Une photographie du marché du travail en 2015Le chômage se stabilise, mais les chômeurs de longue durée restent nombreux

Simon Beck et Joëlle Vidalenc, division Emploi, Insee

En 2015, en France métropolitaine, 28,4 millions de personnes âgées de 15 à 64 ans, soit 71,5 % de cette tranche d’âge, sont actives, qu’elles aient un emploi ou soient au chômage.

Parmi elles, 25,5 millions ont un emploi. Les trois quarts de ces actifs occupés travaillent dans le secteur tertiaire et près de neuf sur dix sont salariés. Le contrat à durée indéterminée reste prédominant chez les salariés (85,6 %), même si les jeunes, entrés récemment sur le marché du travail, accèdent moins souvent à ce type de contrat (44,9 % pour les 15-24 ans). Le sous-emploi, massivement féminin et affectant particulièrement les employés non qualifiés, concerne 6,6 % des actifs occupés.

Parmi ces actifs, on compte également 2,9 millions de chômeurs au sens du Bureau international du travail. Le taux de chômage, qui s’élève à 10,0 % des actifs en 2015 (10,4 % en incluant les départements d’outre-mer), est sensiblement le même qu’en 2014 (9,9 %). Depuis 2012, il est plus élevé chez les hommes que chez les femmes ; cet écart s’accroît en 2015. Plus fréquent chez les jeunes actifs, le chômage est plus durable chez leurs aînés : six chômeurs de 50 ans ou plus sur dix sont au chômage depuis au moins un an. En ajoutant aux chômeurs les inactifs souhaitant travailler, c’est-à-dire relevant du « halo » autour du chômage, en 2015, 4,3 millions de personnes sont sans emploi et souhaitent travailler.

La hausse de l’activité en France est portée par les seniors

En moyenne en 2015, 28,4 millions de personnes de 15 à 64 ans en France métropolitaine sont actives, soit 71,5 % de cette tranche d’âge. Parmi elles, 25,5 millions ont un emploi et 2,9 millions sont au chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) ; 11,3 millions sont inactives, c’est-à-dire ne travaillent pas et ne recherchent pas activement un emploi ou ne sont pas disponibles pour en occuper un (figure 1). Lorsque l’on ajoute les départements d’outre-mer, la France compte, au total, 29,2 millions d’actifs de 15 à 64 ans en 2015, soit un taux d’activité des 15-64 ans de 71,3 %.

Depuis 2005, en France métropolitaine, la population active âgée de 15 à 64 ans a augmenté de 1,2 million de personnes et le taux d’activité de 1,8 point. Cette hausse est avant tout portée par les seniors : entre 2005 et 2015, le nombre d’actifs âgés de 50 à 64 ans a augmenté de 1,8 million et leur taux d’activité est passé de 56,6 % à 64,2 %, soit + 7,6 points en dix ans. La participation croissante des seniors au marché du travail, ininterrompue malgré la crise de 2008, est liée aux réformes des retraites de la dernière décennie. Ainsi, l’âge légal de départ en retraite a reculé progressivement et la durée de cotisation pour partir en retraite à taux plein s’est allongée. La progression de l’activité des seniors se poursuit en 2015 (+ 1,1 point, après + 1,4 point en 2014), mais à un rythme moindre qu’en 2012 (+ 3,0 points). Ce ralentissement fait suite à l’assouplissement des conditions de départ en retraite anticipée pour carrière longue à partir de novembre 2012 et au rythme de relèvement de l’âge légal de départ en retraite.

La hausse de l’activité est également due à une participation accrue des femmes au marché du travail. Leur taux d’activité a en effet progressé de 3,2 points entre 2005 et 2015, passant de 64,4 % à 67,6 %. Sur la même période, celui des hommes est resté quasi stable (de 75,2 % à 75,5 %).

Figure 1 – Statut d'activité

Statut d'activité
Ensemble Sexe (en %) Âge (en %)
(en milliers) (en %) Femmes Hommes 15-24 ans 25-49 ans 50-64 ans
Actifs 28 422 71,5 67,6 75,5 37,3 88,2 64,2
Ayant un emploi 25 546 64,3 61,1 67,5 28,4 79,9 59,7
Chômeurs 2 876 7,2 6,5 8,0 9,0 8,3 4,5
Inactifs 11 324 28,5 32,4 24,5 62,7 11,8 35,8
Ensemble 39 746 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
  • Lecture : en 2015, on compte 28 422 000 actifs âgés de 15 à 64 ans, soit 71,5 % de la population de cet âge.
  • Champ : France métropolitaine, personnes de 15 à 64 ans vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2015.

