Populations légales au 1er janvier 2015 76 309 habitants en Lozère

Émilie Auriac, Stéphane Méloux, Insee

 Au 1er janvier 2015, la Lozère compte 76 309 habitants et reste de loin le département le moins peuplé de France. Entre 2010 et 2015, la population diminue de 0,2 % par an. La Lozère est avec le Lot et les Hautes-Pyrénées, l’un des trois départements d’Occitanie qui perd des habitants. La population baisse surtout dans les communes urbaines. Dans les communes rurales, qui regroupent 63 % des habitants, la population est stable.

La population du département augmente autour des axes routiers, que ce soit dans le triangle formé par les communes de Mende, Marvejols, La Canourgue, ou entre Mende et Florac, ou dans les communes situées au nord et à l’est de Mende.

Moins d’habitants, mais un dynamisme démographique autour des principales communes

Seul département de France à n'avoir aucune grande aire urbaine, la Lozère abrite néanmoins une aire moyenne, celle de Mende, qui compte 17 926 habitants au 1er janvier 2015, soit près d’un Lozérien sur quatre. Entre 2010 et 2015, sa population baisse légèrement chaque année. Le dynamisme démographique, très relatif, des communes de la couronne ne compense pas la baisse de population de la commune de Mende : cette dernière perd chaque année 100 habitants.

De même, Marvejols, Saint-Chély-d'Apcher et Langogne, principales communes de Lozère, perdent des habitants, avec des baisses de l'ordre de 0,8 à 0,9 %. Mais les communes alentour, qu’elles appartiennent à leur agglomération 1 ou à leur couronne périurbaine, voient leur population augmenter. Ainsi, dans l’aire urbaine de Marvejols, la commune de Montrodat, située dans l’agglomération, bénéficie d'une croissance annuelle moyenne de 1,6 %, celle de Bourgs sur Colagne, dans la couronne périurbaine, de 0,7 %.

Au final, entre 2010 et 2015, l'ensemble des communes urbaines de Lozère perd en moyenne 170 habitants par an, alors que l'ensemble des communes rurales en gagne une vingtaine.

1 Au sens de l’unité urbaine

Figure 1 – Population du départementPopulation municipale au 1er janvier 2015 et évolution annuelle moyenne

Population du département
Population en 2015 Population en 2010 Évolution annuelle moyenne 2010-2015 (%)
Lozère 76 309 77 082 - 0,2
Occitanie 5 774 185 5 518 106 + 0,9
France métropolitaine 64 300 821 62 765 235 + 0,5
Principales unités urbaines du département
Mende 11 641 12 140 - 0,8
Marvejols 6 066 6 187 - 0,4
Saint-Chély-d'Apcher 4 156 4 323 - 0,8
Langogne 3 246 3 337 - 0,6
La Canourgue 3 134 3 125 + 0,1
  • Source : Insee, recensements de la population

Figure 2 – Population des principales communes de LozèrePopulation municipale au 1er janvier 2015 et évolution annuelle moyenne

Population des principales communes de Lozère
Principales communes Population en 2015 Population en 2010 Évolution annuelle moyenne 2010-2015 (%)
Mende 11 641 12 140 - 0,8
Marvejols 4 841 5 053 - 0,9
Saint-Chély-d'Apcher 4 156 4 323 - 0,8
Langogne 2 894 3 014 - 0,8
Peyre en Aubrac 2 348 2 368 - 0,2
Bourgs sur Colagne 2 154 2 076 + 0,7
La Canourgue 2 090 2 120 - 0,3
Florac Trois Rivières 2 088 2 121 - 0,3
Chanac 1 460 1 399 + 0,9
Saint-Alban-sur-Limagnole 1 341 1 505 - 2,3
  • Source : Insee, recensements de la population

Figure 3 – Population municipale au 1er janvier 2015 et évolution annuelle moyenne entre 2010 et 2015

