Au 3e trimestre 2016, légère progression du chômage en Nouvelle-Aquitaine

Caroline Geindre, Insee

Au 3e trimestre 2016 en Nouvelle-Aquitaine, le taux de chômage augmente légèrement et s’établit à 9,5 % de la population active. Au sein de la région, les disparités entre zones d’emploi sont fortes, avec des taux s’étalant de 6,9 % à 11,6 %. Le chômage dans toutes les zones d’emploi régionales se stabilise ou s’accroît en rythme trimestriel, mais seules trois zones d’emploi affichent une hausse supérieure à 0,2 point. Sur un an, le repli du taux de chômage régional reste néanmoins significatif, comme au niveau national.

Au 3e trimestre 2016, le taux de chômage en Nouvelle-Aquitaine croît de 0,1 point par rapport au 2e trimestre 2016, après une baisse de 0,2 point au trimestre précédent. Il atteint ainsi 9,5 % de la population active, ce qui place la région en 6e position des régions françaises les moins impactées au 3e trimestre. Le taux de chômage national augmente dans une même mesure et s’élève à 9,7 %.

En rythme annuel, la tendance baissière entamée depuis fin 2015 perdure. Sur un an, le taux de chômage en Nouvelle-Aquitaine baisse de 0,4 point, comme en France métropolitaine.

Des disparités territoriales marquées face au chômage

Au troisième trimestre 2016, les zones d’emploi au nord, nord-est et au sud de la région demeurent moins affectés par le chômage (figure 1).

Figure 1 – Les zones d’emploi du nord et du sud de Nouvelle-Aquitaine moins touchées par le chômageTaux de chômage au 3e trimestre 2016 selon la zone d’emploi (données provisoires corrigées des variations saisonnières)

  • Source : Insee, taux de chômage localisé

Ainsi, les taux de chômage des zones d’emploi de Tulle et d’Ussel se démarquent au nord-est avec des taux particulièrement faibles (respectivement 6,9 % et 7,6 %). Sur les terres poitevines au nord de la région, dans les zones d’emploi de Poitiers et Niort (7,8 %) ainsi que dans celle de Bressuire (7,5 %), les taux de chômage sont inférieurs à 8 %. La zone d’emploi voisine de Cognac se distingue également et maintient un taux de chômage inférieur à 8,5 % depuis le début de l’année 2016. Au sud, la zone d’emploi d’Oloron-Sainte-Marie est la 2e zone d’emploi la moins touchée par le chômage dans la région, avec 7,2 % de sa population active à la recherche d’un emploi. À proximité, les zones d’emploi de Pau (8,2 %) et de Mont-de-Marsan (8,0 %) se positionnent également parmi les zones d’emploi les moins impactées régionalement.

À l’inverse, entre Garonne et Dordogne, la zone d’emploi de Villeneuve-sur-Lot affiche le taux le plus élevé de la région (11,6 %), suivie de près par celles de Bergerac (11,3 %), Libourne (11,2 %) et Sarlat-la-Canéda (11,1 %). Le long du littoral, le chômage affecte particulièrement les zones d’emploi de Rochefort et Royan (11,5 %) ainsi que celle de la Teste-de-Buch (11,1 %).

Stabilité ou hausse du taux de chômage dans toutes les zones d’emploi

Entre le 2e et le 3e trimestre 2016, le taux de chômage se stabilise ou augmente dans les 33 zones d’emploi de Nouvelle-Aquitaine (figure 2).

Figure 2 – Un taux de chômage stable ou en hausse dans toutes les zones d’emploi régionalesÉvolution trimestrielle du taux de chômage par zone d’emploi entre le 2e et le 3e trimestre 2016 (données provisoires corrigées des variations saisonnières)

  • Source : Insee, taux de chômage localisé

Le territoire limitrophe de l’Occitanie, correspondant aux zones d’emploi de Pau, Mont-de-Marsan, Agen et Villeneuve-sur-Lot, présente un taux de chômage stable. De même plus au nord, les taux de chômage se maintiennent pour les zones de Châtellerault, Poitiers, Limoges, Guéret et Tulle. Sur la côte atlantique, seul le taux de chômage de la zone d’emploi de Rochefort stagne.

Tandis que le chômage d’un large tiers des zones d’emploi régionales n’augmente que légèrement (de 0,1 à 0,2 point), trois zones d’emploi subissent une progression plus marquée : Bergerac (+ 0,3 point), Oloron-Sainte-Marie (+ 0,4 point) et Ussel (+ 0,6 point).

Sur un an, le chômage recule pour la quasi-totalité des zones d’emploi

En rythme annuel, le taux de chômage baisse dans l’ensemble des zones d’emploi de Nouvelle-Aquitaine, à l’exception, d’une part, d’Oloron-Sainte-Marie et Bressuire où le chômage stagne, et, d’autre part, Sarlat-la-Canéda et Parthenay où il progresse légèrement (+ 0,1 point). Le recul est particulièrement significatif pour les zones d’emploi de Châtellerault (– 0,8 point), de Saintes-Saint-Jean-d’Angély et Rochefort (– 0,7 point) ainsi que celles de Bergerac, Royan et La Rochelle (– 0,6 point). On constate également dans les autres zones d’emploi une baisse notable du taux de chômage (entre – 0,2 et – 0,5 point). Seuls cinq territoires affichent une baisse plus modeste de 0,1 point : les zones de Marmande, Brive-la-Gaillarde, Tulle, Dax et Thouars-Loudun.

Définitions

En application de la définition internationale adoptée en 1982 par le Bureau international du travail (BIT), un chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond simultanément à trois conditions :

être sans emploi, c'est-à-dire ne pas avoir travaillé au moins une heure durant une semaine de référence ;

être disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours ;

avoir cherché activement un emploi dans le mois précédent ou en avoir trouvé un qui commence dans moins de trois mois.

Remarque : un chômeur au sens du BIT n'est pas forcément inscrit à Pôle emploi (et inversement).

Une zone d'emploi est un espace géographique à l'intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent, et dans lequel les établissements peuvent trouver l'essentiel de la main-d'œuvre nécessaire pour occuper les emplois offerts. Le découpage en zones d'emploi constitue une partition du territoire adaptée aux études locales sur le marché du travail.

Pour en savoir plus

Régnier V., « Emploi toujours en hausse au 3e trimestre 2016 », Insee Flash Nouvelle-Aquitaine n° 22, février 2017

Geindre C., Noury D., Régnier V., « Nouvelle progression de l’emploi marchand régional au 3e trimestre 2016 », Insee Conjoncture Nouvelle-Aquitaine n° 6, Janvier 2017

Passeron V., Roucher D., Dortet-Bernadet V., Meinzel P., « La croissance à l’épreuve des incertitudes », Insee Conjoncture, décembre 2016