,13
80 Somme 32 487 524 571 632 570 741 571 879 0,04 0,24 -0,2 0,31 0,43 -0,12
54 Meurthe-et-Moselle 44 678 247 732 153 732 207 734 403 0,06 0,27 -0,21 0,15 0,55 -0,4
09 Ariège 76 137 192 152 574 152 038 152 499 0,06 -0,23 0,29 0,21 -0,31 0,52
24 Dordogne 75 375 455 416 350 414 149 415 417 0,06 -0,39 0,45 0,2 -0,26 0,46
06 Alpes-Maritimes 93 618 265 1 083 312 1 078 729 1 082 440 0,07 0,1 -0,03 1,09 -0,06 1,15
53 Mayenne 52 250 030 307 471 306 337 307 940 0,1 0,3 -0,19 0,4 0,5 -0,1
16 Charente 75 327 658 353 853 351 577 353 613 0,12 -0,1 0,21 0,15 0,09 0,05
76 Seine-Maritime 28 1 035 843 1 257 920 1 250 189 1 257 450 0,12 0,35 -0,24 0,38 0,64 -0,26
47 Lot-et-Garonne 75 275 028 333 234 331 123 333 417 0,14 -0,09 0,23 0,37 0,01 0,36
62 Pas-de-Calais 32 1 366 248 1 472 589 1 461 387 1 472 648 0,15 0,34 -0,19 0,14 0,55 -0,4
12 Aveyron 76 290 489 278 644 276 805 279 169 0,17 -0,27 0,44 -0,08 -0,14 0,06
72 Sarthe 52 443 019 568 760 563 518 568 445 0,17 0,26 -0,09 0,48 0,48 0
41 Loir-et-Cher 24 250 745 333 567 330 079 333 050 0,18 0,03 0,15 0,55 0,16 0,39
04 Alpes-de-Haute-Provence 93 91 843 161 588 160 149 161 799 0,21 -0,08 0,29 1,1 0,06 1,04
90 Territoire de Belfort 27 109 371 144 334 142 911 144 483 0,22 0,36 -0,14 0,54 0,58 -0,05
59 Nord 32 2 294 066 2 603 472 2 576 770 2 605 238 0,22 0,56 -0,34 0,24 0,68 -0,44
29 Finistère 53 749 558 905 855 897 628 907 796 0,23 -0,03 0,26 0,37 0,16 0,21
22 Côtes-d'Armor 53 501 923 597 397 591 641 598 357 0,23 -0,13 0,35 0,34 0,05 0,29
28 Eure-et-Loir 24 277 394 433 762 428 933 434 035 0,24 0,39 -0,15 0,87 0,53 0,33
51 Marne 44 442 043 570 817 565 357 572 293 0,24 0,37 -0,12 0,49 0,64 -0,15
78 Yvelines 11 687 827 1 421 670 1 408 765 1 427 291 0,26 0,8 -0,54 1,41 1,09 0,32
43 Haute-Loire 84 211 036 226 565 224 006 227 034 0,27 -0,08 0,35 0,14 -0,06 0,2
42 Loire 84 696 348 757 305 748 947 759 411 0,28 0,28 0 0,16 0,34 -0,18
79 Deux-Sèvres 75 320 321 373 553 369 270 374 435 0,28 0,05 0,23 0,3 0,28 0,02
32 Gers 76 182 264 190 625 188 159 190 932 0,29 -0,31 0,61 0,09 -0,23 0,31
14 Calvados 28 480 780 691 670 683 105 693 579 0,3 0,19 0,12 0,7 0,6 0,1
21 Côte-d'Or 27 387 869 531 380 524 358 533 147 0,33 0,25 0,08 0,61 0,48 0,13
68 Haut-Rhin 44 547 920 760 134 749 782 762 607 0,34 0,35 -0,01 0,63 0,48 0,16
25 Doubs 27 384 968 534 710 527 770 536 959 0,35 0,49 -0,14 0,64 0,79 -0,15
86 Vienne 75 331 619 433 203 427 193 434 887 0,36 0,16 0,19 0,52 0,26 0,26
92 Hauts-de-Seine 11 1 381 805 1 597 770 1 572 490 1 601 569 0,37 0,96 -0,59 0,28 0,8 -0,52
10 Aube 44 255 099 308 094 303 327 309 056 0,37 0,19 0,18 0,36 0,34 0,02
67 Bas-Rhin 44 770 150 1 112 815 1 095 905 1 116 658 0,38 0,41 -0,04 0,71 0,51 0,21
60 Oise 32 481 289 818 680 803 595 821 552 0,44 0,57 -0,13 1,03 0,76 0,27
13 Bouches-du-Rhône 93 1 248 355 2 006 069 1 972 018 2 016 622 0,45 0,48 -0,03 0,92 0,33 0,59
63 Puy-de-Dôme 84 508 928 644 216 632 311 647 501 0,48 0,13 0,35 0,46 0,2 0,26
37 Indre-et-Loire 24 395 206 603 924 590 515 604 966 0,48 0,25 0,23 0,82 0,42 0,4
64 Pyrénées-Atlantiques 75 466 036 667 249 653 515 670 032 0,5 -0,03 0,53 0,69 0,09 0,61
