Rhône : une consommation d'espace en zone d'activités économiques adaptée aux secteurs

Thierry Geay, Henri Lavergne, Insee

Les 332 zones d'activités économiques du Rhône couvrent une surface de plus de 4 000 hectares. En moyenne, les superficies consacrées aux équipements (voiries internes, parkings, etc.) sont les plus importantes. Les bâtiments occupent à peine un cinquième de la surface totale. L'occupation d'espace est fortement liée aux types d'activités présentes.

Les zones d’activités économiques (ZAE) sont des espaces dédiés à l’implantation d’entreprises. Dans le Rhône hors Métropole de Lyon, elles occupent une superficie de 4 068  hectares, ou exprimé différemment, 40,7 km², proche de celle de la ville de Lyon (47,9 km²).

La superficie moyenne d'une ZAE varie considérablement selon les EPCI (Établissement Public de Coopération Intercommunale) et selon les orientations économiques des ZAE présentes. Les ZAE de l'EPCI de l'Est Lyonnais représentent à elles seules près du quart des surfaces des ZAE du département (figure 1). Cet EPCI est principalement tourné vers les activités de transport et d'entreposage (autour de l'aéroport de Saint Exupéry, non compris l'aéroport lui-même et les pistes). La superficie moyenne d'une ZAE y est quatre fois supérieure à celle constatée dans le département. Les surfaces occupées par les ZAE sont également importantes dans les EPCI de Villefranche Beaujolais Saône et de l'Ouest Rhodanien (respectivement 14,5 % et 11,3 % des surfaces totales des ZAE du département).

Figure 1 – Zones d'activités du Rhône : les plus étendues dans l'Est Lyonnais Localisation et superficie sur le département

  • Source : Observatoire partenarial des ZAE du Rhône 2014

Les bâtiments occupent à peine 19 % de la surface totale

Les bâtiments ne sont pas la principale source de l'occupation des sols des ZAE du Rhône. Ils occupent à peine un cinquième de la surface totale. Cette moyenne est relativement homogène parmi les différents EPCI (figure 2).

Ce sont donc les équipements (voiries internes, parkings, végétaux d'ornement, etc.) qui occupent la plus grande part des surfaces des ZAE (pour près de 40 %). Ils sont particulièrement présents dans les ZAE de l'EPCI des Vallons du Lyonnais où ils forment la moitié de la superficie totale.

À l'opposé, ils ne représentent qu'un quart de celles de l'EPCI Saône Beaujolais.

Une part des surfaces inoccupées plus importante que celle des bâtiments

La part des surfaces inoccupées dépasse aussi, en moyenne, celle des bâtiments (23 %). Cette proportion fluctue beaucoup selon les orientations économiques des ZAE et leur ancienneté. Dans les zones plus récentes ou plus faiblement urbanisées, comme les ZAE de Saône Beaujolais, de l'Ouest Rhodanien, des Hauts du Lyonnais ou de Chamousset en Lyonnais, les surfaces inoccupées approchent les 30 %. À l’opposé, celles qui ont la plus faible part de zones inoccupées sont dans l'ordre les Vallons du Lyonnais (12 % de la superficie), Villefranche Beaujolais Saône (15 %) et la Vallée du Garon (17 %). Dans 40 ZAE de petite taille (moins de 2 hectares), il n’y pas du tout de surfaces inoccupées. Leur délimitation correspond souvent à des zones totalement et plus facilement aménageables.

La concentration de certaines activités engendre une consommation d'espace différente

La densité de bâtiments et d'équipements est plus forte dans les 25 ZAE ayant pour première spécificité (définition) le commerce automobile. Les zones inoccupées y sont, en revanche, largement moins importantes. Dans les ZAE spécifiques de la construction, les surfaces dédiées au stockage sont bien plus étendues, à l’inverse des bâtiments moins présents. Celles spécifiques de l'industrie comportent plus de bâtiments mais aussi plus de surfaces inoccupées.

