Le parc de logements en France au 1ᵉʳ janvier 2017

Céline Arnold, division Logement, Insee

Au 1ᵉʳ janvier 2017, la France, hors Mayotte, compte 35,7 millions de logements. En France métropolitaine, 82 % des logements sont des résidences principales et 56 % des logements individuels. L'unité urbaine de Paris rassemble 16 % des résidences principales, et les communes rurales, 42 % des résidences secondaires. Dans les départements d’outre-mer (DOM), le parc de logements augmente plus vite qu’en métropole, de l'ordre de 2,5 % en moyenne par an depuis trente ans contre 1,1 % en métropole.

Depuis trente ans, le parc de logements métropolitain s’accroît de 1,1 % par an

Au 1ᵉʳ janvier 2017, la France métropolitaine compte 34,8 millions de logements (figure 1, sources). Depuis trente ans, le parc s’accroît de 1,1 % par an en moyenne. Aujourd’hui, sur 100 logements, 82 sont des résidences principales, 10 sont des résidences secondaires ou des logements occasionnels, et 8 sont des logements vacants.

Le nombre de résidences principales s’établit à 28,6 millions. Il a crû à un rythme un peu plus élevé que l’ensemble du parc depuis le début des années 1990 jusqu’au milieu des années 2000 (figure 2). Depuis, il suit une progression annuelle d’environ 0,8 %.

La part des résidences secondaires et logements occasionnels est légèrement moins élevée en 2017 qu’il y a trente ans, tandis que celle des logements vacants est un peu plus élevée. Cette dernière a d’abord diminué lentement, descendant jusqu’à 6 % en 2006, avant de remonter ensuite. Depuis 2006, le nombre de logements vacants s'accroît dans l'ensemble des unités urbaines, sauf Paris. Cette hausse concerne à la fois les logements individuels et les logements collectifs.

En 2017, l’habitat individuel représente 56 % des logements : il est majoritaire parmi les résidences principales comme parmi les résidences secondaires et les logements occasionnels. Après avoir progressé entre 1999 et 2008, sa part recule légèrement. En effet, le nombre de logements collectifs augmente plus vite que celui des logements individuels (figure 3) du fait des évolutions récentes de la construction neuve. Depuis 2013, les logements achevés dans l'année sont en effet plus nombreux dans le collectif que dans l'individuel, alors que c'était l'inverse avant 2008.

Figure 1- Répartition du parc de logements selon la catégorie

Figure 1- Répartition du parc de logements selon la catégorie
1987 2017 Évolution annuelle moyenne (en %)
Nombre de logements (en milliers) Répartition (en %) Nombre de logements (en milliers) Répartition (en %)
Ensemble des logements, dont : 25 787 35 720 1,1
Résidences principales 21 221 82,3 29 330 82,1 1,1
Résidences secondaires et logements occasionnels 2 637 10,2 3 395 9,5 0,8
Logements vacants 1 929 7,5 2 995 8,4 1,5
Ensemble des logements de France métropolitaine, dont : 25 361 34 815 1,1
Résidences principales 20 857 82,3 28 577 82,1 1,1
Résidences secondaires et logements occasionnels 2 617 10,3 3 356 9,6 0,8
Logements vacants 1 888 7,4 2 882 8,3 1,4
Ensemble des logements des DOM, dont : 426 905 2,5
Résidences principales 364 85,4 753 83,2 2,5
Résidences secondaires et logements occasionnels 20 4,8 39 4,4 2,2
Logements vacants 42 9,8 112 12,4 3,4
  • Champ : France, hors Mayotte.
  • Sources : Insee, SDES, estimations annuelles du parc de logements au 1ᵉʳ janvier.

Figure 2 - Évolution du nombre de logements par catégorie depuis 1987

en %
Figure 2 - Évolution du nombre de logements par catégorie depuis 1987
1987-1992 1992-1997 1997-2002 2002-2007 2007-2012 2012-2017
Ensemble des logements 1,1 1,0 1,1 1,2 1,1 0,9
Résidences principales 1,1 1,1 1,2 1,3 0,9 0,7
Résidences secondaires et logements occasionnels 1,6 0,3 0,4 0,9 0,5 1,2
Logements vacants 0,3 0,5 -0,2 0,6 4,3 3,0
  • Note : évolution annuelle, moyenne quinquennale.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Sources : Insee, SDES, estimations annuelles du parc de logements au 1ᵉʳ janvier.

