365 478 habitants dans l'AudePopulations légales au 1er janvier 2014

Christian Bourniquel, Insee

Au 1er janvier 2014, l'Aude compte 365 478 habitants. Entre 2009 et 2014, l'Aude gagne en moyenne 2 300 habitants chaque année, soit une croissance annuelle moyenne de 0,6 %. Ce rythme de croissance démographique est inférieur à celui de l’ensemble de l'Occitanie (+ 0,9 %) et légèrement supérieur à celui de la France métropolitaine (+ 0,5 %). La plus grande partie de la population vit le long de l'axe Montpellier-Toulouse, dans les principales aires urbaines de Narbonne et Carcassonne et le long de la côte dans une moindre mesure.

Le dynamisme se concentre dans les grandes aires urbaines et le long des axes routiers

L’Aude compte deux grandes aires urbaines de taille équivalente. Celle de Carcassonne abrite 98 241 habitants au 1er janvier 2014, suivie de près par celle de Narbonne avec 92 189 habitants. Néanmoins la croissance démographique entre 2009 et 2014 est plus marquée à Narbonne (+ 0,8 % par an) qu'à Carcassonne (+ 0,3 %). À Narbonne, le rythme de croissance de la population est plus élevé dans la couronne que dans l'agglomération, constituée de la seule ville-centre (+ 0,9 % contre + 0,6 %). Cette dynamique se retrouve dans la majorité des communes de l'espace périurbain, à l’exception de Coursan, Neuvian et Cuxac-d’Aude. En cinq ans, cette dernière commune a perdu 450 habitants, soit un dixième de sa population.

À Carcassonne, la croissance de l’aire urbaine est portée uniquement par sa couronne périurbaine tandis que l’agglomération, constituée de deux petites communes en sus de la ville-centre, perd des habitants. Certaines communes périurbaines affichent des taux d'évolution exceptionnels. C'est le cas de Villemoustaussou (4 322 habitants en 2014) qui a gagné plus de 1 000 habitants en 5 ans. À l'inverse, la commune de Carcassonne a perdu en moyenne 410 habitants par an entre 2009 et 2014.

Les deux agglomérations de Narbonne et de Carcassonne sont de taille comparable : la première compte 52 855 habitants au 1er janvier 2014 et la seconde 48 471.

La dynamique démographique du département est marquée aussi le long des deux grands axes autoroutiers qui le traversent. Ainsi, sur l’A61, reliant Toulouse à Narbonne, Lézignan-Corbières affiche un taux de croissance élevé (+ 1,9 % par an). Le constat est le même le long de l’A9, reliant la vallée du Rhône à l’Espagne : Fleury, entre Narbonne et Béziers, est en forte progression (+ 4,3 %), mais aussi Leucate et Gruissan, dans une moindre mesure, qui affichent des taux de croissance proches de 1,5 %.

Les trois autres principales unités urbaines du département, qui rassemblent chacune une douzaine de milliers d’habitants, connaissent des destins divers. Si Lézignan-Corbières bénéficie d’un fort dynamisme, Limoux affiche un taux de croissance annuel inférieur à la moyenne du département (+ 0,4 %) et Castelnaudary perd des habitants, alors que de petites communes proches en gagnent.

Figure 1 – Population du départementPopulation municipale au 1er janvier 2014 et évolution annuelle moyenne

Population du département
Population en 2014 Population en 2009 Évolution annuelle moyenne 2009-2014 (%)
Aude 365 478 353 980 + 0,6
Occitanie 5 730 753 5 473 597 + 0,9
France métropolitaine 64 027 784 62 465 709 + 0,5
Grandes aires urbaines
Carcassonne 98 241 96 420 + 0,4
Narbonne 92 189 88 745 + 0,8
Principales unités urbaines
Narbonne 52 855 51 227 + 0,6
Carcassonne 48 471 50 343 - 0,8
Limoux 13 023 12 753 + 0,4
Castelnaudary 12 328 12 964 - 1,0
Lézignan-Corbières 11 248 10 224 + 1,9
  • Source : Insee, recensements de la population, exploitation principale

Figure 2 – Population des principales communes de l'AudePopulation municipale au 1er janvier 2014 et évolution annuelle moyenne

Population des principales communes de l'Aude
Principales communes Population en 2014 Population en 2009 Évolution annuelle moyenne 2009-2014 (%)
Narbonne 52 855 51 227 + 0,6
Carcassonne 45 941 47 854 - 0,9
Lézignan-Corbières 11 248 10 224 + 1,9
Castelnaudary 11 096 11 753 - 1,1
Limoux 10 275 10 079 + 0,4
Coursan 5 916 6 087 - 0,6
Port-la-Nouvelle 5 635 5 658 - 0,1
Trèbes 5 498 5 416 + 0,3
Sigean 5 473 5 323 + 0,6
Gruissan 4 873 4 543 + 1,4
  • Source : Insee, recensements de la population, exploitation principale

Figure 3 – Population municipale au 1er janvier 2014 et évolution annuelle entre 2009 et 2014

  • Source : Insee, recensements de la population, exploitation principale

Définitions

Unité urbaine : la définition de l’unité urbaine correspond à celle, communément admise, d’agglomération. C’est une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu d’au moins 2 000 habitants (pas plus de 200 m entre deux constructions). Les communes appartenant à une unité urbaine sont dites urbaines, les autres sont considérées comme rurales.

Aire urbaine : l’aire urbaine est la zone d’influence, en termes d’emploi, d’une unité urbaine d’au moins 1 500 emplois (pôle). C’est un ensemble de communes comprenant un pôle et sa couronne, constitué par les communes (rurales ou urbaines) dont au moins 40 % des actifs en emploi travaillent dans le pôle ou dans une commune attirée par celui-ci. Si le pôle compte au moins 10 000 emplois, l’aire est considérée comme une grande aire urbaine et sa couronne est dite périurbaine.