Fréquentation touristique 2015 - La fréquentation touristique repart à la hausse

Françoise Legros, Insee

En 2015, le nombre de touristes en provenance de l’extérieur de La Réunion progresse de 5,1 % après trois années consécutives de baisse. La diversification des clientèles amorcée en 2014 se poursuit en 2015: les touristes venant de l’océan Indien sont plus nombreux (+ 26 %). C’est aussi le cas des touristes européens (+ 11 %). Toutes les catégories de tourisme sont en hausse, en particulier le tourisme d’affaires (+ 10 %). Les hôtels, résidences de tourisme et les locations saisonnières ont le vent en poupe, alors que la fréquentation des gîtes et maisons d’hôtes décline cette année encore. Les touristes ont dépensé 306 millions durant leur séjour, soit 5 % de plus qu’en 2014. L’intérêt touristique de l’île et son accueil restent vivement appréciés.

En 2015, 426 400 touristes extérieurs ont visité La Réunion, soit 5,1 % de plus qu’en 2014 (+ 20 700 visiteurs).

Cette hausse intervient après trois années consécutives de baisse : – 2,5 % en 2014, – 6,8 % en 2013, et – 5,3 % en 2012 (figure1). Les touristes venant de l’océan Indien contribuent fortement à cette embellie (+ 12 500 personnes).

Figure 1 – 426 000 touristes ont visité La Réunion en 2015

426 000 touristes ont visité La Réunion en 2015
Années nombre de touristes
1989 181 769
1990 200 276
1991 186 026
1992 217 350
1993 241 700
1994 262 600
1995 304 000
1996 350 000
1997 374 000
1998 400 000
1999 394 000
2000 430 000
2001 424 000
2002 426 000
2003 432 000
2004 430 000
2005 409 000
2006 278 800
2007 380 500
2008 396 400
2009 421 900
2010 420 300
2011 471 300
2012 446 500
2013 416 000
2014 405 700
2015 426 400
  • Source : Insee-IRT, enquêtes flux touristiques.

Figure 1 – 426 000 touristes ont visité La Réunion en 2015 Nombre de touristes extérieurs depuis 1989 à La Réunion

Une diversification de clientèle portée principalement par Mayotte et Maurice en 2015

La part des touristes en provenance de métropole continue de baisser (75 % après 78 % en 2014 et 81 % en 2013) (figure 2). À l’opposé, la part des touristes venant de l’océan Indien continue de progresser (14 % au lieu de 12 % en 2014), portée principalement par les arrivées en provenance de Mayotte (31 800) et de Maurice (20 100). La part des autres touristes reste stable en 2015.

En nombre d'arrivées, la hausse la plus remarquable est celle des visiteurs provenant de l'océan Indien (+ 26 % après + 6 % en 2014). Ce sont notamment les touristes de Mayotte (+ 10 600 arrivées) et de l’île Maurice (+ 2 500 arrivées) qui sont venus plus nombreux.

Les touristes en provenance de France métropolitaine augmentent légèrement (+ 1 %). La répartition de ces touristes selon la région de provenance dans l'hexagone est stable. Ainsi, comme en 2014, les trois quarts d’entre eux résident en province. Après la forte hausse de 2014 (+ 49 %), la fréquentation des touristes venant du reste de l’Europe continue de progresser (+ 11 %), atteignant ainsi un nouveau record de 36 000 touristes.

Trois pays concentrent 80 % des arrivées du reste de l’Europe : 12 700 touristes en provenance d’Allemagne (+ 21 % après + 35 % en 2014), 8 100 en provenance de Belgique (+ 23 % après + 50 % en 2014) et 7 400 en provenance de Suisse (+ 9 % après + 78 % en 2014). Les arrivées du reste du monde progressent légèrement (+ 3 %) mais restent sous la barre des 10 000 visiteurs, soit deux fois moins qu'entre 2010 et 2012, période où Sydney était desservie par une ligne directe.

Figure 2 – Une diversification de clientèle au profit de l'océan Indien

en %
Une diversification de clientèle au profit de l'océan Indien
France métropolitaine Océan Indien Reste de l'Europe Autres
2015 75 14 8 2
2014 78 12 8 2
2013 81 11 5 3
  • Source : Insee-IRT, enquêtes flux touristiques.