27 Eure 28 361 943 598 347 586 543 601 948 0,52 0,39 0,13 0,97 0,58 0,39
45 Loiret 24 389 854 669 737 656 105 673 349 0,52 0,44 0,08 1,05 0,52 0,53
84 Vaucluse 93 303 536 554 374 543 105 557 548 0,53 0,38 0,15 1,17 0,43 0,74
17 Charente-Maritime 75 470 897 637 089 622 323 639 938 0,56 -0,18 0,74 0,59 0,08 0,5
05 Hautes-Alpes 93 87 436 139 883 136 971 140 916 0,57 0,09 0,47 0,91 0,25 0,66
07 Ardèche 84 248 516 322 381 315 090 324 209 0,57 -0,02 0,6 0,5 0,07 0,44
11 Aude 76 269 782 365 478 356 467 366 957 0,58 -0,09 0,67 0,59 -0,13 0,72
81 Tarn 76 319 560 384 474 375 379 386 543 0,59 -0,03 0,62 0,36 0,01 0,35
49 Maine-et-Loire 52 557 701 805 888 785 792 810 186 0,61 0,31 0,3 0,71 0,68 0,04
73 Savoie 84 266 678 426 924 414 959 428 204 0,63 0,35 0,28 0,91 0,44 0,47
56 Morbihan 53 530 833 741 051 721 657 744 813 0,63 0,02 0,61 0,65 0,24 0,4
94 Val-de-Marne 11 974 962 1 365 039 1 327 732 1 372 389 0,66 0,96 -0,3 0,65 0,85 -0,2
38 Isère 84 677 330 1 243 597 1 206 374 1 251 060 0,73 0,59 0,14 1,18 0,68 0,5
95 Val-d'Oise 11 548 429 1 205 539 1 171 161 1 215 390 0,74 1,06 -0,32 1,53 1,11 0,42
83 Var 93 469 557 1 038 212 1 008 183 1 048 652 0,79 0,04 0,75 1,54 0,16 1,38
30 Gard 76 435 107 736 029 709 700 738 189 0,79 0,22 0,57 1,02 0,22 0,8
26 Drôme 84 304 227 499 159 484 715 504 637 0,81 0,34 0,47 0,96 0,43 0,53
93 Seine-Saint-Denis 11 1 083 724 1 571 028 1 522 048 1 592 663 0,91 1,31 -0,4 0,72 1,11 -0,39
40 Landes 75 260 497 400 477 384 320 403 234 0,97 -0,05 1,01 0,83 -0,03 0,86
77 Seine-et-Marne 11 524 486 1 377 846 1 324 865 1 390 121 0,97 0,83 0,14 1,88 0,84 1,04
91 Essonne 11 478 691 1 268 228 1 215 340 1 276 233 0,98 0,9 0,08 1,9 1,15 0,75
66 Pyrénées-Orientales 76 251 231 466 327 448 543 471 038 0,98 -0,05 1,03 1,2 -0,06 1,26
85 Vendée 52 408 928 662 122 634 778 666 714 0,99 0,15 0,84 0,93 0,36 0,57
2B Haute-Corse 94 101 106 172 560 166 093 174 553 1 0,02 0,98 1,04 0,06 0,97
35 Ille-et-Vilaine 53 614 268 1 032 240 988 140 1 042 884 1,08 0,51 0,58 1,01 0,58 0,43
69 Rhône 84 1 181 812 1 801 885 1 725 177 1 821 995 1,1 0,8 0,29 0,82 0,64 0,18
82 Tarn-et-Garonne 76 175 847 252 578 241 698 255 274 1,1 0,2 0,9 0,7 0,09 0,62
01 Ain 84 314 457 626 127 597 341 631 877 1,13 0,46 0,67 1,34 0,47 0,86
2A Corse-du-Sud 94 79 756 151 652 143 600 152 730 1,24 -0,01 1,25 1,25 0,07 1,18
44 Loire-Atlantique 52 802 740 1 346 592 1 281 070 1 365 227 1,28 0,49 0,79 1 0,59 0,41
33 Gironde 75 935 448 1 526 016 1 449 245 1 548 478 1,33 0,33 1,01 0,95 0,3 0,65
34 Hérault 76 516 658 1 107 398 1 044 558 1 120 190 1,41 0,31 1,1 1,48 0,26 1,22
31 Haute-Garonne 76 594 633 1 317 668 1 243 641 1 335 103 1,43 0,59 0,84 1,55 0,48 1,07
74 Haute-Savoie 84 329 230 783 127 738 088 793 938 1,47 0,56 0,91 1,69 0,72 0,97
  • Lecture : entre 2010 et 2015, la population des Ardennes diminue de - 0,39 % par an. Le déficit migratoire contribue pour - 0,51 point à cette diminution, compensée en partie par l'excédent des naissances sur les décès (+ 0,12 point).
  • Source : Insee, recensements de la population, statistiques de l'état civil.

