La nouvelle géographie prioritaire : portrait économique et social des quartiers du Nord et du Pas-de-Calais

Depuis 2015, une nouvelle géographie d'intervention prioritaire de la politique de la ville est en vigueur, recentrée sur les zones considérées comme les plus en difficulté. Dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, 155 quartiers de la politique de la ville ont ainsi été définis. Ils rassemblent plus de 520 000 habitants. La population de ces quartiers, de par leur définition même, est fréquemment touchée par la pauvreté. Les habitants sont plus jeunes. Il s'agit également plus souvent de familles nombreuses ou monoparentales ou d'étrangers. Au-delà de la pauvreté monétaire, la population des quartiers de la politique de la ville présente des fragilités dans plusieurs domaines. Notamment, elle s'insère difficilement sur le marché du travail et manque de formation et de qualification. Les habitants des quartiers de la politique de la ville du Nord et du Pas-de-Calais sont, en moyenne, dans une situation économique et sociale plus difficile que les autres habitants des quartiers de la politique de la ville Les 155 quartiers de la politique de la ville se situent au cœur de 24 établissements publics de coopération intercommunale, échelon de contractualisation des contrats de ville. Même si les situations entre les territoires sont contrastées, les quartiers de la politique de la ville peuvent être regroupés en sept profils types relativement homogènes.

Insee Dossier Hauts-de-France
Paru le : 03/05/2016
Consulter

Géographie prioritaire dans le Nord et le Pas-de-Calais - Des contrastes forts entre les EPCI

Les 155 quartiers prioritaires de la politique de la ville se situent au coeur de 24 établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), échelon de contractualisation des contrats de ville. La Métropole Européenne de Lille regroupe près de 200 000 habitants en quartiers prioritaires tandis que dans les sept EPCI de l'ancien bassin minier, plus de 100 000 habitants vivent dans un quartier prioritaire. Les situations entre les territoires sont contrastées. Par exemple, la part des actifs au chômage dans les quartiers prioritaires varie du simple au double entre les EPCI. En particulier, il est très élevé dans les quartiers des communautés d'agglomération du Calaisis et de Maubeuge Val de Sambre. Dans ces territoires, les prestations sociales constituent une part substantielle du revenu des allocataires Caf.

Insee Dossier Hauts-de-France
Paru le : 03/05/2016