Des nouvelles ZAE en phase d'aménagement

Entre 2011 et 2014, 29 nouvelles ZAE étaient en cours de développement ou d'aménagement. En phase de montée en charge, elles se caractérisent par une part des sols inoccupés plus forte de 15 points et une faible part de surface de bâtiments (deux fois moins importante). Leur niveau d'équipement et de voirie est inférieur à la moyenne. Actuellement, ces ZAE ne représentent que 1 % des établissements en ZAE et des effectifs salariés. Elles sont amenées à se développer durant les prochaines années. Ces zones créées pour le développement des entreprises soulèvent aussi des enjeux fonciers et de conflit d’usage des sols en lien avec les problématiques d'aménagement durable des terrritoires.

Figure 2 – Les équipements occupent 40 % de la superficie des ZAE du RhôneOccupation de sols dans les ZAE du Rhône en 2014, selon les différents types

Les équipements occupent 40 % de la superficie des ZAE du Rhône
EPCI ScoT Nombre de ZAE Nombre d'établissements Effectif salarié Superficie (en hectare) Part de la superficie totale suivant le type (en %)
Bâtiment Équipement Inoccupé Stockage Voirie Autres Total
Ouest Rhodanien Beaujolais 51 337 6 251 459 21,3 33,5 29,2 7,4 6,6 2,1 100,0
Villefranche Beaujolais Saône Beaujolais 42 977 12 046 592 23,3 41,8 14,7 7,8 7,5 4,9 100,0
Beaujolais Pierres Dorées Beaujolais 47 375 4 134 297 15,1 40,3 27,1 5,0 6,6 5,9 100,0
Chamousset en Lyonnais Mont du Lyonnais 19 103 1 443 113 14,5 37,2 28,2 13,5 5,2 1,4 100,0
Région de Condrieu Rives du Rhône 13 85 959 159 13,2 33,1 26,3 15,7 5,5 6,2 100,0
Vallée du Garon Ouest Lyonnais 20 882 9 640 361 20,1 39,8 16,8 12,2 8,2 2,8 100,0
Est Lyonnais Agglomération Lyonnaise 21 941 17 185 979 17,6 44,5 21,2 5,7 7,5 3,5 100,0
Hauts du Lyonnais Mont du Lyonnais 16 92 1 343 86 14,7 33,3 29,6 14,6 7,2 0,5 100,0
Vallons du Lyonnais Ouest Lyonnais 16 282 2 940 90 22,1 51,6 11,8 7,2 6,8 0,5 100,0
Pays de l'Arbresle Ouest Lyonnais 26 278 3 776 224 16,1 42,4 27,6 5,2 7,6 1,1 100,0
Pays de l'Ozon Agglomération Lyonnaise 15 272 6 133 306 18,1 39,5 18,7 9,1 7,9 6,7 100,0
Pays Mornantais Ouest Lyonnais 14 204 2 157 128 18,5 35,8 24,2 13,5 7,5 0,6 100,0
Sâone Beaujolais Beaujolais 31 167 2 672 269 17,5 26,2 38,4 7,9 4,8 5,2 100,0
Total 332 5 010 70 736 4 068 18,7 39,4 22,9 8,2 7,1 3,7 100,0
  • Note : la communauté d'agglomération du Pays Viennois, présente pour une seule ZAE dans le Rhône, n'est pas indiquée dans ce tableau. Le total prend toufefois en compte cet EPCI
  • Sources : Insee, Clap 2014 établissements, OZAR, Recensement des ZAE 2014

Définitions

L'indice de spécificité est le rapport entre la part d'un secteur d'activité dans l'emploi salarié d'un territoire (ici une ZAE) et la part de ce même secteur dans la structure de l'emploi salarié d'un territoire de référence (ici l'ensemble des ZAE du Rhône). Si l'indice de spécificité est supérieur à 1 pour un secteur d'activité d'une ZAE, celle-ci a pour spécificité ce secteur.

Pour en savoir plus

Site internet de l’Observatoire partenarial des zones d’activités économiques du Rhône (OZAR)

« Zones d'activités économiques du Rhône : vers une stabilité des effectifs et une diversification des activités », Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes n° 37, mars 2017

« Rhône hors Métropole : les zones d'activités économiques affichent leur diversité», Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes n° 5, février 2016