Même vieillissante, l’Île-de-France resterait la région la plus jeune de France métropolitaine en 2050

Thomas Poncelet, Lauren Trigano, Insee Île-de-France

Au 1er janvier 2013, la population francilienne s’établit à près de 12 millions d'habitants. Si les tendances démographiques récentes se poursuivent, elle pourrait légèrement dépasser les 13 millions en 2050. Cette croissance démographique serait seulement portée par l’excédent des naissances sur les décès. Néanmoins, cet excédent ralentirait sous l’effet du vieillissement de la population qui conduit à une augmentation du nombre de décès. Quel que soit le scénario considéré, l’Île-de-France resterait la région la plus jeune de France métropolitaine. En 2050, les Franciliens auraient en moyenne 41,7 ans contre 44,8 ans en France métropolitaine.

L’intérêt des projections démographiques

Les projections démographiques sont réalisées périodiquement pour répondre à des besoins d’aménagement du territoire et de politiques publiques. Elles visent à éclairer la façon dont la population pourrait évoluer à moyen ou long terme. Pour autant, les projections ne constituent pas des prévisions. D’une part, aucune probabilité de réalisation n’est affectée aux hypothèses qui les sous-tendent. D’autre part, la population d’un territoire évolue également au gré du contexte économique, des politiques d’aménagement ou d’infrastructures, difficiles à anticiper.

Par conséquent, ces simulations sont réalisées selon des jeux d’hypothèses - appelés scénarios - strictement démographiques et reposant sur certains paramètres dont la fécondité, la mortalité et les migrations. Trois scénarios sont considérés (Le modèle Omphale et les scénarios démographiques). Entre les scénarios « population haute » et « population basse », un scénario intermédiaire dit « central » reflète le prolongement des tendances démographiques actuelles de la région.

Toujours plus nombreux en Île-de-France à l’horizon 2050

À l’aune de ces différents scénarios, l’Île-de-France serait plus peuplée en 2050 qu’en 2013 (figure 1). En effet, la population francilienne frôle les 12 millions d’habitants en 2013 et serait comprise entre 12,1 millions (scénario bas) et 14,4 millions (scénario haut) au milieu du 21e siècle. Elle atteindrait 13,2 millions dans le scénario central.

Selon le scénario « population haute », la population francilienne augmenterait en moyenne de 0,5 % par an, soit un rythme comparable à la période 2006-2013. Toutefois, cette croissance serait plus élevée en début de période (+ 0,6 % en 2020) puis ralentirait pour s’établir à 0,4 % en 2050. Le ralentissement de cette croissance, déjà amorcé depuis 1999, se poursuivrait quel que soit le scénario. Selon le scénario « population basse », la population francilienne augmenterait faiblement jusqu’en 2035 pour ensuite diminuer. En 2050, les Franciliens seraient à peine plus nombreux qu’aujourd’hui : 12,1 millions en 2050, soit 200 000 habitants supplémentaires. Enfin, selon le scénario central qui prolonge les tendances démographiques observées, la croissance démographique s’élèverait à 0,4 % en moyenne par an entre 2013 et 2020, contre 0,1 % à partir de 2048. Dans ce dernier scénario, en 2050, les Franciliens seraient 1,2 million de plus qu’aujourd’hui. Le ralentissement démographique, présent dans tous les scénarios, s’explique par un solde naturel en perte de vitesse.

