PIB par habitant - Provence-Alpes-Côte d’Azur au deuxième rang des régions de province

Alexandre Gautier, Insee

Le PIB par habitant place Provence-Alpes-Côte d’Azur au deuxième rang des nouvelles régions hors Île-de-France, après Auvergne - Rhône-Alpes. Entre 2008 et 2013, il a augmenté trois fois plus vite dans la région qu’en moyenne en province. Cet écart de croissance tient à une plus grande résistance de l’économie régionale à la crise mais également à des facteurs socio-démographiques. En particulier, le PIB par habitant en Paca est stimulé par une participation accrue de la population au marché du travail.

Insee Flash Provence-Alpes-Côte d'Azur
No 28
Paru le : 11/07/2016

Provence-Alpes-Côte d'Azur au 2e rang des régions de province pour le PIB par habitant

Le produit intérieur brut (PIB) par habitant de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur s’établit à 30 700 euros en 2013. Paca se situe ainsi au 2e rang des régions de province, après Auvergne-Rhône-Alpes (31 000 euros). Depuis le début des années 1990, le PIB par habitant a augmenté de 2,6 % par an en Paca, soit un rythme supérieur à la moyenne de province (2,4 %). Sur la période récente, l’écart de croissance s’est nettement renforcé (+ 1,5 % par an en Paca contre + 0,5 % pour la moyenne de province entre 2008 et 2013) (figure 1). C’est la deuxième plus forte évolution régionale, après la Corse (+ 1,7 %).

Ce dynamisme du PIB par habitant en Paca résulte à la fois de la hausse du PIB par emploi et de la progression du nombre d’emplois rapporté à la population (figure 2) et (méthode).

Figure 1 – Depuis 2008, le PIB par habitant de Provence-Alpes-Côte d'Azur est plus dynamique qu'ailleurs

Base 100 en 1990
Depuis 2008, le PIB par habitant de Provence-Alpes-Côte d'Azur est plus dynamique qu'ailleurs
Provence-Alpes-Côte d'Azur Moyenne régions de province
1990 100 100
1991 104,6 103,2
1992 108,5 106,5
1993 108,5 106,8
1994 111,5 110,0
1995 114,1 114,0
1996 115,9 116,7
1997 118,0 119,8
1998 122,7 125,3
1999 125,7 127,8
2000 132,3 134,2
2001 138,0 138,8
2002 140,7 141,9
2003 144,6 145,1
2004 151,5 151,1
2005 157,1 154,8
2006 163,6 161,2
2007 167,6 166,8
2008 167,5 166,7
2009 164,8 161,7
2010 171,3 163,6
2011 174,4 169,4
2012 178,7 170,0
2013 180,3 171,2
  • Source : Insee, Comptes régionaux

Figure 1 – Depuis 2008, le PIB par habitant de Provence-Alpes-Côte d'Azur est plus dynamique qu'ailleursÉvolution du PIB par habitant en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en moyenne des régions de province entre 1990 et 2013

Figure 2 – Le PIB par habitant en Provence-Alpes-Côte d'Azur est stimulé par la structure économique et le taux d'activité

en %
Le PIB par habitant en Provence-Alpes-Côte d'Azur est stimulé par la structure économique et le taux d'activité
Évolution 2008/2013 Province Provence-Alpes-Côte d'Azur
PIB/Habitant 0,5 1,5
PIB/Emploi 1,0 1,4
Emploi/Habitant -0,4 0,1
Navettes |domicile-travail -0,1 0,2
Situation du |marché du travail -0,5 -0,3
Taux d'activité 0,5 0,7
Effet démographique -0,4 -0,5
  • Source : Insee, Comptes régionaux, Recensements de la population, Estel

Figure 2 – Le PIB par habitant en Provence-Alpes-Côte d'Azur est stimulé par la structure économique et le taux d'activitéÉvolution du PIB et de ses composantes en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en province entre 2008 et 2013

