La génération des baby-boomers pèse sur la croissance démographique à l'horizon 2050

Caroline Chalot

À l’horizon 2050, si les tendances démographiques récentes se maintiennent, la population de la région Centre-Val de Loire atteindrait 2 732 300 habitants.

Avec l’arrivée aux grands âges des enfants du baby-boom, les séniors seraient de plus en plus nombreux.

L’Indre-et-Loire serait le département le plus dynamique alors que les départements du sud de la région continueraient de perdre des habitants. Si le solde apparent des entrées sorties a contribué jusqu'en 1990 pour plus de la moitié à l’augmentation de la population de l’Eure-et-Loir et du Loiret, cette contribution deviendrait quasi nulle sur toute la période projetée.

Tous les départements verraient leur solde naturel baisser, tous touchés par le vieillissement et la disparition progressive des générations du baby-boom.

Insee Analyses Centre-Val de Loire
No 34
Paru le : 22/06/2017

Si les dernières tendances observées en matière de fécondité, de mortalité et de migration se poursuivent, la population du Centre-Val de Loire, comme celle de toutes les régions de France métropolitaine, devrait continuer de croître (méthodologie). Cette progression serait de l’ordre de 0,17 % par an entre 2013 et 2050, inférieure à la moyenne nationale (0,3 % par an), et placerait la région au 9e rang en termes de rythme d’évolution.

En 2050, la région compterait 2 732 300 habitants (+ 161 700) et resterait parmi les moins peuplées, juste devant la Corse.

Un rythme de croissance qui marque le pas

À l’image de toutes les régions métropolitaines, le rythme de la croissance démographique continuerait de ralentir. Entre 2000 et 2008, il était de 0,4 % par an et n’était plus que de 0,3 % par an entre 2008 et 2013. Sur la fin de la période envisagée, entre 2040 et 2050, la population de la région n’augmenterait plus que de 0,1 % par an (figure 1). La population de la région resterait donc en croissance jusqu’en 2050, contrairement à des régions comme la Normandie et le Grand Est dont la population baisserait à partir de 2040.

Figure 1 – Ralentissement de la croissance de la population en Centre-Val de Loire

Ralentissement de la croissance de la population en Centre-Val de Loire
Variation annuelle moyenne de la population due au solde naturel due au solde apparent des entrées et sorties
1982 à 1990 0,58 0,27 0,31
1990 à 2000 0,32 0,22 0,10
2000 à 2008 0,41 0,20 0,21
2008 à 2013 0,31 0,22 0,08
2013 à 2020 0,24 0,13 0,11
2020 à 2030 0,18 0,06 0,12
2030 à 2040 0,17 0,01 0,15
2040 à 2050 0,10 -0,10 0,19
  • Source : Insee, recensements de la population, Omphale 2017 - Scénario central

Figure 1 – Ralentissement de la croissance de la population en Centre-Val de Loire

Depuis 1990, le solde naturel (définitions) contribuait en grande partie à la croissance démographique de la région (0,22 % par an entre 2008 et 2013). À l’avenir, sa contribution chuterait fortement (0,02 % par an entre 2013 et 2050) et deviendrait négative à partir de 2040 (- 0,1 % par an). Ce phénomène s’explique en grande partie par l’arrivée progressive aux âges de plus forte mortalité des générations nombreuses du baby-boom, et par la diminution du nombre de femmes en âge d'avoir des enfants.

La hausse de la population régionale serait alors surtout portée par le solde apparent des entrées sorties dont la contribution augmenterait, notamment à partir de 2030, pour encore s’intensifier entre 2040 et 2050.

Le sud régional continuerait de perdre des habitants

Entre 2013 et 2050, le Cher et l’Indre continueraient de perdre des habitants (figure 2). Dans le Cher, le recul démographique, amorcé dans les années 90 (- 0,25 % en moyenne annuelle), se stabiliserait sur la période 2013 - 2050 au niveau observé entre 2008 et 2013 (- 0,10 % par an).

