Les produits intérieurs bruts régionaux de 2000 à 2013La croissance, signe du rattrapage économique

Bérangère Duplouy, Insee

De 2000 à 2008, la croissance moyenne du PIB de Mayotte dépasse les 9 % par an contre seulement 1,7 % en France. La crise de 2008 freine fortement le rattrapage jusqu’en 2013 : la croissance est alors de + 4,2 % par an. Bien que cette croissance reste très supérieure à celle des autres régions françaises, le PIB s’établit en 2013 à 8 000 euros par habitant, soit le quart seulement du PIB par habitant français. La faiblesse de la richesse par habitant s’explique à la fois par une faible productivité apparente du travail et par un taux d’emploi très inférieur à la France (18 emplois pour 100 habitants contre 41 en France).

De 2000 à 2008, la croissance économique est très forte à Mayotte (+ 9,3 % par an en moyenne) (figure 1). Elle est plus de 5 fois supérieure à celle de la France (+ 1,7 %) et plus de 2 fois supérieure à l’ensemble des DOM. La Guyane est la deuxième région française la plus dynamique après Mayotte avec + 4,5 % de croissance annuelle entre 2000 et 2008. Sur la même période, le PIB progresse en volume de 4,2 % par an à La Réunion, de 3,7 % en Guadeloupe et de 2,5 % en Martinique.

La crise économique a également touché Mayotte

La crise de 2008 est un tournant économique pour l’ensemble du territoire français mais l’impact est différent selon les régions. À Mayotte, l’activité ralentit nettement, passant à + 4,2 % par an entre 2008 et 2013 (figure 2).

La croissance mahoraise reste pourtant bien plus dynamique que dans toutes les autres régions françaises. Elle est 10 fois supérieure à la croissance annuelle moyenne française (+ 0,4 %) et 4,5 fois plus rapide qu’à La Réunion. Les Antilles sont également touchées par la crise ; le rythme de croissance est divisé par cinq en Martinique et par quatre en Guadeloupe. Soutenue par l’activité spatiale, la croissance guyanaise résiste mieux, passant de + 4,5 % entre 2000 et 2008 à + 3,7 % entre 2008 et 2013. Sur cette dernière période, les rythmes de croissance sont proches entre Mayotte et La Guyane alors que Mayotte progressait deux fois plus vite avant crise.

Figure 1 – Jusqu’en 2008, la croissance frôle 10 % par an

en % par an
Jusqu’en 2008, la croissance frôle 10 % par an
Évolution en volume
France entière 1,65
Martinique 2,5
Guadeloupe 3,7
DOM 3,9
La Réunion 4,2
Guyane 4,5
Mayotte 9,3
  • Source : Insee, comptes régionaux, base 2010.

Figure 1 – Jusqu’en 2008, la croissance frôle 10 % par anÉvolution des PIB régionaux en volume entre 2000 et 2008 (en moyenne annuelle)

Figure 2 – Une croissance deux fois plus faible après la crise

en % par an
Une croissance deux fois plus faible après la crise
Évolution en volume
France entière 0,4
Martinique 0,5
La Réunion 0,9
Guadeloupe 1,0
DOM 1,5
Guyane 3,7
Mayotte 4,2
  • Source : Insee, comptes régionaux, base 2010.

Figure 2 – Une croissance deux fois plus faible après la criseÉvolution des PIB régionaux en volume entre 2008 et 2013 (en moyenne annuelle)

Le PIB par habitant reste 4 fois plus faible qu’en France

La croissance très élevée témoigne d’une dynamique de rattrapage économique. Le niveau de richesse créée par l’économie mahoraise reste toutefois encore très faible. En 2013, le PIB par habitant s’établit à 8 000 euros, soit 4 fois mois qu’au niveau français et 2 fois moins qu’en Guyane (figure 3). En 2000, l’écart avec la France était plus important encore puisque le PIB par habitant mahorais s’établissait à 3 900 euros soit environ 6 fois moins qu’en France.

Le PIB par habitant à Mayotte en 2013 est équivalent à celui de la France du milieu des années 1950. Mayotte accuse ainsi un retard économique de 60 ans sur la France. En Guyane, le PIB par habitant est deux fois plus faible qu’en France. Dans les autres DOM, il représente entre 63 % (La Réunion) et 71 % (Martinique) du PIB par habitant national.

Un faible taux d’emploi et une productivité limitée pèsent sur la richesse par habitant

La faiblesse du PIB par habitant peut résulter de deux facteurs : soit les emplois créent peu de richesse (PIB/emploi), soit il y a peu d’emplois par habitant (emploi/habitant). À Mayotte, ces deux facteurs se cumulent et participent à la faiblesse du PIB par habitant.

