La population de l’Orne s’infléchit de 0,3 % par an

Isabelle Bigot

L’Orne compte 287 750 habitants au 1er janvier 2014. Avec un repli démographique de 0,3 % par an entre 2009 et 2014, ce département se démarque des quatre autres départements normands. La population des cinq principales villes ornaises (Alençon, Flers, Argentan, L’Aigle et La Ferté-Macé) et celle des petites villes s’infléchit. Offrant un cadre de vie préservé, les petites communes parviennent à mieux contenir l’érosion de leur population.

Au 1er janvier 2014, les 413 communes de l’Orne comptent 287 750 habitants, soit 4 460 de moins qu’en 2009 (figure 1). Il se place ainsi au 76e rang parmi les 100 départements français et se retrouve proche, en ce qui concerne le nombre d'habitants, des départements de la Mayenne (en Pays de la Loire) et des Ardennes (dans le Grand Est). Entre 2009 et 2014, la population ornaise a diminué de 0,3 % par an. Le solde migratoire négatif (- 0,3 %) n’est pas compensé par le solde naturel devenu lui aussi négatif. L’Orne présente donc un profil atypique au regard des quatre autres départements normands qui gagnent des habitants. L’Eure et le Calvados sont les plus dynamiques avec une croissance démographique de respectivement 0,5 % et 0,3 %, presque entièrement portée par leur solde naturel positif.

Figure 1 – L’Orne, seul département normand où le solde naturel et le solde migratoire sont tous les deux négatifsÉvolution des populations municipales 2009 et 2014, soldes naturels et migratoires

L’Orne, seul département normand où le solde naturel et le solde migratoire sont tous les deux négatifs
Départements Population municipale Évolution annuelle
2009 2014 2009-2014 due au solde naturel (%) due au solde migratoire (%)
Calvados 680 908 691 670 +0,3 +0,3 +0,1
Eure 582 822 598 347 +0,5 +0,4 +0,1
Manche 497 762 499 958 +0,1 0,0 +0,1
Orne 292 210 287 750 -0,3 -0,1 -0,3
Seine-Maritime 1 250 120 1 257 920 +0,1 +0,4 -0,3
Normandie 3 303 822 3 335 645 +0,2 +0,3 -0,1
France 64 304 500 65 906 986 +0,5 +0,4 +0,1
  • Note : Les taux de variation sont arrondis au plus près de leurs valeurs réelles. La somme des taux dus aux soldes naturels et migratoires apparents peut être de fait légèrement différente du taux de variation de la population.
  • Source : Insee - Recensements de la population

Les trois arrondissements ornais sont touchés par les baisses de population. Dans celui d’Alençon, qui rassemble 115 communes, et celui d’Argentan, qui en totalise 185, le nombre d’habitants baisse de 0,3 % par an. Le recul est plus sensible dans l’arrondissement de Mortagne-au-Perche où il atteint 0,4 % par an (figure 2).

Figure 2 – Le recul de la population est plus sensible dans l’arrondissement de Mortagne-au-PercheLe recul de la population est plus sensible dans l’arrondissement de Mortagne-au-Perche

  • Source : Insee - Recensements de la population

Le département de l'Orne compte 413 communes (figure 3). Athis-Val-de-Rouvre, commune nouvelle créée en 2016 et issue du regroupement de huit communes, fait désormais partie des dix communes les plus peuplées de l’Orne. Sa population est stable entre 2009 et 2014.

Les communes ornaises comptant moins de 3 500 habitants sont les moins touchées par le repli démographique. Entre 2009 et 2014, leur population ne s’infléchit que de 0,1 % par an. Parmi elles, les communes de 250 à 499 habitants tirent leur épingle du jeu et sont les seules à être en légère expansion , la population y augmentant de 0,2 % par an. Les communes de moins de 3 500 habitants gagnant des habitants sont le plus souvent à proximité d’une unité urbaine offrant emplois et services à la population. C’est le cas par exemple de Mortrée à proximité de Sées ou de Saint-Georges-les-Groseillers, à la périphérie immédiate de Flers.