Figure 3 – Une opposition entre les départements en déprise du nord-est et du centre de la FranceContribution du solde naturel et du solde migratoire apparent à l'évolution de la population des départements de France métropolitaine sur la période récente (2010-2015) et sur longue période (1962-2015)

Les Ardennes, le plus jeune département en déprise de longue période

La population ardennaise est relativement jeune, ce qui favorise l’excédent naturel. Les naissances sont soutenues par l’importance du nombre d’habitants en âge de procréer, tandis que la moindre présence de seniors limite les décès. En 2015, la part des moins de 30 ans y est 1,3 fois plus importante que celle des plus de 60 ans (figure 4). Ce ratio est le plus élevé de tous les départements en déprise de long terme, hormis Paris. Les Ardennes sont également en 4e position des départements les plus jeunes en déprise sur la période récente, derrière Paris, la Moselle et l’Aisne.

Tous les départements en déprise du nord-est de la France sont plutôt jeunes avec une part des moins de 30 ans qui dépasse toujours celle des seniors, alors que c’est l’inverse qui prévaut dans les départements en déprise du centre de la France (ratio de 0,9 en moyenne).

Du point de vue de la structure par âge, parmi les départements du nord-est en recul démographique, les Ardennes se situent entre les plus jeunes de l’Aisne et de la Moselle, et ceux plus vieillissants de la Haute-Saône et de la Meuse. Pourtant, la contribution du solde naturel à la réduction du nombre d’habitants s’avère dans les Ardennes deux fois inférieure à celle de l'Aisne et de la Moselle, et plus proche de celle de la Haute-Saône et de la Meuse. La natalité y est pénalisée par un nombre de femmes en âge de procréer nettement plus faible qu’en Moselle et d’une fécondité moins importante que dans l’Aisne. Malgré une moindre présence de seniors par rapport à la Haute-Saône et à la Meuse, le nombre de décès dans les Ardennes demeure relativement élevé en raison d’une espérance de vie qui est l’une des plus basses des départements en déprise.

