Une saison estivale stable dans les campings en 2016

Marie-Jeanne Guglielmi, Insee

En 2016 en Corse, la fréquentation de l’hôtellerie de plein air est stable, malgré une clientèle étrangère dynamique et l'attractivité des emplacements équipés. Le cœur de saison marque un repli, tandis que les mois de juin et de septembre enregistrent une hausse du nombre de nuitées. La fréquentation touristique de septembre s’amplifie au fil des années.

4,1 millions de nuitées

En 2016, avec 4,1 millions de nuitées de mai à septembre, la fréquentation touristique dans les campings de Corse est stable (0,4 %), après une progression de 3 % en 2015. Cette faible évolution est due à une légère hausse du nombre d’emplacements occupés (+ 1 %). En effet, la durée moyenne de séjour s’allonge (+ 3 %) mais le nombre d’arrivée s’amoindrit par rapport à 2015 (- 3 %). Le nombre de personnes par emplacement reste constant.

Cette année, la clientèle française, qui regroupe 61 % des nuitées passées dans l'hôtellerie de plein air, recule de 1 % (contre + 6 % en 2015), au profit d'une fréquentation étrangère en hausse de 3 % (contre - 1,5 % en 2015) (figure 1). Cette dynamique est impulsée par les campeurs allemands qui retrouvent le chemin de l'île avec un bond de 16 % après une baisse l’an dernier, tandis que les campeurs italiens sont stables. Ce duo de tête est rejoint par les Suisses, en progression de 4 %.

Figure 1 – Nuitées des principales clientèles des campings de Corse en 2016

Nuitées des principales clientèles des campings de Corse en 2016
Effectifs Variation 2015/2016 (%) Part dans les emplacements nus (%) Part dans les emplacements équipés (%)
Nuitées françaises 2 479 935 -1,4 48,3 51,7
Nuitées étrangères 1 600 890 3,2 72,5 27,5
dont : Allemagne 695 698 16,4
Italie 407 762 -0,2
Suisse 167 832 4,0
  • Source : Insee - DGE, Enquêtes de fréquentation touristique

Les emplacements équipés toujours plus plébiscités

La fréquentation des campings insulaires est quasi stable depuis 2010 (hors année 2013 en hausse). Cette stabilité masque toutefois des évolutions différentes selon le type d’emplacement. Au fil du temps, les campeurs se détournent en effet des emplacements nus au profit des emplacements équipés qui gagnent en attractivité. Ces derniers représentent désormais 42 % des nuitées (figure 2), contre seulement 30 % cinq ans auparavant. En 2016, l'engouement pour ces emplacements se confirme avec une hausse de 5 % des nuitées, portée notamment par la clientèle étrangère (+ 10 %). En revanche, les emplacements nus diminuent de 3 %, en raison de la désaffection de la clientèle française (- 6 %).

Les nuitées passées dans les emplacements équipés augmentent dans tous les types d’établissement. Dans les campings classés 3 et 4 étoiles, cette hausse ne parvient pas à améliorer la fréquentation qui reste stable sur un an. Or, ces établissements concentrent plus des deux tiers des nuitées des campings insulaires (70 %). Les campings 1 et 2 étoiles enregistrent une évolution plus favorable.

Figure 2 – Évolution mensuelle de l'offre et de l'occupation par type d'emplacement dans les campings de Corse en 2016

  • Lecture : en septembre, dans les 177 campings ouverts et sur les 174 000 emplacements équipés disponibles, 99 000 sont occupés, soit un taux d'occupation de 56,8 %.
  • Source : Insee - DGE, Enquêtes de fréquentation touristique

Un mois de septembre qui prend de plus en plus d’ampleur

Sur un an, le cœur de saison (juillet-août), qui représente 70 % de la fréquentation insulaire dans les campings, est en repli de 1 %. Les aoûtiens en particulier sont 2 % de moins qu'en 2015, en raison d'une diminution des séjours des clientèles françaises et étrangères (figure 3). En revanche, le mois de septembre prend de l'ampleur, montrant une continuité de sa fréquentation. Il enregistre une hausse de 6 %, portée par les campeurs étrangers (+ 17 %). Il dépasse désormais les 500 000 nuitées, devançant cette année encore, le mois de juin. Au cours des mois de mai et de juin, la fréquentation progresse de 3 % grâce à un mois de juin en hausse de 8 %. Il récupère une clientèle en majorité française (+ 12 % contre + 2 % pour les étrangers). En revanche, mai est pénalisé par des ponts moins nombreux qu'en 2015 et une météo maussade (- 8 %). Cependant, cette diminution doit être relativisée car elle succède à un mois de mai très favorable un an plus tôt (+ 25 %).

Figure 3 – Nuitées françaises et étrangères dans les campings de Corse

  • Source : Insee - DGE, Enquêtes de fréquentation touristique

Au sein du territoire insulaire, les campings des bassins touristiques de Bastia et d'Ajaccio gagnent de la clientèle : respectivement + 3 % et + 1 % de nuitées (figure 4). À l'inverse, la Balagne et l’Extrême-Sud sont en recul par rapport à 2015.

Figure 4 – Données synthétiques dans les bassins touristiques de Corse

  • Source : Insee - DGE, Enquêtes de fréquentation touristique

Au niveau national, l'hôtellerie de plein air perd 0,7 % de nuitées. Sur le pourtour méditerranéen, la situation est contrastée (figure 5). La région Provence-Alpes-Côte d’Azur enregistre une baisse de fréquentation probablement en lien avec l’attentat de Nice en juillet, tandis que l’Occitanie connaît une saison favorable.

Figure 5 – Évolution des nuitées totales entre 2015 et 2016 dans les campings par régionMai à septembre

Évolution des nuitées totales entre 2015 et 2016 dans les campings par région
Code Région %
11 -14,7
24 -3,8
27 0,0
28 -7,6
32 2,1
44 -1,1
52 -3,2
53 -5,1
75 0,7
76 2,6
84 3,3
93 -3,0
94 0,4
  • Source : Insee - DGE, Enquêtes de fréquentation touristique.

Figure 5 – Évolution des nuitées totales entre 2015 et 2016 dans les campings par régionMai à septembre

Pour comprendre

Depuis juillet 2011, un partenariat entre l’Insee Corse et l’Agence du tourisme de la Corse (ATC) permet de réaliser une extension régionale des enquêtes nationales de fréquentation dans les hôtels et les campings.

Définitions

Touriste : visiteur qui passe au moins une nuit dans un hébergement pour un motif professionnel ou privé.

Emplacements nus : dépourvus de toutes formes d'hébergements. Les emplacements prévus pour le stationnement des camping-cars sont considérés comme des emplacements nus.

Emplacements équipés ou locatifs : dotés d'un hébergement (bungalow, bungatoile, mobil-home, habitation légère de loisir...).