Figure 1 – Croissance de la population francilienne de 1999 à 2050

Croissance de la population francilienne de 1999 à 2050
Recensement de la population Projections Omphale scénario central Projections Omphale scénario population basse Projections Omphale scénario population haute
1999 10 946 012
2000 11 019 991
2001 11 102 824
2002 11 185 563
2003 11 270 074
2004 11 350 290
2005 11 442 143
2006 11 532 398
2007 11 598 866
2008 11 659 260
2009 11 728 240
2010 11 786 234
2011 11 852 851
2012 11 898 502
2013 11 959 804 11 959 805 11 959 805 11 959 805
2014 12 005 254 12 005 314 12 005 192
2015 12 051 574 12 050 907 12 052 334
2016 12 098 755 12 096 577 12 101 155
2017 12 143 492 12 132 190 12 156 492
2018 12 187 300 12 162 094 12 216 514
2019 12 229 942 12 186 102 12 281 031
2020 12 271 302 12 204 215 12 349 828
2021 12 311 383 12 216 351 12 422 327
2022 12 350 258 12 227 079 12 494 025
2023 12 387 977 12 236 459 12 564 971
2024 12 424 483 12 244 390 12 635 108
2025 12 459 953 12 251 101 12 704 626
2026 12 494 523 12 256 666 12 773 658
2027 12 528 392 12 261 308 12 842 430
2028 12 561 712 12 265 168 12 911 092
2029 12 594 652 12 268 398 12 979 803
2030 12 627 356 12 271 158 13 048 708
2031 12 659 862 12 273 450 13 117 826
2032 12 692 148 12 275 290 13 187 178
2033 12 724 187 12 276 605 13 256 684
2034 12 755 849 12 277 257 13 326 179
2035 12 787 036 12 277 138 13 395 556
2036 12 817 758 12 276 224 13 464 807
2037 12 847 930 12 274 352 13 533 881
2038 12 877 390 12 271 352 13 602 557
2039 12 906 084 12 267 164 13 670 732
2040 12 933 881 12 261 640 13 738 179
2041 12 960 739 12 254 757 13 804 778
2042 12 986 571 12 246 417 13 870 397
2043 13 011 300 12 236 535 13 934 948
2044 13 034 901 12 225 121 13 998 440
2045 13 057 405 12 212 160 14 060 950
2046 13 078 881 12 197 702 14 122 640
2047 13 099 373 12 181 703 14 183 663
2048 13 118 910 12 164 111 14 244 165
2049 13 137 560 12 144 941 14 304 294
2050 13 155 358 12 124 200 14 364 149
  • Source : Insee, modèle Omphale 2017 et recensements de la population.

Figure 1 – Croissance de la population francilienne de 1999 à 2050

Une croissance démographique portée seulement par le solde naturel

En 2013, la croissance démographique régionale est exclusivement portée par le solde naturel (excédent des naissances sur les décès), l’Île-de-France étant déficitaire du point de vue migratoire. À l’horizon 2050, cet excédent naturel se réduirait comme pour toutes les autres régions françaises. Selon le scénario central, le solde naturel de l'Île-de-France passerait ainsi de + 109 000 personnes en 2013 à + 80 000 personnes en 2050 (figure 2). Ce fléchissement résulte d’un double mouvement.

D’une part, le nombre de naissances diminuerait, principalement en début de période en raison des femmes peu nombreuses nées pendant les années 1990 qui arrivent aux âges de forte fécondité. Les naissances remonteraient ensuite légèrement sans toutefois retrouver le niveau de 2013, en lien avec l’arrivée aux âges de forte fécondité des générations plus nombreuses de femmes nées au cours de la décennie 2000-2010.

D’autre part, le nombre de décès augmenterait régulièrement, en raison du vieillissement de la population et de l’arrivée aux grands âges des générations issues du baby boom (1945-1975).

Malgré sa diminution, l’excédent naturel francilien resterait le plus élevé de toutes les régions françaises.

S’agissant du solde migratoire, en 2013, les sorties du territoire régional excèdent de 65 600 les entrées. L’Île-de-France est la région de France métropolitaine qui perd le plus d’habitants au jeu des migrations. Seuls les DOM ont un solde migratoire plus déficitaire que l’Île-de-France. Selon le scénario central, le déficit migratoire de la région resterait stable (- 63 300 par an en moyenne jusqu’en 2050). Dans les deux autres scénarios, le solde migratoire serait compris entre - 70 400 (scénario bas) et - 58 800 (scénario haut) en moyenne annuelle sur la période. En 2050, l’Île-de-France deviendrait la région la plus déficitaire, devant les DOM dont le déficit migratoire diminuerait sur la période.

