La fréquentation hôtelière en hausse grâce aux touristes étrangers

Valérie Torre, Insee

Durant la saison 2016, le nombre de nuitées passées dans les hôtels de Corse progresse de 3 % par rapport à 2015. Cette hausse est imputable aux touristes étrangers. Le mois de septembre continue à prendre de l'ampleur tandis que les mois de mai et juin peinent à décoller. La fréquentation reste globalement favorable à toutes les catégories d'établissement malgré un léger repli des non-classés.

La clientèle étrangère, moteur principal de la croissance

En 2016, au cours des mois de mai à septembre, les touristes ont passé 2,6 millions de nuitées dans les hôtels de Corse, soit une croissance de la fréquentation de 3 % sur un an. Celle-ci succède à une saison 2015 en hausse de 6 %.

Les touristes français, qui représentent 70 % des nuitées hôtelières, affichent une faible hausse de leurs nuitées (figure 1). Ils sont venus moins nombreux (- 2 %) mais leurs séjours ont été plus longs. En revanche, ce sont les touristes étrangers qui ont dynamisé la saison 2016 avec une progression de leur fréquentation de 8 %, en raison notamment d’une forte croissance du nombre d'arrivées (+ 10 %). La région attire une clientèle venue principalement d'Allemagne et d'Italie. Les premiers affichent une hausse de 7 % de nuitées alors que les seconds sont stables. Ils sont rejoints par les Suisses en progression de 7 %. En revanche, les Belges ont moins fréquenté l'île cette année après une croissance en 2015.

Figure 1 – Nuitées des principales clientèles des hôtels de Corse en 2016 Cumul des nuitées de mai à septembre et variation selon les catégories d'établissements

Nuitées des principales clientèles des hôtels de Corse en 2016
Effectifs Variation 2016/2015 (en %)
Totale Dans les 1 et 2 étoiles Dans les 3 étoiles Dans les 4 et 5 étoiles Dans les non-classés
Nuitées françaises 1 797 819 0,6 -0,5 0,7 3,7 -4,1
Nuitées étrangères 780 481 7,6 5,9 10,1 0,0 4,8
dont : Allemagne 141 471 6,9
Italie 139 988 0,6
Suisse 100 415 7,0
Belgique 87 477 -17,0
  • Source : Insee - DGE, Enquêtes de fréquentation touristique

A l'exception du mois de mai, tous les mois de la saison enregistrent une progression du nombre de nuitées (figure 2). Les conditions météorologiques défavorables et les ponts moins nombreux qu'en 2015 ont pesé sur le mois de mai (- 4 %). Ce mois a néanmoins attiré de nombreux touristes étrangers mais ceux-ci n'ont pu compenser la forte baisse de la fréquentation française. Le mois de juin résiste mieux (+ 3 %).

Portée simultanément par les clientèles françaises et étrangères, la fréquentation de juillet augmente de 6 %. En revanche, le mois d’août perd de la clientèle française, ce qui entraîne une progression plus modérée de la fréquentation durant ce mois (+ 2 %).

Septembre continue à prendre de l'ampleur et à s'affirmer comme un mois attractif en atteignant un niveau de nuitées supérieur à 530 000 (contre 487 000 en 2010). Il enregistre ainsi une progression de 5 % sur un an, grâce à la fois aux clientèles étrangères et françaises. L'écart se creuse toujours un peu plus avec les mois de mai et juin qui ont du mal à décoller.

Figure 2 – Nuitées françaises et étrangères dans les hôtels de Corse

  • Source : Insee - DGE, Enquêtes de fréquentation touristique

Une fréquentation plus favorable pour les établissements classés

De mai à septembre cumulés, l'occupation globale des hôtels se maintient (figure 3). Cela s'explique principalement par une légère augmentation du nombre de chambres occupées (+ 2 %), l'offre en chambre restant stable sur un an.

La fréquentation reste globalement favorable à toutes les catégories d’établissements à l'exception des non-classés, en léger repli (- 1 %). Les hôtels 4 et 5 étoiles bénéficient d'une hausse des nuitées de 4 %. Celle-ci résulte d'une transformation du parc, avec l'entrée de nouveaux établissements, cumulée à une légère hausse de leur taux d'occupation. Les autres catégories progressent et particulièrement les hôtels 3 étoiles (+ 3 %) qui concentrent plus de la moitié des nuitées de la saison. Dans ces derniers, les touristes sont venus moins nombreux mais ont séjourné plus longtemps.

Figure 3 – Evolution mensuelle de l'offre et de l'occupation des hôtels de Corse en 2016

  • Lecture : en septembre, dans les 422 hôtels ouverts et sur les 364 000 chambres disponibles, 283 000 sont occupées, soit un taux d'occupation de 77,7 %.
  • Source : Insee - DGE, Enquêtes de fréquentation touristique

La hausse de la fréquentation hôtelière s’étend à l'ensemble du territoire insulaire, excepté dans le bassin bastiais (- 3 %) (figure 4). Ce recul est largement imputable à la clientèle française. Dans l'Extrême-Sud, l’augmentation du nombre de nuitées s'établit à 8 %, portée par les Français et les étrangers. Cette hausse est plus modérée dans les bassins d’Ajaccio (+ 3 %) et de Balagne (+ 4 %).

Figure 4 – Données synthétiques dans les bassins touristiques de Corse

  • Source : Insee - DGE, Enquêtes de fréquentation touristique

En 2016, la fréquentation touristique hôtelière est en recul en France métropolitaine (- 3,7 %). Sur le pourtour méditerranéen, Provence-Alpes-Côte d’Azur perd de la clientèle, probablement en raison de l’impact de l’attentat de Nice. La région Occitanie est moins sévèrement touchée (figure 5).

Figure 5 – Évolution des nuitées totales entre 2015 et 2016 dans les hôtels par régionMai à septembre

Évolution des nuitées totales entre 2015 et 2016 dans les hôtels par région
Code Région %
11 -12,2
24 0,3
27 -2,3
28 -0,9
32 1,4
44 -0,5
52 4,3
53 -0,4
75 1,6
76 0,7
84 2,9
93 -4,7
94 2,6
  • Source : Insee - DGE, Enquêtes de fréquentation touristique.

Figure 5 – Évolution des nuitées totales entre 2015 et 2016 dans les hôtels par régionMai à septembre

Pour comprendre

Depuis juillet 2011, un partenariat entre l’Insee Corse et l’Agence du tourisme de la Corse (ATC) permet de réaliser une extension régionale des enquêtes nationales de fréquentation dans les hôtels et les campings.

Définitions

Touriste : visiteur qui passe au moins une nuit dans un hébergement pour un motif professionnel ou privé.