Au 4e trimestre 2015, l’emploi maintient sa bonne trajectoire

Isabelle Pertile, Camille Fontes-Rousseau, Roger Rabier, Insee

En France, au 4e trimestre 2015, la croissance progresse de 0,3 %, portée par la production manufacturière entraînant celle des services marchands, malgré les conséquences négatives des attentats. En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, l’emploi salarié progresse pour le cinquième trimestre consécutif, soutenu par le dynamisme des services aux entreprises, des industries de transport et du commerce. Le taux de chômage baisse de 0,2 point mais touche encore 12 % de la population active, deuxième plus forte proportion des régions métropolitaines.

Insee Conjoncture Occitanie
No 2
Paru le : 21/04/2016

La région gagne des emplois salariés dans le secteur marchand non agricole pour le cinquième trimestre consécutif (figure 1). Au 4e trimestre 2015, la hausse trimestrielle atteint 3 600 emplois, soit une progression de 0,3 %. C’est la troisième plus forte augmentation parmi les nouvelles régions de France métropolitaine tant en volume qu’en rythme.

Dynamisme de l’emploi en Haute-Garonne et dans l’Hérault

Ce trimestre, la Haute-Garonne est le troisième département français qui crée le plus d’emplois (+ 2 200 salariés) derrière le Rhône et Paris et devant la Gironde. Le nombre de salariés augmente également assez fortement dans l’Hérault (+ 1 400), qui présente toujours le rythme de progression annuel le plus élevé (+ 2,5 %). À l’inverse, cinq départements de la région (la Lozère, les Hautes-Pyrénées, le Gers, le Lot et l’Ariège) perdent des emplois ce trimestre.

L’intérim progresse mais ne retrouve pas son niveau d’avant-crise

Le recours accru à l’intérim (figure 2) contribue pour un quart à la progression trimestrielle de l’emploi. Les trois autres quarts sont liés à l’augmentation du contingent de salariés en contrat de travail à durée déterminée ou indéterminée.

L’intérim ne retrouve cependant pas, dans la région, le niveau précédant les deux récents chocs économiques, des subprimes (début 2008) et des dettes souveraines (mi-2011). D’après les données du Ministère du Travail, la hausse trimestrielle de l’emploi intérimaire dans la région est concentrée dans la construction et l’industrie, les deux secteurs qui y ont traditionnellement le plus recours.

Figure 1 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées France métropolitaine
T1 2005 100 100
T2 2005 100,04 100,06
T3 2005 100,83 100,18
T4 2005 100,96 100,33
T1 2006 101,23 100,43
T2 2006 102,08 101
T3 2006 102,84 101,38
T4 2006 103,14 101,45
T1 2007 103,78 102,25
T2 2007 104,02 102,48
T3 2007 104,57 102,85
T4 2007 104,83 103,06
T1 2008 105,36 103,33
T2 2008 104,83 102,89
T3 2008 104,19 102,57
T4 2008 104,13 101,85
T1 2009 103,23 100,78
T2 2009 103,03 100,29
T3 2009 103,05 100,01
T4 2009 103,6 100,1
T1 2010 103,64 100,02
T2 2010 103,89 100,08
T3 2010 104,13 100,29
T4 2010 104,3 100,5
T1 2011 104,69 100,8
T2 2011 105,48 101,06
T3 2011 105,46 100,98
T4 2011 105,11 100,94
T1 2012 105,39 100,97
T2 2012 105,38 100,83
T3 2012 105,29 100,61
T4 2012 104,95 100,33
T1 2013 105,18 100,35
T2 2013 104,73 100,02
T3 2013 104,96 100,22
T4 2013 105,12 100,32
T1 2014 104,99 100,21
T2 2014 105,04 100,21
T3 2014 104,76 99,87
T4 2014 105,09 99,93
T1 2015 105,25 99,93
T2 2015 105,56 100,17
T3 2015 106 100,26
T4 2015 106,33 100,47
  • Note : données CVS, en fin de trimestre.
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emplois - données provisoires pour le 4e trimestre 2015

Figure 1 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Figure 2 – Évolution de l'emploi intérimaire

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi intérimaire
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées France métropolitaine
T1 2005 100 100
T2 2005 99,13 99,86
T3 2005 103,3 101,93
T4 2005 105,23 102,6
T1 2006 105,64 101,7
T2 2006 111,26 107,36
T3 2006 109,39 107,31
T4 2006 111,09 105,31
T1 2007 118,78 114,93
T2 2007 117,65 112,47
T3 2007 115,57 110,87
T4 2007 112,76 109,72
T1 2008 118,63 114,33
T2 2008 109,34 106,28
T3 2008 107,33 99,93
T4 2008 97,38 86,9
T1 2009 87,75 73,86
T2 2009 89,83 75,59
T3 2009 91,22 79,59
T4 2009 95,14 84,27
T1 2010 95,64 88,79
T2 2010 102,34 93,33
T3 2010 104,58 97,12
T4 2010 106,73 100,8
T1 2011 110,92 101,29
T2 2011 117,86 101,53
T3 2011 112,77 100,53
T4 2011 105,18 96,39
T1 2012 104,22 95,18
T2 2012 99,92 91,84
T3 2012 96,13 88,16
T4 2012 95,12 85,68
T1 2013 95,71 88,46
T2 2013 91,9 87,24
T3 2013 93,21 89,11
T4 2013 95,26 91,04
T1 2014 93,71 89,19
T2 2014 94,05 91,42
T3 2014 92,54 87,85
T4 2014 97,12 90,86
T1 2015 95,63 89,89
T2 2015 100,93 93,28
T3 2015 102,9 96,23
T4 2015 105,28 99,44
  • Note : données CVS, en fin de trimestre.
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emplois - données provisoires pour le 4e trimestre 2015