Figure 2 – De plus en plus de décès en Île-de-France et un nombre de naissances qui stagneNaissances et décès de la région Île-de-France

De plus en plus de décès en Île-de-France et un nombre de naissances qui stagne
Naissances Décès
2014 180 271 71 178
2015 179 268 71 502
2016 178 141 71 791
2017 177 534 72 419
2018 176 803 73 021
2019 175 924 73 603
2020 174 915 74 105
2021 173 803 74 583
2022 172 631 75 003
2023 171 488 75 393
2024 170 447 75 785
2025 169 570 76 183
2026 168 887 76 602
2027 168 441 77 071
2028 168 243 77 563
2029 168 275 78 093
2030 168 514 78 664
2031 168 920 79 269
2032 169 445 79 926
2033 170 062 80 614
2034 170 738 81 354
2035 171 417 82 145
2036 172 063 82 979
2037 172 658 83 837
2038 173 149 84 725
2039 173 519 85 606
2040 173 746 86 500
2041 173 820 87 372
2042 173 747 88 195
2043 173 555 88 955
2044 173 249 89 609
2045 172 845 90 156
2046 172 386 90 562
2047 171 886 90 860
2048 171 359 91 056
2049 170 848 91 175
  • Source : Insee, modèle Omphale 2017, scénario central.

Figure 2 – De plus en plus de décès en Île-de-France et un nombre de naissances qui stagneNaissances et décès de la région Île-de-France

Le poids démographique de l’Île-de-France au sein de la France métropolitaine s’érode légèrement jusqu’en 2050

L’Île-de-France est actuellement la région la plus peuplée de France et le resterait à l’horizon 2050. En 2013, elle représente 18,8 % de la population de France métropolitaine. Quel que soit le scénario, le poids démographique de la région ne diminuerait que très légèrement au cours du temps (- 0,01 point par an) pour atteindre 18,4 % en 2050 selon le scénario central (18,5 % selon le scénario haut et 18,3 % selon le scénario bas).

Quelle que soit la tranche d’âge considérée, le poids démographique de l’Île-de-France au sein de la France métropolitaine varierait assez peu jusqu’en 2050. Les 65 ans ou plus représentent 14,2 % de la population de France métropolitaine de la même tranche d’âge en 2013. Leur part augmenterait pour s’établir à 14,8 % en 2050, selon le scénario central. Parmi les personnes de moins de 65 ans, 19,8 % sont des Franciliens en 2013 et 19,7 % le seraient en 2050.

La région vieillirait mais resterait la plus jeune de France métropolitaine

En 2013, les Franciliens sont âgés en moyenne de 37,4 ans contre 40,2 ans pour les habitants de France métropolitaine. La population francilienne est ainsi plus jeunes que celle des autres régions de France métropolitaine. En effet, les Franciliens ont en moyenne 1,2 an de moins que les habitants des Hauts-de-France, deuxième région plus jeune de France métropolitaine. L’âge moyen des Franciliens ne cesserait d’augmenter pour atteindre 41,7 ans en 2050 selon le scénario central (contre 44,8 ans en France métropolitaine). L’Île-de-France resterait cependant l’une des régions où l’âge moyen augmente le moins vite. En 2050, les Franciliens auraient 1,5 an de moins que les habitants des Hauts-de-France.

En 2013, la part des personnes âgées de 65 ans ou plus est plus faible en Île-de-France que dans l’ensemble des autres régions métropolitaines. Dans les régions ultra-marines, seules la Guyane et Mayotte ont une part plus faible en 2013. Les seniors seraient de plus en plus nombreux dans toutes les régions même si leur hausse serait moins rapide en Île-de-France.

Les 65 ans ou plus porteraient à eux seuls la croissance démographique

De 2013 à 2050, la part des Franciliens de 65 ans ou plus ne cesserait d’augmenter. Selon le scénario central, cette part représenterait 21,9 % de la population en 2050, soit 2 884 000 Franciliens, contre 13,4 % en 2013 (1,6 million de Franciliens). Cette évolution correspond à celle de la population francilienne, qui augmente de 1,2 million sur la période.