Le salariat, très largement majoritaire, se compose à parts égales d’hommes et de femmes

Les salariés représentent 88,5 % des actifs occupés en France métropolitaine. Parmi eux, 85,6 % sont en contrat à durée indéterminée (CDI), 10,4 % en contrat à durée déterminée (CDD), 2,5 % en intérim et 1,6 % en apprentissage (figure 2). Le CDI reste la forme de contrat la plus répandue, mais sa part est en léger repli (– 1,5 point depuis 2005).

Les salariés se répartissent à parts égales entre hommes et femmes, mais hommes et femmes ne sont pas couverts par les mêmes contrats. Les femmes occupent plus souvent que les hommes des emplois en CDD (12,3 % contre 8,5 %), mais elles sont deux fois moins nombreuses que les hommes à être intérimaires ou apprenties. Les salariés de moins de 25 ans, entrés plus récemment sur le marché du travail, occupent moins souvent des emplois en CDI (44,9 %), mais sont plus souvent apprentis (16,5 %), en CDD (32,2 %) ou en intérim (6,4 %). Dit autrement, neuf apprentis sur dix et un quart des intérimaires ou titulaires d’un CDD, mais seulement moins de 5 % des salariés en CDI, ont moins de 25 ans.

En 2015, 11,5 % des personnes occupant un emploi en France métropolitaine sont non salariées, proportion stable ces dernières années. Le non-salariat est près de deux fois plus fréquent chez les hommes que chez les femmes (14,7 % contre 8,2 %) et plus répandu parmi les seniors : 16,7 % des actifs occupés de 50 ans ou plus sont non salariés, contre seulement 2,2 % de ceux de moins de 25 ans.

Figure 2 – Statut d'emploi et type de contrat

Statut d'emploi et type de contrat
Ensemble Sexe (en %) Âge (en %)
(en milliers) (en %) Femmes Hommes 15-24 ans 25-49 ans 50 ans ou plus
Non-salariés 2 982 11,5 8,2 14,7 2,2 10,3 16,7
Salariés 22 862 88,5 91,8 85,3 97,8 89,7 83,3
Contrat à durée indéterminée 19 560 85,6 85,2 85,9 44,9 87,8 93,2
Contrat à durée déterminée 2 370 10,4 12,3 8,5 32,2 9,4 5,8
Apprentissage 365 1,6 1,1 2,1 16,5 0,2 0,0
Intérim 565 2,5 1,4 3,5 6,4 2,6 1,0
Non déterminé 1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Ensemble 22 862 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Non déterminé 1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Ensemble des emplois 25 844 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
  • Lecture : En 2015, on compte 2 982 000 non-salariés, soit 11,5 % des personnes occupant un emploi.
  • Champ : France métropolitaine, personnes de 15 ans ou plus occupant un emploi et vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2015.

Plus de trois emplois sur quatre dans le secteur tertiaire

En 2015, la part des professions intermédiaires et des cadres s’établit à 43,1 % des actifs occupés (figure 3) et augmente légèrement, dans la continuité des années précédentes (+ 4,4 points entre 2005 et 2015). A contrario, la part des ouvriers, en forte baisse depuis 2005 (– 3,1 points), se stabilise en 2015 à 20,4 %. Celle des employés recule légèrement et s’établit à 28,1 %. Une personne en emploi sur cinq occupe un emploi non qualifié, qu’il s’agisse d’un emploi d’employé ou d’ouvrier.

Les femmes occupent plus souvent des postes d’employés (44,2 %, contre 12,9 % pour les hommes) alors que les hommes sont plus souvent ouvriers (31,7 %, contre 8,4 % pour les femmes). Au total, les femmes occupent bien plus souvent des emplois non qualifiés, qu’il s’agisse d’emplois d’employés ou d’ouvriers (26,6 % contre 14,5 % pour les hommes), alors que la parité est davantage respectée dans les emplois qualifiés d’ouvriers et d’employés. La part de cadres reste plus élevée chez les hommes que chez les femmes (20,5 % contre 14,7 %).