Figure 2 - Évolution du nombre de logements par catégorie depuis 1987

Figure 3 - Évolution du nombre de logements par type d'habitat depuis 1987

en %
Figure 3 - Évolution du nombre de logements par type d'habitat depuis 1987
1987-1992 1992-1997 1997-2002 2002-2007 2007-2012 2012-2017
Ensemble des logements 1,1 1,0 1,1 1,2 1,1 0,9
Logements individuels 1,1 0,8 1,2 1,3 1,0 0,8
Logements collectifs 1,1 1,2 0,9 1,0 1,2 1,1
  • Note : évolution annuelle, moyenne quinquennale.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Sources : Insee, SDES, estimations annuelles du parc de logements au 1ᵉʳ janvier.

Figure 3 - Évolution du nombre de logements par type d'habitat depuis 1987

L’unité urbaine de Paris concentre 16 % des résidences principales

En 2017, 16 % des résidences principales se situent dans l’unité urbaine de Paris et 22 % dans une commune rurale (figure 4).

Les résidences secondaires ou logements occasionnels se situent bien plus souvent dans une commune rurale ou dans une petite unité urbaine (moins de 100 000 habitants) : quatre cas sur cinq contre seulement la moitié des résidences principales. Toutefois, la part du rural a diminué depuis trente ans (42 % en 2017 contre 50 % en 1987) alors que celle des petites unités urbaines s'est accrue (de 32 % à 39 %) avec l’urbanisation.

Enfin, la majorité des logements vacants se situent dans une commune rurale ou dans une petite unité urbaine (61 % en 2017). L'habitat individuel est d'autant plus fréquent que la commune est petite, et ce pour toutes les catégories de logements (résidence principale ou autre). Toutefois, quel que soit le type de commune, la part de l’habitat collectif est toujours plus élevée parmi les résidences secondaires et les logements vacants que parmi les résidences principales.

Figure 4 - Part de l'habitat individuel et collectif selon la tranche d'unité urbaine au 1ᵉʳ janvier 2017

Figure 4 - Part de l'habitat individuel et collectif selon la tranche d'unité urbaine au 1ᵉʳ janvier 2017
en milliers en %
Ensemble des logements Résidences principales Résidences secondaires et logements occasionnels Logements vacants Ensemble des logements Résidences principales Résidences secondaires et logements occasionnels Logements vacants
Ensemble des logements 34 815 28 577 3 356 2 882 100,0 100,0 100,0 100,0
Individuel 19 445 16 158 1 896 1 391 55,9 56,5 56,5 48,2
Collectif 15 370 12 419 1 460 1 492 44,1 43,5 43,5 51,8
Communes rurales 8 262 6 146 1 399 718 100,0 100,0 100,0 100,0
Individuel 7 402 5 692 1 088 622 89,6 92,6 77,8 86,6
Collectif 860 453 311 96 10,4 7,4 22,2 13,4
Unités urbaines de moins de 100 000 habitants 11 318 8 977 1 304 1 038 100,0 100,0 100,0 100,0
Individuel 7 122 5 929 680 513 62,9 66,1 52,2 49,4
Collectif 4 196 3 047 623 525 37,1 33,9 47,8 50,6
Unités urbaines de 100 000 habitants ou plus 10 153 8 867 470 817 100,0 100,0 100,0 100,0
Individuel 3 851 3 527 114 209 37,9 39,8 24,3 25,6
Collectif 6 303 5 339 356 608 62,1 60,2 75,7 74,4
Unité urbaine de Paris 5 082 4 588 184 310 100,0 100,0 100,0 100,0
Individuel 1 070 1 009 13 47 21,1 22,0 7,2 15,2
Collectif 4 012 3 579 170 263 78,9 78,0 92,8 84,8
  • Champ : France métropolitaine.
  • Sources : Insee, SDES, estimations annuelles du parc de logements au 1ᵉʳ janvier.