Figure 2 – Évolution et projection de la population par département entre 1999 et 2050

Base 100 en 1999
Évolution et projection de la population par département entre 1999 et 2050
Cher Eure-et-Loir Indre Indre-et-Loire Loir-et-Cher Loiret Centre-Val de Loire France métropolitaine Cher projection Eure-et-Loir projection Indre projection Indre-et-Loire projection Loir-et-Cher projection Loiret projection Centre-Val de Loire projection France métropolitaine projection
1999 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
2000 100,0 100,4 100,0 100,6 100,4 100,5 100,4 100,6
2001 100,0 100,9 100,1 101,3 100,9 101,2 100,9 101,3
2002 100,1 101,3 100,2 102,0 101,3 101,8 101,3 102,0
2003 100,1 101,8 100,3 102,7 101,8 102,4 101,8 102,7
2004 100,0 102,2 100,4 103,4 102,2 103,0 102,2 103,4
2005 100,0 102,8 100,5 104,1 102,7 103,8 102,7 104,2
2006 100,0 103,3 100,7 104,8 103,2 104,4 103,2 105,0
2007 100,0 103,6 100,6 105,3 103,6 104,8 103,5 105,6
2008 99,6 103,9 100,3 105,7 103,7 105,3 103,7 106,2
2009 98,9 104,4 100,4 106,3 104,1 105,8 104,0 106,8
2010 98,9 105,2 99,9 106,7 104,8 106,2 104,4 107,3
2011 99,1 105,6 99,5 107,2 105,2 106,7 104,8 107,8
2012 99,1 106,0 98,8 107,8 105,3 107,2 105,1 108,3
2013 99,1 106,2 98,6 108,4 105,4 107,7 105,3 108,9 99,1 106,2 98,6 108,4 105,4 107,7 105,3 108,9
2014 98,9 106,6 98,1 109,1 105,5 108,2 105,6 109,4
2015 98,8 107,0 97,6 109,7 105,6 108,6 105,9 109,9
2016 98,7 107,4 97,2 110,3 105,8 109,0 106,2 110,4
2017 98,6 107,8 96,8 110,9 105,8 109,5 106,4 110,9
2018 98,5 108,1 96,3 111,5 105,9 109,9 106,7 111,4
2019 98,3 108,4 95,9 112,0 106,0 110,3 106,9 111,8
2020 98,2 108,7 95,5 112,6 106,0 110,7 107,1 112,3
2021 98,0 109,0 95,1 113,1 106,0 111,0 107,3 112,7
2022 97,9 109,3 94,7 113,7 106,0 111,4 107,5 113,2
2023 97,7 109,5 94,3 114,2 106,0 111,7 107,7 113,6
2024 97,6 109,8 93,9 114,7 106,1 112,0 107,9 114,0
2025 97,5 110,0 93,6 115,2 106,1 112,4 108,1 114,4
2026 97,3 110,3 93,3 115,7 106,1 112,7 108,3 114,8
2027 97,2 110,5 93,0 116,2 106,1 113,0 108,5 115,2
2028 97,1 110,7 92,7 116,8 106,1 113,3 108,7 115,6
2029 97,0 110,9 92,4 117,2 106,2 113,6 108,9 116,0
2030 96,9 111,2 92,2 117,7 106,2 113,9 109,1 116,4
2031 96,8 111,4 91,9 118,2 106,2 114,2 109,2 116,7
2032 96,7 111,6 91,7 118,7 106,3 114,4 109,4 117,1
2033 96,6 111,8 91,5 119,1 106,3 114,7 109,6 117,5
2034 96,5 112,1 91,3 119,6 106,4 115,0 109,8 117,9
2035 96,5 112,3 91,1 120,0 106,5 115,3 110,0 118,2
2036 96,4 112,5 90,9 120,5 106,5 115,5 110,2 118,6
2037 96,3 112,7 90,8 120,9 106,6 115,8 110,4 118,9
2038 96,2 113,0 90,6 121,3 106,7 116,1 110,6 119,3
2039 96,2 113,2 90,4 121,7 106,7 116,3 110,7 119,6
2040 96,1 113,4 90,2 122,1 106,8 116,5 110,9 119,9
2041 96,0 113,5 90,0 122,5 106,9 116,8 111,0 120,2
2042 95,9 113,7 89,9 122,8 106,9 117,0 111,2 120,5
2043 95,8 113,9 89,7 123,1 106,9 117,2 111,3 120,8
2044 95,7 114,0 89,5 123,5 107,0 117,4 111,4 121,1
2045 95,6 114,1 89,3 123,8 107,0 117,6 111,5 121,3
2046 95,5 114,3 89,1 124,0 107,0 117,7 111,6 121,6
2047 95,4 114,4 88,9 124,3 107,0 117,9 111,7 121,8
2048 95,3 114,5 88,7 124,6 107,0 118,1 111,8 122,0
2049 95,2 114,6 88,6 124,8 107,0 118,2 111,9 122,2
2050 95,1 114,7 88,4 125,1 107,0 118,4 112,0 122,4
  • Source : Insee, Recensements de la population, Omphale 2017 - Scénario central