Figure 2 – Une diversification de clientèle au profit de l'océan Indien Évolution de la répartition des touristes par lieu de résidence entre 2013 et 2015

Le tourisme d’agrément progresse plus vite que le tourisme affinitaire

Le tourisme d’agrément (158 700 visiteurs), qui est motivé essentiellement par la découverte de l’île, progresse de 5 %. Ce motif de visite représente toujours 37 % des touristes, mais la provenance des visiteurs évolue. Ils viennent moins souvent de métropole (70 % en 2015 contre 75 % en 2014) et plus souvent de la zone océan Indien (13 % en 2015 contre 10 % en 2014). Les touristes d’agrément visitent plus fréquemment La Réunion en fin d’année et représentent 47 % des touristes au 4e trimestre (figure 3).

Les touristes d’agrément résident principalement dans les hébergements marchands (83 %) : plus d’un tiers d’entre eux choisissent l’hôtellerie et près d’un quart optent pour la location meublée. Les touristes d’agrément sont moins nombreux en gîte ou maison d’hôtes (16 % contre 21 % en 2014). Enfin, 17 % résident dans la famille ou chez les amis.

Le tourisme affinitaire (200 300 visiteurs), motivé principalement par la visite de parents ou amis qui vivent à La Réunion, progresse de 3 %. Ces touristes sont plus nombreux au 1er trimestre (56 % contre 47 % en moyenne dans l’année). Comme en 2014, ils viennent principalement de métropole (83 %) et un sur dix provient de la zone océan Indien.

Si 80 % des touristes affinitaires résident principalement dans la famille ou chez les amis, 10 % optent pour la location meublée durant leur séjour. Quel que soit le mode d’hébergement principal choisi, 8 % des touristes affinitaires passent au moins une nuit à l’hôtel et 7 % dans un gîte.

Le tourisme d’affaires (49 700 visiteurs), continue d’augmenter (+ 10 % après + 28 % en 2014) et approche le seuil des 50 000 touristes (figure 4). Il représente 12 % des touristes. Deux touristes d’affaires sur trois viennent de métropole et près d’un sur quatre de la zone océan Indien. Ils sont en majorité logés à l’hôtel (62 %), tandis que 18 % sont hébergés par la famille ou les amis et 9 % en location.

Figure 3 – Au quatrième trimestre, les touristes d’agrément sont les plus nombreux

en %
Au quatrième trimestre, les touristes d’agrément sont les plus nombreux
Affinitaire Agrément Affaires Autre
Premier trimestre 56 30 11 3
Deuxième trimestre 43 36 15 6
Troisième trimestre 49 37 11 3
Quatrième trimestre 40 47 9 4
Année 2015 47 37 12 4
  • Source : Insee-IRT, enquêtes flux touristiques.

Figure 3 – Au quatrième trimestre, les touristes d’agrément sont les plus nombreux Répartition des touristes par catégorie et par trimestre en 2015 à La Réunion

Figure 4 – Toutes les catégories de tourisme progressent en 2015 - Caractéristiques du tourisme à La Réunion depuis 2010

