La population de l’Essonne à l’horizon 2050Plus forte croissance et vieillissement le moins marqué de l’Île-de-France

Issam Khelladi, Thomas Poncelet, Lauren Trigano, Insee Île-de-France

Si les tendances démographiques récentes se poursuivaient, l’Essonne serait le département francilien où la population augmenterait le plus entre 2013 et 2050 (+ 29 %). Cette croissance serait portée par les soldes migratoire et naturel jusqu’en 2025 et par le seul solde naturel ensuite. Le département résisterait également au vieillissement perceptible aux niveaux national et régional, la moyenne d’âge augmentant seulement de deux ans et demi sur la période.

La population de l'Essonne serait de 1,62 million d'habitants en 2050

De 1999 à 2013, la population de l’Essonne a augmenté continûment de 0,70 % par an en moyenne, pour atteindre 1 253 900 habitants. En 2050, selon les différents scénarios démographiques envisagés (Pour comprendre), la population serait comprise entre 1 574 100 et 1 665 400 habitants. Si les tendances récentes se poursuivaient (scénario tendanciel), le département compterait 1 615 200 habitants en 2050. La croissance démographique (figure 1) se prolongerait jusqu’en 2050, même si son rythme annuel, supérieur à 1 % par an jusqu’en 2020, ralentirait pour atteindre 0,4 % en 2050.

Dans le même temps, la population de l’Île-de-France passant de 11 959 800 à 13 504 900 habitants, le poids démographique de l’Essonne augmenterait au sein de la région, passant de 10,5 % en 2013 à 12,0 % en 2050. En 2050, l’Essonne deviendrait le cinquième département le plus peuplé d’Île-de-France, alors qu’il était septième et avant-dernier en 2013.

Figure 1 – Près d'un tiers d'habitants supplémentaires en Essonne en 2050Projection de la population de l’Essonne de 2013 à 2050 selon trois scénarios

Près d'un tiers d'habitants supplémentaires en Essonne en 2050
Année Recensement de la population Scénario tendanciel Scénario croissance haute Scénario croissance basse
1999 1133836
2000 1142331
2001 1151521
2002 1160665
2003 1169540
2004 1178214
2005 1188351
2006 1198273
2007 1201994
2008 1205850
2009 1208004
2010 1215340
2011 1225191
2012 1237507
2013 1253931 1253937 1253937 1253937
2014 1267369 1267366 1267369
2015 1280895 1280983 1280831
2016 1294637 1294909 1294427
2017 1307906 1308477 1307481
2018 1321003 1321930 1320287
2019 1333932 1335317 1332882
2020 1346597 1348530 1345150
2021 1359006 1361554 1357078
2022 1371090 1374343 1368632
2023 1382843 1386880 1379791
2024 1394225 1399116 1390529
2025 1405297 1411122 1400909
2026 1415999 1422827 1410868
2027 1426358 1434257 1420430
2028 1436422 1445466 1429653
2029 1446242 1456488 1438594
2030 1455849 1467379 1447281
2031 1465241 1478095 1455716
2032 1474438 1488695 1463897
2033 1483502 1499206 1471913
2034 1492423 1509626 1479732
2035 1501195 1519970 1487368
2036 1509819 1530240 1494794
2037 1518356 1540483 1502056
2038 1526753 1550666 1509110
2039 1535032 1560798 1515959
2040 1543168 1570860 1522588
2041 1551149 1580817 1528952
2042 1558977 1590690 1535068
2043 1566636 1600471 1540916
2044 1574139 1610145 1546522
2045 1581452 1619699 1551840
2046 1588579 1629137 1556871
2047 1595501 1638419 1561597
2048 1602271 1647581 1566075
2049 1608825 1656586 1570245
2050 1615170 1665424 1574139
  • Lecture : en 2030, selon le scénario tendanciel, la population de l’Essonne serait de 1,46 million d'habitants.
  • Source : Insee, recensement de la population et modèle Omphale 2017.

Figure 1 – Près d'un tiers d'habitants supplémentaires en Essonne en 2050Projection de la population de l’Essonne de 2013 à 2050 selon trois scénarios

La croissance démographique la plus rapide d’Île-de-France

La croissance démographique de l'Essonne serait la plus rapide d'Île-de-France. Pourtant, le solde migratoire se dégraderait progressivement entre 2013 et 2050. Excédentaire en 2013, il s’annulerait aux alentours de 2025 et deviendrait négatif pendant les 25 années suivantes pour s’établir à - 4800 en 2050. Les soldes migratoires des moins de 20 ans et des 20-59 ans resteraient excédentaires ; seul celui des 60 ans ou plus resterait déficitaire.

