Seuil du Poitou 2050 : un quart de population en plus

Laurence Martin, Insee

En 2050, le territoire du Schéma de cohérence territoriale (SCoT) du Seuil du Poitou gagnerait 80 800 habitants par rapport à 2013, soit un quart de population en plus, dans le prolongement des tendances démographiques récentes. Le territoire resterait attractif mais l’excédent migratoire fléchirait. Le solde naturel demeurerait positif, cependant le nombre de décès augmenterait plus rapidement que celui des naissances du fait du vieillissement des populations. Le Sud concentrant actuellement les trois quarts de la population du SCoT fournirait l’essentiel du gain démographique. Il bénéficierait d’excédents migratoire et naturel. La croissance dans le Nord serait freinée par un solde naturel négatif. Les échanges entre les deux territoires resteraient nombreux. Au Nord comme au Sud, le gain de population proviendrait majoritairement des 60 ans ou plus. En fin de période, les seniors seraient aussi nombreux que les moins de 20 ans dans l’ensemble du SCoT et le seraient plus dans la partie Nord.

420 300 habitants à l’horizon 2050 dans le SCoT du Seuil du Poitou

Si les tendances démographiques constatées se confirmaient, la population du Schéma de cohérence territoriale (SCoT) du Seuil du Poitou (méthodologie) augmenterait de 24 %, passant de 339 500 habitants en 2013 à 420 300 habitants en 2050. Ces 80 800 personnes supplémentaires représenteraient les quatre cinquièmes du gain de population de la Vienne (figure 1) conformément au poids du SCoT dans le département. La population du Seuil du Poitou croîtrait ainsi de 0,6 % par an en moyenne, comme dans le département et davantage qu’en Nouvelle-Aquitaine (+ 0,4 % par an).

Figure 1 – Un périurbain dynamique autour de Poitiers Évolution annuelle de population 2010-2015 par commune

  • Source : Insee, recensements de la population 2010 et 2015

La croissance de la population se décomposerait en deux phases : jusqu’en 2035, la population du Seuil du Poitou progresserait de 0,7 % par an, puis sa croissance serait deux fois moins rapide jusqu’en 2050 (figure 2). L’ensemble du SCoT n’évoluerait pas à la même cadence. Les contextes économiques différenciés du Nord et du Sud influent sur la mécanique des migrations, sur l’attrait du territoire et sa démographie. Le Sud, où vivent en 2013 les trois quarts de la population, impulserait la croissance démographique du SCoT. Il gagnerait 79 000 habitants d’ici 2050, soit un accroissement annuel moyen de 0,7 %. Comme pour l’ensemble du SCoT, la progression y serait plus forte jusqu’en 2035 et serait ensuite deux fois moins rapide à l’horizon 2050. Avec une dynamique territoriale plus atone et une population plus âgée que celle du Sud, le Nord gagnerait 1 900 personnes d’ici 2050, soit + 0,1 % par an en moyenne entre 2013 et 2050. Mais à l’inverse du SCoT et du Sud, ce rythme de croissance, quasi nul jusqu’en 2035, se maintiendrait doucement sur la fin de période.

Figure 2 – Croissance freinée dans le Sud et frémissement dans le Nord du SCoT, à long termePopulation du SCoT du Seuil du Poitou aux horizons 2035 et 2050 et taux de croissance annuels moyens 2013-2035 et 2035-2050

Croissance freinée dans le Sud et frémissement dans le Nord du SCoT, à long terme
Population (en nombre) Taux de croissance annuel moyen (en %)
2013 2035 2050 2013-2035 2035-2050
Zone Nord 84 200 84 900 86 100 0,0 0,1
Zone Sud 255 300 311 200 334 300 0,9 0,5
Ensemble du SCoT 339 500 396 100 420 300 0,7 0,4
  • Note : les nombres étant arrondis, leur somme peut différer de la somme totale.
  • Source : Insee, Omphale 2017, scénario central

Sur l’ensemble du territoire, les deux composantes de la croissance démographique - le solde naturel et le solde migratoire - seraient positives sur toute la période de projection. Cependant, leurs contributions respectives à l’évolution s’inverseraient : si le solde migratoire constitue le principal moteur de la croissance démographique du SCoT, l’apport du solde naturel lui serait supérieur à partir de 2020 (figure 3). En effet, le solde migratoire se réduirait de façon continue, avec des départs qui augmenteraient plus vite que les arrivées : entre 2013 et 2050, ces dernières passeraient de 15 000 à 16 000 entrants annuels et les départs annuels de 14 000 à 16 000. Huit migrations (arrivées ou départs) sur dix concerneraient le Sud. Plus du tiers des migrants seraient âgés de 19 à 25 ans. Mais, au fil des années, la part des migrants de 60 ans ou plus augmenterait au détriment des autres classes d’âge. Pour sa part, le solde naturel progresserait jusqu’en 2030 avant de décroître. Ce fléchissement serait la conséquence d’une hausse du nombre de décès conjuguée à la stabilité du nombre de naissances.