Figure 3 – Les communes ornaises comptant moins de 3 500 habitants sont les moins touchées par le repli démographiqueÉvolution des populations municipales 2009 et 2014

Les communes ornaises comptant moins de 3 500 habitants sont les moins touchées par le repli démographique
Taille de la commune en 2014 Nombre de communes Population 2009 Population 2014 Évolution annuelle moyenne 2009-2014 (%)
Moins de 250 200 29 594 29 391 -0,1
De 250 à 499 89 30 927 31 190 +0,2
De 500 à 999 65 44 994 44 668 -0,2
De 1000 à 3499 47 85 051 84 609 -0,1
De 3500 à 4999 6 25 228 24 543 -0,6
De 5000 à 9999 3 19 143 18 617 -0,6
10000 et plus 3 57 273 54 732 -0,9
Total Orne 413 292 210 287 750 -0,3
  • Source : Insee, recensements de la population 2009 et 2014

Plus excentrée et dans un bassin d’emploi peu dynamique, Vimoutiers est désormais en dessous du seuil de 3 500 habitants, sa population ayant diminué de 2 % par an entre 2009 et 2014. Au sud-est du département, le Perche Ornais affiche une dynamique positive, grâce à l’arrivée de nouveaux habitants.

Dans les neuf communes de 3 500 à 10 000 habitants, la population diminue en moyenne de 0,6 % par an. La Ferte-Macé et Sées sont les villes moyennes dont le nombre d’habitants recule le plus sensiblement (respectivement - 1,5 % par an et - 1,3 % par an). Le repli démographique des trois villes ornaises de plus de 10 000 habitants atteint 0,9 % par an. Il est nettement plus sensible que dans la moyenne des villes normandes de cette taille (- 0,3 %). Alençon, chef-lieu du département, enregistre une baisse de 1,0 % par an tandis que la population de Flers recule de 1,2 % par an. Le fléchissement est moindre à Argentan (- 0,6 % par an) qui profite des axes routiers la reliant à Falaise et de sa proximité avec le bassin d’emploi de Caen.

Les dix communes les plus peuplées de l’Orne perdent en moyenne 0,8 % de leur population par an entre 2009 et 2014 (figure 4). Seule l’une d’entre-elles, Tinchebray-Bocage, gagne des habitants (0,1 % par an). Elle bénéficie de sa proximité avec Flers dont la périurbanisation se poursuit. 

Figure 4 – Les dix communes les plus peuplées de l’Orne perdent en moyenne 0,8 % de leur population par an entre 2009 et 2014Évolution des populations municipales des 10 communes les plus importantes entre 2009 et 2014

Les dix communes les plus peuplées de l’Orne perdent en moyenne 0,8 % de leur population par an entre 2009 et 2014
Population en 2014 Population en 2009 Évolution annuelle moyenne (en %)
ALENÇON 27325 26028 -1,0
FLERS 14736 15592 -1,1
ARGENTAN 13968 14356 -0,6
L'AIGLE 8018 8144 -0,3
LA FERTE-MACE 5586 6013 -1,5
TINCHEBRAY-BOCAGE 5013 4986 +0,1
DOMFRONT EN POIRAIE 4401 4668 -1,2
ATHIS- VAL DE ROUVRE 4318 4306 -0,1
SEES 4236 4515 -1,3
MORTAGNE-AU-PERCHE 3994 4108 -0,6
  • Source : Insee, recensements de la population 2009 et 2014

Définitions

Géographie : La géographie utilisée pour la diffusion du recensement de l’année 2014 est la géographie en vigueur au 1er janvier 2016.

Des chiffres fondés sur 5 ans d'enquêtes : le recensement repose sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. En cumulant cinq enquêtes, l'ensemble des habitants des communes de moins de 10 000 habitants et 40 % environ de la population des communes de 10 000 habitants ou plus sont pris en compte. Les informations ainsi collectées sont ramenées à une même date pour toutes les communes afin d'assurer l'égalité de traitement entre elles. Cette date de référence est fixée au 1er janvier de l'année médiane des cinq années d'enquête (2012, 2013, 2014, 2015 et 2016) pour obtenir une meilleure robustesse des données, soit le 1er janvier 2014.

La population municipale comprend les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune, dans un logement ou une communauté.

Pour en savoir plus

Retrouvez sur notre site www.insee.fr les cinq flash Normandie consacrés aux départements normands

Rendez-vous sur le site : http://www.le-recensement-et-moi.fr/

« Les petites communes de l’Orne gagnent des habitants, sans compenser le repli démographique du département » Fabrice Fourré, Insee Normandie - In Insee Flash Normandie N° 4 (2016, janvier), 2p