En revanche, le solde naturel, largement positif en 2013, resterait stable jusqu’en 2050, avec un excédent des naissances sur les décès de l’ordre de 11 000 par an.

D’ici 2050, l’Essonne serait ainsi le département francilien qui connaîtrait la croissance démographique la plus forte. Le taux de croissance annuel moyen du département serait deux fois supérieur à celui de la région (figure 2). De 2013 à 2025, la croissance serait soutenue à la fois par le solde migratoire et le solde naturel, puis par le seul solde naturel.

Figure 2 – La population essonnienne augmenterait de près d'un tiers entre 2013 et 2050

La population essonnienne augmenterait de près d'un tiers entre 2013 et 2050
Population en 2013 Population en 2050 Taux de croissance annuel moyen entre 2013 et 2050 (en %) Âge moyen en 2013 Âge moyen en 2050
Essonne 1 253 900 1 615 200 0,69 37,2 39,8
Paris 2 229 600 2 233 000 0,00 39,2 42,2
petite couronne 4 497 900 5 149 900 0,37 36,8 40,8
grande couronne 5 232 300 6 122 000 0,43 37,1 41,0
île-de-France 11 959 800 13 504 900 0,33 37,4 41,1
  • Source : Insee, recensement de la population et modèle Omphale 2017 (scénario tendanciel).

L'Essonne serait le département francilien le moins exposé au vieillissement

En 2013, l’Essonne compte 80 800 habitants âgés de 75 ans ou plus, représentant 6 % de cette tranche d’âge dans la région. En 2050, leur nombre ferait plus que doubler et cette tranche d'âge représenterait 10 % de la population du département. Cette hausse est majoritairement due à la croissance du nombre d’hommes âgés. En effet, alors que moins de quatre Essonniens sur dix de 75 ans ou plus sont des hommes en 2013, ils seraient près d’un sur deux en 2050 (figure 3). L’espérance de vie à la naissance des hommes se rapprocherait progressivement de celle des femmes, au même rythme que dans les autres départements de la région. En 2050, l’espérance de vie des Essonniens serait de 88,9 ans pour les hommes et de 91,6 ans pour les femmes, contre respectivement 79,8 ans et 85,2 ans en 2013. L’Essonne resterait alors le cinquième département de la région en matière d’espérance de vie - des hommes comme des femmes - devant la Seine-Saint-Denis, le Val-d’Oise et la Seine-et-Marne.

Figure 3 – Une part des jeunes qui resterait stable en EssonneStructure par âge des habitants de l’Essonne en 2013 et projection en 2050 selon le scénario tendanciel