La population francilienne de 65 ans ou plus serait la seule à continuer d’augmenter, même si cette évolution ralentirait progressivement jusqu’en 2038 (+ 3,0 % en 2013, + 1,5 % en 2038) (figure 3). Cette augmentation s’explique par l’arrivée aux grands âges des générations du baby boom nées entre 1945 et 1975 et par l’allongement de l’espérance de vie retenu dans le scénario central. À partir de 2038, la croissance de la population des 65 ans ou plus ralentirait davantage encore, descendant à moins de 1 %, en raison de l’arrivée de ces générations à un âge auquel la mortalité est élevée.

Figure 3 – Une forte augmentation des 65 ans ou plus en 2050

Une forte augmentation des 65 ans ou plus en 2050
Âge Femmes - 2013 Hommes - 2013 Femmes - 2050 Hommes - 2050
0 82038 85538 78497 82448
1 81572 84680 76859 80592
2 81807 85346 76854 80313
3 79693 83677 76834 80448
4 80322 83692 77157 80856
5 78607 82433 77362 81163
6 79031 82866 77438 81301
7 76799 80157 77504 81565
8 75424 78573 77496 81673
9 75706 77892 77404 81739
10 73718 77101 77135 81564
11 73922 78057 76819 81305
12 75622 78941 76488 80828
13 71980 75194 76238 80423
14 70964 73773 76096 80189
15 70112 72650 76134 80076
16 70802 73463 76107 79811
17 71379 72559 75925 79269
18 70138 70828 76463 78430
19 71255 71060 75553 76253
20 76309 75295 74895 73640
21 79911 78049 74852 71776
22 85208 80748 76398 71311
23 88854 82247 79136 72867
24 91758 84622 82234 74667
25 92001 85497 84247 76436
26 93422 86610 85447 77307
27 93049 86087 86567 77979
28 91285 84302 87021 78722
29 89934 82935 87636 79441
30 94287 87697 88128 79867
31 94455 87670 88208 80192
32 95096 90132 88180 80545
33 89519 84363 88376 80692
34 86953 84182 88665 81399
35 87165 85458 90128 83119
36 84762 82992 89345 82458
37 85185 83918 89075 82211
38 88065 87885 90532 83372
39 91043 90621 90995 84552
40 91487 91325 89509 83248
41 90140 88057 89244 82976
42 86001 85396 87758 81707
43 85408 83109 88131 82110
44 84105 81534 85810 79459
45 83798 80404 84594 77923
46 85511 81929 83735 76996
47 85412 81849 82616 76510
48 87256 81760 82888 77110
49 84640 80935 83766 78014
50 81159 77828 79415 74272
51 82065 75845 78269 72828
52 80130 75003 76231 71187
53 78731 74420 76131 71402
54 76259 70954 75177 70077
55 76025 69533 72464 67948
56 74306 68185 72315 68109
57 72710 66536 75606 72172
58 72333 66616 76852 73509
59 70243 63274 77883 74336
60 69659 63102 76502 72267
61 66612 60930 74892 71002
62 67184 61690 72614 69053
63 66008 59467 71957 67861
64 63792 58131 70105 65920
65 62478 56790 67991 63225
66 58831 53519 65767 60997
67 44298 40005 67848 62948
68 43646 38729 67394 61833
69 42339 37077 67156 62018
70 38692 34040 62676 57587
71 34619 29997 60282 56274
72 35624 30099 59690 56025
73 36876 30280 57339 53565
74 36274 29103 57100 53246
75 35331 27231 58474 54495
76 35644 26313 59877 55151
77 34766 24986 59530 54507
78 34834 24105 57936 51575
79 33422 22588 54458 48753
80 34130 22440 52919 46197
81 32462 20321 50877 43992
82 31584 18912 49219 41858
83 28383 16909 48772 40826
84 26621 15413 46970 38849
85 24663 12932 45987 36583
86 22974 11684 42517 33890
87 21466 10391 38584 30233
88 19249 8556 36555 27153
89 17312 7121 33195 24411
90 15289 5961 30080 21669
91 13225 4911 26444 18306
92 11811 3890 23578 15575
93 5811 2020 20317 12917
94 4309 1577 17502 10407
95 3175 883 15162 8414
96 2330 522 12527 6267
97 1912 509 10453 4915
98 2260 465 8276 3639
  • Source : Insee, modèle Omphale 2017, scénario central.