Avec seulement 18 emplois pour 100 habitants à Mayotte contre 41 en France, le nombre d’emplois par habitant mahorais est très inférieur aux autres régions. Cette faible proportion s’explique à la fois par la jeunesse de la population et par la faiblesse des taux d’activité. En effet, Mayotte est le département le plus jeune de France : 53 % des habitants sont en âge de travailler contre 64 % en France. De plus, le taux d’activité de la population en âge de travailler est faible (44 % des 15-64 ans contre 71 % en France en 2013).

Les cinq DOM se caractérisent tous par des ratios d’emploi par habitant inférieurs à ceux des régions métropolitaines : de 21 emplois pour 100 habitants en Guyane à 34 emplois pour 100 habitants en Martinique. En métropole, ces taux varient de 36 % pour Nord-Pas-de-Calais-Picardie à 51 % pour l’Île-de-France.

La productivité apparente du travail à Mayotte est également inférieure aux autres régions. Le PIB par emploi (ou productivité apparente du travail) s’élève en 2013 à 44 073 euros, soit 44 % de moins qu’en France (figure 4). Il s’agit de la plus faible productivité du travail des régions françaises loin derrière La Réunion (64 111 euros par emploi) et très loin derrière l’Île-de-France, première région française avec 105 303 euros par emplois, soit plus du double de Mayotte. Cette moindre productivité apparente du travail à Mayotte s’explique notamment par le faible niveau de qualification des Mahorais. En 2012, 71 % des Mahorais de 15 ans ou plus n’ont aucun diplôme qualifiant, contre 34 % en France (47 % aux Antilles, 52 % à La Réunion et 56 % en Guyane). Elle résulte également de la composition du tissu productif peu orienté vers les secteurs à forte valeur ajoutée.

Figure 3 – Les Mahorais, 4 fois moins riches que les Français

PIB par habitant et rapport au PIB par habitant France entière en 2013
Les Mahorais, 4 fois moins riches que les Français
PIB par habitant (en euros) PIB par habitant / PIB par habitant France entière (en %)
Mayotte 8 047 25,0
Guyane 16 210 50,5
DOM 18 942 59,0
La Réunion 20 198 62,9
Guadeloupe 20 427 63,6
Martinique 22 687 70,6
France entière 32 126 100,0
  • Source : Insee, comptes régionaux, base 2010.

Figure 4 – La faiblesse du taux d’emploi pèse sur le PIB

PIB par emploi et nombre d'emplois par habitant en 2013
La faiblesse du taux d’emploi pèse sur le PIB
PIB par emploi (en euros courants) Emploi par habitant (en %)
Mayotte 44 073 18
Guyane 75 719 21
DOM 64 686 29
La Réunion 64 111 31
Guadeloupe 65 676 31
Martinique 66 779 34
France entière 78 012 41
  • Source : Insee, comptes régionaux, base 2010.

Sources

Méthode :

Au niveau régional, le PIB par habitant est calculé en rapportant le PIB de la région à la population résidant dans la région. Les différences régionales de PIB par habitant peuvent s’éclairer en prenant en compte deux indicateurs, le PIB par emploi et l’emploi par habitant. En effet :

Dans les deux cas, il s’agit de l’emploi au lieu de travail.

Source :

Depuis le 1er janvier 2014, Mayotte est devenu une Région Ultra Périphérique (RUP). À ce titre, les statistiques nationales (populations, PIB, etc.) couvrent désormais le territoire mahorais. Compte-tenu de l’absence de nombreuses données, aucun compte définitif n’est pour le moment disponible sur Mayotte. En revanche, des estimations de PIB sont produites à partir des sources disponibles : plusieurs estimations ont été publiées pour les années 2001 à 2011. Depuis 2011, les estimations du PIB mahorais sont publiées tous les ans.

En attendant la mise à disposition de séries complètes en base 2010, des séries ont été provisoirement élaborées pour Mayotte ainsi que pour les autres DOM afin de répondre aux obligations statistiques européennes et de permettre des comparaisons régionales. Ce sont ces séries qui sont mobilisées dans cette publication : elles peuvent donc différer légèrement des résultats publiés sur insee.fr dans les espaces régionaux des comptes des DOM.

Pour en savoir plus

Hurpeau B., « Les produits intérieurs bruts régionaux de 1990 à 2013 », Insee Focus n°60, juillet 2016

Le Pabic L., Monteil C., « Une économie en rattrapage soutenue par la dépense publique », Insee Analyses Mayotte n°2, octobre 2014

Duplouy B. et Rabaey G.,« Le PIB dépasse le niveau d’avant-crise », Insee Flash Réunion n°48, décembre 2015

Coder Y., Monteil C., « Une croissance économique de 7 % en 2012 », Insee Analyses n°7, novembre 2015