Population dans les territoiresCroissance contrastée et vieillissement généralisé à l’horizon 2030

Nicolas Chauvot, Jacques Pougnard, Insee

Provence-Alpes-Côte d’Azur pourrait compter 5 165 000 habitants en 2030 si les tendances démographiques récentes se maintenaient. La région gagnerait ainsi 12 500 habitants en moyenne par an. La croissance démographique serait très variable d’un territoire à l’autre : la population augmenterait trois fois plus vite dans l’espace alpin que dans l’espace azuréen.

Avec l’arrivée aux grands âges des générations issues du baby-boom, le vieillissement de la population régionale serait généralisé. Dans tous les territoires, seuls les 65 ans ou plus seraient plus nombreux en 2030 qu’en 2013. La poussée des seniors serait particulièrement marquée dans les territoires alpin et rhodanien. À l’inverse, la population en âge de travailler diminuerait partout, mais deux fois plus vite dans l’espace azuréen que dans l’espace provençal. Progressivement, le solde naturel de la région se détériorerait. Il demeurerait légèrement positif dans les territoires provençal et rhodanien.

Après 2030, la population régionale n’augmenterait plus que de 8 100 habitants par an. La croissance démographique serait plus faible et moins disparate entre les territoires.

12 500 habitants supplémentaires en moyenne chaque année d’ici 2030

À l’horizon 2030, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur compterait environ 5 165 000 habitants selon le scénario central de projection qui prolonge les tendances démographiques récentes (encadré 1). Cela représenterait une augmentation moyenne de 12 500 personnes par an. Le ralentissement démographique constaté depuis une dizaine d’années se poursuivrait et la population continuerait d’augmenter moins vite qu’en moyenne de France métropolitaine.

La population du système alpin augmenterait trois fois plus vite que celle de l’azuréen

La population continuerait d’augmenter, sur la période 2013-2030, dans chacun des quatre grands territoires ou « systèmes territoriaux » qui structurent la région (encadré 2). Elle n’évoluerait cependant pas au même rythme (figure 1). Celle du système alpin, portée par les migrations, serait en plus forte croissance : + 0,5 % soit + 1400 habitants par an. Ce territoire serait le seul à être plus dynamique que le niveau national (figure 2 et figure 3 ). Dans le système azuréen, la hausse serait plus modérée que dans le reste de la région : + 0,2 %, soit 2200 habitants supplémentaires par an. Le système rhodanien, pourtant deux fois moins peuplé, gagnerait autant de population (+ 2100 par an). La croissance y serait de + 0,3 % par an, comme dans le système provençal. Pour ce dernier, l’excédent naturel serait l’unique moteur démographique et permettrait à la population de s’accroître de 7 100 personnes chaque année.

À une échelle plus fine, la croissance démographique resterait particulièrement dynamique (supérieure à + 0,6 % par an) dans certains territoires : ceux de l’arrière-pays varois traversé par l’A8 ou l’A57 (Provence verte, Dracénie, Cœur de Var – Vallée du Gapeau – Méditerranée Porte des Maures,…), autour de Salon-de-Provence et de Manosque ainsi qu’à l’est des Hautes-Alpes (Grand Briançonnais, Serre-Ponçon,…). À l’inverse, le nombre d’habitants se stabiliserait sur le littoral notamment dans les zones englobant les grandes agglomérations régionales (Marseille, Nice et Toulon).

Figure 1 – 7 100 habitants supplémentaires par an dans le système provençal d’ici 2030 Évolution de la population de 2013 à 2030 des 4 systèmes territoriaux selon le scénario de projection central

