Le nombre d’apprentis repart à la hausse : 1 260 apprentis supplémentaires en 2016

Claire Ropers, Rectorat de l’académie de Nantes

Fin 2016, 28 000 apprentis sont en formation dans les Pays de la Loire, soit une hausse de 4,7 % sur un an. Cette progression fait suite à une année de stagnation en 2015 et deux années de baisse. Cette reprise est plus soutenue dans la région qu’au niveau national. Les formations de niveau CAP se redressent fortement, tandis que celles de niveau baccalauréat professionnel se relèvent plus doucement. Les formations de niveau supérieur au baccalauréat augmentent également. La part des filles en apprentissage reste inférieure à celle de la France.

En lien avec la forte tradition de l’apprentissage dans la région, la part des jeunes apprentis de 16 à 25 ans est de 6,5 % dans les Pays de la Loire en 2016, soit 1,2 point de plus qu’en moyenne nationale. Au 31 décembre 2016, 28 000 apprentis suivent une formation dans un Centre de formation d’apprentis (CFA) de l’académie de Nantes. La plupart d’entre eux sont formés dans un CFA sous tutelle pédagogique du ministère de l’Éducation nationale mais un apprenti sur dix est inscrit en CFA agricole (soit 2 700 jeunes) et une centaine sont formés dans un CFA relevant du ministère de la Santé.

1 260 apprentis supplémentaires en 2016

En 2016, dans les Pays de la Loire, 1 260 apprentis supplémentaires sont formés : les effectifs augmentent de 4,7 % sur un an dans la région, contre 1,8 % en France. Cette progression fait suite à une année de stagnation en 2015 et deux années de baisse. Entre 2008 et 2012, les effectifs baissent dans les Pays de la Loire mais progressent en France. Entre 2003 et 2007, ils progressent dans les Pays de la Loire mais nettement moins vite qu’en France (figure 1).

Le nombre d’apprentis croît dans les deux principaux ministères de tutelle pédagogique des CFA, soit + 4,8 % pour le ministère de l’Éducation nationale et + 3,9 % pour l’Agriculture. Ces 1 260 apprentis se répartissent entre le secondaire (+ 604) et le supérieur (+ 659).

Figure 1 – L’apprentissage se redresse davantage dans les Pays de la Loire en 2016Évolution du nombre d’apprentis depuis 20 ans (base 100 en 1996)

L’apprentissage se redresse davantage dans les Pays de la Loire en 2016
France (y compris DOM) Pays de la Loire
1996 100 100
1997 107 107
1998 112 114
1999 114 118
2000 116 118
2001 115 121
2002 115 122
2003 115 121
2004 117 121
2005 122 125
2006 129 129
2007 135 132
2008 135 131
2009 134 126
2010 135 125
2011 138 126
2012 139 126
2013 134 121
2014 128 114
2015 128 115
2016 131 120
  • Source : ministère de l’Éducation nationale, Système d’information sur la formation des apprentis (SIFA) - données 2016 provisoires.

Figure 1 – L’apprentissage se redresse davantage dans les Pays de la Loire en 2016Évolution du nombre d’apprentis depuis 20 ans (base 100 en 1996)

Dans le secondaire, le nombre d’apprentis en CAP se redresse

Avec 11 400 apprentis en 2016, les formations du niveau V, constitué essentiellement du Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), attirent 500 jeunes supplémentaires (figure 2) alors que ce niveau connaît la plus forte baisse en 2013 et 2014. En 2016, la reprise est supérieure dans les spécialités des services par rapport à celles de la production (+ 5,8 % contre + 4,3 %). Le niveau V rassemble toujours plus de 40 % des apprentis et reste le niveau de formation le plus fréquent au sein de l’apprentissage.

Avec 8 700 apprentis, les formations de niveau IV augmentent aussi en 2016, après cinq années de baisse ininterrompue. La croissance est toutefois plus modérée qu’au niveau V : + 100 jeunes (+ 1,1 %). Elle concerne le baccalauréat professionnel (+ 2,5 %) et les formations diverses de niveau IV (brevet technique des métiers, etc.). À l’inverse, les effectifs du brevet professionnel continuent à baisser (– 3,5 %). Contrairement au niveau V, seul le secteur des services se redresse (+ 7,7 %) dans ce niveau. Le secteur de la production se tasse un peu plus en 2016 (– 1,8 %).

Dans ces formations secondaires, les effectifs augmentent de 3,0 % dans la région mais stagnent au niveau national (– 0,5 %).

Figure 2 – Les apprentis dans le supérieur en hausse continue depuis 10 ansÉvolution du nombre d’apprentis par niveau de formation sur 10 ans dans les Pays de la Loire

Les apprentis dans le supérieur en hausse continue depuis 10 ans
Niveau V (CAP) Niveau IV (Bac pro - Brevet pro) Niveau III (BTS - DUT) Niveaux I et II (ingénieur, licence)
2006 17 205 8 472 3 745 871
2007 17 390 8 453 4 033 936
2008 16 951 8 430 4 044 1 110
2009 14 485 9 796 3 983 1 177
2010 12 699 11 081 4 149 1 390
2011 12 600 10 962 4 433 1 548
2012 12 658 9 965 4 913 1 899
2013 11 989 9 410 4 760 2 127
2014 10 898 8 850 4 571 2 351
2015 10 909 8 603 4 737 2 551
2016 11 417 8 699 5 037 2 910
  • Source : ministère de l’Éducation nationale, Système d’information sur la formation des apprentis (SIFA) - données 2016 provisoires.