Une part des jeunes qui resterait stable en Essonne
Âge Femmes en 2013 Hommes en 2013 Femmes en 2050 Hommes en 2050
0 8646 8869 10091 10599
1 8846 8863 10244 10533
2 8847 9348 10398 10768
3 8878 9059 10670 10911
4 9036 9536 11006 11171
5 8595 9294 11110 11442
6 9058 8890 11335 11552
7 8766 9010 11478 11667
8 8387 8912 11531 11762
9 8452 8941 11554 11877
10 8238 8788 11643 11852
11 8214 8912 11670 11839
12 8576 8667 11638 11800
13 8275 8830 11824 11773
14 8155 8656 11878 11784
15 8029 8261 11777 11882
16 8172 8640 11613 11723
17 8157 8425 11243 11298
18 7541 7835 10421 10414
19 7232 7909 9711 9683
20 7730 8533 9084 9103
21 7961 8696 8452 8622
22 7955 8435 8206 8173
23 7984 8464 8145 8087
24 8165 8034 8178 8182
25 8248 7904 8584 8054
26 8374 7865 8891 8075
27 8223 7972 9096 8169
28 8440 7850 9371 8298
29 8206 7853 9538 8585
30 8587 8377 9800 8808
31 9082 8321 10155 9010
32 8864 8464 10283 9166
33 8658 8173 10415 9305
34 8484 8293 10688 9619
35 8324 8271 10925 9866
36 8640 8133 10946 9874
37 8503 8502 10894 9784
38 9023 8824 11251 9982
39 9582 9139 11384 10264
40 9503 9401 11195 10338
41 9131 9128 11154 10323
42 9059 8881 10972 10073
43 8912 8591 10992 10157
44 8956 8671 10692 9994
45 9089 8792 10428 9788
46 9173 8899 10355 9722
47 9014 9055 10194 9672
48 9327 9041 10178 9755
49 8984 8941 10318 9890
50 8630 8681 9745 9542
51 8870 8389 9544 9370
52 8618 8383 9332 9195
53 8241 8366 9352 9277
54 8126 7831 9329 9246
55 8006 7760 8962 8966
56 7655 7516 8923 9140
57 7508 7124 9442 9717
58 7345 7255 9614 9824
59 7021 6906 9665 9804
60 7177 6573 9418 9465
61 6865 6493 9145 9064
62 7150 6419 8673 8715
63 7004 6292 8458 8445
64 6703 6156 8121 8189
65 6457 6135 7865 7801
66 6137 5833 7520 7471
67 4541 4490 7606 7664
68 4706 4191 7526 7351
69 4543 4057 7245 7289
70 4257 3708 6809 6793
71 3740 3345 6455 6549
72 3852 3406 6218 6475
73 4093 3399 6075 6163
74 4059 3210 5904 6095
75 3837 3119 6003 6127
76 3714 2885 6158 6160
77 3639 2897 6051 6031
78 3787 2847 5765 5717
79 3762 2561 5485 5379
80 3441 2411 5285 5043
81 3324 2138 5094 4793
82 3149 2217 5002 4632
83 2685 1755 4820 4488
84 2553 1543 4578 4308
85 2390 1374 4542 4046
86 2270 1192 4145 3712
87 2047 1006 3802 3316
88 1740 866 3668 2936
89 1655 648 3286 2620
90 1382 541 2911 2277
91 1165 494 2585 1869
92 1128 347 2296 1574
93 544 191 1941 1297
94 346 117 1685 1035
95 262 80 1452 836
96 233 38 1201 605
97 189 61 1017 445
98 188 41 807 352
  • Source : Insee, recensement de la population et modèle Omphale 2017.

Figure 3 – Une part des jeunes qui resterait stable en EssonneStructure par âge des habitants de l’Essonne en 2013 et projection en 2050 selon le scénario tendanciel

Pour comprendre

Les projections départementales 2013-2050 sont issues du modèle Omphale. Celui-ci permet de projeter d’année en année les pyramides des âges des différents territoires. La population par sexe et âge y évolue selon des hypothèses formulées sur trois composantes : la fécondité, la mortalité et les migrations. Ces hypothèses purement démographiques n’intègrent aucun facteur exogène comme les politiques publiques. Ces projections ne peuvent donc pas être assimilées à des prévisions. Aucune probabilité n’est affectée à la réalisation de chacun des scénarios présentés ici :

  • Un scénario tendanciel qui prolonge les évolutions récentes sur chacune des composantes. Sauf mention contraire, les chiffres cités font référence à ce scénario.
  • Un scénario de « croissance haute » rassemblant les hypothèses les plus favorables à la croissance démographique concernant les trois composantes : fécondité, espérance de vie et migrations.
  • Un scénario de « croissance basse » rassemblant les hypothèses les plus défavorables à la croissance démographique concernant les trois composantes : fécondité, espérance de vie et migrations.

Les hypothèses de ces trois scénarios sont les suivantes :

Essonne Scénarios
Tendanciel Croissance Haute Croissance Basse
Naissances et décès
Solde naturel annuel moyen 2013-2050 11 200 12 100 10 500
Espérance de vie à la naissance en 2050 (en années)
Hommes 88,9 91,2 86,9
Femmes 91,6 93,7 89,9
Migrations
Solde migratoire annuel moyen 2013-2050 -1 400 -1 000 -1 900
  • Source : Insee, modèle Omphale 2017.

Pour en savoir plus

Poncelet T., Trigano L., « Même vieillissante, l’Île-de-France resterait la région la plus jeune de France métropolitaine en 2050 », Insee Analyses Île-de-France n° 62, juin 2017.

Desrivierre D., « D’ici 2050, la population augmenterait dans toutes les régions de métropole », Insee Première n° 1652, juin 2017.

De Biasi K., Louchart P., « Horizon 2030 : vieillissement important de la population en grande couronne », Insee Île-de-France à la page n° 388, mars 2012.