7 100 habitants supplémentaires par an dans le système provençal d’ici 2030
Provence-Alpes-Côte d'Azur Système
Alpin Azuréen Provençal Rhodanien*
Population en 2013 4 953 700 304 600 1 388 200 2 585 200 728 800
2030 5 165 500 328 800 1 425 200 2 706 500 763 700
2050 5 328 300 344 400 1 455 100 2 803 100 788 000
Évolution (nombre) 2013-2030 + 211 800 + 24 200 + 37 000 + 121 300 + 34 900
2030-2050 + 162 800 + 15 600 + 29 900 + 96 600 + 24 300
Évolution annuelle (nombre) 2013-2030 + 12 500 + 1 400 + 2 200 + 7 100 + 2 100
2030-2050 + 8 100 + 800 + 1 500 + 4 800 + 1 200
Évolution annuelle (%) 2013-2030 + 0,25 + 0,5 + 0,2 + 0,3 + 0,3
2030-2050 + 0,16 + 0,2 + 0,1 + 0,2 + 0,2
  • Lecture : si les tendances démographiques récentes se maintenaient (scénario central), la population du système alpin progresserait de 0,5 % par an en moyenne entre 2013 et 2030. Les effets migratoires jouent positivement à hauteur de 0,7 point et le solde naturel négativement à hauteur de – 0,2 point.
  • Source : Insee, Omphale 2017

Figure 1 – 7 100 habitants supplémentaires par an dans le système provençal d’ici 2030 Évolution de la population de 2013 à 2030 des 4 systèmes territoriaux selon le scénario de projection central

  • Lecture : si les tendances démographiques se maintenaient (scénario central), la population du système provençal augmenterait de 7 100 habitants par an entre 2013 et 2030, soit +0,3 % par an.
  • Source : Insee, Omphale 2017

Moins de personnes en âge de travailler dans tous les systèmes

La population en âge de travailler, c’est-à-dire de 20 à 64 ans, serait de moins en moins nombreuse dans tous les systèmes territoriaux (112 000 de moins au niveau régional entre 2013 et 2030). Cette baisse serait particulièrement importante dans le système azuréen (notamment pour les 20-34 ans) : la population d’âge actif y diminuerait de 6 %, deux fois plus vite que dans le système provençal.

De même, le nombre de personnes de moins de 20 ans diminuerait de 29 000 entre 2013 et 2030. Ce recul toucherait tous les systèmes territoriaux, mais serait trois fois plus marqué dans le système alpin que dans le système provençal et azuréen.

Figure 2 – Trois systèmes territoriaux sur quatre moins dynamiques que la France métropolitaineÉvolution de la population de 2013 à 2050 de Provence-Alpes-Côte d’Azur, de France métropolitaine et des quatre systèmes territoriaux selon le scénario central

Base 100 en 2013
Trois systèmes territoriaux sur quatre moins dynamiques que la France métropolitaine
Alpin Azuréen Provençal Rhodanien Paca France métropolitaine
2013 100 100 100 100 100 100
2014 101 100 100 100 100 100
2015 101 100 101 101 101 101
2016 102 101 101 101 101 101
2017 102 101 101 101 101 102
2018 103 101 102 102 101 102
2019 104 101 102 102 102 103
2020 104 101 102 102 102 103
2021 104 101 102 103 102 104
2022 105 102 103 103 102 104
2023 105 102 103 103 103 104
2024 106 102 103 103 103 105
2025 106 102 103 104 103 105
2026 107 102 104 104 103 105
2027 107 102 104 104 104 106
2028 107 102 104 104 104 106
2029 108 103 104 105 104 107
2030 108 103 105 105 104 107
2031 108 103 105 105 104 107
2032 109 103 105 105 105 108
2033 109 103 105 105 105 108
2034 109 103 106 106 105 108
2035 110 103 106 106 105 109
2036 110 103 106 106 105 109
2037 110 104 106 106 106 109
2038 110 104 106 106 106 110
2039 111 104 107 107 106 110
2040 111 104 107 107 106 110
2041 111 104 107 107 106 110
2042 112 104 107 107 106 111
2043 112 104 107 107 107 111
2044 112 104 108 107 107 111
2045 112 104 108 108 107 111
2046 112 104 108 108 107 112
2047 113 105 108 108 107 112
2048 113 105 108 108 107 112
2049 113 105 108 108 107 112
2050 113 105 108 108 108 112
  • Lecture : la population du système alpin augmenterait de 13 % entre 2013 et 2050.
  • Source : Insee, Omphale 2017

