Au troisième trimestre 2016, progression du chômage dans les zones d’emploi à l’est de la Normandie

Khalid Jerrari

Au troisième trimestre 2016, le taux de chômage en Normandie s’établit à 10,1 %. L'est de la région, en particulier la zone du Havre, est toujours plus touché que l'ouest. Sur le trimestre, la moitié des zones d'emploi reste stable. Le chômage ne recule que très légèrement dans trois zones d’emploi parmi les 23 (Pont-Audemer, Saint-Lô et Bayeux). Malgré tout, le chômage baisse légèrement en Normandie sur une année. Cette baisse se manifeste dans toutes les zones d’emploi.

Au troisième trimestre 2016, le taux de chômage en Normandie s'établit à 10,1 %. Par rapport au trimestre précédent, il est en légère hausse (+ 0,1 point). Il est plus élevé que la moyenne de la France métropolitaine (9,7 %), faisant de la Normandie la cinquième région la plus touchée par le chômage.

Cette moyenne masque d'importantes disparités entre les différentes zones d'emploi. La zone la moins touchée est celle d'Avranches (6,5 %, figure 1), la plus touchée celle du Havre (12,7 %). De façon générale, les départements de l'ouest (Manche, Orne et Calvados) sont moins impactés que ceux de l'est (Seine-Maritime et Eure). Dans l'ouest, le taux de chômage ne dépasse la moyenne régionale dans aucune zone. Tandis qu'à l'est, excepté la zone de Dieppe-Caux maritime, il est toujours au-dessus de cette moyenne.

Faible évolution du chômage par rapport au trimestre précédent dans toutes les zones d’emploi

Entre le deuxième trimestre 2016 et le troisième trimestre 2016, le chômage augmente légèrement dans trois départements sur cinq (+ 0,1 point, figure 2). Il reste stable en Seine-Maritime et dans la Manche.

Le chômage est stable dans la moitié des zones d’emploi et progresse pour le tiers des zones, majoritairement à l’est de la Normandie (figure 3). La disparité du chômage entre les zones d’emploi de l’est et de l’ouest se creuse davantage. Coutances est la seule zone de l’est qui se démarque, avec la plus forte hausse du chômage de ce trimestre (+ 0,3 point).

Figure 1 – L'est de la Normandie est plus touché par le chômageTaux de chômage au troisième trimestre 2016 selon la zone d'emploi (données corrigées des variations saisonnières)

  • Source : Insee, estimations du taux de chômage

À l’inverse, le chômage recule légèrement à Saint-Lô et Pont-Audemer (– 0,1 point). La zone de Bayeux enregistre la plus forte baisse du taux de chômage (– 0,2 point).

Figure 2 – Le chômage repart en NormandieTaux de chômage trimestriels et évolutions (données corrigées des variations saisonnières)

Le chômage repart en Normandie
Taux de chômage (en %) Variation (en points) entre le 3e trimestre 2016 et
3e trimestre 2016 2e trimestre 2016 3e trimestre 2015 le trimestre précédent le 3e trimestre 2015
Eure 10,4 10,3 10,6 + 0,1 – 0,2
Seine-Maritime 11,2 11,2 11,4 0,0 – 0,2
Calvados 9,4 9,3 10,0 + 0,1 – 0,6
Manche 8,0 8,0 8,5 0,0 – 0,5
Orne 9,3 9,2 9,7 + 0,1 – 0,4
Normandie 10,1 10,0 10,4 + 0,1 – 0,3
France métropolitaine 9,7 9,6 10,1 + 0,1 – 0,4
  • Source : Insee, estimations du taux de chômage

Sur un an, le chômage recule dans l’ensemble des zones d’emploi

Cette légère hausse du chômage au troisième trimestre 2016 en Normandie ne remet pas en cause la tendance à la baisse depuis un an. Ainsi, sur un an (entre le troisième trimestre 2015 et le troisième trimestre 2016), le taux de chômage recule de 0,3 point en Normandie. Cette tendance se manifeste également sur tout le territoire métropolitain. Tous les départements normands enregistent une baisse du chômage. Les plus fortes baisses se concentrent dans l’ouest de la Normandie pour le Calvados, la Manche et l’Orne (respectivement – 0,6 point, – 0,5 point et – 0,4 point).

Cette baisse se retrouve dans 21 des 23 zones d’emploi normandes. Les reculs les plus significatifs concernent Honfleur, Vire et l’Aigle (respectivement – 1,1 point, – 0,9 point et – 0,9 point).

Les baisses sont moins marquées (– 0,1 point) pour les zones d’emploi de Dieppe-Caux maritime, de Coutances et de Nogent-le-Rotrou (partie Normande).

La Vallée de la Bresle-Vimeu (partie Normande) est la seule zone d’emploi qui connaît une hausse du taux de chomage (+ 0,2 point). Avec le taux de chômage le plus fort en Normandie, la zone d’emploi du Havre reste stable.

Figure 3 – Le chômage augmente dans l’est de la Normandie.Variation du taux de chômage entre le deuxième trimestre 2016 et le troisième trimestre 2016 selon la zone d'emploi (données corrigées des variations saisonnières)

  • Source : Insee, estimations du taux de chômage

Définitions

Le taux de chômage est le pourcentage de chômeurs dans la population active (actifs occupés + chômeurs).

Une zone d'emploi est un espace géographique à l'intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent, et dans lequel les établissements peuvent trouver l'essentiel de la main d'œuvre nécessaire pour occuper les emplois offerts.

Pour en savoir plus

Insee Conjoncture Normandie N° 5 - "Des signes encourageants au deuxième trimestre" (2016, octobre) 4p.

Insee Flash Normandie n° 20 - "Recul du chômage dans l’ensemble des zones d’emploi normandes au deuxième trimestre 2016" (2016, octobre) 2p.