Figure 4 – Les Ardennes, un département relativement jeune qui perd des habitants, notamment seniors, au jeu des migrations résidentiellesIndicateurs démographiques des huit départements du nord-est de la France en situation de déprise démographique sur la période 2010-2015

Les Ardennes, un département relativement jeune qui perd des habitants, notamment seniors, au jeu des migrations résidentielles
Départements en déprise sur longue période et sur la période récente Départements en croissance sur longue période et en déprise sur la période récente
Ardennes Meuse Haute-Marne Vosges Aisne Moselle Haute-Saône Jura
Évolution de la population entre 2010 et 2015 (en %) Taux de croissance annuel moyen -0,39 -0,34 -0,54 -0,41 -0,07 -0,01 -0,15 -0,07
dont solde naturel 0,12 0,07 -0,06 -0,05 0,24 0,23 0,11 0,04
dont solde migratoire apparent -0,51 -0,41 -0,48 -0,36 -0,30 -0,24 -0,27 -0,11
Structure par âge de la population en 2015 (en %) Part des moins de 30 ans en 2015 34,5 33,7 31,8 32,4 36,0 34,5 32,6 32,8
Part des 60 ans et plus en 2015 26,3 27,5 30,0 29,0 25,3 24,6 28,0 28,6
Indice de jeunesse en 2015 1,3 1,2 1,1 1,1 1,4 1,4 1,2 1,1
Taux de solde des migrations internes au territoire français en 2014 (en %) Taux de solde migratoire des moins de 30 ans -0,6 -0,6 -0,1 -1,3 -0,5 0,2 -0,5 -0,5
Taux de solde migratoire des 30-59 ans 0,1 -0,3 -0,1 0,0 0,0 0,4 0,5 0,6
Taux de solde migratoire des 60 ans et plus -0,6 0,0 -0,2 0,1 -0,1 0,0 0,1 0,8
  • Indice de jeunesse : rapport entre la part des moins de 30 ans parmi l'ensemble de la population du département et celle des 60 ans et plus.
  • Taux de solde des migrations internes au territoire français : solde entre les arrivées dans le département en provenance du reste de la France et les départs du département vers le reste de la France pour les indidivus d'une tranche d'âge donnée, rapporté à la population du département de la même tranche d'âge.
  • Source : Insee, recensements de la population, statistiques de l'état civil.

Un manque d’attractivité résidentielle, notamment vis-à-vis des seniors

Comme tous les départements du nord-est de la France en déprise, celui des Ardennes se caractérise surtout par un fort déficit migratoire. La contribution de ce dernier à la baisse de la population est de 0,51 point par an entre 2010 et 2015, soit le déficit le plus important de tous les départements en déprise de France métropolitaine. Ce fort manque d’attractivité résidentielle n’est pas nouveau : sur les cinquante dernières années, le département se classe second (- 0,63 point par an), derrière la Haute-Marne (- 0,67). Il est particulièrement marqué chez les jeunes. En 2014, parmi les 97 390 habitants des Ardennes qui ont moins de 30 ans, 3 170 déclarent qu’ils habitaient dans un autre département français un an auparavant. Dans le reste du territoire national, 3 780 vivaient dans les Ardennes et en sont partis, soit un déficit entre les entrées et les sorties représentant 0,6 % des jeunes Ardennais. Ces mouvements résidentiels correspondent principalement à un rapprochement des jeunes de leur lieu d’études à partir de 18 ans. Ce phénomène s’observe dans tous les départements en déprise du nord-est à l’exception de la Moselle, qui bénéficie d’une offre plus développée en enseignement supérieur dans la ville de Metz.

Cependant, les Ardennes se démarquent par des échanges migratoires vis-à-vis du reste de la France fortement déficitaires pour les seniors, avec près du double de sorties par rapport aux entrées (870 pour 460). Aucun des autres départements en déprise du nord-est ne présente un tel déficit migratoire pour cette classe d’âge, qui équivaut aussi à 0,6 % des ardennais de plus de 60 ans. Ce solde migratoire négatif chez les seniors est une constante pour les Ardennes depuis au moins cinquante ans. À chaque recensement depuis 1975, les seniors ardennais ayant déclaré résider dans un autre département de France au recensement précédent sont nettement moins nombreux que ceux ayant fait la déclaration inverse.