Figure 3 – Croisement de tendances à compter de 2020Évolution du solde naturel et du solde migratoire des zones Nord et Sud du SCoT du Seuil du Poitou

Croisement de tendances à compter de 2020
Zone / Scénarios Zone Nord - Solde naturel Zone Nord - Solde migratoire Zone Sud - Solde naturel Zone Sud - Solde migratoire SCoT - Solde naturel SCoT - Solde migratoire
2013 62 -190 1 145 1 820 1 207 1 630
2014 39 -137 1 205 1 706 1 244 1 569
2015 26 -105 1 233 1 633 1 259 1 528
2016 14 -71 1 265 1 564 1 279 1 493
2017 7 -45 1 290 1 517 1 297 1 472
2018 -2 -28 1 306 1 482 1 304 1 454
2019 -8 -12 1 332 1 440 1 324 1 428
2020 -13 6 1 352 1 390 1 339 1 396
2021 -18 20 1 372 1 332 1 354 1 352
2022 -19 34 1 383 1 267 1 364 1 300
2023 -17 49 1 405 1 196 1 388 1 245
2024 -20 64 1 410 1 138 1 391 1 203
2025 -15 78 1 420 1 084 1 405 1 162
2026 -16 90 1 427 1 037 1 411 1 127
2027 -13 100 1 433 989 1 420 1 089
2028 -15 112 1 431 942 1 416 1 054
2029 -12 121 1 434 887 1 422 1 008
2030 -16 129 1 427 833 1 411 962
2031 -18 139 1 419 773 1 402 912
2032 -24 147 1 406 718 1 382 865
2033 -29 156 1 391 663 1 362 819
2034 -36 164 1 362 622 1 326 786
2035 -44 172 1 335 583 1 291 755
2036 -56 179 1 301 557 1 245 736
2037 -68 185 1 264 537 1 196 721
2038 -78 188 1 220 522 1 142 710
2039 -94 193 1 180 506 1 086 699
2040 -109 196 1 133 497 1 024 694
2041 -119 198 1 087 485 968 684
2042 -133 201 1 042 475 909 676
2043 -147 204 999 466 851 670
2044 -156 204 961 455 806 659
2045 -161 205 931 442 770 646
2046 -167 204 905 428 738 633
2047 -167 205 883 414 716 619
2048 -165 205 863 398 698 603
2049 -166 210 845 384 679 594
  • Note : les données résultent d'un lissage par moyenne mobile d'ordre 3 pour les années 2014 et 2048 et d'ordre 5 pour les années 2015 à 2047. Le solde naturel calculé dans Omphale diffère du solde naturel traditionnel (naissances - décès) : il intègre en particulier les effets du calage.
  • Source : Insee, Omphale 2017, scénario central

Figure 3 – Croisement de tendances à compter de 2020Évolution du solde naturel et du solde migratoire des zones Nord et Sud du SCoT du Seuil du Poitou

Cumul des excédents migratoire et naturel dans le Sud

Comme l’ensemble du SCoT, le Sud bénéficierait d’un solde migratoire positif, soutenu par un solde naturel qui deviendrait le moteur de l’augmentation de population dès 2020. La présence de Poitiers, encore capitale de l’ancienne région Poitou-Charentes en 2013, est au cœur de l’attrait du territoire Sud. Une économie tournée vers le tertiaire, plus marquée que dans la moyenne des aires urbaines du référentiel (méthodologie), et un taux de chômage plus faible à tous les âges contribuent à son attractivité. Les jeunes de 18 à 30 ans représenteraient près de 6 migrants sur 10, aussi bien chez les entrants que chez les sortants. Le pic des arrivées concernerait les personnes de 18 ans (1 entrant sur 10) alors que les départs seraient les plus nombreux chez les 19 à 25 ans (4 partants sur 10). Le pôle universitaire expliquerait une partie des arrivées et des départs échelonnés suivant la durée des différents cursus et influencerait en partie la provenance des arrivants. Si les tendances migratoires observées se poursuivaient, plus du tiers de ces derniers seraient originaires des départements limitrophes à la Vienne ou de la Charente-Maritime (figure 4). Quant à ceux qui quitteraient le Sud, ils s’orienteraient en premier lieu vers les départements limitrophes et la Charente-Maritime (3 départs sur 10) mais leurs destinations seraient plus variées. L’Île-de-France et les départements de la Gironde et de la Loire-Atlantique seraient également privilégiés pour, probablement, poursuivre des études, rechercher ou occuper un emploi.