En 2015, 75,8 % des personnes ayant un emploi, salarié ou non, travaillent dans le secteur tertiaire : 87,8 % pour les femmes contre seulement 64,6 % pour les hommes. Les autres secteurs ont un poids nettement moins élevé et se caractérisent par une plus forte présence masculine : l’industrie représente 13,9 % des emplois (19,3 % pour les hommes), la construction 6,4 % des emplois (11,1 % pour les hommes) et l’agriculture 2,7 % des emplois (3,7 % pour les hommes). Les 50 ans ou plus travaillent plus souvent dans l’agriculture (4,1 %) et les moins de 25 ans sont davantage présents dans le commerce (19,2 %) et l’hébergement-restauration (9,3 %).

Figure 3 – Catégorie socioprofessionnelle et secteur d'activité¹

Catégorie socioprofessionnelle et secteur d'activité¹
Ensemble Sexe (en %) Âge (en %)
(en milliers) (en %) Femmes Hommes 15-24 ans 25-49 ans 50 ans ou plus
Catégorie socioprofessionnelle
Agriculteurs exploitants 465 1,8 1,0 2,5 0,3 1,3 3,3
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 1 647 6,4 3,9 8,7 1,0 5,9 8,8
Cadres et professions intellectuelles supérieures 4 569 17,7 14,7 20,5 5,3 18,7 18,9
Professions intermédiaires 6 565 25,4 27,6 23,4 22,3 27,5 21,7
Employés qualifiés² 3 766 14,6 22,5 7,2 18,0 15,0 12,7
Employés non qualifiés² 3 479 13,5 21,7 5,7 21,3 11,6 15,4
Ouvriers qualifiés 3 485 13,5 3,5 22,9 14,7 13,7 12,8
Ouvriers non qualifiés 1 794 6,9 4,9 8,8 16,6 6,2 6,0
Non déterminé 74 0,3 0,3 0,3 0,5 0,3 0,3
Secteur d'activité
Agriculture 694 2,7 1,6 3,7 2,4 2,0 4,1
Industrie 3 586 13,9 8,1 19,3 14,2 14,3 13,0
Construction 1 651 6,4 1,4 11,1 7,2 6,5 5,9
Tertiaire 19 593 75,8 87,8 64,6 73,4 76,1 75,8
Commerce 3 298 12,8 12,4 13,1 19,2 13,0 10,4
Transports 1 449 5,6 3,1 8,0 3,7 5,8 5,7
Hébergement et restauration 973 3,8 3,8 3,8 9,3 3,5 2,8
Information et communication 736 2,8 1,7 4,0 2,0 3,3 2,2
Finance, assurance, immobilier 1 260 4,9 5,7 4,1 3,5 5,0 5,0
Sciences, techniques, services administratifs 2 459 9,5 9,2 9,8 8,2 10,2 8,3
Admin. publique, éducation, santé, action sociale 8 061 31,2 44,8 18,5 21,0 30,5 35,5
Autres services 1 357 5,2 7,2 3,4 6,4 4,8 5,9
Activité indéterminée 320 1,2 1,1 1,4 2,8 1,1 1,2
Ensemble 25 844 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
  • 1. Les intérimaires sont classés dans le secteur utilisateur.
  • 2. La ventilation entre employés qualifiés et non qualifiés se fonde sur la nomenclature PCS à 4 chiffres.
  • Lecture : en 2015, on compte 465 000 agriculteurs exploitants, soit 1,8 % des personnes occupant un emploi.
  • Champ : France métropolitaine, personnes de 15 ans ou plus occupant un emploi et vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2015.

6,6 % des actifs occupés sont en sous-emploi

En 2015, 18,8 % des personnes en emploi travaillent à temps partiel (figure 4). Cette part atteint 43,0 % parmi les employés non qualifiés. Elle est près de quatre fois plus élevée chez les femmes (30,4 % contre 7,9 % pour les hommes) et plus importante aux âges extrêmes (24,7 % pour les 15-24 ans et 21,9 % pour les 50 ans ou plus).

En 2015, 1,7 million de personnes sont en situation de sous-emploi, soit 6,6 % des actifs occupés, part en légère augmentation sur un an (+ 0,2 point). Il s’agit essentiellement de personnes à temps partiel souhaitant travailler davantage et disponibles pour le faire (1,6 million de personnes, dont près d’un quart recherchent activement un autre emploi). Le sous-emploi affecte surtout les femmes (9,7 %), les jeunes (12,5 %), les ouvriers et employés non qualifiés (15,6 %).