Figure 2 – Évolution de l'emploi intérimaire

Fort dynamisme des services aux entreprises

Hors intérim, la progression trimestrielle de l’emploi se concentre dans le tertiaire marchand (figure 3) avec un fort dynamisme de l’emploi dans les services aux entreprises (+ 2 350 salariés) alors que le nombre de salariés baisse dans les services aux ménages (- 900 salariés).

L’emploi augmente légèrement ce trimestre dans l’industrie, grâce exclusivement à la fabrication de matériel de transport, et dans le commerce. En revanche, le secteur de la construction continue à perdre des salariés (- 0,3 %) à un rythme cependant plus modéré que les trimestres précédents (- 0,6 % en moyenne depuis mi-2008).

Figure 3 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim dont Commerce
T1 2005 100 100 100 100
T2 2005 101,54 99,57 100,01 99,95
T3 2005 103,21 99,34 100,8 100,51
T4 2005 104,76 99,08 100,73 100,16
T1 2006 106,26 99 100,92 100,33
T2 2006 107,67 99,34 101,6 100,54
T3 2006 109,14 99,16 102,68 101,17
T4 2006 110,69 98,83 102,91 101,21
T1 2007 112,48 98,73 103,23 101,86
T2 2007 113,47 98,67 103,52 102,06
T3 2007 114,95 98,56 104,28 102,4
T4 2007 116,08 98,46 104,67 102,61
T1 2008 117,31 98,26 105,05 102,63
T2 2008 117,52 97,77 104,86 102,43
T3 2008 116,66 97,42 104,23 101,89
T4 2008 116 97,22 104,83 101,92
T1 2009 114,08 96,22 104,6 101,5
T2 2009 112,83 95,47 104,62 101,4
T3 2009 112,23 94,88 104,85 101,59
T4 2009 112,05 94,22 105,71 102,36
T1 2010 111,18 94,02 105,95 102,14
T2 2010 110,92 93,68 106,13 102,37
T3 2010 110,89 93,18 106,54 102,43
T4 2010 110,31 93,1 106,8 102,33
T1 2011 110,53 92,93 107,18 102,82
T2 2011 110,36 92,93 108,04 103,28
T3 2011 109,68 93,27 108,29 103,06
T4 2011 109,31 93,3 108,21 102,87
T1 2012 108,68 93,86 108,6 102,99
T2 2012 107,84 93,96 108,93 102,94
T3 2012 106,96 94,4 108,98 103,01
T4 2012 105,62 94,56 108,68 102,36
T1 2013 104,67 94,84 109,05 102,44
T2 2013 103,95 94,65 108,74 101,55
T3 2013 103,5 94,91 109,02 101,92
T4 2013 102,54 95,19 109,21 102,1
T1 2014 101,55 95,41 109,18 101,7
T2 2014 100,64 95,56 109,33 101,61
T3 2014 99,85 95,49 109,13 101,38
T4 2014 99,37 95,52 109,44 101,52
T1 2015 98,93 95,54 109,83 101,9
T2 2015 98,22 95,49 110,16 102,18
T3 2015 97,74 95,37 110,84 102,35
T4 2015 97,41 95,45 111,24 102,6
  • Note : données CVS, en fin de trimestre.
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emplois - données provisoires pour le 4e trimestre 2015

Figure 3 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Une fréquentation touristique de bonne tenue

Entre octobre et décembre 2015, les hôteliers de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées accueillent 1 665 000 touristes pour 2,78 millions de nuitées. La fréquentation hôtelière (en nombre de nuitées) progresse de 2,4 % par rapport au 4e trimestre 2014, alors qu’elle baisse de 1,3 % au niveau national sous l’effet des attentats du 13 novembre à Paris. Dans la région, la hausse de la fréquentation hôtelière est presque exclusivement due à la progression du tourisme de loisirs (figure 4).

Durant ce trimestre, les nuitées réalisées pour motif d’affaires demeurent un soutien au tourisme régional. Sur le 4e trimestre 2015, 53 % des nuitées sont le fait d’une clientèle d’affaires contre 38 % sur l’année complète.

La clientèle en provenance de France concentre 80 % de la fréquentation hôtelière au 4e trimestre 2015, elle progresse de 1,8 % par rapport au 4e trimestre 2014. Les nuitées de touristes en provenance de l’étranger croissent, quant à elles, de 5,1 %.