Population municipale au 1er janvier 2015 et évolution annuelle moyenne entre 2010 et 2015
Communes Population en 2015 Évolution annuelle moyenne 2010-2015 (%)
Albaret-le-Comtal 176 - 1,9
Albaret-Sainte-Marie 568 + 0,1
Allenc 227 - 2,1
Altier 208 + 0,1
Antrenas 333 + 0,5
Arzenc-d'Apcher 50 + 0,4
Arzenc-de-Randon 213 + 1,2
Auroux 395 - 1,2
Badaroux 958 + 1,1
Balsièges 538 + 0,8
Banassac-Canilhac 1 044 + 0,8
Barjac 750 + 2,6
Barre-des-Cévennes 199 - 0,5
Bassurels 62 + 7,6
Bédouès-Cocurès 484 0,0
Blavignac 288 + 4,1
Bourgs sur Colagne 2 154 + 0,7
Brenoux 378 + 0,9
Brion 84 - 3,0
Cans et Cévennes 280 - 1,2
Cassagnas 117 - 0,2
Chadenet 90 - 5,6
Chambon-le-Château 288 - 0,3
Chanac 1 460 + 0,9
Chastanier 81 - 2,5
Chastel-Nouvel 834 + 2,5
Châteauneuf-de-Randon 565 + 1,2
Chauchailles 95 - 0,4
Chaudeyrac 310 + 0,1
Chaulhac 74 + 0,5
Cheylard-l'Évêque 65 + 0,6
Cubières 162 - 1,5
Cubiérettes 54 0,0
Cultures 160 + 3,8
Esclanèdes 376 + 3,3
Estables 165 - 1,1
Florac Trois Rivières 2 088 - 0,3
Fontans 212 0,0
Fournels 366 - 0,1
Fraissinet-de-Fourques 70 + 2,1
Gabriac 99 - 1,9
Gabrias 145 + 1,0
Gatuzières 61 + 7,7
Gorges du Tarn Causses 981 + 0,4
Grandrieu 738 - 0,6
Grandvals 77 - 1,5
Grèzes 204 - 1,9
Hures-la-Parade 274 + 3,2
Ispagnac 889 + 0,8
Julianges 58 - 4,5
La Bastide-Puylaurent 164 - 0,9
La Canourgue 2 090 - 0,3
La Fage-Montivernoux 159 - 1,1
La Fage-Saint-Julien 293 + 0,6
La Malène 148 - 2,3
La Panouse 81 + 1,0
La Tieule 88 - 3,7
La Villedieu 30 - 5,6
Lachamp 173 - 0,5
Lajo 103 - 0,9
Langogne 2 894 - 0,8
Lanuéjols 312 - 0,3
Laubert 102 0,0
Laval-du-Tarn 102 - 1,1
Le Born 148 - 0,3
Le Buisson 236 + 1,0
Le Collet-de-Dèze 765 + 2,7
Le Malzieu-Forain 460 - 0,4
Le Malzieu-Ville 740 - 3,4
Le Pompidou 166 - 1,9
Le Rozier 141 - 1,2
Les Bessons 445 - 0,2
Les Bondons 144 + 0,3
Les Hermaux 104 - 2,0
Les Laubies 172 + 0,1
Les Monts-Verts 344 + 0,2
Les Salces 101 + 1,2
Les Salelles 167 + 2,2
Luc 223 - 0,4
Marchastel 56 - 6,2
Marvejols 4 841 - 0,9
Mas-Saint-Chély 119 - 3,2
Massegros Causses Gorges 960 + 0,8
Mende 11 641 - 0,8
Meyrueis 838 + 0,3
Moissac-Vallée-Française 223 0,0
Molezon 93 + 0,7
Mont Lozère et Goulet 1 043 - 0,7
Montbel 118 - 2,2
Montrodat 1 225 + 1,6
Nasbinals 512 + 0,5
Naussac-Fontanes 352 + 1,7
Noalhac 94 - 0,8
Palhers 195 - 0,5
Paulhac-en-Margeride 100 - 1,0
Pelouse 229 + 0,4
Peyre en Aubrac 2 348 - 0,2
Pied-de-Borne 201 - 1,5
Pierrefiche 165 + 0,1
Pont de Montvert - Sud Mont Lozère 587 + 0,3
Pourcharesses 116 - 0,8
Prévenchères 257 - 0,2
Prinsuéjols-Malbouzon 285 - 1,3
Prunières 261 + 0,6
Recoules-d'Aubrac 196 - 4,0
Recoules-de-Fumas 100 + 1,0
Ribennes 165 - 0,1
