Les arrondissements de Lyon : de profondes mutations socio-économiques en 40 ans

Serge Maury, Axel Gilbert, Insee

Comme la plupart des grandes villes françaises, Lyon a connu une hausse de la qualification de sa population et une transformation de sa fonction productive vers une économie de services. Au-delà de ce constat général, les arrondissements de Lyon conservent des caractéristiques très marquées. Le 1er arrondissement, autrefois populaire, a vu son profil bouleversé en quelques décennies dans un processus de « gentrification », qui touche aussi dans une moindre mesure le 4e. Le 2e et le 6e arrondissements conservent leur caractère aisé, à l’inverse des 8e et 9e arrondissements, plus modestes et marqués par le poids du logement social.

Publications grand public
Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes – No 29
Paru le : 21/12/2016

Des années 1960 jusqu’au début de la décennie 1990, Lyon, comme les autres grandes villes françaises, a perdu des habitants au profit des communes de sa banlieue, notamment en raison de la baisse de la taille des ménages. En 1962, la capitale des Gaules comptait 535 000 habitants, et seulement 416 000 en 1990. Elle connaît ensuite un regain démographique, sans retrouver toutefois sa population du début des années 1960. La ville se densifie rapidement par la suite grâce à de nouvelles constructions, de sorte qu’en 2013, Lyon dépasse à nouveau les 500 000 habitants. Sur les dernières années, Lyon est l’une des grandes communes les plus dynamiques de France avec Montpellier, Toulouse et Bordeaux.

En 40 ans, Lyon connaît globalement les mêmes mutations socio-économiques majeures que les autres grandes villes françaises. Elle est touchée par la désindustrialisation du pays et la tertiarisation de l’économie. Les usines s’implantent en périphérie des villes, vers les espaces périurbains ou ruraux. Ainsi, en 1975, près de 30 % des emplois étaient de nature industrielle. En 2013, il ne reste plus que 7 % d’emplois dans le secteur manufacturier. Cette mutation économique s’accompagne d’un changement profond de la société lyonnaise. La part des ouvriers est divisée par trois, celle des cadres supérieurs et professions libérales triple, tandis que celle des professions intermédiaires double. Cela reflète à la fois la hausse générale du niveau de qualification de la population active, mais aussi une certaine concentration en ville des classes supérieures et des emplois de services qualifiés, de type « métropolitains ». Parallèlement, depuis 1975, l’ensemble du département du Rhône a gardé une composition sociale moins privilégiée (20 % de cadres et professions intellectuelles supérieures contre 30 % à Lyon en 2013) et une industrie plus présente (13 % d’emplois manufacturiers contre 7 %). Les neuf arrondissements de Lyon n’échappent pas à ces mutations socio-économiques. Cependant, chaque quartier a sa propre histoire.

2e et 6e arrondissements : deux quartiers historiquement privilégiés

Les 2e et 6e arrondissements sont historiquement les deux quartiers lyonnais les plus privilégiés socialement. En 2013, le 6e abrite une population notablement plus aisée que le reste de l’espace lyonnais, avec 44 % de cadres et professions intellectuelles. Le 2e arrondissement, situé au sud de la Presqu’île, est en position plus moyenne avec 33 % de cadres (figure 1). En 1975, même si la part de cette catégorie sociale était bien moindre, ces deux arrondissements se situaient déjà en tête pour ce qui est du poids des catégories supérieures. Ils se distinguent également par un niveau de vie bien plus élevé que dans le reste de Lyon. Le 6e arrondissement se classe encore nettement au-dessus des autres quartiers, avec un niveau de vie médian de plus de 28 000 euros annuels. Le 2e arrondissement se classe au second rang, avec un niveau de vie plus bas, de près de 25 000 euros par an. (figure 2).