Figure 2 – Trois systèmes territoriaux sur quatre moins dynamiques que la France métropolitaineÉvolution de la population de 2013 à 2050 de Provence-Alpes-Côte d’Azur, de France métropolitaine et des quatre systèmes territoriaux selon le scénario central

Un vieillissement généralisé, encore plus marqué dans les systèmes alpin et rhodanien

À l’inverse, avec l’arrivée aux grands âges des générations du baby-boom (personnes nées entre 1945 et 1975), le nombre de seniors augmenterait très fortement d’ici 2030 en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+ 35 %). Ils seraient près de 1,37 millions de 65 ans ou plus, soit 353 000 supplémentaires. Cette hausse concernerait tous les territoires, avec des écarts très marqués entre les systèmes alpin (+ 51 %), rhodanien (+ 44 %) et azuréen (+ 27 %). Actuellement le plus âgé avec 23 % de 65 ans ou plus, le système azuréen serait, en 2030, dépassé sur ce point par le système alpin. Le vieillissement de la génération des 50 ans ou plus, aujourd’hui nombreuse dans le système alpin, entraînerait une forte augmentation de la part des seniors d’ici 2030 : elle atteindrait 31 % contre 29 % dans le système azuréen. Dans le système provençal, la part des seniors s’accroîtrait plus modérément. La pyramide des âges plus jeune et son faible attrait pour les personnes à l’approche de la retraite limiteraient son vieillissement démographique. Au total, la population de la région compterait 27 % de 65 ans ou plus en 2030 (contre 21 % en 2013).

Ces dynamiques opposées par grandes classes d’âge conduiraient à inverser le rapport entre populations jeune et âgée. En 2013, pour 100 personnes de moins de 20 ans, la région compte 90 seniors. En 2030, cet indice de vieillissement serait de 124. Le déséquilibre serait plus marqué dans les systèmes alpin (158) et azuréen (140), ce dernier comptant déjà plus de seniors que de jeunes.

De même, le rapport entre le nombre d’inactifs potentiels (moins de 20 ans et 65 ans ou plus) et la population d’âge actif se dégraderait partout et fortement à horizon 2030. Entre 2013 et 2030, ce ratio de dépendance économique passerait ainsi de 0,77 à 0,92 dans la région. Il se rapprocherait de 1 dans les systèmes azuréen et rhodanien, et dépasserait même ce seuil dans le système alpin.

Figure 3 – Augmentation du nombre de 65 ans ou plus et baisse des autres populations dans tous les territoires d’ici 2030Évolution de la population de 2013 à 2030 des quatre systèmes territoriaux selon le scénario central, par âge