Figure 3 – Une forte augmentation des 65 ans ou plus en 2050

Une part de jeunes Franciliens stable jusqu’en 2050

À l’inverse, le nombre de jeunes de moins de 20 ans serait pratiquement stable jusqu’en 2050. Selon le scénario central, il passerait de 3,08 millions en 2013 à 3,15 millions en 2050. Comme le nombre de personnes de plus de 65 ans augmenterait, la proportion des jeunes de moins de 20 ans diminuerait, passant de 26 % en 2013 à 24 % en 2050. Cette diminution s'observerait dans toutes les régions de France jusqu’en 2040 puis se stabiliserait. Toutefois, c’est en Île-de-France, suivie des Hauts-de-France, que la part des jeunes dans la population serait la plus importante en 2050, à l’instar de 2013.

Une croissance démographique plus forte en grande couronne qu’à Paris et en petite couronne

Si les tendances démographiques récentes se poursuivent, le nombre d’habitants de Paris et de petite couronne passerait de 6,7 millions en 2013 à 7,3 millions en 2050, soit une évolution de + 0,2 % en moyenne par an (figure 4). Dans le scénario « population basse », cette croissance démographique serait toutefois sérieusement ralentie.

Selon le scénario central, en 2050, Paris totaliserait un nombre d'habitants équivalent à celui de 2013. Néanmoins, en début de période, la diminution du nombre de Parisiens constatée depuis 2011 se poursuivrait jusqu’en 2025. À partir de 2025, la population parisienne augmenterait de nouveau jusqu’à atteindre 2,23 millions d'habitants, soit son niveau de 2013.

Le nombre d’habitants en grande couronne ne cesserait d’augmenter jusqu’en 2050. Ainsi, selon le scénario central, il y aurait 5,9 millions d’habitants en 2050 contre 5,2 millions en 2013. Cette croissance démographique serait cependant de plus en plus faible sur la fin de la période.

La croissance démographique de la grande couronne est depuis longtemps supérieure à celle de Paris et de la petite couronne. À partir de 1975, la population de grande couronne a augmenté de près de 1 % en moyenne annuelle contre 0,2 % pour Paris et petite couronne. Sur les cinq dernières années, la population de grande couronne augmente en moyenne de 0,6 % par an contre 0,4 % pour Paris et la petite couronne.

Figure 4 – Une croissance démographique plus rapide en grande couronneÉvolution de la population de Paris et petite couronne et de la population de la grande couronne selon différents scénarios