Toutes les catégories de tourisme progressent en 2015 - Caractéristiques du tourisme à La Réunion depuis 2010
2010 2011 2012 2013 2014 2015 Évolution 2014/2015
nombre nombre en % en %
Nombre total de touristes 420 300 471 300 446 500 416 000 405 700 426 400 100 5,1
Lieu de résidence
France métropolitaine 346 300 381 600 355 900 337 200 315 500 319 800 75 1,4
Océan Indien1 34 000 42 500 46 100 45 600 48 200 60 700 14 25,9
Continent européen 21 700 24 500 23 500 21 700 32 400 36 000 8 11,1
Autres 18 300 22 700 21 000 11 500 9 600 9 900 2 3,1
Catégorie de tourisme
Tourisme affinitaire (visite famille, amis) 197 900 211 900 210 000 197 600 193 900 200 300 47 3,3
Tourisme d'agrément 162 500 197 400 180 300 168 400 151 000 158 700 37 5,1
Tourisme d'affaires 39 800 43 400 42 600 35 500 45 300 49 700 12 9,7
Autres 20 100 18 600 13 600 14 500 15 500 17 700 4 14,2
Mode d'hébergement principal
Parents, amis 198 800 206 600 218 700 190 900 181 700 201 900 47 11,1
Hébergement marchand 221 500 264 700 227 800 225 100 224 000 224 500 53 0,2
hôtel, résidence de tourisme 121 800 137 400 112 500 99 200 108 000 114 700 27 6,2
hôtel classé ou non 105 200 119 500 96 800 84 900 95 500 100 800 24 5,5
résidence de tourisme 16 600 17 900 15 700 14 300 12 500 13 900 3 11,2
gîte, village vacances, maison d'hôtes 40 500 48 800 36 800 43 300 35 800 28 600 7 - 20,1
location 45 400 63 500 62 900 64 000 62 600 66 300 16 5,9
autres (camping, refuge, etc.) 13 800 15 000 15 600 18 600 17 600 14 900 3 - 15,3
Origine des touristes
Non-originaires de La Réunion 359 500 406 400 382 100 359 600 338 400 362 200 85 7,0
Originaires de La Réunion 60 800 64 900 64 400 56 400 67 300 64 200 15 - 4,6
Durée des séjours
Durée moyenne du séjour (en jours) 14,6 17,0 17,1 16,7 17,4 16,8 - - 3,4
Durée du séjour à l'hôtel des touristes y ayant séjourné (en jours) 6,8 7,0 6,6 6,2 6,3 6,3 - 0,0
Dépenses des touristes au cours du séjour
Totales (euros / ménage) 1 248 1 311 1 264 1 313 1 285 1 259 100 - 2,0
Totales (euros / personne) 705 730 705 729 719 717 - - 0,3
Hébergement (euros / ménage) 328 344 318 327 352 349 28 - 0,9
Restauration (euros / ménage) 274 291 277 296 279 292 23 4,7
Location voiture (euros / ménage) 220 218 219 214 206 190 15 - 7,8
Souvenirs, cadeaux (euros / ménage) 171 173 165 174 171 165 13 - 3,5
Loisirs, excursions (euros / ménage) 135 145 150 156 156 154 12 - 1,3
Autres (euros / ménage) 121 139 136 146 121 109 9 - 9,9
Dépenses totales en millions d'euros 296,3 344,2 314,7 303,2 291,6 305,7 - 4,8
Nombre de départs de résidents 566 000 600 000 577 400 592 100 612 100 625 400 - 2,2
  • 1. Mayotte, Madagascar, Maurice, Comores, Seychelles, Afrique du Sud.
  • Source : Insee-IRT, enquêtes flux touristiques.

Les autres touristes (17 700 visiteurs), venus principalement pour des raisons d’étude, de soins médicaux, ou pour participer à des événements culturels ou sportifs, progressent également (+ 14 %). Pour moitié ils viennent de métropole et pour moitié de l’océan Indien.

Les hôtels, résidences de tourisme et locations ont le vent en poupe

Les hôtels (+ 6 %), les résidences de tourisme (+ 11 %) et les locations meublées (+ 6 %) bénéficient de l’embellie. Par contre, la hausse de la fréquentation ne profite pas à tous les hébergements marchands : le nombre de touristes résidant principalement en gîtes et maisons d’hôtes continue de décliner (– 20 % en 2015 après – 17 % en 2014). Au final, l’hébergement principalement marchand est stable et reste majoritaire (53 %) (figure 5).

Le nombre de touristes résidant principalement dans la famille ou chez les amis progresse de 11 %.

La durée moyenne du séjour à La Réunion est stable depuis plusieurs années, autour de 17 jours . Les touristes d'affaires sont toujours ceux qui restent le moins longtemps sur l'île, en moyenne 11 jours. Lorsqu’ils séjournent à l’hôtel, les touristes y restent 6  ours comme en 2014.

La part des voyages à forfait évolue peu : 14 % des touristes choisissent de confier l’organisation de leur voyage à un tour-opérateur (15 % en 2014). Lorsqu’ils viennent à La Réunion, un quart des touristes en profitent pour visiter d’autres îles, en particulier l’île Maurice dans trois cas sur quatre.