Figure 4 – Évolution de la fréquentation hôtelière (en glissement annuel)

en %
Évolution de la fréquentation hôtelière (en glissement annuel)
Contribution des nuitées de loisirs Contribution des nuitées d'affaires Évolution des nuitées totales
2011 T1 -2,86 2,29 -0,57
2011 T2 -3,85 1,80 -2,06
2011 T3 -1,60 2,39 0,80
2011 T4 0,65 1,08 1,73
2012 T1 -1,70 2,85 1,14
2012 T2 1,55 0,82 2,37
2012 T3 -1,36 0,54 -0,82
2012 T4 -0,13 0,94 0,81
2013 T1 4,62 -4,35 0,28
2013 T2 -4,82 -0,72 -5,54
2013 T3 -2,51 -0,82 -3,34
2013 T4 -2,15 -0,59 -2,74
2014 T1 -3,80 2,14 -1,67
2014 T2 -0,41 -1,05 -1,46
2014 T3 -2,94 -0,58 -3,52
2014 T4 -1,75 0,58 -1,17
2015 T1 2,04 -0,63 1,42
2015 T2 1,55 -0,13 1,42
2015 T3 -0,71 1,47 0,75
2015 T4 2,26 0,15 2,41
  • Source : Insee, DGE, Partenaires régionaux

Figure 4 – Évolution de la fréquentation hôtelière (en glissement annuel)

Au 4e trimestre 2015, 380 300 touristes fréquentent les autres hébergements touristiques (résidences de tourisme, villages de vacances, maisons familiales, auberges de jeunesse…) de la région, soit 6 % de plus qu’au 4e trimestre 2014. L’augmentation des arrivées de touristes français (+ 6,0 %) conjuguée à la stabilisation de leur durée de séjour, conduit à une progression de 6,1 % des nuitées françaises. Pour les touristes étrangers, l’augmentation de la durée moyenne de séjour (de 4,3 à 4,7 jours) compense largement leur désaffection (- 7,0 %) et les nuitées étrangères progressent de 1,3 %. Au total, les nuitées dans les autres hébergements collectifs sont en hausse de 5,5 % par rapport au même trimestre de l’an passé alors qu’elles diminuent de 3,5 % au niveau national.

L’aéronautique et le spatial continuent sur leur lancée

La croissance du trafic mondial de passagers atteint 6,5 % en 2015, son plus haut niveau depuis la reprise de 2010 après la crise financière mondiale. Malgré ce dynamisme, les ventes d'Airbus diminuent fortement au 4e trimestre 2015 : 315 nouvelles commandes contre 719 au 4e trimestre 2014. Les commandes de son concurrent Boeing baissent dans une moindre proportion : 369 contre 444.

Sur l'année, si les ventes d'Airbus sont en recul (avec 1 080 commandes nettes des annulations), son carnet de commandes s'établit néanmoins à un niveau historique pour le secteur de l'aéronautique. Il comprend 6 831 appareils, soit dix années de production au rythme actuel. L'avionneur européen livre toujours plus d'avions (189 au 4e trimestre et 635 en un an) mais reste néanmoins derrière Boeing (762 livraisons sur l'année). Avec 27 exemplaires produits en 2015, l'A380 atteint le seuil de rentabilité dix ans après son premier vol. Les constructeurs d'avions régionaux et d'affaires implantés dans l'ex-région Midi-Pyrénées tiennent bon. À Toulouse, en dépit d'une baisse des commandes, ATR accroît ses cadences de fabrication avec 88 livraisons en 2015 contre 83 en 2014. À Tarbes, Daher-Socata augmente aussi sa production et livre 55 avions d'affaires en 2015 (51 en 2014).

L'année 2015 est à nouveau un très bon cru pour les constructeurs de satellites implantés dans l’ancienne région Midi-Pyrénées. Les prises de commandes continuent d'augmenter fortement pour Airbus Defense and Space et Thales Alenia Space, leurs montants dépassent le chiffre d'affaires de 2015. Les commandes portent aussi bien sur le segment institutionnel des satellites d'observation, de navigation et d'exploration (programme Sentinel), que sur le segment des télécommunications. En décembre, Thales et Airbus Defense and Space ont été sélectionnés par la Direction générale de l'armement pour fournir les deux premiers satellites du système de télécommunications sécurisées ComSat-NG.

Des mises en chantier en hausse en Haute-Garonne

En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le nombre de logements autorisés à la construction au cours des 12 derniers mois s’établit à 40 700 fin décembre 2015, soit une hausse de 3,3 % par rapport au 3e trimestre 2015 (figure 5). Au niveau national, la progression est quasi similaire (+ 3,5 %). Sur un an, le nombre de permis de construire accordés dans la région est en repli (- 6,2 %) alors qu’il augmente en métropole (+ 3,0 %).

La baisse annuelle du nombre de logements autorisés à la construction est marquée dans la plupart des départements de la région (de - 31 % à - 7 %). L’Aude et L’Hérault connaissent un recul plus modéré tandis que l’Ariège, le Gers et la Lozère enregistrent une stabilité. La Haute-Garonne tire quant à elle son épingle du jeu avec une légère hausse.