Figure 4 – Échanges de bon voisinageÉchanges migratoires en provenance et à destination des zones Sud et Nord du SCoT du Seuil du Poitou en 2013

  • Lecture : le diagramme de gauche / droite schématise les échanges entre le Nord / Sud du SCoT du Seuil du Poitou et le reste de la France. Le pourtour du cercle représente les zones de départ (sur la gauche) et d’arrivée (sur la droite). Une même zone est matérialisée par une seule et même couleur. La longueur des arcs est proportionnelle au volume de migrants. Les tailles des deux diagrammes ne sont pas proportionnelles : 11 000 personnes partent du Sud du SCoT vers le reste de la France, 2 700 personnes partent du Nord du SCoT vers le reste de la France.
  • Source : Insee, Omphale 2017, scénario central

Dans le Nord : un excédent migratoire dès 2020

Contrairement à la zone Sud, un déficit migratoire s’observerait dans le Nord jusqu’en 2020. Malgré un positionnement de choix entre Poitiers et Tours via l’autoroute A10, les années de crise laissent un chômage plus intense sur l’aire urbaine de Châtellerault que dans la moyenne de celles du référentiel, mais aussi une volonté de reconversion industrielle de l’automobile vers l’aéronautique et une tendance à l’amélioration du taux de chômage dans la zone d’emploi de Châtellerault. Après 2020, l’attractivité pourrait se redresser, le solde migratoire deviendrait positif et serait le seul moteur de la croissance démographique. La progression de l’emploi tertiaire sur les dernières décennies pourrait aussi contribuer à l’attractivité. A contrario du Sud, aux âges des études et de l’entrée dans la vie active, entre 18 et 25 ans, les départs seraient les plus nombreux, avec un pic pour les jeunes âgés de 18 et de 20 ans. Près du tiers des sortants seraient âgés de 18 à 25 ans. Dans le sens inverse, cette tranche d’âge pèserait pour un quart des entrants dans la zone. Les 30 à 44 ans et moins de 15 ans, composant éventuellement des familles, compteraient pour 20 % chacun dans les arrivées. Les échanges de la zone Nord s’effectueraient essentiellement avec les départements limitrophes, en particulier l’Indre-et-Loire (13 % des entrants, 11 % des sortants).

Au jeu des migrations, un vase communicant entre le Nord et le Sud

Les échanges migratoires entre le Nord et le Sud du SCoT seraient, eux aussi, nombreux. Chaque année, sur la période de projection, environ 2 000 personnes déménageraient d’une zone à l’autre avec deux personnes quittant le Sud pour le Nord et trois faisant le chemin inverse. Cette circulation entre les deux territoires impacterait principalement le Nord : un tiers de l’ensemble des mobilités du Nord s’effectue avec le Sud alors que moins de 10 % des mobilités du Sud se font avec le Nord. Comme pour les échanges avec les autres départements, les jeunes âgés de 19 à 25 ans seraient les plus nombreux à déménager du Nord vers le Sud et représenteraient près de 30 % des migrants. Dans le sens inverse, les 30 à 44 ans et les moins de 15 ans représenteraient la moitié du flux du Sud vers le Nord, probablement en grande partie des familles qui chercheraient à s’installer entre les pôles d’emploi de Poitiers et de Châtellerault.

Fort impact du vieillissement dans le Sud

Dans le Sud, grâce à une population plus jeune que dans le Nord (figure 5), le nombre de naissances resterait supérieur à celui des décès. Toutefois, les nombreuses arrivées de jeunes autour de la vingtaine n’impacteraient pas pleinement les naissances : d’une part, une partie des femmes aux âges les plus féconds auraient leurs enfants après avoir quitté le territoire ; d’autre part, la première maternité est souvent plus tardive du fait des études plus longues. Or, dans le Sud, la part des diplômés du supérieur comme celle des cadres est plus élevée que celles du référentiel. Alors que le nombre moyen d’enfants par femme est de 2,0 en France, il serait de 1,7 enfant sur toute la période de projection pour le Sud. À terme, en proportion, toutes les classes d’âge diminueraient au profit de celle des 60 ans ou plus. Entre arrivées de personnes aux âges de la retraite et vieillissement de la population déjà présente sur le territoire, le nombre des 60 ans ou plus augmenterait de 65 % entre 2013 et 2050 et en conséquence celui des décès croîtrait. En 2013, le Sud compte 0,7 personne de 65 ans ou plus pour 1 jeune de moins de 20 ans. Ce nombre passerait à 0,9 senior pour 1 jeune en 2035 et serait égal à 1 en 2050.