Augmentation du nombre de 65 ans ou plus et baisse des autres populations dans tous les territoires d’ici 2030
Provence-Alpes-Côte d'Azur Système
Alpin Azuréen Provençal Rhodanien
Population en 2013 4 953 700 304 600 1 388 200 2 585 200 728 800
2030 5 165 500 328 800 1 425 200 2 706 500 763 700
2050 5 328 300 344 400 1 455 100 2 803 100 788 000
Évolution annuelle en nombre 2013-2030 + 12 500 + 1 400 + 2 200 + 7 100 + 2 100
2030-2050 + 8 100 + 800 + 1 500 + 4 800 + 1 200
% 2013-2030 + 0,25 + 0,5 + 0,2 + 0,3 + 0,3
2030-2050 + 0,16 + 0,2 + 0,1 + 0,2 + 0,2
Population par âge en 2030 0-19 ans 1 104 500 64 000 289 600 595 300 168 000
20-64 ans 2 687 100 163 600 728 900 1 435 600 388 400
65 ans ou plus 1 374 000 101 200 406 800 675 600 207 300
dont 75 ou plus 749 100 55 000 225 200 367 300 111 100
dont 85 ou plus 242 100 17 800 75 300 118 500 33 500
Évolution 2013-2030 en nombre 0-19 ans - 29 200 - 4 300 - 6 100 - 12 300 - 5 800
20-64 ans - 112 100 - 5 600 - 43 700 - 41 500 - 22 100
65 ans ou plus + 353 100 + 34 100 + 86 900 + 175 100 + 62 900
dont 75 ou plus + 229 500 + 21 000 + 58 300 + 114 700 + 39 700
dont 85 ou plus + 77 100 + 6 800 + 20 900 + 39 100 + 11 600
Ensemble + 211 900 + 24 200 + 37 000 + 121 300 + 34 900
% 0-19 ans - 2,6 - 6,2 - 2,1 - 2,0 - 3,3
20-64 ans - 4,0 - 3,3 - 5,7 - 2,8 - 5,4
65 ans ou plus + 34,6 + 50,8 + 27,2 + 35,0 + 43,5
dont 75 ou plus + 44,2 + 61,6 + 34,9 + 45,4 + 55,6
dont 85 ou plus + 46,7 + 62,1 + 38,5 + 49,3 + 53,0
Ensemble + 4,3 + 7,9 + 2,7 + 4,7 + 4,8
  • Note : la somme des populations des quatre systèmes territoriaux diffère légèrement du total régional, car les systèmes rhodanien et alpin englobent des communes des régions limitrophes.
  • Lecture : si les tendances démographiques se maintenaient (scénario central), le système alpin compterait 328 800 habitants en 2030, dont 64 000 personnes âgées de moins de 20 ans. Entre 2013 et 2030, le nombre de personnes de moins de 20 ans diminuerait de 4 300, soit une baisse de – 6,2 % sur la période.
  • Source : Insee, Omphale 2017

Un habitant sur six aurait 75 ans ou plus dans le système alpin dès 2030

La progression du « quatrième âge » serait encore plus importante (figure 4). Le nombre de 75 ans ou plus dans la région augmenterait de 44 % d’ici 2030 soit 230 000 habitants de plus. Ils représenteraient alors 15 % de la population en 2030 (contre 10 % en 2013). Dans les systèmes alpin et rhodanien, leur nombre augmenterait même de plus de 55 % pour atteindre respectivement 17 % et 16 % de la population.

Figure 4 – Forte augmentation des 75 ans ou plus d’ici 2030 Part de la population de 75 ans ou plus de 2013 à 2050 en Provence-Alpes-Côte d’Azur dans les quatre systèmes territoriaux, selon le scénario central

en %
Forte augmentation des 75 ans ou plus d’ici 2030
Part de la population de 75 ans ou plus de 2013 à 2050 2013 2020 2030 2040 2050
Alpin 11,2 12,4 16,7 20,2 22,6
Azuréen 12,0 12,9 15,8 18,2 20,2
Rhodanien 9,8 10,8 14,5 17,2 19,2
Provençal 9,8 10,6 13,6 15,7 17,4
Provence-Alpes-Côte d'Azur 10,5 11,4 14,5 16,9 18,8
France métropolitaine 9,1 9,4 12,4 14,7 16,4
  • Source : Insee, Omphale 2017

Figure 4 – Forte augmentation des 75 ans ou plus d’ici 2030 Part de la population de 75 ans ou plus de 2013 à 2050 en Provence-Alpes-Côte d’Azur dans les quatre systèmes territoriaux, selon le scénario central

Un solde naturel négatif pour les systèmes alpin et azuréen

Le solde naturel, actuellement principal facteur de la croissance démographique de Provence-Alpes-Côte d’Azur, diminuerait progressivement (figure 5, 6, 7 et 8). Cela s’expliquerait par l’arrivée aux âges de forte mortalité des générations du baby-boom et par la baisse du nombre de femmes en âge de procréer. Le déficit naturel du système alpin plus âgé s’amplifierait au cours des prochaines décennies et compenserait de plus en plus l’attrait migratoire important de ce territoire. Au cours des années 2020, le solde naturel deviendrait également négatif dans le système azuréen. Sa population s’accroîtrait grâce à l’excédent migratoire qui progresserait. Dans les deux autres systèmes, le solde naturel demeurerait faiblement positif. Il resterait toutefois le principal contributeur à la croissance, voire le seul pour le système provençal.