Figure 5 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements autorisés à la construction
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 100,47 100,47
mars 2005 100,16 101,51
avril 2005 102,04 102,29
mai 2005 101,88 102,8
juin 2005 104,71 104,19
juil. 2005 104,71 105,05
août 2005 104,71 105,52
sept. 2005 106,12 106,38
oct. 2005 106,28 106,52
nov. 2005 106,44 106,97
déc. 2005 108,48 108,38
janv. 2006 109,42 109,42
févr. 2006 109,58 110,71
mars 2006 112,09 112,44
avril 2006 110,83 113,42
mai 2006 111,46 114,81
juin 2006 111,93 115,55
juil. 2006 112,87 116,39
août 2006 114,91 117,06
sept. 2006 114,13 116,57
oct. 2006 116,01 118
nov. 2006 117,27 118,96
déc. 2006 114,44 118,49
janv. 2007 114,76 117,9
févr. 2007 116,01 117,92
mars 2007 117,74 118,39
avril 2007 116,95 117,86
mai 2007 117,43 117,55
juin 2007 117,9 116,78
juil. 2007 118,37 117
août 2007 116,8 116,82
sept. 2007 116,8 116,53
oct. 2007 114,76 115,79
nov. 2007 113,81 113,69
déc. 2007 115,07 112,44
janv. 2008 115,54 112,22
févr. 2008 115,86 111,89
mars 2008 113,81 110,3
avril 2008 114,91 109,5
mai 2008 112,72 108,32
juin 2008 110,68 106,13
juil. 2008 106,91 103,66
août 2008 105,34 101,23
sept. 2008 102,98 99,67
oct. 2008 100,16 97,49
nov. 2008 96,55 95,63
déc. 2008 92,62 92,83
janv. 2009 87,76 90,05
févr. 2009 82,57 86,45
mars 2009 77,86 83,57
avril 2009 74,41 81,3
mai 2009 71,9 78,65
juin 2009 68,76 76,73
juil. 2009 67,82 75,6
août 2009 67,19 74,74
sept. 2009 66,88 74,11
oct. 2009 68,13 73,21
nov. 2009 68,92 73,38
déc. 2009 68,92 74,09
janv. 2010 70,33 74,74
févr. 2010 72,84 76,48
mars 2010 73,63 78,99
avril 2010 76,45 80,94
mai 2010 78,49 83,02
juin 2010 79,59 85,37
juil. 2010 81,16 87,56
août 2010 82,1 88,9
sept. 2010 83,67 90,44
oct. 2010 82,42 91,07
nov. 2010 82,89 91,6
déc. 2010 85,56 92,81
janv. 2011 87,13 94,32
févr. 2011 87,28 94,5
mars 2011 88,38 94,01
avril 2011 87,76 93,95
mai 2011 90,27 95,42
juin 2011 91,37 95,77
juil. 2011 91,21 96,34
août 2011 92,31 97,59
sept. 2011 94,19 99,35
oct. 2011 94,35 100,04
nov. 2011 95,6 101,14
déc. 2011 96,55 102,19
janv. 2012 94,82 101,98
févr. 2012 93,25 102,17
mars 2012 93,09 101,88
avril 2012 92,31 102,21
mai 2012 89,64 100,76
juin 2012 89,01 100,39
juil. 2012 88,38 99,53
août 2012 88,23 99,59
sept. 2012 84,93 97,55
oct. 2012 84,77 97
nov. 2012 83,2 95,95
déc. 2012 79,43 94,26
janv. 2013 79,59 94,44
févr. 2013 82,73 95,95
mars 2013 82,73 96,47
avril 2013 82,73 94,91
mai 2013 81,32 92,91
juin 2013 79,12 91,17
juil. 2013 77,24 89,17
août 2013 74,41 86,33
sept. 2013 73,78 84,7
oct. 2013 73,78 84,16
nov. 2013 72,84 83,35
déc. 2013 74,1 82,55
janv. 2014 72,37 80,47
févr. 2014 69,39 77,38
mars 2014 67,82 76,3
avril 2014 66,72 75,13
mai 2014 67,82 75,17
juin 2014 67,03 75,11
juil. 2014 70,02 75,4
août 2014 69,54 75,15
sept. 2014 70,49 75,32
oct. 2014 69,54 74,32
nov. 2014 68,29 73,48
déc. 2014 68,29 73,27
janv. 2015 67,19 72,82
févr. 2015 66,41 72,17
mars 2015 66,72 71,21
avril 2015 66,72 71,76
mai 2015 64,99 71,29
juin 2015 66,72 72,09
juil. 2015 64,68 71,88
août 2015 64,52 72,62
sept. 2015 63,74 73,07
oct. 2015 65,15 73,46
nov. 2015 67,66 74,95
déc. 2015 67,19 76,05
janv. 2016 68,29 76,67
févr. 2016 68,76 78,1
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

Figure 5 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Fin décembre 2015, le nombre de logements mis en chantier au cours des 12 derniers mois s’établit à 39 000 en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Par rapport au trimestre précédent, cela représente une hausse de 2,4 %, soit plus qu’en France métropolitaine : + 0,5 %. Sur un an, la progression est de 3,4 % dans la région contre + 1,4 % en métropole (figure 6).