Figure 5 – Le Nord resterait plus âgé en 2050 malgré un fort vieillissement dans le SudPyramide des âges 2013 pour le SCoT du Seuil du Poitou et les zones Nord et Sud

Scénario central année 2013 (en ‰)
Le Nord resterait plus âgé en 2050 malgré un fort vieillissement dans le Sud
Age Année de naissance Scot – Hommes Scot – Femmes Nord - Hommes Nord – Femmes Sud – Hommes Sud – Femmes
0 2013 5,98 5,72 5,72 5,50 6,06 5,80
1 2012 5,93 5,77 5,52 5,78 6,07 5,77
2 2011 6,25 5,86 6,18 5,70 6,27 5,91
3 2010 5,80 5,40 6,18 6,01 5,67 5,19
4 2009 6,32 6,18 6,16 6,03 6,38 6,24
5 2008 5,75 5,78 6,13 6,08 5,63 5,68
6 2007 5,88 5,75 6,45 5,60 5,70 5,80
7 2006 6,18 5,97 6,42 6,43 6,10 5,82
8 2005 6,27 5,82 6,64 5,70 6,15 5,86
9 2004 5,87 5,88 6,26 6,39 5,74 5,71
10 2003 6,22 6,01 6,66 6,37 6,08 5,88
11 2002 6,09 5,72 6,35 5,94 6,00 5,65
12 2001 6,20 5,95 6,16 6,36 6,21 5,82
13 2000 5,88 5,78 6,20 5,79 5,78 5,77
14 1999 5,81 5,46 5,70 5,66 5,85 5,39
15 1998 5,50 5,38 5,83 5,78 5,39 5,25
16 1997 5,70 5,38 5,47 5,95 5,77 5,19
17 1996 5,78 5,60 5,88 5,59 5,75 5,60
18 1995 7,30 7,95 4,58 4,34 8,20 9,14
19 1994 7,63 8,61 5,20 4,26 8,43 10,05
20 1993 8,12 8,52 4,39 3,40 9,35 10,21
21 1992 7,70 8,15 4,25 3,72 8,84 9,62
22 1991 8,05 7,99 4,25 4,27 9,31 9,22
23 1990 6,89 7,50 3,70 3,95 7,94 8,67
24 1989 6,48 7,23 4,38 4,94 7,18 7,99
25 1988 6,32 6,31 4,50 3,94 6,92 7,09
26 1987 6,34 6,24 4,44 5,02 6,96 6,64
27 1986 6,05 5,95 4,65 4,33 6,51 6,49
28 1985 6,08 6,11 4,48 4,65 6,62 6,60
29 1984 5,57 6,30 4,64 5,14 5,87 6,68
30 1983 5,81 6,60 4,87 5,48 6,12 6,96
31 1982 6,34 6,27 4,74 5,54 6,87 6,51
32 1981 6,15 6,68 5,10 5,70 6,49 7,00
33 1980 5,98 6,16 5,46 5,71 6,15 6,30
34 1979 5,85 5,93 4,95 5,28 6,14 6,15
35 1978 5,81 5,71 5,41 5,41 5,94 5,81
36 1977 5,51 5,73 5,00 4,94 5,68 5,99
37 1976 5,93 5,69 5,53 5,28 6,06 5,83
38 1975 6,13 6,08 5,71 6,16 6,26 6,06
39 1974 6,51 6,72 6,47 6,14 6,53 6,91
40 1973 6,88 6,79 6,78 6,80 6,91 6,78
41 1972 6,53 6,92 6,54 7,49 6,52 6,74
42 1971 6,26 6,50 7,22 6,75 5,95 6,41
43 1970 6,24 6,78 6,02 7,18 6,31 6,64
44 1969 6,31 6,44 6,43 6,79 6,27 6,33
45 1968 5,91 6,42 6,48 6,80 5,72 6,30
46 1967 6,41 6,58 6,42 6,47 6,40 6,61
47 1966 6,59 6,61 6,21 6,29 6,71 6,72
48 1965 6,30 6,74 6,68 6,74 6,17 6,74
49 1964 6,29 6,72 7,41 6,96 5,92 6,64
50 1963 6,01 6,61 6,66 7,10 5,80 6,45
51 1962 6,29 6,70 6,84 7,66 6,11 6,38
52 1961 6,29 6,43 6,93 7,11 6,08 6,20
53 1960 6,38 6,64 7,26 6,87 6,08 6,56
54 1959 6,62 6,53 7,34 6,60 6,39 6,51
55 1958 6,29 6,88 8,02 7,56 5,72 6,65
56 1957 5,98 6,66 6,53 7,50 5,80 6,38
57 1956 6,14 7,14 7,36 7,64 5,73 6,97
58 1955 6,62 6,93 7,49 8,06 6,33 6,56
59 1954 6,20 6,76 6,78 7,12 6,00 6,64
60 1953 6,29 6,46 7,31 7,54 5,95 6,11
61 1952 5,99 6,39 7,23 7,61 5,59 5,98
62 1951 6,04 6,71 6,74 7,37 5,81 6,50
63 1950 5,94 6,68 6,90 8,04 5,62 6,24
64 1949 6,03 6,53 6,99 7,40 5,71 6,24
65 1948 5,71 6,18 6,66 7,59 5,40 5,72
66 1947 5,20 6,02 6,35 6,48 4,81 5,87
67 1946 4,24 4,29 5,25 4,70 3,91 4,16
68 1945 3,72 4,19 3,94 4,62 3,65 4,05
69 1944 3,51 4,34 4,26 4,87 3,27 4,17
70 1943 3,28 3,83 3,73 4,90 3,13 3,47
71 1942 2,73 3,44 3,17 4,31 2,59 3,15
72 1941 3,20 3,56 4,12 4,55 2,89 3,23
73 1940 3,40 3,71 4,36 4,63 3,08 3,41
74 1939 3,16 3,86 4,10 4,78 2,85 3,56
75 1938 3,21 3,85 4,30 4,52 2,86 3,63
76 1937 3,02 3,97 3,87 5,08 2,74 3,60
77 1936 3,06 3,94 4,00 5,21 2,75 3,52
78 1935 2,77 3,78 3,16 5,33 2,65 3,27
79 1934 2,78 3,92 3,62 5,12 2,50 3,52
80 1933 2,56 3,69 3,50 5,19 2,25 3,20
81 1932 2,45 3,61 3,07 4,42 2,24 3,35
82 1931 2,36 3,78 3,35 4,52 2,04 3,54
83 1930 1,87 3,36 2,48 4,20 1,67 3,08
84 1929 1,85 3,06 2,62 3,96 1,59 2,76
85 1928 1,80 3,10 2,41 3,86 1,60 2,86
86 1927 1,62 2,67 2,46 3,22 1,35 2,49
87 1926 1,51 2,68 2,11 3,67 1,31 2,36
88 1925 1,12 2,33 1,25 3,24 1,07 2,03
89 1924 0,95 1,95 1,19 2,80 0,87 1,66
90 1923 0,83 1,88 1,09 2,18 0,74 1,78
91 1922 0,63 1,61 0,71 1,83 0,61 1,54
92 1921 0,49 1,45 0,45 1,75 0,50 1,36
93 1920 0,29 0,63 0,43 0,66 0,24 0,62
94 1919 0,16 0,49 0,20 0,39 0,15 0,52
95 1918 0,09 0,39 0,07 0,51 0,09 0,35
96 1917 0,07 0,30 0,07 0,32 0,07 0,29
97 1916 0,06 0,25 0,12 0,36 0,05 0,22
98 1915 0,05 0,29 0,06 0,24 0,04 0,31

