Stabilité du PIB au deuxième trimestre 2016Comptes nationaux trimestriels - deuxième estimation (PIB) - 2e trimestre 2016

Au deuxième trimestre 2016, le produit intérieur brut (PIB) en volume* est stable : 0,0 %, après +0,7 % au premier trimestre.

Informations rapides
No 222
Paru le : 26/08/2016
Prochaine parution le : 29/11/2017 à 08h45 - troisième trimestre 2017

Au deuxième trimestre 2016, le produit intérieur brut (PIB) en volume* est stable : 0,0 %, après +0,7 % au premier trimestre.

Les dépenses de consommation des ménages ralentissent nettement (0,0 % après +1,2 %), tandis que la formation brute de capital fixe (FBCF) totale se replie (−0,2 % après +1,3 %). Au total, la demande intérieure finale (hors stocks) est quasi stable : elle contribue à l'évolution du PIB pour +0,1 point (après +1,0 point au premier trimestre).

Les importations reculent nettement (−2,0 % après +0,5 %), tandis que les exportations sont quasi stables (−0,1 % après −0,4 %). Ainsi, le solde extérieur contribue positivement à l'évolution du PIB (+0,6 point, après −0,2 point). Au contraire, les variations de stocks y contribuent de nouveau négativement (−0,7 point, après −0,1 point).

Graph1 – Le produit intérieur brut et ses composantes

  • Source : Insee

Tab1 – Le PIB et ses composantes en volumes chaînés

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés
2015 T3 2015 T4 2016 T1 2016 T2 2015 2016 (acquis)
PIB 0,3 0,4 0,7 0,0 1,2 1,1
Importations 1,7 2,5 0,5 -2,0 6,4 1,7
Dép. conso. ménages 0,5 0,0 1,2 0,0 1,5 1,5
Dép. conso. APU* 0,3 0,5 0,4 0,4 1,4 1,3
FBCF totale 0,6 1,2 1,3 -0,2 0,9 2,3
dont ENF* 0,4 1,6 2,1 -0,4 2,7 3,4
dont ménages 0,0 0,2 0,1 -0,2 -0,8 0,1
dont APU* 2,7 1,4 0,1 0,7 -3,9 2,1
Exportations -0,3 0,7 -0,4 -0,1 6,0 0,4
Contributions :        
Demande intérieure finale hors stocks 0,5 0,4 1,0 0,1 1,3 1,6
Variations de stocks 0,5 0,5 -0,1 -0,7 0,2 -0,1
Commerce extérieur -0,6 -0,6 -0,2 0,6 -0,3 -0,4
  • *APU : administrations publiques - ENF : entreprises non financières
  • Source : Insee

La production totale se replie légèrement

Au deuxième trimestre 2016, la production totale de biens et services diminue légèrement (−0,1 % après +0,7 %). La production de biens manufacturés recule nettement (−0,9 % après +0,1 %) du fait principalement de la chute de la production dans les raffineries, affectées par des mouvements sociaux en mai et juin. La production se replie également dans la construction (−0,6 % après +0,2 %). Dans les services marchands, elle est stable (0,0 % après +1,1 %) et dans l'énergie, elle ralentit (+0,8 % après +1,1 %).

La consommation des ménages stagne

Au deuxième trimestre 2016, les dépenses de consommation des ménages stagnent après un premier trimestre dynamique (0,0 % après +1,2 %). Les dépenses ralentissent tant en biens (+0,1 % après +1,5 %) qu'en services (−0,1 % après +0,7 %).

* Les volumes sont mesurés aux prix de l'année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).

Tab2 – Comptes d'agents

en %, données CVS-CJO
Comptes d'agents
2015 T3 2015 T4 2016 T1 2016 T2 2015 2016 (acquis)
Taux de marge des SNF* (niveau) 31,3 31,6 32,2   31,4  
Pouvoir d'achat du RDB** des ménages 0,8 0,5 0,6   1,6 1,4
  • *SNF : sociétés non financières
  • **RDB : revenu disponible brut
  • Source : Insee