Croissance de la productivité du travail

Le PIB par emploi, qui mesure la productivité apparente du travail, évolue en Paca quasiment au même rythme que le PIB par habitant (+ 1,4 % par an entre 2008 et 2013). Cette croissance est plus forte que la moyenne de province (+ 1,0 % par an). Les gains de productivité ont en effet été plus soutenus dans la région qu’ailleurs. La croissance économique a été plus forte, grâce à une structure sectorielle plus favorable. Les activités de services, relativement protégées, sont surreprésentées en Paca et la région bénéficie d’une forte présence d’activités industrielles innovantes à forte valeur ajoutée. De 2008 à 2013, le PIB en volume (autrement dit, hors effet de l’inflation) a ainsi augmenté de 1,0 % par an en Paca, soit la plus forte croissance des régions de province après la Corse. Cette progression s’est accompagnée d’une hausse modérée de l’emploi (+ 0,4 % par an), permettant de ce fait des gains de productivité.

Forte hausse du taux d’activité

La plus forte croissance du PIB par habitant s’explique également par le nombre d’emploi par habitant, qui a augmenté en Paca (+ 0,1 % par an) alors qu’il a diminué de 0,4 % par an en moyenne pour la France de province. Cette évolution peut être décomposée selon trois facteurs principaux : la participation au marché du travail, le chômage et la situation démographique.

La participation au marché du travail est un facteur favorable à Paca. Au cours de la période 2008-2013, le taux d’activité a en effet fortement augmenté dans la région (+ 2,2 points contre + 1,7 point en moyenne de province). Le retard de Paca s’est ainsi réduit d’un tiers en cinq ans. Cette progression rapide témoigne principalement d’une participation accrue des femmes et des seniors âgés de 55-64 ans au marché du travail. Leur taux d’activité a augmenté respectivement de 3,0 points et 7,4 points entre 2008 et 2013.

Un marché du travail un peu moins dégradé

La situation du marché du travail s’est par ailleurs dégradée moins brutalement en Provence-Alpes-Côte d’Azur que dans les autres régions de province. Ainsi, le taux de chômage au sens du recensement a progressé un peu moins vite dans la région (+ 1,7 point en Paca entre 2008 et 2013, contre + 2,0 pour la moyenne des régions de province).

La population en âge de travailler diminue

Enfin, le facteur démographique, qui rapporte la population en âge de travailler au nombre total d’habitants, impacte négativement le PIB par habitant, en Paca comme dans la totalité des régions métropolitaines. Le nombre d’habitants âgés de 15 à 64 ans a même légèrement baissé dans la région au cours des dernières années (près de 5 000 personnes en moins tous les ans entre 2008 et 2013). Cette diminution s’explique essentiellement par le seul effet du mouvement naturel de la population résidente, l’apport des migrations étant quant à lui désormais relativement faible.

Encadré

Méthode - Décomposition du PIB par habitant

Au niveau régional, le PIB par habitant est calculé en rapportant le PIB de la région à la population résidant dans la région. Les différences régionales de PIB par habitant peuvent s’éclairer en prenant en compte deux indicateurs : le PIB par emploi et l’emploi par habitant.

L’emploi par habitant peut lui-même se décomposer en plusieurs facteurs socio-démographiques.

Le ratio Emploi /PAO (Population active occupée) est un indicateur de navettes domicile-travail. Si ce rapport est supérieur à 1, cela signifie que le flux de personnes entrant dans la région pour y travailler est plus élevé que le flux de travailleurs sortant.

Le ratio PAO /PA (Population active) est un indicateur de situation du marché du travail. C’est le complémentaire du taux de chômage au sens du recensement de la population. Plus il est élévé, meilleure est la situation du marché du travail local.

Le ratio PA/PEAT (Population en âge de travailler) correspond au taux d’activité. Il rapporte la population active de la région (actifs en emploi et chômeurs) à l’ensemble de la population en âge de travailler c'est-à-dire âgées de 15 à 64 ans.

Enfin, le ratio PEAT/habitant est un indicateur d’un effet démographique.

Pour en savoir plus

Hurpeau B., « Les produits intérieurs bruts de 1990 à 2013 », Insee Focus n° 60, juillet 2016

Biau O., « 20 ans de croissance économique – Provence-Alpes-Côte d’Azur a tiré son épingle du jeu », Synthèse n° 77, Insee Provence-Alpes-Côte d’Azur, juin 2014

Les résultats des PIB régionaux