Figure 5 – Le Nord resterait plus âgé en 2050 malgré un fort vieillissement dans le SudPyramide des âges 2013 pour le SCoT du Seuil du Poitou et les zones Nord et Sud

Pyramide des âges 2050 pour le SCoT du Seuil du Poitou et les zones Nord et Sud

Scénario central année 2050 (en ‰)
Age Année de naissance Scot – Hommes Scot – Femmes Nord - Hommes Nord – Femmes Sud – Hommes Sud – Femmes
0 2050 5,73 5,46 5,44 5,18 5,80 5,53
1 2049 5,68 5,36 5,62 5,25 5,69 5,39
2 2048 5,74 5,37 5,76 5,25 5,73 5,40
3 2047 5,76 5,30 5,93 5,47 5,71 5,26
4 2046 5,87 5,38 5,90 5,58 5,86 5,33
5 2045 5,92 5,37 5,97 5,67 5,90 5,29
6 2044 5,90 5,37 6,00 5,64 5,88 5,31
7 2043 5,98 5,42 6,15 5,83 5,93 5,32
8 2042 6,03 5,45 6,23 5,75 5,98 5,37
9 2041 6,10 5,41 6,33 5,72 6,04 5,33
10 2040 6,10 5,43 6,38 5,78 6,03 5,35
11 2039 6,05 5,48 6,41 5,80 5,96 5,40
12 2038 6,05 5,45 6,39 5,75 5,96 5,37
13 2037 6,04 5,43 6,48 5,79 5,92 5,34
14 2036 5,98 5,43 6,46 5,82 5,86 5,33
15 2035 5,92 5,41 6,24 5,65 5,84 5,35
16 2034 5,89 5,34 6,26 5,55 5,79 5,28
17 2033 5,96 5,53 6,29 5,69 5,87 5,49
18 2032 6,79 7,07 5,19 5,10 7,19 7,57
19 2031 7,00 7,33 5,05 4,67 7,51 8,01
20 2030 7,23 7,68 4,53 4,14 7,92 8,59
21 2029 7,07 7,53 4,14 3,72 7,82 8,52
22 2028 6,88 7,39 3,81 3,94 7,67 8,28
23 2027 6,45 7,14 3,50 3,76 7,20 8,00
24 2026 6,11 6,72 3,74 4,21 6,72 7,37
25 2025 5,79 6,39 3,82 4,13 6,30 6,97
26 2024 5,78 6,23 3,88 4,38 6,27 6,71
27 2023 5,62 6,09 3,90 4,44 6,06 6,52
28 2022 5,59 6,00 4,15 4,49 5,96 6,39
29 2021 5,50 6,00 4,15 4,64 5,84 6,35
30 2020 5,44 5,93 4,17 4,87 5,77 6,20
31 2019 5,36 5,91 4,08 4,97 5,69 6,15
32 2018 5,38 5,91 4,26 5,05 5,66 6,13
33 2017 5,43 5,91 4,44 5,23 5,69 6,09
34 2016 5,50 5,93 4,54 5,23 5,75 6,11
35 2015 5,61 6,10 4,74 5,36 5,84 6,30
36 2014 5,58 6,10 4,95 5,48 5,74 6,26
37 2013 5,64 6,06 5,03 5,51 5,79 6,20
38 2012 5,68 6,24 5,01 5,59 5,85 6,41
39 2011 5,81 6,37 5,15 5,66 5,99 6,56
40 2010 5,76 6,29 5,23 5,59 5,89 6,47
41 2009 5,81 6,33 5,25 5,75 5,96 6,48
42 2008 5,66 6,26 5,21 5,69 5,78 6,41
43 2007 5,68 6,28 5,14 5,78 5,82 6,41
44 2006 5,60 6,15 5,07 5,82 5,74 6,24
45 2005 5,58 6,02 5,09 5,82 5,71 6,08
46 2004 5,47 5,95 4,97 5,80 5,60 5,99
47 2003 5,53 5,93 5,11 5,74 5,64 5,97
48 2002 5,57 5,93 5,15 5,65 5,68 6,00
49 2001 5,63 6,04 5,23 5,94 5,73 6,06
50 2000 5,35 5,75 5,01 5,61 5,44 5,78
