La Riviera du Levant : une attractivité régulée par les flux

Lanwenn Le Corre, Gérald Servans

Située sur la partie sud de la Grande-Terre, la Communauté d’agglomération La Riviera du Levant s’étale le long du littoral et intègre l’île de La Désirade. Bornée au nord par des mornes et des vallées et au sud par la mer, le contour de la communauté est délimité par son environnement naturel. Tout comme les autres Établissements Public de Coopération Intercommunale de la Guadeloupe, des éléments identitaires propres la caractérisent. En son sein, de forts contrastes spatiaux coexistent, mettant en exergue la diversité de son environnement allant au-delà de sa façade littorale dont la vision relève de l’imaginaire des îles tropicales. Peuplée de 67 900 habitants, La Riviera du Levant est un territoire dense mais touchée récemment par un déficit migratoire. Pour autant la communauté connaît des flux migratoires importants dont les origines sont à la fois d’ordre économique et résidentiel, signe d’un environnement de qualité. Les mobilités pendulaires avec les autres EPCI s’avèrent importantes et se posent comme une limite aux externalités de connaissance, le haut niveau de qualification des résidents ne bénéficiant pas premièrement aux emplois locaux.

Insee Dossier Guadeloupe
No 14
Paru le : 18/07/2017
Consulter

Une zone d’attractivité davantage résidentielle que productive

Lanwenn Le Corre, Gérald Servans

Le marché de l’emploi de la CARL reste dynamique. Les actifs de l’intercommunalité sont moins touchés par le chômage que ceux du reste de l’archipel. Le taux de chômage reste contenu, tandis que le taux d’activité des 15-64 ans progresse et s’établit à 71 %. Attractive d’un point de vue résidentiel, plus de la moitié des actifs occupés résidents de la CARL n’y travaille pas pour autant. Toutefois, sur les cinq dernières années, l’augmentation du nombre de résidents en emploi dans la collectivité est plus rapide que celle des navetteurs. Cet état dévoile les contraintes auxquelles est soumise la collectivité : l’augmentation du trafic automobile entraîne un allongement des temps de trajet.

Insee Dossier Guadeloupe
Paru le : 18/07/2017