Figure 5 – Les locations meublées continuent de progresser

en %
Les locations meublées continuent de progresser
Parents, amis Hôtel, résidence de tourisme Location Gîte, maison d'hôtes Autre hébergement
1998 44 37 4 12 4
1999 44 38 4 11 3
2000 44 37 6 11 3
2001 44 36 7 10 3
2002 45 35 6 11 2
2003 43 37 6 12 2
2004 46 34 7 11 2
2005 47 33 8 11 2
2006 55 29 7 6 3
2007 53 30 7 7 2
2008 51 31 8 9 2
2009 52 27 10 9 3
2010 47 29 11 10 3
2011 44 29 13 10 3
2012 49 25 14 8 3
2013 46 24 15 10 4
2014 45 27 15 9 4
2015 47 27 16 7 3
  • Source : Insee-IRT, enquêtes flux touristiques.

Figure 5 – Les locations meublées continuent de progresserRépartition des touristes par mode d’hébergement principal depuis 1998 à La Réunion

Les dépenses dépassent de nouveau la barre des 300 millions d’euros

Les touristes ayant été plus nombreux en 2015, leurs dépenses sont logiquement plus élevées. Durant leur séjour à La Réunion, ils ont dépensé 306 millions d’euros, soit 4,8 % de plus qu’en 2014. La dépense moyenne par personne au cours du séjour est stable (717 euros).

Avec 767 euros par personne, les touristes d’affaires sont ceux qui dépensent le plus, notamment pour l’hébergement. Les touristes venus rendre visite à leur famille ou à leurs amis dépensent davantage en cadeaux et souvenirs, ainsi qu’en loisirs (figure 6).

Figure 6 – La moitié des dépenses consacrées à l’hébergement et à la restauration - Dépenses par personne au cours du séjour en 2015 selon la catégorie de tourisme

La moitié des dépenses consacrées à l’hébergement et à la restauration - Dépenses par personne au cours du séjour en 2015 selon la catégorie de tourisme
Ensemble Tourisme d'agrément Tourisme d'affaires Tourisme affinitaire
en %
Hébergement 28 35 39 18
Restauration 23 22 23 24
Location de voiture 15 15 15 15
Cadeaux, souvenirs 13 10 9 17
Loisirs, excursions 12 11 8 14
Autres dépenses 9 6 6 12
Ensemble 100 100 100 100
dépense moyenne (en euros) 717 752 767 670
  • Source : Insee-IRT, enquêtes flux touristiques.

Plébiscite pour l’intérêt touristique et l’accueil

Les touristes saluent quasi-unanimement l’intérêt touristique de l’île et l’accueil : 93 % recommanderaient la destination Réunion à leur entourage.

L’hébergement, la restauration et les loisirs sont également satisfaisants pour 90 % des touristes (figure 7). En revanche, comme les années précédentes, le rapport qualité-prix recueille des appréciations moins favorables : seulement 63 % des visiteurs en sont satisfaits.

Figure 7 – 95 % des touristes sont satisfaits de l’intérêt touristique et de l’accueil

en %
95 % des touristes sont satisfaits de l’intérêt touristique et de l’accueil
Satisfaisant Moyen Insatisfaisant
Accueil 95 4 1
Intérêt touristique 95 4 1
Loisirs 91 7 2
Hébergement 91 8 1
Restauration 90 9 1
Accessibilité de la destination 88 9 3
Rapport qualité-prix 63 29 8
  • Source : Insee-IRT, enquête flux touristiques 2015.

Figure 7 – 95 % des touristes sont satisfaits de l’intérêt touristique et de l’accueilTaux de satisfaction des touristes à La Réunion en 2015

Encadrés

Le tourisme international poursuit sa progression

En 2015, selon l’organisation mondiale du tourisme (OMT), le tourisme international est en hausse pour la sixième année consécutive (+ 4 %), et atteint 1,2 milliard de touristes, ce qui constitue un nouveau record.

La fréquentation touristique augmente globalement dans toutes les grandes zones géographiques excepté l’Afrique. Les pays développés ont plus progressé que les pays émergents en 2015 (+ 5 % contre + 4 %).