Figure 2 – Évolution et projection de la population par département entre 1999 et 2050

Dans l’Indre, où la population déclinait déjà dans les années 80, la baisse de la population ralentirait après un creux à - 0,46 % par an entre 2013 et 2020, pour s’établir à - 0,20 % par an entre 2040 et 2050. Sur l’ensemble de la période de projection, la population baisserait donc en moyenne de 0,30 % par an. L’Indre se placerait parmi les cinq départements métropolitains en forte déprise démographique avec les Ardennes (- 0,45 % par an), la Meuse (- 0,39 % par an), les Vosges (- 0,39 % par an) et la Haute-Marne (- 0,28 % par an) (figure 3).

Dans ces deux départements, le déficit naturel n'est pas compensé par l’apport migratoire. Il est directement lié au vieillissement de la population du sud de la région, la part des personnes âgées de 65 ou plus devant atteindre, en 2050, 34 % pour le Cher et 35 % pour l’Indre.

Figure 3 – Taux de croissance annuelle moyen

Taux de croissance annuelle moyen
Département Évolution annuelle moyenne entre 2013 et 2050 (%)
01 0,83
02 - 0,11
03 0,07
04 0,27
05 0,38
06 0,09
07 0,49
08 - 0,45
09 0,32
10 0,14
11 0,50
12 0,21
13 0,20
14 0,07
15 - 0,07
16 0,13
17 0,54
18 - 0,11
19 0,03
21 0,20
22 0,26
23 0,03
24 0,18
25 0,38
26 0,51
27 0,32
28 0,21
29 0,26
2A 0,22
2B 0,73
30 0,38
31 0,84
32 0,34
33 0,73
34 0,64
35 0,78
36 - 0,29
37 0,39
38 0,55
39 0,10
40 0,47
41 0,04
42 0,26
43 0,23
44 0,78
45 0,26
46 0,20
47 0,23
48 0,35
49 0,56
50 0,02
51 0,29
52 - 0,28
53 0,27
54 0,01
55 - 0,39
56 0,51
57 - 0,01
58 - 0,24
59 0,16
60 0,26
61 - 0,21
62 0,02
63 0,54
64 0,44
65 - 0,05
66 0,47
67 0,36
68 0,18
69 0,58
70 0,01
71 - 0,02
72 0,17
73 0,46
74 0,90
75 - 0,01
76 0,05
77 0,47
78 0,25
79 0,27
80 0,15
81 0,37
82 0,71
83 0,26
84 0,21
85 0,53
86 0,55
87 0,16
88 - 0,39
89 0,06
90 0,38
91 0,36
92 0,43
93 0,19
94 0,28
95 0,21
971 - 0,53
972 - 0,84
973 1,24
974 0,23
976 2,26
  • Source : Insee, Recensements de la population, Omphale 2017 - Scénario central

Figure 3 – Taux de croissance annuelle moyen

Une progression démographique très ralentie dans le Loir-et-Cher

La progression de la population du Loir-et-Cher connaîtrait un ralentissement important, dans le prolongement de l’évolution observée depuis 2010, avec une croissance annuelle moyenne de 0,08 % entre 2013 et 2020 qui ne serait plus que de 0,01 % entre 2040 et 2050.

Cette faible dynamique s’expliquerait par une aggravation du déficit naturel, sous l’effet combiné d’une baisse des naissances et d’une hausse des décès.

Le solde migratoire (définitions), après une baisse entre 2013 et 2020, repartirait ensuite à la hausse, permettant de maintenir une légère progression de la population.

La hausse de population portée par l’excédent naturel en Eure-et-Loir et dans le Loiret

La hausse de population du Loiret et de l’Eure-et-Loir devrait être portée uniquement par un solde naturel excédentaire entre 2013 et 2050 (respectivement + 0,26 % et + 0,17 %). Le Loiret serait ainsi le département le plus dynamique de la région en termes d’accroissement naturel (figure 4). Le solde naturel de l’Eure-et-Loir subirait une forte baisse, passant d’une contribution de 0,31 % par an entre 2013 et 2020 à 0,04 % par an entre 2040 et 2050.