Rieutort-de-Randon 774 + 0,5
Rimeize 577 - 0,9
Rocles 234 + 1,6
Rousses 107 + 1,0
Saint Bonnet-Laval 263 - 1,9
Saint-Alban-sur-Limagnole 1 341 - 2,3
Saint-Amans 154 + 0,9
Saint-André-Capcèze 176 + 0,9
Saint-André-de-Lancize 128 + 0,3
Saint-Bauzile 638 + 0,9
Saint-Bonnet-de-Chirac 74 + 6,9
Saint-Chély-d'Apcher 4 156 - 0,8
Saint-Denis-en-Margeride 174 - 0,9
Sainte-Croix-Vallée-Française 296 - 1,5
Sainte-Eulalie 38 - 3,7
Sainte-Hélène 89 + 4,6
Saint-Étienne-du-Valdonnez 648 + 0,3
Saint-Étienne-Vallée-Française 515 - 0,7
Saint-Flour-de-Mercoire 192 + 0,9
Saint-Frézal-d'Albuges 69 + 5,4
Saint-Gal 94 - 3,3
Saint-Germain-de-Calberte 440 - 0,7
Saint-Germain-du-Teil 863 + 1,6
Saint-Hilaire-de-Lavit 117 + 1,6
Saint-Jean-la-Fouillouse 159 - 0,9
Saint-Juéry 65 - 0,6
Saint-Julien-des-Points 113 + 0,4
Saint-Laurent-de-Muret 189 + 1,3
Saint-Laurent-de-Veyrès 38 - 2,4
Saint-Léger-de-Peyre 182 + 1,5
Saint-Léger-du-Malzieu 212 + 0,5
Saint-Martin-de-Boubaux 177 + 0,6
Saint-Martin-de-Lansuscle 189 + 0,3
Saint-Michel-de-Dèze 246 + 3,3
Saint-Paul-le-Froid 143 - 0,4
Saint-Pierre-de-Nogaret 179 + 1,8
Saint-Pierre-des-Tripiers 80 + 0,8
Saint-Pierre-le-Vieux 312 + 1,8
Saint-Privat-de-Vallongue 242 - 2,3
Saint-Privat-du-Fau 136 + 0,4
Saint-Saturnin 63 0,0
Saint-Sauveur-de-Ginestoux 56 - 2,0
Saint-Symphorien 230 - 1,6
Serverette 263 - 1,5
Servières 184 + 0,2
Termes 204 - 1,2
Trélans 95 - 1,2
Vebron 197 - 0,4
Ventalon en Cévennes 229 - 2,6
Vialas 439 + 0,3
Villefort 568 - 1,4
  • Source : Insee, recensements de la population

Figure 3 – Population municipale au 1er janvier 2015 et évolution annuelle moyenne entre 2010 et 2015

  • Source : Insee, recensements de la population

Définitions

Unité urbaine : la définition de l’unité urbaine correspond à celle, communément admise, d’agglomération. C’est une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas plus de 200 mètres entre deux constructions) d’au moins 2 000 habitants. Les communes appartenant à une unité urbaine sont dites urbaines, les autres sont considérées comme rurales.

Aire urbaine : l’aire urbaine est la zone d’influence, en matière d’emploi, d’une unité urbaine d’au moins 1 500 emplois (pôle). C’est un ensemble de communes comprenant un pôle et sa couronne, constitué par les communes (rurales ou urbaines) dont au moins 40 % des actifs en emploi travaillent dans le pôle ou dans une commune attirée par celui-ci. Si le pôle compte au moins 10 000 emplois, l’aire est considérée comme une grande aire urbaine et sa couronne est dite périurbaine. Si le pôle compte entre 5 000 et 10 000 emplois, l’aire est considérée comme une aire moyenne.