Figure 5 – Dans le système alpin, l'attrait migratoire serait de plus en plus compensé par le déficit naturelContributions des soldes naturel et migratoire au taux d’évolution annuel moyen entre 2013 et 2050 dans le système alpin, selon le scénario central

Dans le système alpin, l'attrait migratoire serait de plus en plus compensé par le déficit naturel
Système alpin Système azuréen Système provençal Système rhodanien Provence-Alpes-Côte d'Azur France métropolitaine
Projection - scénario central en 1999 263 350 1 268 236 2 361 160 660 433 4 506 151 58 518 395
en 2008 295 308 1 379 220 2 547 780 712 922 4 882 913 62 134 866
en 2013 304 607 1 388 187 2 585 182 728 771 4 953 675 63 697 877
en 2020 316 805 1 405 603 2 640 510 745 441 5 052 559 65 682 206
en 2030 328 798 1 425 235 2 706 522 763 715 5 165 527 68 064 537
en 2040 338 130 1 441 957 2 762 104 778 090 5 259 473 70 144 928
en 2050 344 359 1 455 148 2 803 103 788 013 5 328 331 71 628 035
Taux annuel moyen (en %) 1999-2008 1,3 0,9 0,8 0,9 0,9 0,7
2008-2013 0,6 0,1 0,3 0,4 0,3 0,5
2013-2030 0,5 0,2 0,3 0,3 0,2 0,4
2030-2050 0,2 0,1 0,2 0,2 0,2 0,3
dont solde naturel 1999-2008 0,1 0,0 0,3 0,3 0,2 0,4
2008-2013 0,0 0,1 0,4 0,3 0,3 0,4
2013-2030 -0,2 0,0 0,3 0,2 0,2 0,3
2030-2050 -0,5 -0,2 0,1 0,0 0,0 0,2
dont solde migratoire 1999-2008 1,20 0,91 0,52 0,54 0,7 0,3
2008-2013 0,59 0,03 -0,07 0,10 0,0 0,1
2013-2030 0,66 0,18 -0,02 0,08 0,1 0,1
2030-2050 0,73 0,27 0,04 0,18 0,2 0,1
  • Lecture : si les tendances démographiques récentes se maintenaient (scénario central), la population du système alpin progresserait de 0,5 % par an en moyenne entre 2013 et 2030. Les effets migratoires jouent positivement à hauteur de 0,7 point et le solde naturel négativement à hauteur de – 0,2 point.
  • Sources : Insee, recensements de la population 2008 et 2013, état-civil 2008 à 2012, Omphale 2017

Figure 5 – Dans le système alpin, l'attrait migratoire serait de plus en plus compensé par le déficit naturelContributions des soldes naturel et migratoire au taux d’évolution annuel moyen entre 2013 et 2050 dans le système alpin, selon le scénario central

Figure 6 – Dans le système azuréen, le solde naturel deviendrait négatif au cours des années 2020Contributions des soldes naturel et migratoire au taux d’évolution annuel moyen entre 2013 et 2050 dans le système azuréen, selon le scénario central

Dans le système azuréen, le solde naturel deviendrait négatif au cours des années 2020
Taux annuel moyen (en %) dont solde naturel dont solde migratoire
2008-2013 0,13 0,10 0,03
2013-2030 0,16 -0,02 0,18
2030-2050 0,10 -0,17 0,27
  • Lecture : si les tendances démographiques récentes se maintenaient (scénario central), la population du système azuréen progresserait de 0,2 % par an en moyenne entre 2013 et 2030. Les effets migratoires jouent positivement à hauteur de 0,2 point et le solde naturel à hauteur de 0,0 point.
  • Sources : Insee, recensements de la population 2008 et 2013, état-civil 2008 à 2012, Omphale 2017

Figure 6 – Dans le système azuréen, le solde naturel deviendrait négatif au cours des années 2020Contributions des soldes naturel et migratoire au taux d’évolution annuel moyen entre 2013 et 2050 dans le système azuréen, selon le scénario central