À l’inverse, le solde migratoire serait quasiment nul dans le Loiret (- 0,01 % par an) et en Eure-et-Loir (+ 0,04 % par an) sur l’ensemble de la période.

Déjà faible, voire négatif, depuis les années 90 en Eure-et-Loir, il ne connaîtrait pas de grandes fluctuations sur la période projetée. Les sorties excédentaires du département concerneraient principalement les jeunes de moins de 20 ans (- 18 700) et les personnes âgées de plus de 65 ans (- 8 500). Mais les entrées excédentaires de la classe des 20-64 ans (+ 33 500) devraient compenser les pertes migratoires des autres classes d’âge.

Le solde migratoire du Loiret, en baisse continue depuis les années 90 et finalement déficitaire entre 2008 et 2013, le resterait sur la période 2013-2050. Ce déficit serait concentré sur les personnes arrivées à l’âge de la retraite (- 12 500), et les autres classes d’âge ne devraient pas le compenser.

Figure 4 – Des contributions à l'évolution de la population disparates selon les départements (entre 2013 et 2050)

%
Des contributions à l'évolution de la population disparates selon les départements (entre 2013 et 2050)
Variation annuelle moyenne de la population due au solde naturel due au solde apparent des entrées et sorties
Cher -0,11 -0,39 0,28
Eure-et-Loir 0,21 0,17 0,04
Indre -0,29 -0,50 0,20
Indre-et-Loire 0,39 0,13 0,26
Loir-et-Cher 0,04 -0,20 0,24
Loiret 0,26 0,26 -0,01
Centre-Val de Loire 0,17 0,02 0,15
France métropolitaine 0,32 0,22 0,10
  • Source : Insee, Recensements de la population, Omphale 2017 - Scénario central

Figure 4 – Des contributions à l'évolution de la population disparates selon les départements (entre 2013 et 2050)

Des excédents naturel et migratoire en Indre-et-Loire

L’Indre-et-Loire serait le département le plus dynamique démographiquement avec une croissance annuelle moyenne de 0,39 % par an sur la période 2013-2050. Ce gain de population (+ 92 400) serait alimenté par des soldes naturel et migratoire positifs.

Le solde migratoire serait assez peu fluctuant avec une contribution annuelle moyenne de 0,26 %, alors que le solde naturel connaîtrait une baisse assez significative à partir de 2040.

À l’horizon 2050, trois habitants sur dix auraient 65 ans ou plus

Sous l'effet de l’arrivée dans le 3e âge des baby-boomers et de l'amélioration de l'espérance de vie, la population de la région devrait vieillir, modifiant ainsi profondément la structure d'âge à l'horizon 2050 (figure 5).