Figure 2 – Les apprentis dans le supérieur en hausse continue depuis 10 ansÉvolution du nombre d’apprentis par niveau de formation sur 10 ans dans les Pays de la Loire

Dans le supérieur, le nombre d’apprentis en BTS et en licence progresse

L’augmentation des formations de niveau III, constatée en 2015, se poursuit en 2016 : le nombre d’apprentis dépasse le seuil des 5 000, soit une progression de 300 jeunes (+ 6,3 %). La hausse concerne surtout les Brevets de technicien supérieur (BTS) : neuf apprentis sur dix préparent ce diplôme. Mais les Diplômes universitaires de technologie (DUT) tendent à se développer et accueillent 60 apprentis de plus.

Si les effectifs de niveau II ne regroupent que 5 % des apprentis, ce niveau a la croissance la plus élevée (+ 200 apprentis, soit + 19,2 %). En 2016, parmi les 1 200 jeunes en formation de niveau II, la majorité est en licence (920 apprentis). Mais d’autres diplômes sont aussi proposés, ainsi 210 apprentis préparent un Diplôme de comptabilité et de gestion (DCG).

Enfin, le niveau I continue à progresser et modifie peu à peu le paysage de l’apprentissage. Il accueille près de 1 700 apprentis, soit 160 de plus qu’en 2015 (+ 10,7 %). Ces jeunes préparent en majorité un diplôme d’ingénieur (1 150 apprentis) mais ils sont aussi nombreux en master (230 apprentis).

Comparée à l’évolution nationale, l’académie enregistre en 2016 une hausse plus marquée dans chacun des trois niveaux du supérieur (I, II et III). Cependant, la part des apprentis dans le supérieur reste inférieure à la moyenne nationale (28,3 % contre 37,0 %).

Une attractivité plus faible de l’apprentissage chez les filles

Les filles sont moins attirées par l’apprentissage que les garçons : elles représentent 28,4 % des jeunes en apprentissage. Cependant, dans les formations du supérieur, leur part est plus élevée (31,7 %). Leur faible présence dans l’apprentissage est certainement liée à la nature des formations offertes dans cette voie : le secteur de la production, qui attire ordinairement plus les garçons, est beaucoup plus présent que celui des services.

La part des filles en apprentissage est en légère hausse en 2016 (+ 0,7 point), après de nombreuses années de stabilité. Elle reste toutefois inférieure à la moyenne nationale (32,8 %).

Encadré

Une insertion sur le marché du travail favorable aux apprentis ligériens

En février 2016, dans l’académie de Nantes, le taux d’emploi des jeunes sept mois après la fin de leur apprentissage est nettement supérieur à celui des sortants d’un second cycle professionnel en lycée (72,1 % contre 57,5 %), et ce quel que soit le niveau de formation.

Ces taux d’insertion sont plus élevés que les taux nationaux (68,8 % pour les sortants d’apprentissage, 45,6 % pour les sortants de lycée professionnel). Le tissu productif ligérien, constitué de nombreuses PME, explique en partie ce contexte.

Sources

Depuis 2006, le Système d’information sur la formation des apprentis (SIFA) du ministère de l’Éducation nationale recueille, auprès des CFA, les données individuelles sur les personnes inscrites en apprentissage et présentes au 31 décembre de chaque année. Le champ couvert est la France métropolitaine et les DOM (y compris Mayotte depuis 2011).

Définitions

Apprentis : jeunes âgés de 16 à 25 ans qui préparent un diplôme ou une certification de l’enseignement professionnel ou technologique, dans le cadre d’un contrat de travail associant une formation en entreprise (sous la responsabilité d’un maître d’apprentissage) et des enseignements dispensés dans un centre de formation d’apprentis.

Centres de formation d’apprentis (CFA) : établissements d’enseignement dispensant une formation générale, technologique et pratique, qui complète la formation reçue en entreprise et s’articule avec elle. La tutelle pédagogique est, en général, exercée par le ministère de l’Éducation nationale ou par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Les niveaux de formation :

Niveau V : préparation d’un diplôme de second cycle court professionnel, type CAP (Certificat d’aptitude professionnelle).

Niveau IV : préparation d’un diplôme de type baccalauréat professionnel ou brevet professionnel.

Niveau III : préparation d’un diplôme bac + 2, type BTS (Brevet de technicien supérieur) ou DUT (Diplôme universitaire de technologie).

Niveaux II et I : préparation d’un diplôme de deuxième ou troisième cycle universitaire, ou un diplôme de grande école.

L’entrée en apprentissage se fait à l’issue du premier cycle du second degré, généralement la troisième, après la préparation d’un CAP ou d’un bac pro ou après des études supérieures.

Pour en savoir plus

Demongeot A. et Latouche D., L’apprentissage au 31 décembre 2015, DEPP, Note d’information, n° 29, novembre 2016.

Ropers C., L’apprentissage en 2014 dans l’académie de Nantes : le nombre d’apprentis est le plus bas enregistré depuis quinze ans, Rectorat de l’académie de Nantes, Études statistiques, n° 04, juillet 2015.

Kerdommarec L., Apprentis des Pays de la Loire : du premier pas dans l’autonomie à l’insertion professionnelle, Insee Pays de la Loire, Étude, n° 137, juin 2014.