Figure 4 – Temps partiel et sous-emploi

Temps partiel et sous-emploi
Temps partiel Sous-emploi
Effectifs (en milliers) Part en % Effectifs (en milliers) Part en %
Catégorie socioprofessionnelle
Non-salariés 479 16,1 174 5,8
Salariés 4 376 19,1 1 530 6,7
Cadres 409 10,0 85 2,1
Professions intermédiaires 982 15,9 269 4,3
Employés qualifiés 844 22,4 231 6,1
Employés non qualifiés 1 496 43,0 635 18,2
Ouvriers qualifiés 260 7,5 120 3,4
Ouvriers non qualifiés 374 20,8 186 10,4
Non déterminé 11 ns 5 ns
Sexe
Femmes 3 793 30,4 1 211 9,7
Hommes 1 062 7,9 492 3,7
Âge
15-24 ans 508 24,7 258 12,5
25-49 ans 2 673 16,5 1 026 6,3
50 ans ou plus 1 674 21,9 420 5,5
Ensemble 4 855 18,8 1 703 6,6
  • ns = non significatif.
  • Lecture : en 2015, 479 000 non-salariés, soit 16,1 % d'entre eux, sont à temps partiel.
  • Champ : France métropolitaine, personnes de 15 ans ou plus occupant un emploi et vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2015.

En 2015, le taux de chômage se stabilise à 10,0 % en France métropolitaine

En moyenne en 2015, 2,9 millions de personnes sont au chômage au sens du BIT en France métropolitaine, soit 10,0 % de la population active, contre 9,9 % en 2014 (figure 5). Le chômage touche surtout les jeunes actifs (24,0 % des 15 à 24 ans), les ouvriers (14,6 %) et les non-diplômés ou les titulaires au plus du brevet (16,8 %). Au total, en 2015, la France, y compris DOM, compte 3,0 millions de chômeurs, soit un taux de chômage de 10,4 %.

En 2008, avant le début de la récession, le taux de chômage au sens du BIT avait atteint, pour la France métropolitaine, son plus bas niveau des années 2000, à 7,1 %. Après une forte hausse en 2009 (+ 1,6 point), puis une relative stabilité les deux années suivantes, il a progressé de nouveau entre 2011 et 2013 (+ 1,1 point) pour se stabiliser autour de 10,0 % à partir de 2014. Les hommes ont été les plus durement affectés par cette hausse. Leur taux de chômage a augmenté de 2,0 points entre 2011 et 2015 (de 8,5 % à 10,5 %), contre + 0,4 point pour les femmes (de 9,1 % à 9,5 %). Depuis 2012, il est supérieur à celui des femmes et cet écart s’amplifie en 2015.

Parmi les 11,3 millions d’inactifs de 15 à 64 ans en France métropolitaine, 1,4 million souhaitent travailler mais ne satisfont pas tous les critères pour être considérés comme chômeurs au sens du BIT. Ils forment le halo autour du chômage et représentent 3,5 % de la population âgée de 15 à 64 ans (+ 0,1 point par rapport à 2014). Les femmes, malgré un taux de chômage plus faible, sont plus concernées que les hommes par le halo (3,8 % contre 3,2 % des 15-64 ans en 2015). Plus exposés au risque de chômage, les jeunes appartiennent aussi davantage que leurs aînés au halo (4,1 % des moins de 25 ans, contre 3,8 % pour les 25-49 ans et 2,6 % pour les plus âgés). Au total, en cumulant chômage et halo, 4,3 millions de personnes sont sans emploi et souhaitent travailler, soit 10,7 % de la population de 15 à 64 ans. La part du halo autour du chômage atteint 11,2 % des 15-64 ans pour l’ensemble du territoire, y compris DOM.