Dans les Ardennes, la perte de population pourrait être la plus forte à l’horizon 2050

Les phénomènes sous-jacents à la déprise ont une incidence forte sur les dynamiques démographiques futures des départements (figure 5). En supposant que les tendances récentes se prolongent (source), le nombre d’habitants des Ardennes pourrait diminuer de 1 150 par an d’ici à 2050, soit - 0,44 %, un rythme proche de celui de 2010-2015. Parmi les départements du nord-est de la France, la Moselle, l’Aisne et la Meuse auraient des profils similaires, alors que la situation serait plus favorable en Haute-Marne et surtout dans la Haute-Saône et le Jura avec la fin de la déprise à l’horizon 2050. L’amélioration serait cependant moindre que celle observée dans d’autres départements du centre de la France. Parmi ces derniers, sept pourraient connaître la fin de leur déclin démographique, dont l’Allier, la Creuse, la Haute-Vienne et la Lozère qui sont pourtant dans cette situation sur longue période. Pour le Cantal, la Nièvre et l’Indre, le rythme de la baisse de population se réduirait de plus de moitié.

Les départements du centre verraient les effets du vieillissement, et donc la diminution du solde naturel, s’atténuer, alors que les échanges migratoires favorables seraient supposés se poursuivre. À l’inverse, les migrations déficitaires continueraient par hypothèse de contribuer à la baisse du nombre d’habitants des départements du nord-est. Ces derniers seraient de plus affectés par un fort recul des naissances associé à une plus forte hausse des décès. En effet, dans les départements de nord-est, plus jeunes, la structure de la population se déformerait plus nettement que dans ceux du centre de la France entre 2015 et 2050. Sur cette période, l’indice de jeunesse y diminuerait de 0,5 point en moyenne, le double des autres départements en déprise.

L’effet du vieillissement serait accentué dans les Ardennes : avec l’augmentation du nombre de seniors, plus enclins à quitter le département, ce dernier perdrait d’autant plus d’habitants au jeu des migrations résidentielles. En l’absence de choc exogène, les Ardennes pourraient ainsi devenir le département de France métropolitaine où le rythme de la déprise serait le plus élevé sur la période 2015-2050. 

Figure 5 – L'amélioration de la situation démographique des départements en déprise pourrait ne pas concerner les ArdennesÉvolution de la population 2010-2015 et projections à l’horizon 2050 des départements de France métropolitaine en situation de déprise, hors Paris, entre 2010 et 2015