Une croissance démographique plus rapide en grande couronne
Grande couronne - Recensement de la population Grande couronne - Scénario central Grande couronne - Scénario population haute Grande couronne - Scénario population basse Paris + Petite couronne - Recensement de la population Paris + Petite couronne - Scénario central Paris + Petite couronne - Scénario population haute Paris + Petite couronne - Scénario population basse
2008 5 081 002 6 578 258
2009 5 097 870 6 630 370
2010 5 120 131 6 666 103
2011 5 157 618 6 695 233
2012 5 190 890 6 707 612
2013 5 232 296 5 232 311 5 232 311 5 232 311 6 727 511 6 727 493 6 727 493 6 727 493
2014 5 263 884 5 264 122 5 263 693 6 741 364 6 741 086 6 741 619
2015 5 295 214 5 295 772 5 294 790 6 756 374 6 756 576 6 756 130
2016 5 326 227 5 327 188 5 325 522 6 772 544 6 773 972 6 771 054
2017 5 355 484 5 360 467 5 351 352 6 788 011 6 796 010 6 780 857
2018 5 383 701 5 394 898 5 374 182 6 803 607 6 821 628 6 787 906
2019 5 410 770 5 430 329 5 393 916 6 819 171 6 850 701 6 792 181
2020 5 436 574 5 466 731 5 410 502 6 834 716 6 883 087 6 793 701
2021 5 461 128 5 503 895 5 423 893 6 850 284 6 918 422 6 792 460
2022 5 484 442 5 540 224 5 435 830 6 865 829 6 953 807 6 791 244
2023 5 506 598 5 575 692 5 446 398 6 881 382 6 989 284 6 790 057
2024 5 527 590 5 610 345 5 455 572 6 896 896 7 024 756 6 788 825
2025 5 547 580 5 644 298 5 463 536 6 912 378 7 060 313 6 787 567
2026 5 566 652 5 677 703 5 470 352 6 927 868 7 095 969 6 786 311
2027 5 584 938 5 710 620 5 476 174 6 943 462 7 131 813 6 785 140
2028 5 602 552 5 743 169 5 481 135 6 959 144 7 167 902 6 784 049
2029 5 619 626 5 775 541 5 485 334 6 975 008 7 204 278 6 783 065
2030 5 636 282 5 807 741 5 488 937 6 991 068 7 240 973 6 782 236
2031 5 652 556 5 839 853 5 491 932 7 007 292 7 277 988 6 781 523
2032 5 668 526 5 871 928 5 494 490 7 023 640 7 315 240 6 780 813
2033 5 684 248 5 903 949 5 496 599 7 039 972 7 352 749 6 779 998
2034 5 699 719 5 935 896 5 498 383 7 056 114 7 390 262 6 778 886
2035 5 714 998 5 967 788 5 499 799 7 072 020 7 427 767 6 777 341
2036 5 730 100 5 999 621 5 500 953 7 087 656 7 465 185 6 775 277
2037 5 745 018 6 031 333 5 501 807 7 102 926 7 502 518 6 772 547
2038 5 759 669 6 062 839 5 502 283 7 117 735 7 539 729 6 769 050
2039 5 774 041 6 094 100 5 502 423 7 132 066 7 576 636 6 764 737
2040 5 788 040 6 125 007 5 502 096 7 145 858 7 613 181 6 759 550
2041 5 801 636 6 155 506 5 501 266 7 159 086 7 649 286 6 753 489
2042 5 814 784 6 185 550 5 499 876 7 171 769 7 684 840 6 746 530
2043 5 827 456 6 215 148 5 497 841 7 183 846 7 719 802 6 738 696
2044 5 839 581 6 244 258 5 495 108 7 195 310 7 754 176 6 730 012
2045 5 851 213 6 272 978 5 491 640 7 206 191 7 787 943 6 720 538
2046 5 862 295 6 301 359 5 487 390 7 216 560 7 821 273 6 710 320
2047 5 872 921 6 329 445 5 482 321 7 226 462 7 854 224 6 699 373
2048 5 883 003 6 357 318 5 476 417 7 235 898 7 886 845 6 687 705
2049 5 892 585 6 384 999 5 469 559 7 244 980 7 919 289 6 675 378
2050 5 901 669 6 412 552 5 461 811 7 253 685 7 951 593 6 662 379
  • Source : Insee, modèle Omphale 2017 et recensements de la population.

Figure 4 – Une croissance démographique plus rapide en grande couronneÉvolution de la population de Paris et petite couronne et de la population de la grande couronne selon différents scénarios

La population parisienne resterait la plus âgée

En 2013, les jeunes de moins de 20 ans en Île-de-France sont deux fois plus nombreux que leurs aînés de 65 ans ou plus. À Paris, ce rapport est beaucoup moins élevé puisque ces jeunes sont seulement 1,4 fois plus nombreux que leurs aînés. Au tournant de 2030, selon le scénario central, les Parisiens de 65 ans ou plus deviendraient plus nombreux que les Parisiens de moins de 20 ans.