Figure 1 – Le nombre de cadres augmente, celui des ouvriers baisse, les inégalités spatiales persistentÉvolution de la part de cadres et des ouvriers dans la population active au lieu de résidence

Le nombre de cadres augmente, celui des ouvriers baisse, les inégalités spatiales persistent
2013 1975
Part des ouvriers (en %) Part des cadres (en %) Part des ouvriers (en %) Part des cadres (en %)
1er arrondissement 7,6 36,6 40,2 6,2
2e arrondissement 8,9 33,4 24,2 11,9
3e arrondissement 9,7 33,6 32,7 11,4
4e arrondissement 9,2 33,1 33,8 10,2
5e arrondissement 11,8 28,8 30,0 12,9
6e arrondissement 5,5 43,8 24,5 17,7
7e arrondissement 11,6 27,1 34,5 8,4
8e arrondissement 18,5 19,6 40,7 6,9
9e arrondissement 18,5 19,3 42,3 7,8
Lyon 11,7 29,8 34,1 10,3
Villeurbanne 17,8 20,0 43,4 7,2
Rhône 18,3 21,2 40,1 7,9
  • Source : Insee, Recensements de la population, exploitation complémentaire, 1975 et 2013

Figure 2 – Des niveaux de revenus et de diplômes contrastés entre arrondissement en 2013Niveau de vie, taux de pauvreté et taux de qualification

Des niveaux de revenus et de diplômes contrastés entre arrondissement en 2013
Niveaux de vie médian 2013 (en euros) Taux de pauvreté 2013 (en %) Part des personnes à Bac + 3 et plus (en %)
1er arrondissement 21 600 15,6 44,6
2e arrondissement 24 800 10,6 40,7
3e arrondissement 22 900 12,7 36,7
4e arrondissement 23 900 9,2 35,3
5e arrondissement 22 500 11,0 29,2
6e arrondissement 28 300 8,6 46,8
7e arrondissement 20 700 15,0 32,8
8e arrondissement 18 500 19,0 21,0
9e arrondissement 18 600 19,7 21,0
Lyon 21 700 13,9 33,0
Villeurbanne 18 700 18,2 30,5
Rhône 21 000 13,2 20,8
  • Note : le % de personnes à Bac + 3 concerne les personnes de 25 ans et plus.
  • Sources : Insee, Recensement de la population 2013, exploitation complémentaire, Filosofi 2013

Le poids des autres catégories sociales est relativement faible dans ces deux arrondissements lyonnais. En 2013, les ouvriers et les employés représentent un quart de la population dans le 6e arrondissement avec seulement 6 % d’ouvriers. Dans le 2e arrondissement, ces catégories sociales en représentent un tiers. Déjà en 1975, seul un quart de la population de ces arrondissements, était ouvrière, loin derrière les 40 % d’ouvriers que comptaient certains arrondissements, comme les 1er, 8e et 9e arrondissements.

Ces quartiers globalement aisés abritent aussi des populations pauvres. Une personne sur dix logeant dans les 2e et 6e arrondissements vit en dessous du seuil de pauvreté, soit moins de 1 000 euros par mois pour une personne seule. Ces taux de pauvreté sont les plus faibles de Lyon (avec le 4e), mais sont supérieurs à ce qu’on trouve dans des banlieues résidentielles telles que Saint-Genis-Laval, Tassin-la-Demi-Lune ou Écully. Les ménages pauvres du centre-ville sont surtout des personnes seules, jeunes, qui vivent dans de petits logements.

Avec 31 000 habitants en 2013, le 2e arrondissement se classe, avec le 1er arrondissement, parmi les moins peuplés de Lyon (figure 3). En revanche, c’est un arrondissement dense en emplois, avec autant d’emplois que d’habitants. En 1975, le ratio était même de 124 emplois pour 100 habitants (46 000 emplois localisés dans l’arrondissement, pour 36 000 résidents). Le secteur tertiaire marchand est historiquement très développé et représente en 2013 près de 70 % de l’emploi, principalement dans le commerce de proximité, l’hôtellerie et la restauration. L’industrie, déjà très peu présente en 1975, occupe une place résiduelle en 2013, et l’emploi public pèse nettement moins que dans le reste de l’espace lyonnais.