51 1999 5,28 5,67 4,92 5,59 5,38 5,69
52 1998 5,14 5,53 4,86 5,43 5,21 5,56
53 1997 5,18 5,52 4,88 5,46 5,26 5,53
54 1996 5,13 5,48 4,94 5,45 5,18 5,48
55 1995 5,04 5,40 4,92 5,42 5,07 5,39
56 1994 4,99 5,35 5,00 5,40 4,99 5,34
57 1993 5,20 5,43 5,16 5,48 5,21 5,42
58 1992 5,18 5,46 5,19 5,60 5,18 5,42
59 1991 5,34 5,50 5,33 5,68 5,34 5,45
60 1990 5,13 5,42 5,29 5,76 5,09 5,33
61 1989 5,07 5,42 5,35 6,08 5,00 5,25
62 1988 5,05 5,20 5,33 5,79 4,98 5,05
63 1987 5,06 5,25 5,42 6,14 4,96 5,02
64 1986 4,97 5,11 5,48 5,81 4,84 4,93
65 1985 4,90 5,21 5,37 6,12 4,78 4,97
66 1984 4,67 5,17 5,33 6,19 4,50 4,91
67 1983 4,83 5,44 5,50 6,41 4,66 5,18
68 1982 5,03 5,25 5,76 6,40 4,84 4,95
69 1981 4,93 5,38 5,86 6,50 4,70 5,10
70 1980 4,64 4,98 5,65 6,37 4,39 4,63
71 1979 4,49 4,82 5,37 6,14 4,27 4,48
72 1978 4,38 4,60 5,25 6,12 4,15 4,21
73 1977 4,13 4,51 4,86 5,74 3,94 4,19
74 1976 4,24 4,51 5,07 5,97 4,03 4,14
75 1975 4,39 4,74 5,26 6,66 4,16 4,25
76 1974 4,54 5,03 5,61 6,82 4,27 4,57
77 1973 4,62 5,05 5,69 7,08 4,34 4,53
78 1972 4,34 5,04 5,48 7,25 4,04 4,47
79 1971 4,07 4,73 5,54 6,69 3,69 4,22
80 1970 3,93 4,80 4,96 6,84 3,66 4,27
81 1969 3,81 4,57 4,88 6,50 3,53 4,07
82 1968 3,50 4,49 4,65 6,32 3,20 4,02
83 1967 3,58 4,50 4,65 6,09 3,30 4,09
84 1966 3,47 4,35 4,31 5,74 3,25 3,99
85 1965 3,20 4,29 4,22 5,90 2,94 3,87
86 1964 2,97 4,02 4,10 5,58 2,68 3,61
87 1963 2,65 3,77 3,53 5,31 2,43 3,37
88 1962 2,51 3,60 3,28 5,28 2,32 3,17
89 1961 2,23 3,26 2,92 4,73 2,05 2,88
90 1960 1,97 3,07 2,61 4,24 1,80 2,77
91 1959 1,76 2,73 2,20 3,59 1,65 2,51
92 1958 1,48 2,52 2,03 3,39 1,34 2,29
93 1957 1,18 2,20 1,51 2,95 1,09 2,01
94 1956 1,00 2,00 1,44 2,50 0,89 1,88
95 1955 0,83 1,68 0,99 2,18 0,79 1,55
96 1954 0,61 1,43 0,69 1,81 0,59 1,33
97 1953 0,48 1,16 0,51 1,48 0,48 1,08
98 1952 0,33 0,93 0,35 1,15 0,33 0,87
  • Note : Les zones gris foncé et gris clair donnent l’empreinte de la pyramide des âges de la population du SCoT du Seuil du Poitou pour les années 2013 et 2050. Les courbes orange clair et orange foncé ainsi que bleu clair et bleu foncé présentent la physionomie des pyramides des zones Sud et Nord du SCoT. Afin d’être comparable, la population est ramenée à 1 000 individus pour chacun des territoires.
  • Source : Insee, Omphale 2017, scénario central