L’âge moyen des Parisiens est plus élevé que celui des autres départements de la région mais cet écart se réduirait au cours du temps. En effet, dans les autres départements franciliens, l'âge moyen de la population augmenterait plus rapidement qu’à Paris. En 2050, l’âge moyen des Parisiens serait supérieur de un an à l’âge moyen des habitants de petite et grande couronne, alors qu’en 2013 cet écart est de plus de deux ans.

Pour comprendre

Le modèle Omphale et les scénarios démographiques

Les populations régionales au 1er janvier 2013 sont issues du recensement de la population. À partir de ces données, l’Insee a réalisé de nouvelles projections de population régionales à l’aide du modèle « Omphale 2017 ». Pour chaque sexe et âge, le modèle applique d’année en année des quotients de fécondité, de mortalité et de migrations régionales observées récemment, sans intégrer les réactions complexes qu’elles peuvent susciter (effet sur le marché foncier, impact des politiques publiques territoriales...) ni les facteurs exogènes. Ces projections ne peuvent donc s’assimiler à des prévisions : il n’est pas affecté a priori de probabilité aux hypothèses retenues.

Figure 5 – Hypothèses selon les différents scénarios

Hypothèses selon les différents scénarios
Hypothèses pour l'Île-de-France Scénarios
Central Population haute Population basse
Fécondité
Nombre moyen d'enfants par femme en 2050 2,00 2,17 1,86
Mortalité
Espérance de vie à la naissance en 2050 (en années) - Hommes 87,1 89,5 85,1
Espérance de vie à la naissance en 2050 (en années) - Femmes 89,9 92,1 88,1
Migrations
Solde migratoire annuel moyen 2013-2050 -63 300 -58 800 -70 400
  • Source : Insee, modèle Omphale 2017.

Le scenario central

Ce scénario intermédiaire entre les scénarios haut et bas, reproduit les tendances démographiques récentes. Ainsi :

- les quotients de fécondité par âge sont maintenus au niveau observé en 2013 ;

- la mortalité baisse dans la région au rythme observé sur l’ensemble de la France métropolitaine ;

- en ce qui concerne les échanges avec l’étranger, l’hypothèse métropolitaine (+ 70 000) est ventilée au prorata du nombre d’immigrants par région.

Ces projections sont ensuite calées sur la nouvelle projection de population pour la France entière publiée par l’Insee en novembre 2016, afin de faire coïncider, pour la France métropolitaine, la somme des projections régionales avec la projection métropolitaine.

Les scénarios haut et bas

Le scénario « population haute » rassemble les hypothèses les plus favorables à la croissance démographique concernant les trois composantes : fécondité, espérance de vie et migrations. Dans ce scénario, pour la France métropolitaine, le nombre moyen d’enfants par femme augmente de 0,15 point jusqu’en 2020 puis reste stable jusqu’en 2050, l’espérance de vie augmente davantage que dans le scénario central et le solde migratoire avec l’étranger est augmenté à + 120 000 par an. Ces hypothèses sont ensuite déclinées selon le territoire observé.

Le scénario « population basse » est à l’inverse constitué des hypothèses les plus défavorables à la croissance démographique. Dans ce scénario, pour la France métropolitaine, le nombre moyen d’enfants par femme baisse de 0,15 point jusqu’en 2020 puis reste stable jusqu’en 2050, l’espérance de vie augmente moins que dans le scénario central et le solde migratoire avec l’étranger est fixé à + 20 000 par an. Ces hypothèses sont ensuite déclinées selon le territoire observé.

D’autres projections, au niveau départemental, seront publiées ultérieurement avec des hypothèses affinées pour prendre en compte leurs spécificités.

Pour en savoir plus

Desrivierre D., « D'ici 2050, la population augmenterait dans toutes les régions de métropole », Insee Première n° 1652, juin 2017.

Blanpain N., Buisson G., « Projections de population à l’horizon 2070 - Deux fois plus de personnes de 75 ans ou plus qu’en 2013 », Insee Première n° 1619, novembre 2016.

De Biasi K., Louchart P., « De 680 000 à 1,1 million de ménages franciliens en plus à l’horizon 2030 », Insee Île-de-France à la page n° 387, mars 2012.