Figure 5 – Vieillissement marqué de la population

Vieillissement marqué de la population
Hommes 2013 Femmes 2013 Hommes 2050 Femmes 2050
0 15 090 14 055 13 867 13 203
1 15 513 14 537 13 938 13 258
2 15 810 15 022 14 230 13 485
3 15 603 15 093 14 468 13 697
4 16 191 15 338 14 748 13 943
5 15 893 15 299 14 963 14 116
6 16 133 15 687 15 165 14 310
7 16 029 15 501 15 351 14 495
8 16 158 15 272 15 488 14 568
9 16 017 15 320 15 632 14 723
10 16 176 15 610 15 722 14 830
11 16 527 15 719 15 804 14 918
12 16 583 16 060 15 861 14 952
13 16 437 15 225 15 949 14 950
14 15 643 15 326 15 913 14 996
15 16 052 14 839 15 966 15 056
16 15 956 14 690 15 954 15 010
17 15 744 15 117 15 970 14 967
18 14 619 13 748 15 611 14 324
19 14 112 12 998 15 270 13 959
20 14 437 13 376 14 852 13 461
21 13 727 13 384 14 372 13 176
22 13 932 13 047 13 984 12 761
23 13 617 13 294 13 701 12 646
24 13 480 13 231 13 591 12 621
25 13 685 13 958 13 447 12 716
26 13 350 13 997 13 410 12 763
27 13 854 14 010 13 533 12 873
28 13 945 14 156 13 632 12 919
29 13 556 14 081 13 733 13 194
30 14 440 15 038 13 919 13 400
31 14 805 15 196 14 174 13 629
32 15 137 15 195 14 323 13 862
33 14 164 14 707 14 507 14 067
34 13 978 14 691 14 629 14 296
35 14 398 14 564 15 138 14 792
36 14 339 14 636 15 221 14 873
37 14 965 15 043 15 338 14 996
38 16 196 16 210 15 732 15 482
39 17 167 17 387 16 021 15 743
40 17 935 17 705 15 868 15 709
41 18 037 17 945 16 084 15 837
42 17 548 17 514 15 907 15 706
43 17 408 17 544 16 059 15 953
44 16 948 17 456 15 725 15 629
45 17 032 17 322 15 630 15 547
46 17 191 17 709 15 459 15 496
47 17 740 17 934 15 543 15 526
48 17 696 17 981 15 707 15 653
49 17 200 17 739 15 819 15 891
50 16 817 17 245 15 298 15 108
51 16 941 17 734 14 951 15 030
52 17 365 17 508 14 835 14 667
53 16 859 17 671 14 844 14 680
54 16 794 17 466 14 624 14 737
55 16 854 17 415 14 112 14 236
56 16 898 17 346 14 074 14 127
57 16 597 17 484 14 842 14 859
58 16 987 17 357 14 917 15 199
59 16 578 17 448 15 363 15 494
60 16 725 18 164 15 301 15 789
61 16 665 17 531 15 384 15 910
62 17 511 18 229 15 499 16 140
63 17 268 18 232 15 469 16 304
64 16 862 18 187 15 606 16 222
65 16 593 17 489 15 439 16 230
66 15 696 16 822 15 048 15 917
67 11 775 12 675 15 704 16 718
68 11 203 12 521 15 715 16 733
69 10 776 12 009 15 794 16 602
70 9 883 10 913 14 691 15 753
71 9 085 10 090 14 360 15 493
72 9 227 10 725 14 411 15 197
73 9 356 11 177 13 968 14 941
74 9 398 11 364 14 233 15 111
75 9 293 11 347 14 957 15 886
76 8 936 11 188 15 464 16 693
77 8 526 11 204 15 641 16 736
78 8 587 11 347 15 225 16 629
79 7 744 10 678 14 416 15 993
80 7 838 11 185 13 815 15 688
81 7 168 10 530 13 067 15 275
82 6 875 10 452 12 585 14 788
83 6 075 9 401 12 198 14 702
84 5 442 9 090 11 812 14 385
85 4 932 8 557 11 115 13 970
86 4 323 7 922 10 166 13 199
87 3 754 7 256 9 122 12 189
88 3 401 6 546 8 365 11 724
89 2 864 5 961 7 657 10 801
90 2 337 5 415 6 612 10 022
91 2 023 4 599 5 710 8 959
92 1 466 3 751 4 860 7 993
93 757 1 946 4 052 6 998
94 408 1 373 3 205 6 084
95 344 1 054 2 574 5 166
96 203 777 1 898 4 319
97 185 638 1 484 3 610
98 172 736 1 042 2 758
99 266 1 462 2 138 6 923
  • Source : Insee, Recensements de la population, Omphale 2017 - Scénario central

Figure 5 – Vieillissement marqué de la population

En 2013, deux habitants sur dix avaient 65 ans ou plus ; ils seraient trois sur dix en 2050. Le Centre-Val de Loire compterait alors 301 600 séniors supplémentaires, soit une hausse moyenne de 1,3 % par an (1,5 % en France métropolitaine ). Le rapport entre la population jeune et âgée se creuserait. Il était de 82 séniors pour 100 jeunes en 2013 et serait de 136 séniors pour 100 jeunes en 2050. Il resterait plus élevé qu'à l'échelle nationale où il atteindrait 122 séniors pour 100 jeunes en 2050 (figure 6).

Figure 6 – Évolution par structure d'âge

Évolution par structure d'âge
Année Population Indice de vieillissement
Ensemble 0-19 ans 20-64 ans 65 ans et plus Centre-Val de Loire France métropolitaine
1999 2 440 000 611 700 1 397 900 430 300 70 62
2008 2 531 600 609 400 1 451 900 470 300 77 67
2013 2 570 500 616 700 1 446 700 507 100 82 73
2020 2 614 100 611 000 1 417 500 582 500 95 84
2030 2 661 300 605 200 1 388 300 657 900 109 104
2040 2 705 700 599 400 1 359 100 733 300 122 119
2050 2 732 300 593 600 1 329 900 808 700 136 122
Variation totale 161 700 -23 100 -116 800 301 600 /// ///
Croissance annuelle moyenne (%) 0,17 -0,10 -0,23 1,27 /// ///
  • /// : Absence de résultat due à la nature des choses
  • Note de lecture : En 1999, le Centre-Val de Loire comptait 70 séniors de 65 ans ou plus pour 100 jeunes de moins de 20 ans.
  • Source : Insee, Recensements de la population, Omphale 2017 - Scénario central