Figure 3 – Plus d'emplois que de résidents dans le 2e arrondissementÉvolution de la population et du nombre d'emplois

Plus d'emplois que de résidents dans le 2e arrondissement
2013 1975
Population résidente Emplois au lieu de travail Emplois pour 100 résidents Population résidente Emplois au lieu de travail Emplois pour 100 résidents
1er arrondissement 29 300 16 000 55,3 33 100 19 500 58,7
2e arrondissement 30 800 31 600 100,6 36 200 44 900 124,0
3e arrondissement 99 000 80 000 79,2 77 600 59 700 77,0
4e arrondissement 36 300 15 500 42,8 34 700 11 300 32,4
5e arrondissement 46 600 15 500 33,9 51 000 11 500 22,6
6e arrondissement 50 400 33 900 68,7 55 600 34 100 61,3
7e arrondissement 77 900 50 400 66,5 60 100 47 400 78,9
8e arrondissement 81 500 32 100 39,8 73 000 28 100 38,5
9e arrondissement 49 000 29 200 59,9 55 000 21 600 39,3
Lyon 500 800 304 200 60,9 476 300 278 100 58,4
Villeurbanne 147 200 57 600 38,9 121 500 54 700 45,0
Rhône 1 779 800 848 800 47,7 1 493 300 626 300 41,9
  • Source : Insee, Recensements de la population 1975 et 2013

Le 6e arrondissement, par contraste, compte nettement plus d’habitants (près de 50 000), se classant en quatrième position des arrondissements les plus peuplés de Lyon. Sa vocation économique est axée principalement sur les services marchands, en particulier les services aux entreprises, les activités juridiques et immobilières, tout en ayant une fonction plus résidentielle que le 2e arrondissement (le ratio entre emplois et population est de 69 emplois pour 100 habitants).

Au sein d’un ensemble lyonnais qui a gagné des habitants entre 1975 et 2013, ces deux arrondissements en ont perdu entre ces deux dates.

1er et 4e arrondissements, laboratoires de « gentrification »

Depuis 40 ans, le 1er arrondissement de Lyon (Terreaux et pentes de la Croix-Rousse) connaît une spectaculaire évolution sociale. En effet, au milieu des années 1970, l’habitat y était ancien et souvent vétuste. Près de la moitié des habitants n’avaient ni baignoire, ni douche dans leur logement et plus de 40 % ne disposaient pas de WC. Le quartier se classait parmi les moins favorisés, comme les 8e et 9e arrondissements. La population était constituée de 40 % d’ouvriers. Le poids des professions libérales et cadres supérieurs était le plus faible de tous les arrondissements (6 % des actifs résidents). Le niveau de diplôme de ses habitants était parmi les plus bas de l’espace lyonnais, devant le 9e arrondissement uniquement. En 1975, seul 6 % de la population âgée de plus de 25 ans avait un niveau de diplôme supérieur au baccalauréat.

En 2013, le panorama a spectaculairement changé. Depuis 40 ans, un mécanisme de « gentrification » de ce quartier s’est enclenché. Les sociologues définissent ce concept par l’installation, dans un quartier originellement vétuste et populaire, de nouveaux habitants appartenant aux classes moyennes et supérieures. Ceci entraîne un changement de la composition sociale du lieu ; les catégories populaires sont progressivement marginalisées, tandis que les classes moyennes supérieures donnent le « ton » à la vie de quartier (activités associatives, lieux de vie nocturne, galeries d’art, etc.). Ce profil se vérifie globalement dans le 1er arrondissement de Lyon.

Le quartier est maintenant un des plus chers de la ville pour les prix de l’immobilier. Les anciens logements ouvriers ont pour la plupart été réhabilités et l’étiquette « canut » est désormais un signe de prestige. Parallèlement à cette amélioration de l’habitat, la population a diminué, même si l’arrondissement demeure le plus petit et le plus densément peuplé. Le 1er arrondissement concentre une des plus fortes proportions de cadres et de professions intellectuelles (37 % des actifs) de la ville, légèrement en dessous de celle du 6e arrondissement. La population y est également très diplômée. Malgré cette forte présence de cadres et un niveau de qualification élevé, le niveau de vie des habitants de cet arrondissement est relativement moyen en comparaison avec celui du 6e arrondissement dont la structure sociale est proche.

