La taille moyenne des ménages en Ile-de-France

L'Insee Ile-de-France, l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme d'Ile-de-France (IAU îdF), l'Atelier Parisien d'Urbanisme (Apur), la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Équipement et de l'Aménagement d'Ile-de-France (DRIEA) et la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Hébergement et du Logement d'Ile-de-France (DRIHL) se sont associés pour réaliser un ouvrage sur l'évolution de la taille des ménages franciliens. Le nombre moyen d'occupants par résidence principale, en diminution constante depuis 1968, se stabilise en Ile-de-France autour de 2,3 personnes par ménage depuis 2006, alors qu'il continue à baisser en province. En effet, le taux de croissance du nombre de ménages franciliens, auparavant largement supérieur à celui de la population, s'en est rapproché progressivement depuis une vingtaine d'années, pour atteindre désormais des niveaux comparables. En Ile-de-France, seul le vieillissement de la population contribue à la baisse de la taille moyenne des ménages, même si le jeu des migrations modère cet effet. Ce facteur de baisse est compensé par les évolutions des modes de vie franciliens, qui poussent à l'inverse à l'accroissement du nombre de personnes par ménage. En particulier, la population des jeunes de 18 à 34 ans diminue et leur décohabitation devient de plus en plus tardive. Ce sont autant de jeunes et petits ménages qui ne se forment pas.

Insee Dossier Ile-de-France
Paru le : 20/10/2016
Consulter

Les jeunes et le logement - Les difficultés des jeunes à quitter le « nid » et à dérouler leur parcours résidentiel

Philippe Louchart, IAU Ile-de-France ; Éric Chometon et Camille Daval, DRIEA ; Mathieu Anglard et Alice Genty, DRIHL ; Pauline Virot, Apur ; Céline Perrel et Nathalie Couleaud, Insee Ile-de-France

Les jeunes Franciliens, âgés de 18 à 34 ans, quittent de plus en plus tardivement le domicile de leurs parents. Ils se trouvent en première ligne des problèmes de logement. Si le nombre de jeunes adultes habitant dans le logement social de leurs parents continue d'augmenter, ils sont de moins en moins nombreux à accéder au parc social pour eux-mêmes. L'accès au parc privé devient aussi plus difficile pour eux, du fait de la hausse des loyers et des prix de l'immobilier. Satisfaire leurs besoins de petites surfaces au moment de la décohabitation et ceux de logements plus vastes lors de la fondation d'une famille restent des enjeux forts pour la région.

Insee Dossier Ile-de-France
Paru le : 20/10/2016