Le nombre de logements mis en chantier connaît sur un an une augmentation marquée en Lozère, en Haute-Garonne et dans l’Hérault. Il est stable dans le Gard. En revanche, il recule assez nettement dans les autres départements de la région (de - 28,0 % à - 12,5 % ).

Figure 6 – Évolution du nombre de logements commencés

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements commencés
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 99,63 100,44
mars 2005 100,56 101,6
avril 2005 100,75 102,22
mai 2005 103,74 104,47
juin 2005 103,74 105,5
juil. 2005 103,18 105,82
août 2005 102,99 106,49
sept. 2005 103,36 108,07
oct. 2005 104,49 109,18
nov. 2005 102,62 109,28
déc. 2005 103,55 110,64
janv. 2006 105,05 110,86
févr. 2006 105,79 111,55
mars 2006 106,92 112,31
avril 2006 108,6 113,43
mai 2006 106,54 113,77
juin 2006 110,09 114,96
juil. 2006 110,28 115,35
août 2006 111,78 115,92
sept. 2006 111,4 115,72
oct. 2006 111,59 116,44
nov. 2006 113,27 117,42
déc. 2006 114,02 117,05
janv. 2007 114,21 117,08
févr. 2007 113,27 117,08
mars 2007 113,83 116,78
avril 2007 112,15 116,49
mai 2007 115,33 116,04
juin 2007 113,83 115,75
juil. 2007 114,02 117,3
août 2007 113,46 116,56
sept. 2007 113,64 116,49
oct. 2007 115,14 117
nov. 2007 114,39 116,36
déc. 2007 114,21 116,16
janv. 2008 112,52 115,89
févr. 2008 113,64 115,84
mars 2008 111,03 114,44
avril 2008 110,65 113,15
mai 2008 106,17 111,38
juin 2008 102,62 109,23
juil. 2008 101,12 106,32
août 2008 99,44 105,4
sept. 2008 97,94 103,36
oct. 2008 94,02 100,25
nov. 2008 92,15 97,01
déc. 2008 89,35 94,6
janv. 2009 87,1 91,34
févr. 2009 83,74 88,03
mars 2009 81,87 85,83
avril 2009 80,56 84,01
mai 2009 79,44 82,01
juin 2009 79,07 80,55
juil. 2009 77,76 80,55
août 2009 76,82 80,68
sept. 2009 74,77 79,42
oct. 2009 73,83 78,78
nov. 2009 74,39 80,18
déc. 2009 76,26 82,4
janv. 2010 77,2 82,5
févr. 2010 77,01 83
mars 2010 78,13 84,25
avril 2010 77,2 84,9
mai 2010 77,94 86,33
juin 2010 78,88 87,56
juil. 2010 80,56 88,23
août 2010 82,8 89,07
sept. 2010 86,73 91,46
oct. 2010 89,72 94,35
nov. 2010 91,03 96,87
déc. 2010 91,78 98,47
janv. 2011 91,78 99,85
févr. 2011 93,08 100,79
mars 2011 94,02 101,75
avril 2011 95,14 101,97
mai 2011 96,64 103,01
juin 2011 95,7 101,75
juil. 2011 94,58 101,31
août 2011 93,64 100,74
sept. 2011 92,15 100,22
oct. 2011 91,03 99,19
nov. 2011 91,4 101,01
déc. 2011 94,21 102,42
janv. 2012 94,39 101,85
févr. 2012 93,46 101,85
mars 2012 93,83 102,27
avril 2012 92,71 101,14
mai 2012 91,03 99,19
juin 2012 90,28 99,58
juil. 2012 89,16 99,21
août 2012 88,04 98,89
sept. 2012 86,17 97,41
oct. 2012 84,11 96,87
nov. 2012 81,31 93,14
déc. 2012 81,87 92,25
janv. 2013 80,75 92,62
févr. 2013 82,24 93,31
mars 2013 81,68 92,94
avril 2013 82,24 94,37
mai 2013 82,06 95,34
juin 2013 82,43 95,29
juil. 2013 82,99 95,14
août 2013 82,8 94,64
sept. 2013 82,99 94,55
oct. 2013 82,8 93,16
nov. 2013 81,68 92,15
déc. 2013 77,01 89,46
janv. 2014 77,2 88,75
févr. 2014 76,45 87,04
mars 2014 74,21 85,27
avril 2014 73,64 84,25
mai 2014 72,9 82,97
juin 2014 71,21 82,31
juil. 2014 70,65 82,01
août 2014 70,09 81,76
sept. 2014 70,47 81,02
oct. 2014 70,47 80,73
nov. 2014 70,84 80,82
déc. 2014 70,28 81,44
janv. 2015 69,53 81
févr. 2015 70,47 81,1
mars 2015 70,84 81,02
avril 2015 70,09 80,58
mai 2015 69,53 80,36
juin 2015 70,84 80,75
juil. 2015 70,47 80,48
août 2015 70,84 80,87
sept. 2015 70,84 81,81
oct. 2015 72,52 82,13
nov. 2015 72,34 82,13
déc. 2015 73,27 82,77
janv. 2016 72,71 83,09
févr. 2016 71,78 83,22
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

Figure 6 – Évolution du nombre de logements commencés

Baisse du taux de chômage

Au 4e  trimestre 2015, le taux de chômage se maintient ou baisse dans l’ensemble des régions métropolitaines. En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, il diminue de 0,2 point pour atteindre 12 % de la population active (figure 7), soit le deuxième taux métropolitain le plus élevé derrière celui de Nord-Pas de Calais-Picardie (12,5 %).