Ce décalage entre niveau de qualification et revenu peut s’expliquer doublement. D’une part, les groupes sociaux favorisés n’ont pas la même physionomie dans les 1er et 6e arrondissements. Parmi les cadres, les professeurs et professions scientifiques sont plus nombreux, et les cadres d’entreprises moins représentés, dans le 1er arrondissement que dans le 6e. De plus, les professions des arts et du spectacle sont beaucoup plus présentes que dans le reste de Lyon (7 % de la population active contre 2 %). Ces constats confirment la tendance à la gentrification de ce quartier. En effet, les sociologues montrent que, dans les quartiers « gentrifiés » des grandes villes, les groupes dominants se distinguent davantage par leur niveau de qualification que par leurs revenus. De plus, ils ont tendance à exercer certains métiers précis, dans la fonction publique, des professions scientifiques, dans les médias, l’information ou les domaines artistiques par exemple.

D’autre part, les situations de précarité sociale ne sont pas négligeables. Près de 16 % des habitants du 1er arrondissement vivent en dessous du seuil de pauvreté. Les logements sociaux constituent 16 % du parc de logements. Il existe ainsi une certaine mixité sociale, où des populations plus favorisées cohabitent avec des populations plus précaires, bien plus visiblement que dans le 6e arrondissement.

Le 4e arrondissement, contigu avec le 1er arrondissement, qu’il prolonge sur le plateau de la Croix-Rousse, connaît une évolution semblable, mais moins spectaculaire. En 1975, l’habitat était plus récent, moins vétuste, et la part des ouvriers y était aussi plus faible que dans le 1er arrondissement (33 % de la population). En 2013, l’arrondissement a lui aussi changé de structure socio-économique. Le niveau de vie des habitants de ce quartier est élevé. Il se classe au 3e rang des arrondissements les plus riches de Lyon, derrière les 6e et 2e arrondissements. Le taux de pauvreté est nettement plus faible que dans le 1er (9 % de la population). Cependant, la part des cadres (33 %) et le taux de personnes très diplômées sont inférieurs à ceux du 1er arrondissement. Le 1er et le 4e arrondissements se distinguent également par la part des jeunes. Un habitant sur trois dans le 1er arrondissement a entre 15 et 29 ans, ils ne sont qu’un sur cinq dans le 4e arrondissement.

Les 8e et 9e arrondissements demeurent des quartiers plus populaires

En 1975, les 8e et 9e arrondissements constituaient les espaces les plus industrialisés de Lyon. Le 8e arrondissement, avec son positionnement fort dans les biens d’équipements et dans l’automobile, comptait 38 % de ses emplois dans le secteur manufacturier. Le 9e arrondissement abritait près de 30 % d’emplois industriels, marqués par une spécialisation dans l’industrie des fibres et fils (autour de Rhône-Poulenc). Ils constituaient les quartiers les plus ouvriers de Lyon : près de 40 % de la population résidente était ouvrière.

En 2013, ces deux arrondissements participent à la mutation sociologique de la ville. Avec le départ des grandes usines, la part des emplois industriels a beaucoup baissé pour atteindre un niveau de 7 %. La population ouvrière a été globalement divisée par deux : 20 % de la population appartient à cette catégorie sociale. Ces arrondissements connaissent des phénomènes de gentrification (autour du quartier de Monplaisir dans le 8e ou de Vaise dans le 9e, par exemple). Cependant, ces deux espaces gardent globalement leur caractéristique « populaire » par rapport au reste de l’espace lyonnais. Les ouvriers et employés représentent la moitié des résidents, contre 30 % dans les 1er et 4e arrondissements, et 25 % dans le 6e (figure 4 et figure 5). La population y est notablement moins diplômée, à peine plus de la moitié des habitants a le baccalauréat. Le revenu médian est également plus faible que dans le reste de la ville. Même après d’importantes opérations de réhabilitation urbaine (démolition de la « barre des Mille » à la Duchère), ces deux arrondissements conservent leur vocation sociale : plus d’un tiers du parc de logement est constitué de logements HLM.