En 2050, l'espérance de vie (définitions) d’un homme serait de 86 ans et celle d’une femme de 89,5 ans (selon le scénario central). En 2013, elles sont respectivement de 78,1 ans et 84,5 ans.

Si en 2013 un habitant sur dix avait plus de 75 ans, ils seront un sur cinq en 2050 dans le 4e âge.

Tous les départements concernés par la vieillissement

En 2050, tous les département du Centre-Val de Loire devraient compter davantage de personnes de plus de 65 ans que de jeunes âgés de moins de 20 ans. En 2013, les moins de 20 ans étaient encore plus nombreux que les séniors en Eure-et-Loir, en Indre-et-Loire, dans le Loir-et-Cher et dans le Loiret.

Les plus importantes hausses des effectifs de séniors s’observeraient en Eure-et-Loir (+ 57 350), en Indre-et-Loire (+ 79 600) et dans le Loiret (+ 79 700). Ces départements, les plus peuplés de la région, comptent en 2013 une part importante de personnes de 20 à 64 ans. L’augmentation des personnes de plus de 65 ans serait essentiellement due à un vieillissement de cette population, le solde migratoire des séniors étant négatif pour chacun de ces départements sur la période.

Cependant, malgré ces hausses conséquentes, en 2050, c’est dans le Cher, l'Indre et le Loir-et-Cher que la proportion de séniors resterait la plus importante : un tiers des habitants auraient 65 ans ou plus (figure 7).

Le rapport entre population âgée et population jeune se creuserait de manière significative, tout particulièrement dans l’Indre où il serait de 189 séniors pour 100 jeunes.

Figure 7 – Augmentation forte de la part des plus de 65 ans au détriment des plus jeunes (entre 2013 et 2050)

  • Note de lecture : en 2050, dans l'Indre, il y aurait 189 séniors pour 100 jeunes, alors qu'en 2013 il y en avait 117.
  • Source : Insee, Recensements de la population, Omphale 2017 - Scénario central

Recul de la population en âge de travailler

Parallèlement, sur l’ensemble de la région, la population âgée de 20 à 64 ans devrait baisser en moyenne de 0,23 % par an d’ici 2050, soit - 116 800 personnes. Ainsi, en 2050, moins d’un habitant sur deux serait en âge d’être actif, contre 56 % en 2013. La diminution du poids de cette population serait observable sur tout le territoire métropolitain, même si, en volume, les Pays de la Loire, la Bretagne, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes devraient compter davantage de personnes dans cette tranche d’âge en 2050 qu’en 2013.

Seul l'Indre-et-Loire connaîtrait une faible augmentation de la population en âge d'activité. Le solde migratoire déficitaire (-23 000) dans cette tranche d'âge serait compensé par le solde naturel excédentaire de la période actuelle.

La baisse observée dans les autres départements varierait de 5 % pour le Loiret à 24 % pour l'Indre, et ce malgré des soldes migratoires excédentaires.

Légère hausse des moins de 20 ans dans le Loiret et l’Indre-et-Loire

Entre 2013 et 2050, seuls les départements de l'Indre-et-Loire et du Loiret connaîtraient une légère hausse du nombre de jeunes, respectivement 4 % et 3 %.

Cette augmentation serait essentiellement due à un apport migratoire important pour l’Indre-et-Loire (+ 84 600), mais aussi à un solde naturel qui resterait positif.

Le Loiret connaîtrait lui aussi un gain migratoire chez les personnes âgées de moins de 20 ans, mais moins important (+ 9 300). Le solde naturel, le plus élevé de la région, expliquerait principalement cette hausse. Le poids des jeunes dans la population totale diminuerait cependant dans tous les départements.

