Légère baisse des créationsCréations d’entreprises au 2e trimestre 2016

Claude Touzet, Insee

Les créations d’entreprises baissent légèrement au 2e trimestre 2016 (– 2,2 %). Après la forte hausse du début d’année, cette diminution s’explique par un net repli des créations dans le « commerce, transports, hébergement et restauration ». Elle n’est pas compensée par la hausse des créations dans les autres secteurs.

Au 2e trimestre 2016, 1 555 entreprises ont été créées à La Réunion, soit un léger repli de 2,2 % après un 1er trimestre 2016 en forte hausse (+ 13,8 %, avertissements).

Dans les autres DOM, le nombre de créations d’entreprises augmente en Guyane (+ 8,4 %), est quasi-stable en Guadeloupe (+ 0,5 %) et diminue en Martinique (– 11 %).

Il progresse au niveau national (+ 5 %) (figure 1 et figure 3).

Figure 1 – Créations d’entreprises trimestrielles à La Réunion

nombre
Créations d’entreprises trimestrielles à La Réunion
Ensemble y c. micro-entrepreneurs Ensemble hors micro-entrepreneurs
T2 2012 1 580 1 064
T3 2012 1 693 1 053
T4 2012 1 735 1 114
T1 2013 1 716 1 141
T2 2013 1 704 1 277
T3 2013 1 606 1 141
T4 2013 1 504 1 101
T1 2014 1 648 1 183
T2 2014 1 520 1 205
T3 2014 1 547 1 160
T4 2014 1 709 1 374
T1 2015 1 457 1 138
T2 2015 1 513 1 245
T3 2015 1 525 1 248
T4 2015 1 397 1 154
T1 2016 1 590 1 281
T2 2016 1 555 1 301
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 1 – Créations d’entreprises trimestrielles à La RéunionDonnées CVS-CJO y compris micro-entrepreneurs en données brutes

Les créations d’entreprises diminuent au 2e trimestre à La Réunion dans le « commerce, transports, hébergement et restauration » (– 14,3 %). Ce secteur représente un tiers des créations et avait enregistré une forte hausse le trimestre précédent (+ 30,0%). Les créations progressent dans tous les autres secteurs : la construction (+ 6,7 %), les « autres services » (+ 5,5 %) et dans une moindre mesure dans l’industrie (+ 1,2 %) (figure 2 et figure 5).

Figure 2 – Créations d’entreprises trimestrielles par secteur d'activité

nombre
Créations d’entreprises trimestrielles par secteur d'activité
Industrie Construction Commerce, transports, hébergement et restauration Autres services
T2 2011 265 240 678 848
T3 2011 219 216 745 788
T4 2011 125 228 682 753
T1 2012 120 256 641 759
T2 2012 83 166 611 720
T3 2012 103 219 628 743
T4 2012 107 173 635 821
T1 2013 100 203 618 796
T2 2013 95 208 611 790
T3 2013 97 197 572 740
T4 2013 92 185 531 696
T1 2014 80 200 594 773
T2 2014 85 184 533 719
T3 2014 101 185 549 712
T4 2014 104 203 613 789
T1 2015 83 194 531 649
T2 2015 81 183 550 699
T3 2015 71 218 536 700
T4 2015 91 176 474 655
T1 2016 86 195 616 694
T2 2016 87 208 528 732
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 2 – Créations d’entreprises trimestrielles par secteur d'activitéDonnées CVS-CJO y compris micro-entrepreneurs en données brutes

Les créations d’entreprises sous le statut de micro-entrepreneur baissent de 17,8 % par rapport au trimestre précédent après le regain du 1er trimestre (+ 27,2 %).

La baisse est forte dans le secteur des « autres services » (– 18,3 %) qui concentre huit créations de micro-entrepreneurs sur dix. À La Réunion, le statut de micro-entrepreneur ne représente que 16 % des créations contre 40 % en France.

Hors micro-entrepreneurs, les créations d’entreprises progressent légèrement (+ 1,6 %).

En données brutes, les entreprises individuelles, hors micro-entrepreneurs, représentent près d’une entreprise créée sur deux au 2e trimestre. Leur nombre baisse de 11,0 % ce trimestre.

Les créations sous forme de sociétés diminuent modérément (– 2,1 %) et représentent plus d’un tiers de l’ensemble des créations d’entreprises (figure 4).

Figure 3 – Créations d'entreprises par trimestre dans les DOM* et en France - Données CVS-CJO y compris micro-entrepreneurs en données brutes

Créations d'entreprises par trimestre dans les DOM* et en France - Données CVS-CJO y compris micro-entrepreneurs en données brutes
2015 2016 Variation trimestrielle(p)
2e trim. 3e trim. 4e trim. 1e trim. 2e trim.(p)
nombre en %
La Réunion 1 513 1 525 1 397 1 590 1 555 - 2,2
dont micro-entrepreneurs 268 277 243 309 254 - 17,8
hors micro-entrepreneurs 1 245 1 248 1 154 1 281 1 301 1,6
Martinique 783 755 767 859 762 - 11,3
Guyane 364 400 410 381 413 8,4
Guadeloupe 958 1 011 1 052 1 072 1 077 0,5
France* 129 482 130 390 133 537 136 602 143 115 4,8
  • Données CVS-CJO y compris micro-entrepreneurs en données brutes.
  • (p) provisoire.
  • * Hors Mayotte.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 4 – Créations d’entreprises par catégorie juridique à La Réunion - Données brutes