L'amélioration de la situation démographique des départements en déprise pourrait ne pas concerner les Ardennes
Typologie des départements en déprise démographique 2010-2015 Code du département Nom du département Code région Région Population au 1ᵉʳ janvier 2015 Taux de croissance annuel moyen 2010-2015 (en %) Taux de croissance annuel moyen projeté 2015-2050 (en %) Part de la population ayant moins de 30 ans en 2015 (en %) Part de la population ayant 60 ans et plus en 2015 (en %) Indice de jeunesse
Déprise liée au solde migratoire, structure jeune 08 Ardennes 44 Grand Est 277 752 -0,39 -0,44 34,5 26,3 1,3
02 Aisne 32 Hauts-de-France 538 659 -0,07 -0,10 36,0 25,3 1,4
57 Moselle 44 Grand Est 1 044 486 -0,01 -0,02 34,5 24,6 1,4
Déprise liée au solde migratoire, structure moyenne 55 Meuse 44 Grand Est 190 626 -0,34 -0,38 33,7 27,5 1,2
70 Haute-Saône 27 Bourgogne-Franche-Comté 237 706 -0,15 0,01 32,6 28,0 1,2
39 Jura 27 Bourgogne-Franche-Comté 260 587 -0,07 0,10 32,8 28,6 1,1
Déprise liée au solde naturel et au solde migratoire, structure moyenne 88 Vosges 44 Grand Est 372 016 -0,41 -0,38 32,4 29,0 1,1
52 Haute-Marne 44 Grand Est 179 154 -0,54 -0,28 31,8 30,0 1,1
89 Yonne 27 Bourgogne-Franche-Comté 340 903 -0,09 0,06 32,4 29,7 1,1
Déprise liée au solde naturel, structure moyenne 87 Haute-Vienne 75 Nouvelle Aquitaine 375 795 -0,02 0,16 32,4 30,1 1,1
Déprise liée au solde naturel et au solde migratoire, structure âgée 61 Orne 28 Normandie 286 618 -0,35 -0,20 31,9 31,0 1,0
18 Cher 24 Centre – Val-de-Loire 308 992 -0,15 -0,11 31,0 31,0 1,0
58 Nièvre 27 Bourgogne-Franche-Comté 211 747 -0,72 -0,23 28,4 35,2 0,8
36 Indre 24 Centre – Val-de-Loire 224 200 -0,61 -0,28 29,0 33,7 0,9
Déprise liée au solde naturel, structure âgée 48 Lozère 76 Occitanie 76 309 -0,20 0,34 30,4 30,9 1,0
46 Lot 76 Occitanie 173 400 -0,14 0,20 27,1 35,7 0,8
71 Saône-et-Loire 27 Bourgogne-Franche-Comté 555 408 -0,01 -0,02 30,9 31,2 1,0
23 Creuse 75 Nouvelle Aquitaine 120 365 -0,44 0,03 26,4 36,7 0,7
15 Cantal 84 Auvergne-Rhône-Alpes 146 219 -0,26 -0,06 27,4 34,2 0,8
19 Corrèze 75 Nouvelle Aquitaine 241 871 -0,14 0,03 29,4 33,1 0,9
65 Hautes-Pyrénées 76 Occitanie 228 582 -0,08 -0,04 29,4 32,9 0,9
03 Allier 84 Auvergne-Rhône-Alpes 341 613 -0,08 0,07 29,8 32,9 0,9
  • Structure « jeune » : département où l'indice de jeunesse est supérieur à 1,3 en 2015.
  • Structure « moyenne » : département où l'indice de jeunesse est comprise entre 1,1 et 1,3 en 2015.
  • Structure « âgée » : département où l'indice de jeunesse est inférieur à 1,1 en 2015.
  • Lecture : si les tendances récentes se prolongent, la population du département des Ardennes diminuerait de 0,44 % par an entre 2015 et 2050. Entre 2010 et 2015, le rythme de la baisse s'établit à - 0,39 % par an. Au-dessus de la diagonale en pointillés, les évolutions 2015-2050 seraient plus favorables (ou moins défavorables) que sur la période 2010-2015.
  • Source : Insee, recensements de la population, Omphale 2017 – scénario central.

Figure 5 – L'amélioration de la situation démographique des départements en déprise pourrait ne pas concerner les ArdennesÉvolution de la population 2010-2015 et projections à l’horizon 2050 des départements de France métropolitaine en situation de déprise, hors Paris, entre 2010 et 2015

Sources

Le modèle Omphale permet de réaliser des projections infranationales en projetant d’année en année les pyramides des âges des différents territoires. L’évolution de la population par sexe et âge repose sur des hypothèses d’évolution de trois composantes : la fécondité, la mortalité et les migrations (flux internes à la France et solde migratoire avec l’étranger). Différents scénarios sont ainsi élaborés selon les hypothèses retenues. Le scénario central utilisé dans cette étude reproduit les différentes tendances observées sur le passé récent.

Définitions

Une période intercensitaire correspond à l’intervalle entre deux recensements. Dans cette étude, les recensements considérés sont ceux de 1962, 1968, 1975, 1982, 1990, 1999, 2010 et 2015.

Le baby boom ou « pic de la natalité » est une augmentation importante du taux de natalité dans certains pays, juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale. En France, il a duré jusqu’au milieu des années 1970.

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours de l’année dans la zone géographique. Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de l’année. Cependant, les migrations vers l’étranger échappent à toute procédure d’enregistrement. Le solde migratoire apparent est calculé par différence entre la variation de population et le solde naturel sur une période.

Pour en savoir plus

Isel F., Monchatre V., « En 2016, la baisse de la population se poursuit dans le Grand Est », Insee Analyses Grand Est n° 77, août 2018.

Mironova E., Villaume S., « Le manque d'attractivité résidentielle freine la croissance démographique du Grand Est », Insee Analyses Grand Est n° 66, décembre 2017.

Vallès V. « Du nord au sud, les mouvements naturels et migratoires opposent les départements », Insee Focus n° 107, décembre 2017.

Lu A-V., Vuillier-Devillers F., « Des perspectives de croissance démographiques peu favorables », Insee Analyses Grand Est n° 45, juin 2017.