Figure 7 – Taux de chômage

En %
Taux de chômage
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées France métropolitaine
T1 2005 9,5 8,3
T2 2005 9,7 8,4
T3 2005 9,9 8,6
T4 2005 10,1 8,7
T1 2006 10,1 8,7
T2 2006 9,9 8,6
T3 2006 10,0 8,5
T4 2006 9,4 8,0
T1 2007 9,5 8,1
T2 2007 9,2 7,8
T3 2007 9,0 7,6
T4 2007 8,5 7,2
T1 2008 8,1 6,8
T2 2008 8,3 6,9
T3 2008 8,6 7,1
T4 2008 8,9 7,4
T1 2009 9,5 8,2
T2 2009 10,1 8,8
T3 2009 10,1 8,8
T4 2009 10,6 9,2
T1 2010 10,4 9,0
T2 2010 10,3 8,9
T3 2010 10,3 8,8
T4 2010 10,3 8,8
T1 2011 10,3 8,7
T2 2011 10,3 8,7
T3 2011 10,5 8,8
T4 2011 10,8 9,0
T1 2012 10,9 9,1
T2 2012 11,1 9,3
T3 2012 11,2 9,4
T4 2012 11,6 9,7
T1 2013 11,9 9,9
T2 2013 12,0 10,0
T3 2013 11,9 9,9
T4 2013 11,8 9,7
T1 2014 11,8 9,8
T2 2014 11,8 9,7
T3 2014 12,1 10,0
T4 2014 12,3 10,1
T1 2015 12,1 10,0
T2 2015 12,1 10,0
T3 2015 12,2 10,1
T4 2015 12,0 10,0
  • Note : données trimestrielles CVS.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 7 – Taux de chômage

Après la hausse du trimestre précédent, le taux de chômage décroît dans la plupart des départements de la région au 4e trimestre 2015, retrouvant quasiment partout le niveau précédent (figure 8). Cette baisse récente demande à être confirmée dans les trimestres qui suivent.

Figure 8 – Évolution trimestrielle du taux de chômage par département

en points
Évolution trimestrielle du taux de chômage par département
nom du département évolution dutaux de chômage
AIN 0,0
AISNE -0,1
ALLIER -0,1
ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE 0,0
HAUTES-ALPES 0,0
ALPES-MARITIMES -0,2
ARDECHE -0,1
ARDENNES -0,5
ARIEGE -0,1
AUBE -0,4
AUDE -0,3
AVEYRON 0,0
BOUCHES-DU-RHONE -0,2
CALVADOS -0,2
CANTAL -0,2
CHARENTE -0,2
CHARENTE-MARITIME -0,1
CHER 0,1
CORREZE -0,1
COTE-D'OR 0,0
COTES-D'ARMOR 0,0
CREUSE -0,1
DORDOGNE -0,2
DOUBS -0,3
DROME -0,2
EURE -0,1
EURE-ET-LOIR -0,1
FINISTERE -0,2
CORSE-DU-SUD -0,2
HAUTE-CORSE 0,0
GARD -0,2
HAUTE-GARONNE -0,2
GERS 0,0
GIRONDE -0,2
HERAULT -0,3
ILLE-ET-VILAINE -0,1
INDRE 0,0
INDRE-ET-LOIRE -0,1
ISERE 0,0
JURA -0,1
LANDES -0,1
LOIR-ET-CHER -0,1
LOIRE -0,2
HAUTE-LOIRE -0,1
LOIRE-ATLANTIQUE -0,2
LOIRET 0,0
LOT -0,1
LOT-ET-GARONNE 0,0
LOZERE 0,0
MAINE-ET-LOIRE -0,1
MANCHE -0,2
MARNE -0,1
HAUTE-MARNE -0,3
MAYENNE -0,1
MEURTHE-ET-MOSELLE -0,1
MEUSE -0,2
MORBIHAN -0,1
MOSELLE -0,3
NIEVRE -0,2
NORD -0,2
OISE -0,2
ORNE 0,0
PAS-DE-CALAIS -0,2
PUY-DE-DOME 0,0
PYRENEES-ATLANTIQUES -0,1
HAUTES-PYRENEES -0,3
PYRENEES-ORIENTALES -0,4
BAS-RHIN -0,1
HAUT-RHIN 0,0
RHONE -0,1
HAUTE-SAONE -0,5
SAONE-ET-LOIRE -0,1
SARTHE -0,2
SAVOIE -0,2
HAUTE-SAVOIE -0,1
PARIS -0,2
SEINE-MARITIME 0,0
SEINE-ET-MARNE -0,2
YVELINES -0,1
DEUX-SEVRES -0,2
SOMME 0,0
TARN -0,1
TARN-ET-GARONNE 0,0
VAR -0,1
VAUCLUSE -0,1
VENDEE -0,3
VIENNE -0,1
HAUTE-VIENNE 0,0
VOSGES -0,2
YONNE -0,1
TERRITOIRE DE BELFORT -0,4
ESSONNE 0,0
HAUTS-DE-SEINE -0,2
SEINE-SAINT-DENIS -0,2
VAL-DE-MARNE -0,1
VAL-D'OISE -0,2
  • Note : données trimestrielles provisoires pour le 4e trimestre 2015
  • Source : Insee, taux de chômage localisé - données corrigées des variations saisonnières