Figure 5 – Nombre de chômeurs et taux de chômage

Nombre de chômeurs et taux de chômage
Nombre de chômeurs Taux de chômage (en %)
(en milliers) Ensemble Femmes Hommes
Ensemble de la population 2 882 10,0 9,5 10,5
Âge
15-24 ans 649 24,0 22,7 25,1
25-49 ans 1 677 9,4 9,1 9,6
50 ans ou plus 557 6,8 6,2 7,3
Catégorie socioprofessionnelle*
Agriculteurs exploitants, artisans, commerçants et chefs d'entreprise 84 3,8 3,7 3,9
Cadres 189 4,0 3,5 4,3
Professions intermédiaires 406 5,8 5,3 6,4
Employés 819 10,2 9,8 11,3
Ouvriers 906 14,6 16,0 14,3
Chômeurs n'ayant jamais travaillé 459 so so so
Non déterminé 19 ns ns ns
Diplôme
Sans diplôme, CEP, brevet des collèges 842 16,8 15,0 18,4
CAP, BEP 763 10,8 10,9 10,7
Baccalauréat 589 10,1 10,6 9,7
Bac + 2 282 6,3 5,9 6,7
Diplôme supérieur au Bac + 2 390 6,2 6,1 6,4
Chômeurs depuis un an ou plus 1 228 4,3 3,9 4,6
15-24 ans 174 6,4 5,5 7,2
25-49 ans 719 4,0 3,8 4,2
50 ans ou plus 335 4,1 3,7 4,5
Chômeurs depuis deux ans ou plus 631 2,2 2,0 2,4
15-24 ans 64 2,4 1,9 2,8
25-49 ans 360 2,0 1,8 2,2
50 ans ou plus 207 2,5 2,2 2,8
  • so = sans objet ; ns = non significatif.
  • * Pour les chômeurs, il s'agit de la catégorie socioprofessionnelle du dernier emploi occupé.
  • Lecture : en 2015, on compte 2 882 000 chômeurs ; le taux de chômage est de 10,0 %.
  • Champ : France métropolitaine, personnes actives de 15 ans ou plus vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2015.

Encadrés

Le chômage de longue durée poursuit sa progression et concerne notamment les plus âgés

En moyenne en 2015, en France métropolitaine, 42,6 % des chômeurs déclarent être au chômage depuis un an ou plus. Ces chômeurs, dits « de longue durée », représentent 4,3 % de l’ensemble de la population active (figure 5). Ce taux, qui avait atteint en 2008 son plus bas niveau depuis le début des années 2000 (à 2,6 %), n’a pas cessé de croître depuis, augmentant de 1,7 point en l’espace de sept ans (dont 0,1 point en 2015). La moitié des chômeurs de longue durée sont au chômage depuis au moins deux ans. Le taux de chômage dit « de très longue durée » s’élève ainsi à 2,2 % en 2015, en forte progression depuis le début de la crise (+ 0,9 point depuis 2008).

Plus fréquent chez les jeunes actifs, le chômage est plus souvent de longue durée chez les seniors. Sur dix chômeurs âgés de 50 ans ou plus, six le sont depuis au moins un an, contre quatre sur dix parmi les 25-49 ans et moins de trois sur dix pour les moins de 25 ans. Par ailleurs, les moins diplômés et les moins qualifiés sont les plus concernés par le chômage de longue durée : un peu moins de la moitié des chômeurs non diplômés ou ayant le brevet est au chômage depuis un an ou plus contre à peine un tiers parmi les titulaires d’un diplôme supérieur ou égal à Bac + 2.

La majorité des chômeurs cherchant un emploi salarié recherche un emploi à temps complet, quelle que soit leur ancienneté au chômage (89,3 % pour l’ensemble des chômeurs et 87,2 % pour ceux qui sont au chômage depuis au moins un an). Cependant, plus la période de chômage se prolonge, plus ils sont nombreux à être prêts à accepter un emploi à temps partiel : 74,4 % pour les chômeurs de moins d’un an, 78,9 % pour ceux dont la durée de chômage est comprise entre un et deux ans et 88,0 % pour ceux qui sont au chômage depuis au moins deux ans.

Dans les DOM, le taux de chômage recule, mais reste deux fois plus élevé qu’en métropole

La participation au marché du travail est moins importante dans les DOM qu’en métropole : le taux d’activité des 15-64 ans est de 62,6 %, soit 8,9 points de moins qu’en France métropolitaine (figure).

Malgré une légère hausse en 2015, surtout portée par la Réunion, le taux d’emploi reste également plus faible dans les DOM. Dans ces départements, les emplois occupés diffèrent sensiblement de ceux de métropole. Le non-salariat y est ainsi davantage développé (13,8 %, contre 11,5 % en métropole), tandis que les catégories socioprofessionnelles supérieures y sont moins représentées (10,5 % de cadres, contre 17,7 %). Les emplois y sont encore plus concentrés dans le tertiaire, à 80,9 % (75,8 % en métropole), la part de l’industrie y étant deux fois plus faible qu’en métropole (5,9 % contre 13,9 %). Travailler à temps partiel y est un peu plus répandu (21,1% contre 18,8 %) et la part des actifs occupés en situation de sous-emploi y est deux fois plus importante (12,3 % contre 6,6 %).