Six ménages sur dix sont propriétaires de leur résidence principale

58 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale (figure 5). Cette part n’a cessé de croître depuis les années 1980 jusqu’en 2010, mais elle est stable ces dernières années. Parmi les propriétaires, environ un tiers sont accédants, c’est à dire qu’ils n’ont pas fini de rembourser leur emprunt pour l’achat du logement. La part d’accédants à la propriété a fortement augmenté dans les années 1980 avant de baisser jusqu'au milieu des années 2000. Elle est stable depuis. La part des propriétaires sans charges de remboursement croît en partie sous l’effet du vieillissement de la population. En trente ans, elle est passée de 28 % à 38 % des ménages.

Parallèlement, la proportion des ménages locataires de leur résidence principale a légèrement diminué dans les années 1980 et s'est stabilisée ensuite. La part des bailleurs publics a augmenté un peu jusqu'au milieu des années 1990, puis s'est maintenue. Dans le parc locatif, les parts respectives des bailleurs publics et privés atteignent 17 % et 23 % des résidences principales en 2017.

Figure 5 - Répartition des résidences principales selon le statut d'occupation

en %
Figure 5 - Répartition des résidences principales selon le statut d'occupation
1987 2017
Propriétaires 53,7 57,9
dont propriétaires sans charge de remboursement 28,2 37,8
dont accédants à la propriété 25,5 20,1
Locataires 39,4 39,8
dont bailleurs publics 15,4 17,0
dont bailleurs privés 24,0 22,8
Logés gratuitement 6,9 2,3
Ensemble 100,0 100,0
  • Note : Les bailleurs publics regroupent les bailleurs HLM, les autres bailleurs sociaux tels que les sociétés d'économie mixte (SEM), l'État, les collectivités locales et les établissements publics. Les bailleurs privés regroupent les ménages propriétaires bailleurs et les autres bailleurs personnes morales (associations, mutuelles, banques, sociétés d'assurance, sociétés immobilières, etc.).
  • Champ : France métropolitaine.
  • Sources : Insee, SDES, estimations annuelles du parc de logements au 1ᵉʳ janvier.

Figure 5 - Répartition des résidences principales selon le statut d'occupation

Le nombre de logements s’accroît fortement dans les DOM

Dans les DOM, hors Mayotte, le parc total des logements augmente plus rapidement qu’en métropole : + 3 % par an, en moyenne, entre le début des années 1980 et la fin des années 1990, puis aux alentours de + 2 % par an jusqu’à aujourd’hui.

En 2017, 83,2 % des logements sont des résidences principales, 4,4 % des résidences secondaires ou occasionnelles et 12,4 % des logements vacants (figure 1). Le nombre de résidences principales s’accroît un peu moins vite que l'ensemble du parc depuis 2008. L’habitat individuel représente plus des deux tiers de l’ensemble des logements ultramarins (hors Mayotte). Il reste majoritaire quel que soit le type de logement, même si sa part baisse lentement depuis trente ans.

Sources

Les estimations annuelles du parc de logements (EAPL) sont réalisées conjointement par l'Insee et le service de la donnée et des études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique et solidaire. Elles font la synthèse et la mise en cohérence de plusieurs sources, la principale étant le recensement de la population, dont les dernières données disponibles sont relatives au 1ᵉʳ janvier 2014.

En France métropolitaine, l'estimation s’appuie également sur d'autres sources, notamment les fichiers de la taxe d’habitation, le répertoire de gestion du recensement (répertoire des immeubles localisés) et l’enquête Logement de l'Insee (dernière en date : 2013).

Pour les DOM, l’estimation est principalement réalisée à l'aide du recensement et des enquêtes Logement de 2006 et 2013.

Les données relatives aux trois dernières années (2015, 2016 et 2017) sont provisoires et seront révisées chaque année jusqu’à ce qu’un chiffrage définitif soit établi par le recensement.

Définitions

Bailleurs publics : organismes d’habitation à loyer modéré (HLM), société d’économie mixte (SEM), État, collectivités locales et établissements publics.

Bailleurs privés : ménages propriétaires bailleurs, autres bailleurs personnes morales.

Pour en savoir plus

SDES, « Comptes du logement 2016 - Rapport de la commission des comptes du logement », Datalab n° 22, juillet 2017.

Arnold C., « Le parc de logements en France au 1ᵉʳ janvier 2016 », Insee Focus n° 73, décembre 2016.

« Les conditions de logement en France », Insee Références, édition 2017.