Figure 8 – Évolution trimestrielle du taux de chômage par département

Légère hausse des défaillances d’entreprises en fin d'année

En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le nombre de défaillances d’entreprises, connues en mars 2015 et jugées au cours des 12 derniers mois, s’établit à 5 905 fin décembre 2015. Ce nombre progresse de 0,3 % par rapport au cumul annuel atteint fin septembre 2015, tandis qu’il est stable en France métropolitaine. Sur un an, entre décembre 2014 et décembre 2015, les défaillances d’entreprises sont en repli de 2,3 % dans la région alors qu’elles augmentent de 1,2 % en métropole.

Dans la région, au cours du 4e trimestre 2015, les défaillances d’entreprises sont en hausse dans quatre secteurs sur onze : l’industrie, la construction, l’hébergement-restauration et le secteur regroupé de l’enseignement, santé, action sociale. Celui des transports-entreposage est stable.

Au cours du 4e trimestre 2015, huit des treize départements de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées connaissent une hausse du nombre d’entreprises en procédure de redressement judiciaire. Ces augmentations s’échelonnent de + 0,4 % en Tarn-et-Garonne à + 11,0 % en Aveyron. En Haute-Garonne, la hausse est de 1,6 %. Inversement, les défaillances sont en baisse dans l'Aude, le Tarn, les Hautes-Pyrénées, le Lot et l’Hérault. Avec des défaillances en recul de 3,5 %, ces deux derniers départements enregistrent le plus fort repli de la région.

Figure 9 – Défaillances d'entreprises

Indice base 100 en janvier 2005
Défaillances d'entreprises
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 100,77 100,52
mars 2005 100,96 100,57
avril 2005 102,03 101,22
mai 2005 103,53 102,01
juin 2005 104,21 102,31
juil. 2005 104,84 102,08
août 2005 105 101,95
sept. 2005 106,36 102,18
oct. 2005 106,01 101,8
nov. 2005 107,67 101,61
déc. 2005 107,43 101,36
janv. 2006 107,78 100,49
févr. 2006 107,11 99,45
mars 2006 108,13 98,95
avril 2006 108,25 97,81
mai 2006 107,29 97,16
juin 2006 105,91 96,75
juil. 2006 106,76 96,78
août 2006 106,57 97
sept. 2006 106,92 97,05
oct. 2006 108,58 97,57
nov. 2006 109,35 98,29
déc. 2006 111,17 98,95
janv. 2007 111,06 99,82
févr. 2007 111,99 101,14
mars 2007 110,94 102
avril 2007 111,64 102,72
mai 2007 111,97 103,16
juin 2007 113,81 103,95
juil. 2007 115,97 105,07
août 2007 116,29 104,94
sept. 2007 115,45 104,96
oct. 2007 115,66 105,76
nov. 2007 114,54 105,6
déc. 2007 113,91 105,6
janv. 2008 113,53 105,64
févr. 2008 112,95 106,13
mars 2008 113,37 105,69
avril 2008 113,93 107,12
mai 2008 113,18 106,87
juin 2008 113,93 106,86
juil. 2008 113,96 107,4
août 2008 114,24 107,64
sept. 2008 116,88 109,11
oct. 2008 118,37 110,52
nov. 2008 120,27 111,76
déc. 2008 123,19 114,05
janv. 2009 125,6 115,7
févr. 2009 128,96 117,52
mars 2009 132,42 121,05
avril 2009 134,92 122,8
mai 2009 136,61 124,71
juin 2009 138,57 126,52
juil. 2009 137,56 128
août 2009 138,76 128,98
sept. 2009 140,42 130,67
oct. 2009 139,22 130,38
nov. 2009 138,97 130,96
déc. 2009 137,21 130,57
janv. 2010 138,34 130,72
févr. 2010 137,63 130,53
mars 2010 140,02 130,65
avril 2010 138,99 129,35
mai 2010 140,95 129,3
juin 2010 141 129,4
juil. 2010 141,37 128,48
août 2010 141,07 128,63
sept. 2010 140,44 127,41
oct. 2010 140,6 126,45
nov. 2010 140,44 125,86
déc. 2010 140,32 124,77
janv. 2011 138,97 124,84
févr. 2011 140,7 124,8
mars 2011 138,2 123,95
avril 2011 136,84 123,42
mai 2011 138,78 125,01
juin 2011 135,93 123,63
juil. 2011 135,48 122,91
août 2011 135,23 122,95
sept. 2011 134,34 122,44
oct. 2011 134,01 122,53
nov. 2011 135,32 122,76
déc. 2011 135,95 122,57
janv. 2012 137,56 123,52
févr. 2012 136,09 123,51
mars 2012 134,9 122,56
avril 2012 135,88 122,9
mai 2012 133,43 121,24
juin 2012 134,6 121,36
juil. 2012 135,53 122,97
août 2012 135,65 122,83
sept. 2012 136,42 122,24
oct. 2012 139,69 124,24
nov. 2012 139,55 124,54
déc. 2012 140,09 125,94
janv. 2013 140,88 125,66
févr. 2013 141,7 125,49
mars 2013 141,7 125,31
avril 2013 143,24 126,73
mai 2013 144,53 127
juin 2013 145,51 127,46
juil. 2013 147,87 128,46
août 2013 146,21 128,29
sept. 2013 147,31 129,3
oct. 2013 145,35 129,27
nov. 2013 144,37 129
déc. 2013 144,27 129,05
janv. 2014 143,53 129,18
févr. 2014 145,82 130,34
mars 2014 145,11 130,35
avril 2014 145,63 130,63
mai 2014 144,09 130
juin 2014 144,65 130,26
juil. 2014 142,92 130,3
août 2014 144,16 130,35
sept. 2014 143,55 130,78
oct. 2014 143,92 130,65
nov. 2014 144,67 130,87
déc. 2014 141,37 129,17
janv. 2015 144,72 129,91
févr. 2015 141,44 129,76
mars 2015 144,04 132,18
avril 2015 141,89 132,27
mai 2015 138,2 129,58
juin 2015 137,87 131,47
juil. 2015 138,85 130,93
août 2015 138,27 130,41
sept. 2015 137,56 130,63
oct. 2015 134,5 128,87
nov. 2015 133,92 129,2
déc. 2015 138,15 130,83
janv. 2016 133,87 129,08
  • Note : données mensuelles brutes au 11 mars 2016, en date de jugement.
  • Chaque point représente l'évolution du cumul des douze derniers mois.
  • Source : Fiben, Banque de France.

