La population de la Manche se stabilise autour d’un demi-million d’habitants

Au 1er janvier 2014, la population de la Manche s’élève à 499 960 habitants. Elle affiche encore une légère augmentation entre 2009 et 2014, mais elle semble se stabiliser en raison d’un solde naturel devenu déficitaire ces dernières années. À la suite des fusions de communes en 2016, le département ne compte plus que trois communes de plus de 10 000 habitants. Le sud-est du territoire continue à se dépeupler, alors que la côte ouest, de Coutances à Granville, le nord-ouest du Cotentin, ainsi que Saint-Lô et sa périphérie est, sont les zones les plus dynamiques.

Au 1er janvier 2014, le département de la Manche compte 499 960 habitants, soit 2 200 de plus que cinq ans auparavant (figure 1). Il se place ainsi au 52e rang parmi les 100 départements français et se retrouve proche, en ce qui concerne le nombre d'habitants, des départements de la Côte-d’Or (en Bourgogne-Franche-Comté) et de la Drôme (en Auvergne-Rhône Alpes). Avec une hausse moyenne de 0,1 % par an entre 2009 et 2014, la population manchoise progresse deux fois moins vite que la population normande et cinq fois moins vite que la population française. Cette croissance démographique repose entièrement sur les flux migratoires, l’excédent des naissances sur les décès étant nul sur cette période. Ces dernières années, la population du département tend à se stabiliser, en raison d’un solde naturel devenu nul et un solde migratoire légèrement positif. Alors que le nombre d'habitants continue à progresser régulièrement dans l’Eure et le Calvados, et dans une moindre mesure, en Seine-Maritime. L'Orne, département normand le plus rural, perd régulièrement des habitants depuis plusieurs années.

Figure 1 – La population manchoise progresse deux fois moins vite que la population normandeÉvolution des populations municipales 2009 et 2014, soldes naturels et migratoires

La population manchoise progresse deux fois moins vite que la population normande
Départements Population municipale Évolution annuelle
2009 2014 2009-2014 (%) due au solde naturel (%) due au solde migratoire (%)
Calvados 680 908 691 670 +0,3 +0,3 +0,1
Eure 582 822 598 347 +0,5 +0,4 +0,1
Manche 497 762 499 958 +0,1 0,0 +0,1
Orne 292 210 287 750 -0,3 -0,1 -0,3
Seine-Maritime 1 250 120 1 257 920 +0,1 +0,4 -0,3
Normandie 3 303 822 3 335 645 +0,2 +0,3 -0,1
France 64 304 500 65 906 986 +0,5 +0,4 +0,1
  • Note : Les taux de variation sont arrondis au plus près de leurs valeurs réelles. La somme des taux dus aux soldes naturels et migratoires apparents peut être de fait légèrement différente du taux de variation de la population.
  • Source : Insee - Recensements de la population

Les communes en expansion démographique se situent essentiellement sur le littoral et le rétro-littoral ouest de la Manche, du havre d’Agon-Coutainville à la baie du Mont Saint-Michel, ainsi que dans le nord-ouest du Cotentin et à la périphérie est de Saint-Lô (figure 2). Le déclin démographique concerne surtout les communes du sud-est de la Manche qui continuent de se dépeupler, ainsi que les plus grandes villes à l’exception de Granville et Saint-Lô.

Figure 2 – La population du département de la Manche tend à se stabiliserTaux de variation annuel moyen de la population des communes entre 2009 et 2014 (%)

  • Source : Insee - Recensements de la population

Le département de la Manche ne compte plus que 516 communes au 1er janvier 2016, contre 601 un an auparavant. Du fait des fusions, 36 communes nouvelles, plus peuplées que les anciennes, ont été créées, modifiant sensiblement la répartition par taille et l’analyse qui peut en être faite. Parmi les modifications les plus notoires, la création de Cherbourg-en Cotentin dépasse les 80 000 habitants. Le département de la Manche ne compte ainsi plus que trois communes de plus de 10 000 habitants.