Même s’il baisse (– 1,2 point entre 2014 et 2015), le taux de chômage dans les DOM est plus de deux fois supérieur à celui de métropole (22,9 % en 2015 contre 10,0 %). 51,4 % des actifs de moins de 25 ans y sont au chômage. Dans les DOM, le nombre de personnes inactives appartenant au halo autour du chômage est bien plus important qu’en métropole : près de 130 000 personnes de 15 à 64 ans, soit 10,8 % de la population âgée de 15 à 64 ans (contre 3,5 % en métropole).

Figure Encadré – Taux d'activité, taux d'emploi et taux de chômage dans les DOM

en %
Taux d'activité, taux d'emploi et taux de chômage dans les DOM
Taux d'activité (15-64 ans) Taux d'emploi (15-64 ans) Taux de chômage (15 ans ou plus)
Guadeloupe 63,0 47,9 23,7
Martinique 65,3 52,9 18,9
Guyane 57,9 45,1 21,9
La Réunion 62,6 47,1 24,6
Ensemble des DOM 62,6 48,2 22,9
France métropolitaine 71,5 64,3 10,0
France 71,3 63,8 10,4
  • Lecture : en 2015, 63,0 % des 15-64 ans sont actifs en Guadeloupe.
  • Champ : France (hors Mayotte), personnes vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2015.

Sources

L’enquête Emploi a lieu en continu toutes les semaines de l’année en France métropolitaine et, depuis 2014, dans les DOM, à l’exception de Mayotte, où l’enquête est annuelle. Chaque trimestre, en France (y compris DOM), environ 110 000 personnes de 15 ans ou plus vivant en ménage ordinaire (c’est-à-dire hors foyers, hôpitaux, prisons...) répondent à l’enquête. Les personnes décrivent leur situation vis-à-vis du marché du travail (en emploi, au chômage ou en inactivité) au cours d’une semaine donnée, dite « de référence ». L’enquête Emploi est la seule source permettant de mesurer le chômage au sens du Bureau international du travail (BIT). Le niveau et la structure de l’emploi fournis par l’enquête Emploi peuvent différer de ceux obtenus à partir des sources administratives (estimations d’emploi).

Le questionnaire de l’enquête Emploi a été rénové en 2013, ce qui a entraîné des ruptures de séries sur certains indicateurs. Les indicateurs commentés ici ont été rétropolés sur les années antérieures afin de rendre leur évolution cohérente.

Définitions

Personnes actives : personnes ayant un emploi ou étant au chômage.

Personnes ayant un emploi (i. e. actifs occupés) au sens du BIT : personnes ayant effectué au moins une heure de travail rémunéré au cours de la semaine de référence ou ayant un lien formel avec leur emploi (congés annuels, maladie, maternité...).

Chômeurs au sens du BIT : personnes âgées de 15 ans ou plus qui :

– sont sans emploi la semaine de référence;

– sont disponibles pour travailler dans les deux semaines à venir ;

– ont effectué, au cours des quatre dernières semaines, une démarche active de recherche d’emploi ou ont trouvé un emploi qui commence dans les trois mois.

Taux de chômage au sens du BIT : rapport entre le nombre de chômeurs au sens du BIT et le nombre d’actifs.

Sous-emploi : personnes actives occupées qui :

– soit travaillent à temps partiel, souhaitent travailler davantage et sont disponibles pour le faire, qu’elles recherchent activement un emploi ou non ;

– soit travaillent à temps partiel ou à temps complet, mais ont travaillé moins que d’habitude pendant la semaine de référence en raison de chômage partiel ou mauvais temps.

Pour en savoir plus

« Emploi, chômage, revenus du travail », Insee Références, Édition 2016, à paraître, juillet 2016.

« Emploi, chômage, population active : bilan de l’année 2014 », Dares analyses n° 2015-050, juillet 2015.

Guggemos F., Vidalenc J., « Une photographie du marché du travail en 2014 », Insee Première n° 1569, octobre 2015.

« Chômage de longue durée : la crise a frappé plus durement ceux qui étaient déjà les plus exposés », in Insee Références « France portrait social », novembre 2014.

« Séries longues sur le marché du travail », Insee Résultats n° 175 Société, février 2016.