Le nombre de touristes augmente de 5 % en Europe, en Asie- Pacifique et dans les Amériques. L’Europe profite d’un euro plus faible par rapport au dollar et aux autres principales devises. Le tourisme est en hausse de 3 % au Moyen-Orient. Par contre, les arrivées touristiques baissent en 2015 en Afrique (– 3 %), en raison principalement de la faiblesse des résultats en Afrique du Nord (– 8 %), laquelle représente plus du tiers des arrivées sur le continent.

La fréquentation des îles voisines de l’océan Indien progresse également en 2015: avec plus d’1,2 million d’arrivées, les Maldives restent en tête des Îles Vanille, mais avec une hausse plus modeste que les années passées (+ 2,4 %). À Maurice, la fréquentation progresse de 11 % et atteint 1,15 million de touristes. La part des touristes venant de métropole et de La Réunion est en léger recul (– 1 point), au profit d'autres pays européens et asiatiques. Aux Seychelles, la fréquentation progresse de 19 % pour se rapprocher des 300 000 touristes. Cette hausse s'explique principalement par les touristes venus d’Asie (+ 40 %), dont 21 200 arrivées des Émirats Arabes Unis, facilitées par la desserte de l’archipel par les compagnies aériennes du Golfe. En hausse de 15 %, le marché français y retrouve sa place de leader, cédée aux Allemands en 2014.

Parmi les pays d’origine des touristes, la Chine se distingue encore dans le tourisme mondial en 2015, avec une croissance des dépenses largement supérieure aux autres pays (+ 28 %). En revanche, les dépenses reculent pour la Russie et le Brésil, marchés émetteurs habituellement dynamiques, en raison des difficultés économiques et de la dépréciation du rouble et du réal par rapport à la quasi-totalité des autres devises. Du côté des pays développés, les États-Unis (+ 9 %) arrivent en 2e position des principaux marchés émetteurs, loin derrière la Chine (112 contre 165 milliards de dollars). Le Royaume-Uni (+ 6 %) se situe à la 3e place. Les dépenses des Allemands, des Italiens et des Australiens augmentent de 2 % tandis que celles des Français et des Canadiens sont quasiment stables.

Partenariat

Cette publication a été réalisée dans le cadre d’un partenariat entre l’Insee et l’Île de La Réunion Tourisme (IRT). Ont également collaboré à la réalisation de cette publication: Raoul Vincent (IRT), Hervé Le Grand et Sylvain Quenum (Insee).

Sources

L’enquête Flux touristiques a été mise en place en 1989 dans le cadre d’une convention partenariale entre le Comité régional du Tourisme de La Réunion et l’Insee. Elle permet de disposer d’informations sur les touristes visitant La Réunion afin de suivre le développement de ce secteur important dans l’économie réunionnaise.

Outre la mesure de la fréquentation touristique, l’enquête permet de connaître les principales caractéristiques des touristes, de leur séjour et de quantifier leurs dépenses.

L’enquête se déroule toute l’année à l'aéroport auprès des passagers au départ. L’unité statistique enquêtée est un groupe de personnes voyageant ensemble et partageant les dépenses. En 2015, le plan de sondage repose sur 92 jours d’enquêtes répartis entre le 1er janvier et le 31 décembre, tous les 4 jours.

Les avions sont répartis en trois strates correspondant aux trois grands types de destinations à partir de La Réunion: la France métropolitaine, l’île Maurice et les autres destinations de l’Océan Indien. Pour chaque jour d’enquête, un vol en direction de la métropole et un vol en direction de l’île Maurice sont tirés au sort. Un troisième vol en direction de l’île Maurice ou d’une autre destination de la zone Océan Indien est tiré au sort un jour d’enquête sur deux.

L’enquête à l’aéroport repose sur l’exploitation d’environ 15 000 fiches par an.

En 2015, l'enquête s'est réalisée uniquement à l'aéroport de Roland-Garros, mais les passagers au départ de Pierrefonds ont été pris en compte dans la pondération.

Aucune enquête n’est réalisée au port de la Pointe des Galets, compte tenu du faible nombre de passagers (1,5 % du flux total). Ces touristes sont toutefois pris en compte dans la pondération de l’enquête.

Il s’agit de la dernière enquête Flux touristiques organisée conjointement par l’Insee et l’IRT (Île de La Réunion Tourisme).

Pour en savoir plus