Figure 7 – Dans le système provençal, le solde naturel demeurerait positifContributions des soldes naturel et migratoire au taux d’évolution annuel moyen entre 2013 et 2050 dans le système provençal, selon le scénario central

Dans le système provençal, le solde naturel demeurerait positif
Taux annuel moyen (en %) dont solde naturel dont solde migratoire
2008-2013 0,29 0,37 -0,07
2013-2030 0,27 0,29 -0,02
2030-2050 0,18 0,14 0,04
  • Lecture : si les tendances démographiques récentes se maintenaient (scénario central), la population du système provençal progresserait de 0,3 % par an en moyenne entre 2013 et 2030. Les effets migratoires jouent négativement à hauteur de – 0,0 point et le solde naturel positivement à hauteur de 0,3 point.
  • Sources : Insee, recensements de la population 2008 et 2013, état-civil 2008 à 2012, Omphale 2017

Figure 7 – Dans le système provençal, le solde naturel demeurerait positifContributions des soldes naturel et migratoire au taux d’évolution annuel moyen entre 2013 et 2050 dans le système provençal, selon le scénario central

Figure 8 – Dans le système rhodanien, les décès prendraient le pas sur les naissances après 2030Contributions des soldes naturel et migratoire au taux d’évolution annuel moyen entre 2013 et 2050 dans le système rhodanien, selon le scénario central

Dans le système rhodanien, les décès prendraient le pas sur les naissances après 2030
Taux annuel moyen (en %) dont solde naturel dont solde migratoire
2008-2013 0,44 0,34 0,10
2013-2030 0,28 0,19 0,08
2030-2050 0,16 -0,02 0,18
  • Lecture : si les tendances démographiques récentes se maintenaient (scénario central), la population du système rhodanien progresserait de 0,3 % par an en moyenne entre 2013 et 2030. Les effets migratoires jouent positivement à hauteur de 0,1 point et le solde naturel positivement à hauteur de 0,2 point.
  • Sources : Insee, recensements de la population 2008 et 2013, état-civil 2008 à 2012, Omphale 2017

Figure 8 – Dans le système rhodanien, les décès prendraient le pas sur les naissances après 2030Contributions des soldes naturel et migratoire au taux d’évolution annuel moyen entre 2013 et 2050 dans le système rhodanien, selon le scénario central

À horizon 2050, une croissance faible et moins disparate entre territoires

Entre 2030 et 2050, Provence-Alpes-Côte d’Azur ne gagnerait plus en moyenne que 8 100 habitants par an. Sa population avoisinerait alors 5 328 000 habitants en 2050. Avec une évolution annuelle moyenne de la population comprise entre 0,1 % et 0,2 %, la croissance démographique des quatre systèmes serait plus homogène.

Le solde naturel deviendrait négatif dans la région autour de 2040. Dans le système rhodanien, les décès deviendraient plus nombreux que les naissances au cours des années 2030. Seul le système provençal, territoire à population plus jeune, conserverait un solde naturel positif jusqu’en 2050. Son impact serait néanmoins de plus en plus faible : il serait divisé par deux d’ici 2030 et par trois en 2050. À l’inverse, sous l’effet du vieillissement généralisé de la population française, le solde migratoire s’accroîtrait partout, et particulièrement dans les systèmes azuréen et rhodanien.

En 2050, plus de 30 % de la population régionale aurait 65 ans ou plus. Cette proportion serait comprise entre 28 % dans le système provençal et 36 % dans le système alpin. La hausse du nombre de personnes âgées de 85 ans ou plus, les plus concernées par les problèmes de dépendance, serait encore plus prononcée et s’intensifierait après 2030 (+ 47 % d’ici 2030 et + 147 % d’ici 2050). En 2050, 408 000 personnes de 85 ans ou plus résideraient en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans le système alpin, les personnes de 85 ans ou plus seraient trois fois plus nombreuses qu’actuellement (33 000 soit 10 % de la population).