Pour comprendre

Le modèle Omphale et les scénarios démographiques

Les projections locales 2013-2050 présentées dans cette étude sont une déclinaison des projections de la population française diffusées par l’Insee en novembre 2016. Le modèle Omphale permet de réaliser des projections infra nationales en projetant d’année en année les pyramides des âges des différents territoires. L’évolution de la population par sexe et âge repose sur des hypothèses d’évolution de trois composantes : la fécondité, la mortalité et les migrations (flux internes au territoire et solde migratoire avec l’étranger).

Ces hypothèses d’évolution, réunies au sein d’un scénario démographique, sont appliquées aux quotients observés sur la zone d’intérêt. Le scénario central, décrit ici, prolonge les tendances observées et repose sur les hypothèses suivantes :

- une baisse de l’indicateur conjoncturel de fécondité (définitions) de 0,04 jusqu’en 2016, puis constant jusqu’en 2050.

- un gain d’espérance de vie parallèle à la tendance nationale.

- une déclinaison locale du solde migratoire national avec l’étranger.

Les autres scénarios se conçoivent comme des modulations appliquées aux dernières tendances observées, en modifiant l’hypothèse d’évolution d’une ou de plusieurs composantes.

Ainsi, en 2050, selon le scénario « population haute », qui combine les hypothèses hautes de fécondité, d’espérance de vie et de migration avec l’étranger, la région Centre-Val de Loire compterait 215 500 habitants de plus qu’en 2013.

Selon le scénario « population basse », qui combine les hypothèses basses de fécondité, d’espérance de vie et de migration avec l’étranger, il y aurait 188 400 habitants en moins.

Les projections ne doivent pas être assimilées à des prévisions : les hypothèses retenues ne sont pas probabilisées.

Figure 8 – Évolution passée et projetée selon différents scénarios

nombre
Évolution passée et projetée selon différents scénarios
Passé Scénario central Scénario population haute Scénario population basse
2000 2450121
2001 2461778
2002 2472978
2003 2484288
2004 2494279
2005 2507246
2006 2519567
2007 2526919
2008 2531588
2009 2538590
2010 2548065
2011 2556835
2012 2563586
2013 2570548 2570548 2570548 2570548
2014 2577396 2577511 2577261
2015 2584277 2584406 2584103
2016 2591103 2591154 2590985
2017 2597316 2598882 2595800
2018 2603223 2607140 2599506
2019 2608821 2615963 2602086
2020 2614143 2625332 2603596
2021 2619253 2635393 2604073
2022 2624182 2645471 2604246
2023 2628953 2655608 2604150
2024 2633662 2665869 2603879
2025 2638277 2676230 2603431
2026 2642874 2686757 2602855
2027 2647451 2697464 2602170
2028 2652048 2708375 2601403
2029 2656644 2719457 2600542
2030 2661269 2730728 2599610
2031 2665927 2742226 2598642
2032 2670603 2753850 2597631
2033 2675301 2765623 2596548
2034 2679964 2777466 2595367
2035 2684578 2789325 2594069
2036 2689110 2801172 2592635
2037 2693510 2812936 2591019
2038 2697782 2824603 2589204
2039 2701848 2836071 2587150
2040 2705713 2847342 2584836
2041 2709351 2858353 2582216
2042 2712748 2869102 2579299
2043 2715883 2879548 2576021
2044 2718745 2889736 2572404
2045 2721386 2899669 2568434
2046 2723830 2909440 2564148
2047 2726106 2919069 2559522
2048 2728257 2928635 2554593
2049 2730295 2938192 2549370
2050 2732254 2947783 2543862
  • Source : Insee, Recensements de la population, Omphale 2017

Figure 8 – Évolution passée et projetée selon différents scénarios

Définitions

Espérance de vie à la naissance : durée de vie moyenne d'une génération fictive soumise aux conditions de mortalité de l'année.

Indicateur conjoncturel de fécondité : l'indicateur conjoncturel de fécondité, ou somme des naissances réduites, mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie si les taux de fécondité observés l'année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.

Indice de vieillissement : l'indice de vieillissement est le rapport de la population des 65 ans et plus sur celle des moins de 20 ans.

Solde migratoire ou solde apparent des entrées sorties : différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de l’année.

Solde naturel : différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours de l’année.

Pour en savoir plus

Projections de population à l'horizon 2070, Insee Première n°1619- novembre 2016

21 000 centenaires en 2016 en France, 270 000 en 2070, Insee Première n°1620 - novembre 2016

Près de 300 000 habitants de plus en région Centre en 2040, ICI n°164, décembre 2010