Diagnostic territorial en appui au plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale

Réduire les inégalités et prévenir les ruptures, venir en aide et accompagner vers l'insertion, coordonner l'action sociale et valoriser ses acteurs, tels sont les grands axes du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale (PPPIS) adopté en janvier 2013. Pour répondre aux exigences de suivi de ce plan, ce dossier réalisé en partenariat avec la DRDJSCS Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine présente huit indicateurs de la pauvreté et de l'exclusion sociale du tableau de bord du suivi du plan : le taux de pauvreté, les enfants pauvres, les ménages bénéficiant de transferts sociaux, les jeunes non insérés, l'emploi des femmes, la qualité des emplois, les aides au logement et enfin la vulnérabilité énergétique. Afin d'appréhender le territoire de la grande région (ACAL), chaque indicateur a été décliné au niveau régional, départemental puis intercommunal (EPCI). Ce dossier permet de mieux comprendre les enjeux territoriaux en matière de lutte contre la pauvreté et de cohésion sociale, au profit des populations les plus vulnérables.

Insee Dossier Grand Est
Paru le : 22/09/2016
Consulter

Près de 140 000 enfants vivent dans une famille sans actif occupé

Marine EMORINE, Raphaël LAMBIN, Monique SALIOU, Alexandre TILLATTE (Insee)

En ACAL, 11,5 % des enfants de moins de 18 ans vivent dans une famille où personne n'est en emploi en 2012, soit 1,2 point de plus qu'en France métropolitaine. Plus de la moitié de ces 139 500 enfants vivent avec un seul parent (la mère, dans neuf cas sur dix). La proportion d'enfants vivant au sein d'une famille sans actif occupé est plus élevée parmi les familles monoparentales (34,5 % en ACAL). Les familles nombreuses sont aussi exposées à l'inactivité ou au chômage : 16,0 % des familles composées d'au moins trois enfants mineurs ne comptent aucun actif occupé, contre 10,8 % pour celles composées d'un seul enfant. Depuis 2007, près de 20 000 enfants de plus résident dans une famille sans actif occupé ; la proportion était alors de 9,9 %. L'emploi est un facteur important d'inclusion sociale. Les enfants dont les parents ne sont pas insérés sur le marché du travail sont davantage soumis aux risques de fragilité que ceux dont les parents ont un emploi.

Insee Dossier Grand Est
Paru le : 22/09/2016