Créations d’entreprises par catégorie juridique à La Réunion - Données brutes
2015 2016
2e trim. 3e trim. 4e trim. 1e trim. 2e trim.(p)
nombre
Ensemble 1 487 1 527 1 290 1 740 1 579
Forme sociétaire 492 542 504 574 562
Entreprise individuelle 995 985 786 1 166 1 017
dont micro-entrepreneur 268 277 243 309 254
hors micro-entrepreneur 727 708 543 857 763
  • (p) provisoire.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Baisse des créations sur les 12 derniers mois

Les créations d’entreprises restent en baisse sur douze mois, de juillet 2015 à juin 2016 ( – 2,6 %). Dans le même temps, elles progressent légèrement au niveau national (+ 1,0 %).

Sur un an, les créations d’entreprises reculent dans l’industrie (– 9,2 %), dans le « commerce, transports, hébergement et restauration » (– 4,0 %) et dans les « autres services » (– 2,4 %). À l’inverse, elles progressent dans la construction (+ 4,2 %).

Figure 5 – Créations d'entreprises par secteur d’activité à La Réunion et en France - Données CVS-CJO y compris micro-entrepreneurs en données brutes

Créations d'entreprises par secteur d’activité à La Réunion et en France - Données CVS-CJO y compris micro-entrepreneurs en données brutes
La Réunion France*
2015 2016 Variation trimestrielle(p) Variation du cumul sur 12 mois(p) Variation du cumul sur 12 mois(p)
2e trim. 3e trim. 4e trim. 1e trim. 2e trim.(p)
nombre en % en %
Ensemble 1 513 1 525 1 397 1 590 1 555 - 2,2 - 2,6 1,0
Industrie 81 71 91 86 87 1,2 - 9,2 - 8,1
Construction 183 218 176 195 208 6,7 4,2 - 9,2
Commerce, transports, hébergement et restauration 550 536 474 616 528 - 14,3 - 4,0 3,6
Autres services 699 700 655 694 732 5,5 - 2,4 3,0
  • Données CVS-CJO y compris micro-entrepreneurs en données brutes.
  • (p) provisoire. * Hors Mayotte
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Encadré

AVERTISSEMENTS :

Depuis juillet 2016, les données CVS-CJO sont calculées selon un nouveau modèle de désaisonalisation. Ce changement de modèle modifie les séries trimestrielles antérieurement publiées.

Depuis le 19 décembre 2014, de nouvelles dispositions définies par la loi Pinel du 18 juin 2014 s’appliquent au régime de l’auto-entrepreneur. En particulier, le terme de micro-entrepreneur se substitue à celui d'auto-entrepreneur.

Les « autres services » regroupent différents postes : information et communication, activités financières, activités immobilières, activités spécialisées, scientifiques et techniques, activités de services administratifs et de soutien, administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale, autres activités de services.

Sources

La notion de création d’entreprise s’appuie sur le concept défini par Eurostat afin d’harmoniser les données européennes. Une création d’entreprise correspond à l’apparition d’une unité légale exploitante n’ayant pas de prédécesseur. Il n’y a création d’une entreprise que si elle s’accompagne de la mise en œuvre de nouveaux moyens de production.

Le champ sur lequel portent les créations d’entreprises correspond à l’ensemble des activités marchandes hors agriculture.

Les données brutes, issues du répertoire Sirene, correspondent au nombre d’entreprises créées au cours d’un mois ou trimestre donné. La création d’entreprises est soumise à des mouvements réguliers infra-annuels, aussi appelés variations saisonnières. Ces mouvements peuvent résulter du fonctionnement général de l’économie (vacances estivales par exemple).

La saisonnalité brouille la lecture de la tendance générale de la création d’entreprises. Ainsi, les séries de données brutes sont corrigées afin d’éliminer le facteur saisonnier et mieux faire ressortir l’évolution générale de moyen terme. De même, les variations imputables aux jours ouvrables (CJO) sont corrigées. Les données CVS-CJO permettent ainsi de comparer le nombre de créations entre les différents mois ou trimestres consécutifs.

La somme sur l’année des quatre résultats trimestriels CVS-CJO peut différer légèrement du nombre de créations annuel brut car elle tient compte des variations d’une année sur l’autre de la composition annuelle en jours ouvrables.

La variation du cumul sur 12 mois est le rapport du cumul des créations des 12 derniers mois comparé à celui des 12 mois précédents.

Une évolution en glissement compare la valeur d'une grandeur à deux dates, séparées en général d'un an ou d'un trimestre.

Pour en savoir plus

Les séries longues sur le « Tableau de bord de la conjoncture à La Réunion » ;

Touzet C. ,« Repli de 8 % des créations d'entreprises en 2015 », Insee Conjoncture Réunion n° 2, pp. 16-17, juillet 2016