La croissance démographique est plus marquée pour les communes de moins de 1 000 habitants, là où résident 32 % des Manchois (figure 3). La population augmente de 0,5 % par an dans ces petites communes rurales, soit cinq fois plus vite que dans l’ensemble du département. Les communes de 1 000 à 3 499 habitants aussi sont en croissance mais à un rythme beaucoup moins soutenu.

Figure 3 – La croissance démographique est plus marquée pour les communes de moins de 1 000 habitantsÉvolution des populations municipales 2009 et 2014

La croissance démographique est plus marquée pour les communes de moins de 1 000 habitants
Taille Nombre de communes Population municipale 2014 Part dans la population du département (%) Évolution annuelle 2009-2014 (%)
Moins de 250 habitants 149 23 807 4,8 +0,2
250 à 499 habitants 142 52 372 10,5 +0,5
500 à 999 habitants 122 83 710 16,7 +0,6
1000 à 3499 habitants 87 155 497 31,1 +0,1
3500 à 4999 habitants 7 28 550 5,7 -0,1
5000 à 9999 habitants 6 42 290 8,5 -0,7
10 000 ou plus 3 113 735 22,7 -0,2
Département de la Manche 516 499 961 100 +0,1
  • Source : Insee - Recensements de la population

Les six communes moyennes de 5 000 et 9 999 habitants connaissent la décroissance démographique la plus forte de la région. Au total, leur population diminue de 0,7 % par an entre 2009 et 2014. Chacune de ces communes perd des habitants sur cette période, hormis Bricquebec-en-Cotentin, commune nouvelle dont la population augmente légèrement (+ 0,1 % par an, figure 4). Cette relative vitalité s’explique par la fusion avec l’ancienne commune de Bricquebec, de communes rurales de moins de 1 000 habitants dont la population croît. 

Figure 4 – Le déclin démographique concerne surtout les communes du sud-est de la Manche qui continuent de se dépeuplerÉvolution des populations municipales des 10 communes les plus importantes entre 2009 et 2014

Le déclin démographique concerne surtout les communes du sud-est de la Manche qui continuent de se dépeupler
2014 2009 Évolution annuelle 2009-2014 (%)
CHERBOURG-EN-COTENTIN 80 959 83 307 -0,6
SAINT-LÔ 19 426 18 805 +0,7
GRANVILLE 13 350 12 847 +0,8
COUTANCES 8 789 9 390 -1,3
AVRANCHES 7 813 8 090 -0,7
CARENTAN LES MARAIS 6 783 6 929 -0,4
VALOGNES 6 779 7 214 -1,2
SAINT-HILAIRE-DU-HARCOUET 6 130 6 254 -0,4
BRICQUEBEC-EN-COTENTIN 5 996 5 967 +0,1
PONTORSON 4 393 4 593 -0,9
  • Source : Insee - Recensements de la population

Définitions

Géographie : La géographie utilisée pour la diffusion du recensement de l’année 2014 est la géographie en vigueur au 1er janvier 2016.

Des chiffres fondés sur 5 ans d'enquêtes : le recensement repose sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. En cumulant cinq enquêtes, l'ensemble des habitants des communes de moins de 10 000 habitants et 40 % environ de la population des communes de 10 000 habitants ou plus sont pris en compte. Les informations ainsi collectées sont ramenées à une même date pour toutes les communes afin d'assurer l'égalité de traitement entre elles. Cette date de référence est fixée au 1er janvier de l'année médiane des cinq années d'enquête (2012, 2013, 2014, 2015 et 2016) pour obtenir une meilleure robustesse des données, soit le 1er janvier 2014.

La population municipale comprend les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune, dans un logement ou une communauté.

Pour en savoir plus

Retrouvez sur notre site www.insee.fr les cinq flash Normandie consacrés aux départements normands

Rendez-vous sur le site : http://www.le-recensement-et-moi.fr/

« Près d'un demi-million d'habitants dans la Manche »  Jean-Luc Lacuve, Insee Normandie - In Insee Flash Normandie N° 3 (2016, janvier), 2p..