Tab3 – Production, consommation et FBCF : principales composantes

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
Production, consommation et FBCF : principales composantes
2015 T3 2015 T4 2016 T1 2016 T2 2015 2016 (acquis)
Production branche 0,4 0,6 0,7 -0,1 1,3 1,2
Biens 0,3 0,5 0,2 -0,5 1,2 0,2
Ind. manufacturière 0,3 0,6 0,1 -0,9 1,5 0,0
Construction -0,5 0,5 0,2 -0,6 -2,2 -0,2
Services marchands 0,5 0,7 1,1 0,0 1,8 1,9
Services non marchands 0,3 0,4 0,4 0,3 1,0 1,1
Consommation des ménages 0,5 0,0 1,2 0,0 1,5 1,5
Alimentaire -0,1 0,3 0,4 -0,7 1,2 0,3
Énergie 2,1 -2,5 1,7 1,7 1,4 1,5
Biens fabriqués 0,7 0,1 2,3 0,1 2,6 3,0
Services 0,4 0,3 0,7 -0,1 1,0 1,1
FBCF 0,6 1,2 1,3 -0,2 0,9 2,3
Produits manufacturés 3,1 3,7 3,3 0,8 2,1 7,8
Construction -0,5 0,4 0,3 -0,5 -2,2 -0,1
Services marchands 0,6 0,8 1,2 -0,4 4,4 2,0
  • Source : Insee

Tab4 – RDB et ratios des comptes des ménages

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
RDB et ratios des comptes des ménages
2015 T3 2015 T4 2016 T1 2016 T2 2015 2016 (acquis)
RDB 0,7 0,5 0,5   1,4 1,3
RDB (pouvoir d'achat) 0,8 0,5 0,6 1,6 1,4
RDB par uc* (pouvoir d'achat) 0,7 0,4 0,4 1,2 1,1
RDB ajusté (pouvoir d'achat) 0,7 0,5 0,5 1,6 1,3
Taux d'épargne (niveau) 14,5 14,9 14,4 14,5  
Taux d'épargne financière (niveau) 5,6 5,9 5,6   5,5  
  • * uc : unité de consommation
  • Source : Insee

Tab5 – Ratios des comptes des SNF

niveaux en %, données CVS-CJO
Ratios des comptes des SNF
2015 T3 2015 T4 2016 T1 2016 T2 2015
Taux de marge 31,3 31,6 32,2   31,4
Taux d'investissement 22,8 23,0 23,2   22,9
Taux d'épargne 19,9 20,1 21,4   19,7
Taux d'autofinancement 87,3 87,2 92,3   86,3
  • Source : Insee

Tab6 – Dépenses, recettes et besoin de financementdes administrations publiques

niveaux , données CVS-CJO
Dépenses, recettes et besoin de financementdes administrations publiques
2015 T3 2015 T4 2016 T1 2016 T2 2015
En milliards d'euros      
Dépenses totales 311,6 310,6 313,4   1243,4
Recettes totales 291,2 294,9 294,4   1165,9
Capacité (+) ou besoin (-) de financement -20,4 -15,7 -19,0   -77,5
En % de PIB      
Capacité (+) ou besoin (-) de financement -3,7 -2,9 -3,4   -3,6
  • Source : Insee

La consommation en biens fabriqués est quasi stable (+0,1 % après +2,3 %) : les dépenses en équipement du logement demeurent soutenues tandis que les achats d'automobiles et de textile-habillement se replient. La consommation alimentaire recule nettement (−0,7 % après +0,4 %). Le repli de la consommation des ménages en services provient principalement d'un contrecoup après l'achat des billets de l'Euro 2016 de football au premier trimestre et d'un infléchissement des dépenses en hébergement-restauration et en services de transports. En revanche, la consommation d'énergie croît au même rythme qu'au trimestre précédent (+1,7 %).

Les dépenses d'investissement marquent une pause

La FBCF totale marque une pause au deuxième trimestre 2016 (−0,2 %) après trois trimestres de vive hausse (+1,3 % au premier trimestre). L'investissement en construction fléchit (−0,5 % après +0,3 %), ainsi que celui en services marchands (−0,4 % après +1,2 %). Les dépenses en biens manufacturés ralentissent nettement (+0,8 % après +3,3 %).

La contribution des échanges extérieurs à la croissance est positive

Au deuxième trimestre 2016, les exportations ne progressent pas (−0,1 % après −0,4 %), malgré un rebond dans les matériels de transport lié à la livraison de grands contrats navals. Dans le même temps, les importations se replient nettement (−2,0 % après +0,5 %), notamment en hydrocarbures bruts et, dans une moindre mesure, en produits pétroliers raffinés. Au total, le commerce extérieur contribue positivement à l'activité au deuxième trimestre : +0,6 point de PIB après −0,2 point.

Les variations de stocks contribuent de nouveau négativement

Les variations de stocks contribuent de nouveau négativement à l'évolution du PIB : −0,7 point après −0,1 point. Elles diminuent notamment dans les matériels de transport et les produits pétroliers raffinés.

Révisions

La stabilité du PIB au deuxième trimestre est confirmée. Les contributions de la FBCF, des stocks et du commerce extérieur ont été un peu révisées pour le deuxième trimestre 2016.