Pyramide des âges 2050 pour le SCoT du Seuil du Poitou et les zones Nord et Sud

Dans le Nord, le solde naturel ne soutiendrait pas la croissance démographique puisqu’il serait quasiment nul jusqu’en 2030 puis deviendrait négatif. Avec une population déjà âgée, le nombre de décès resterait assez stable jusqu’en 2030. Par la suite, il augmenterait, sous l’effet des générations du baby boom arrivant aux âges élevés, alors que la part de la population âgée se stabiliserait. Le nombre de naissances diminuerait jusqu’en 2020 puis serait relativement stable jusqu’en 2050. Le nombre moyen d’enfants par femme serait supérieur dans le Nord et atteindrait 2,3 enfants. La forte dominante industrielle pourrait expliquer en partie ces spécificités démographiques. D’une part, l’espérance de vie, notamment chez les ouvriers, est inférieure à celle des cadres. D’autre part, les emplois qualifiés dans l’industrie sont souvent liés à des études courtes par la voie professionnelle (BEP, CAP). Les femmes ayant suivi ces formations ont aussi en général plus d’enfants que les autres. Comme dans le Sud, la part des 60 ans ou plus augmenterait au détriment de celle des autres classes d’âge. Entre 2013 et 2050, leur nombre progresserait de 31 %. En 2013, le Nord compte 0,9 personne de 65 ans ou plus pour 1 jeune de moins de 20 ans. Ce nombre passerait à 1,4 senior pour 1 jeune en 2035 et n’évoluerait plus jusqu’en 2050.

Le vieillissement de la population du SCoT en 2050 par rapport à 2013 se produirait sur les deux parties du territoire. La part des 60 ans ou plus atteindrait 28 % dans le Sud et 37 % dans le Nord en 2050, respectivement + 6 points et + 8 points par rapport à 2013.

Au regard des hypothèses du modèle de projection, la dynamique démographique observée sur la période récente se poursuivrait jusqu’en 2050. Cependant, différents phénomènes récents, comme la position à construire de Poitiers dans le nouvel ensemble régional suite à la réforme territoriale ou la mise en fonctionnement de la ligne à grande vitesse Tours - Bordeaux pourraient modifier l’attrait du territoire et le profil des migrants à l’horizon 2050.

Pour comprendre

SCoT du Seuil du Poitou

Pour cette étude, le SCoT du Seuil du Poitou est divisé en deux secteurs de projections. La partie Nord du SCoT est composée de la communauté d’agglomération de Grand Châtellerault. La partie Sud regroupe la communauté de communes du Haut-Poitou, celle des Vallées du Clain et la communauté urbaine de Grand Poitiers.

Référentiel d’aires urbaines

Un référentiel regroupant six aires urbaines permet de relativiser les caractéristiques économiques spécifiques du territoire. Il comprend les aires urbaines d’Angers, Angoulême, La Rochelle, Limoges, Pau et Tours, choisies pour leur proximité géographique d’une part et pour les similarités aux aires urbaines de Poitiers et de Châtellerault d’autre part (population, présence d’université, éloignement à la capitale régionale).