Figure 9 – Défaillances d'entreprises

Encadrés

Contexte international : l’activité a ralenti dans les économies avancées

Dans les pays émergents, l’activité a progressé faiblement au 4e trimestre 2015, concluant une année morose. Les grands exportateurs de matières premières, comme le Brésil et la Russie, ont pâti de la chute des cours. En Chine, l’activité a de nouveau ralenti. Le ralentissement des importations des pays émergents, notamment en Asie, a freiné le commerce mondial. Les exportations des économies avancées ont été déprimées par le manque de demande en provenance des pays émergents, ce qui a pesé sur la croissance de fin d’année. Dans la zone euro, l’activité a ainsi crû modérément, au même rythme qu’au 3e trimestre 2015. La reprise continue toutefois de se diffuser progressivement : l’accélération de l’emploi et des salaires ainsi que la nouvelle baisse des prix du pétrole soutiennent le pouvoir d’achat des ménages. Au 1er semestre 2016, la croissance des économies avancées resterait solide, notamment du fait d'une légère accélération dans la zone euro.

Contexte national : en France, inflation nulle et pouvoir d’achat dynamique

En France, au 4e trimestre 2015, la croissance a atteint + 0,3 %, portée par la progression de la production manufacturière entraînant celle des services marchands, malgré les conséquences négatives des attentats. L’emploi salarié marchand a accéléré, notamment l’emploi intérimaire qui progresse vivement depuis trois trimestres. Dans le même temps, le taux de chômage a légèrement reculé à 10,3 % en France. Côté demande, la consommation des ménages a été affectée par les attentats et les températures douces tandis que l’investissement des entreprises a accéléré après trois trimestres de hausse déjà soutenue. Le commerce extérieur a contribué négativement à la croissance, trouvant sa contrepartie dans une forte contribution positive des variations de stocks, pour le deuxième trimestre consécutif.Soutenu par une inflation nulle, le pouvoir d’achat des ménages a crû de 1,8 % en 2015, un rythme inégalé depuis 2007. Au 1er semestre 2016, la croissance française gagnerait un peu de tonus (+ 0,4 % par trimestre).

Avertissement :

À compter de février 2015, de nouveaux indicateurs construits à partir de la base Sit@del2 sont diffusés afin d'améliorer le diagnostic conjoncturel sur la construction de logements neufs. Ces nouveaux indicateurs visent à retracer, dès le mois suivant, les autorisations et les mises en chantier à la date réelle d'événement. Ils offrent une information de meilleure qualité que les données en date de prise en compte diffusées jusqu'à présent.

Pour en savoir plus

Note de conjoncture, mars 2016 - « Inflation nulle, pouvoir d’achat dynamique »

Note de conjoncture, décembre 2015 « Résistance »

Insee Conjoncture Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, N° 1, janvier 2016 - Au 3e trimestre 2015, un emploi dynamique mais un chômage record

Bilan économique 2014 du Languedoc-Roussillon

Bilan économique 2014 en Midi-Pyrénées