La population des jeunes continuerait de diminuer après 2030, mais à un rythme nettement plus faible (– 4 000 entre 2030 et 2050). Seul le système azuréen verrait cette population diminuer au même rythme après 2030. Le nombre de jeunes des systèmes rhodanien et provençal se stabiliserait. En 2050, Provence-Alpes-Côte d’Azur compterait 147 habitants de 65 ans ou plus pour 100 de moins de 20 ans.

Encadrés

Une projection du nombre d’habitants qui dépend du scénario retenu

Les projections à horizon 2030 (ou 2050) figurant dans cette étude sont issues du modèle Omphale 2017. Celui-ci permet de réaliser des projections territorialisées reposant sur des hypothèses d’évolution de trois composantes : la fécondité, la mortalité et les migrations (flux internes à la France et solde migratoire avec l’étranger). Le scénario central, sur lequel reposent les résultats de cette étude, prolonge les tendances observées récemment : solde migratoire national avec l’étranger de + 70 000 par an, comportements migratoires internes à la France identiques à ceux observés en 2013, fécondité stable et évolution de la mortalité conforme à la tendance nationale.

Des scénarios alternatifs peuvent aussi être modélisés. Ils se conçoivent comme des modulations appliquées aux dernières tendances observées, en modifiant l’hypothèse d’évolution d’une ou de plusieurs composantes. Les principaux résultats issus de différents scénarios au niveau des quatre systèmes territoriaux régionaux mais aussi sur les schémas de cohérence territoriale (SCOT), établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) ou regroupements d’EPCI de 50 000 habitants ou plus sont disponibles dans les chiffres détaillés associés à cette étude.

Par ailleurs, les projections ne doivent pas être assimilées à des prévisions : aucune probabilité de réalisation n’est affectée à ces scénarios.

Quatre grands territoires régionaux

Le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) vise à identifier les enjeux du territoire régional en combinant différentes échelles géographiques. Les réflexions menées pour l’élaboration du SRADDET (à partir des travaux réalisés en 2013 par l’Insee et la Région sur les réseaux d’aires urbaines) ont notamment proposé d’analyser quatre grands territoires ou « systèmes territoriaux » : provençal, azuréen, alpin et rhodanien. Ces quatre regroupements d’intercommunalités sont le reflet de l’armature urbaine de la région et des aires d’influence de ses principales agglomérations.

Figure 9 – Composition des quatre systèmes territoriaux

Composition des quatre systèmes territoriaux
Alpin (3) Azuréen Provençal Rhodanien (3)
Part de la population (en %) 6 28 52 15
Nombre d'intercommunalités 16 12 9 15
dont Métropoles 0 1 (1) 1 (2) 0
Communautés d'agglomération 3 6 3 5
Communautés de communes 13 5 5 10
  • Note :
    (1) Nice-Côte d'Azur ;
    (2) Aix-Marseille Provence - À partir du 1er janvier 2018, ce territoire comptera une seconde métropole : Toulon-Provence-Méditerranée ;
    (3) Certaines communes extérieures à la région appartiennent aux systèmes rhodanien (17 de la Drôme et 8 du Gard) et alpin (4 de la Drôme). Elles comptent au total 53 100 habitants en 2013.
  • Source : Insee, Recensement de la population 2013 - DGCL 1er janvier 2017

Pour en savoir plus

« Population dans les territoires de Provence-Alpes-Côte d’Azur à l’horizon 2030 et 2050 », rubrique chiffres détaillés, novembre 2017

Chauvot N., Pougnard J., « Provence-Alpes-Côte d’Azur - Un million de 75 ans ou plus en 2050 », Insee Analyses Provence-Alpes-Côte d’Azur n°47, juin 2017

Desrivierre D., « D’ici 2050, la population augmenterait dans toutes les régions de métropole », Insee Première n°1652, juin 2017

Adaoust S., Caste F., Pougnard J., « Réseaux d’aires urbaines : Un fonctionnement régional ou plus localisé », Insee Paca Dossier n°13, octobre 2013