Figure 4 – En 1975, le 1er arrondissement a un profil populaire, comme les 8e et 9e arrondissementsPart d'ouvriers et d'employés par communes en 1975 (en %)

  • Source : Insee, Recensement de la population 1975

Figure 5 – Les 8e et 9e arrondissements de Lyon gardent une physionomie populairePart d'ouvriers et d'employés par communes en 2013 (en %)

  • Source : Insee, Recensement de la population 2013

3e, 5e et 7e arrondissements : des profils sociaux moins marqués

Les trois autres arrondissements présentent des profils sociaux moins marqués. Le 3e arrondissement est le plus peuplé. Il connaît, avec le 7e arrondissement, la plus forte croissance démographique depuis 1975. Ces deux arrondissements de l’est disposaient de réserves foncières absentes du reste de Lyon. Ils ont un profil de population très proche de celui de l’ensemble de Lyon mais se distinguent par leurs fonctions économiques. Le 3e arrondissement est marqué par le poids de l’emploi public et l’importance du secteur tertiaire à la Part-Dieu. Le 7e arrondissement est plus orienté vers les commerces et services de proximité et par le pôle d’activités pharmaceutiques de Gerland. Enfin, le 5e arrondissement est résidentiel. C’est aussi l’arrondissement qui comporte le plus de personnes vivant « hors ménages » (établissements pour personnes âgées ou foyers étudiants).

Encadré

Villeurbanne garde un profil populaire

Villeurbanne, que l’on qualifie parfois de « 10e arrondissement de Lyon », connaît les mêmes mutations socio-économiques que l’ensemble de Lyon. En 2013, la commune conserve un positionnement résidentiel, populaire et relativement industriel, qui la rapproche des 8e et 9e arrondissements. Malgré la perte de ses emplois industriels (39 % d’emplois industriels en 1975 contre 12 % aujourd’hui), Villeurbanne conserve une part d’emplois manufacturiers supérieure à l’ensemble lyonnais. Les caractéristiques sociales sont celles d’un espace urbain plus populaire.

En 2013, les cadres sont nettement moins présents que dans l’ensemble lyonnais (20 % contre 30 %), les ouvriers sont plus nombreux (18 % contre 12 %). Par ailleurs, le niveau de vie des Villeurbannais est plus faible à l’image des 8e et 9e arrondissements de Lyon, situant Villeurbanne parmi les espaces les moins riches de l’espace lyonnais.

Sources

Cette étude repose principalement sur une comparaison entre les recensements de la population de 1975 et 2013. Il faut souligner qu’entre les deux dates, la nomenclature des catégories socioprofessionnelles a été modifiée, de sorte que les chiffres ne sont pas directement comparables. Toutefois, les hiérarchies entre arrondissements sur le taux de cadres ou d’ouvriers dans la population active peuvent être comparées.

Le dispositif Filosofi (Fichier localisé social et fiscal) permet de rapprocher les données fiscales et les données des prestataires sociaux (CNAF, CNAV, MSA) pour obtenir un niveau de vie de chaque ménage. Ne sont pris en compte ici que les ménages au sens de l’administration fiscale, hors foyers, maisons de retraite, prisons...

Les données sur le parc HLM proviennent du répertoire du parc locatif social (RPLS) du service de l’observation et des statistiques (SOeS) du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer.

Pour en savoir plus

« Précarité dans le Grand Lyon : vers une réduction, mais plus de concentration », Insee Analyses Rhône-Alpes n° 22, février 2015

« Rester bourgeois, les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction », Anaïs Collet, Paris, La Découverte, 2015

« Lyon et Grenoble : deux profils métropolitains différents », Insee Rhône-Alpes, La Lettre Analyses, n° 206, septembre 2013.

« Sociologie de Lyon », Yves Grafmeyer et Jean-Yves Authier, Paris, La Découverte, 2010