Sources

Omphale

Les projections de population 2013-2050 présentées ici découlent des projections France et des projections Nouvelle-Aquitaine diffusées par l’Insee en juin 2017 (pour en savoir plus). Le modèle Omphale permet de réaliser des projections sur des territoires en projetant d’année en année les pyramides des âges. Les évolutions de la population par sexe et âge reposent sur des hypothèses d’évolution de trois composantes : la fécondité, la mortalité et les migrations résidentielles (flux internes à la France et solde migratoire avec l’étranger), ces dernières étant désormais observées sur un pas annuel. Les projections de population prolongent les tendances passées en matière de migrations selon les mouvements observés entre 2012 et 2013, de fécondité et de mortalité selon les naissances et décès constatés entre 2011 et 2015. Ces hypothèses d’évolution sont appliquées aux quotients observés initialement sur la zone d’intérêt. Les hypothèses d’évolution formulées sont réunies au sein d’un scénario démographique. Le scénario central reproduit les différentes tendances observées sur le passé récent : solde migratoire de la France avec l’étranger de + 70 000 personnes par an, fécondité stable et évolution de la mortalité parallèle à la tendance nationale (à l’échelle nationale, l’espérance de vie des femmes et des hommes atteindrait respectivement 90,3 ans et 86,8 ans en 2050, contre 85,0 ans et 78,7 ans en 2013). Les autres scénarios se conçoivent comme des modulations appliquées aux dernières tendances observées, en modifiant l’hypothèse d’évolution d’une ou de plusieurs composantes (figure 6).

Figure 6 – ScoT du Seuil du Poitou en 2050 : un gain compris entre 49 700 et 115 000 habitantsÉvolution projetée de population à l’horizon 2050 des zones Nord et Sud du SCoT du Seuil du Poitou selon 3 scénarios

Indice base 100 en 2013
ScoT du Seuil du Poitou en 2050 : un gain compris entre 49 700 et 115 000 habitants
Zone Nord : scénario bas Zone Nord : scénario central Zone Nord : scénario haut Zone Sud : scénario bas Zone Sud : scénario central Zone Sud : scénario haut
2013 100 100 100 100 100 100
2014 100 100 100 101 101 101
2015 100 100 100 102 102 102
2016 100 100 100 103 103 103
2017 100 100 100 104 105 105
2018 99 100 100 105 106 106
2019 99 100 100 106 107 107
2020 99 99 100 107 108 108
2021 99 99 100 108 109 110
2022 99 99 100 109 110 111
2023 98 99 100 110 111 112
2024 98 100 101 110 112 114
2025 98 100 101 111 113 115
2026 98 100 101 112 114 116
2027 98 100 102 113 115 117
2028 98 100 102 113 116 119
2029 98 100 102 114 117 120
2030 98 100 103 115 118 121
2031 98 100 103 115 119 122
2032 97 100 103 116 119 123
2033 97 101 104 116 120 125
2034 97 101 104 117 121 126
2035 97 101 105 117 122 127
2036 97 101 105 118 123 128
2037 97 101 106 118 123 129
2038 97 101 106 119 124 130
2039 97 101 106 119 125 131
2040 97 102 107 119 125 132
2041 97 102 107 120 126 133
2042 97 102 107 120 127 134
2043 96 102 108 120 127 135
2044 96 102 108 120 128 136
2045 96 102 109 120 128 137
2046 96 102 109 121 129 138
2047 96 102 109 121 129 139
2048 95 102 109 121 130 140
2049 95 102 110 121 130 141
2050 95 102 110 121 131 142
  • Source : Insee, Omphale 2017

Figure 6 – ScoT du Seuil du Poitou en 2050 : un gain compris entre 49 700 et 115 000 habitantsÉvolution projetée de population à l’horizon 2050 des zones Nord et Sud du SCoT du Seuil du Poitou selon 3 scénarios

Le scénario population haute se veut optimiste : une fécondité et un gain d’espérance de vie en hausse, un solde migratoire avec l’étranger de + 120 000 par an. Il conduirait à une augmentation de la population du SCoT du Seuil du Poitou de 115 000 habitants entre 2013 et 2050. Le scénario population basse se veut au contraire pessimiste : fécondité et gain d’espérance de vie en baisse et un solde migratoire avec l’étranger de + 20 000 par an. Selon ce scénario, la population du SCoT n’augmenterait que de 49 700 habitants entre 2013 et 2050. Les projections ne doivent pas être assimilées à des prévisions : les hypothèses retenues ne sont pas probabilisées.

D’autres scénarios, basés sur des hypothèses d’attractivité du territoire, feront l’objet d’un Insee Dossier à paraître en 2018.

Pour en savoir plus

Borély J., Diaz L., Pradines N., « Seuil du Poitou, une cohésion en construction », Insee Poitou-Charentes, Décimal n° 326, juin 2013.

Galinier C., « À l’horizon 2050, 900 000 séniors en plus en Nouvelle-Aquitaine », Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine n° 43, juin 2017.

Garçon N., « La Vienne à grands traits », Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine n° 14, mars 2016.